Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

30 janvier 2015

Remettre les compteurs à zéro

En résonnance avec mon texte "Ne pas juger", Marie Christine m'a fait parvenir cette réflexion que je trouve pertinente et qui correspond bien à ma façon de travailler sur un plan personnel.

 

 papillons

Tu touches un point crucial qui correspond à un travail que je fais sur moi concernant les croyances, c'est-à-dire tous les conditionnements qui nous font voir la vie sous un certain angle et pas un autre .
Et je te dirais ce que je me dis à moi-même : "Ne te juge pas de juger . C'est une première étape nécessaire, mais qu'il faut dépasser pour ne pas rester dans le jugement, car se juger soi-même c'est comme juger les autres . On n'en sort pas ! La culpabilité aussi est une croyance, un conditionnement à éliminer" .

Nous avons été éduqués, formatés pour juger, par des personnes elles-mêmes formatées (famille, société ...) .
Nous nous sommes incarnés en connaissance de cause dans un monde de dualité pour vivre tous les sentiments négatifs, toutes les pensées tordues, tous les actes heureux et malheureux, faire toutes les erreurs possibles, afin de nous frayer le chemin vers la lumière, de trouver la vérité dans tout ce chaos .
Bien sûr, des Maîtres éclairés nous disent que la vérité est en nous, que tout ce que nous cherchons est en nous, dans notre coeur . On le sent intuitivement, mais tant qu'on ne le vit pas pleinement, on est bien obligé de démêler tout ce fatras qui nous le voile !

Nos croyances, pour moi, c'est notre manière spécifique de voir le monde . Nous avons des croyances personnelles venant de notre karma, de notre éducation, de notre expérience d'enfant . Puis nous avons des croyances sociales, régionales, nationales, raciales, humaines ...
Une croyance n'est pas un choix intellectuel, c'est vraiment un angle de vue incrusté dans tout notre être, imprimé dans notre chair, qui oriente toutes nos réactions, nos pensées, nos opinions et gouverne nos émotions .

Le fait de remettre en question ses jugements, comme tu le fais, Daniel, c'est déjà énorme ! Tous les jours, je m'aperçois à quel point mes pensées ont été et sont encore sous influence du subconscient, ce réservoir intarissable d'idées toutes faites, de cristallisations dûes à des peurs profondes, emmagasinées depuis de nombreuses vies .

Chaque fois qu'un autre agit d'une manière que je n'apprécie pas, j'émets un jugement moral . Le jugement est toujours moral . Or, la morale est une chose abstraite, partiale, aléatoire si elle ne part pas du coeur . Malgré les lois, on peut constater que personne n'a le même sens du respect, de la politesse, de l'amour, de la justice, de l'intimité, du pouvoir, de l'amitié, du profit, du donner et du recevoir, de l'orgueil, de la joie, de la souffrance, de la mort, de la vie, de la solidarité, etc ...
Chacun a son image personnelle de toutes ces choses . Le problème, c'est qu'on est tellement inconscient d'être dans cette représentation unique qu'on n'imagine même pas qu'un autre puisse avoir une image différente . On juge l'autre de ne pas respecter ce qu'on croit être un code général, alors que c'est seulement NOTRE code à nous . Bien sûr, il y a des codes collectifs (nationaux, etc ...) mais ce sont encore des croyances, à plus large échelle .

La solution est bien de prendre le temps de se regarder soi-même chaque fois que le comportement de quelqu'un nous perturbe . Essayer d'envisager la situation avec recul, sans jugement moral, sans référence à une expérience passée, sans implication émotionnelle ; envisager la situation froidement, avec un regard "scientifique" parfaitement neutre ; se placer au-dessus comme si on flottait au plafond, et regarder les deux parties en présence (soi et l'autre) en toute objectivité . Alors, on a peut-être une chance de comprendre ce qui se passe, de voir les motivations de part et d'autre, les croyances de part et d'autre qui les font agir . Il y a aussi les bienfaits de la méditation .
Ce n'est pas une tâche facile mais je crois que c'est ce que nous sommes venus faire sur terre .

Marie Christine

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Bazar spirituel - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Remettre les compteurs à zéro

  • Oser " l'autre" en soi ..
    Se jeter à l'eau à partir de ce qui se présente, nager en sa compagnie ..

    Posté par Lise, 30 janvier 2015 à 09:38 | | Répondre
    • S'envoler dans l'inconnu, ouvrir des portes sans craindre les courants d'air.

      Posté par DANIEL GENTY, 31 janvier 2015 à 17:21 | | Répondre
    • "Oser l'autre en soi..." tellement bien exprimé Lise ! C'est de l'art ta façon d'écrire.
      et " nager en sa compagnie " j'adore !

      Posté par kéa, 31 janvier 2015 à 18:13 | | Répondre
  • Oui, c'est tout simple. Prendre du recul !

    Posté par Aloysia_Martine, 30 janvier 2015 à 19:37 | | Répondre
    • Mettre de la distance, se placer au dessus de la mêlée !

      Posté par DANIEL GENTY, 31 janvier 2015 à 17:26 | | Répondre
  • bien vu, on est formaté, sachons voir ce qu'on a cru sans s'en vouloir, sachons voir ce qui dérange, et le laisser se dissoudre, ..

    Posté par witney18, 31 janvier 2015 à 12:19 | | Répondre
  • Quand on prend du recul on ne juge plus car on a compris que chaque individu était différent et que les plaisirs des uns ne correspondaient pas forcément aux plaisirs des autres. Je cherche de moins en moins à comprendre le pourquoi du comment, en vieillissant ça me fatigue. Remettre le compteur à zéro c'est ne plus avoir d'égo pour ne plus souffrir, ne plus être dérangé, ne plus être perturbé par ce qui nous entoure par ce qui se passe. C'est fermer les yeux sur ce qui est négatif et qu'on ne peut changer. Ainsi on fini par apprécier les beautés de la vie et la sérénité n'est pas loin de nous habiter. Tout ceci s'appelle le "lâcher prise" pour avoir la paix. Ce n'est pas de l'égoïsme car on peut très bien aider les autres et continuer à avoir des sentiments pour sa famille, ses amis .... C'est tout simplement supprimer cet égo qui comme un volcan est prêt à se mettre en colère à la moindre occasion et fait ainsi une vie d'enfer pour certains ou certaines.

    Posté par Lauriza, 31 janvier 2015 à 16:20 | | Répondre
    • Toujours d'accord avec tes propos. C'est comme cela que j'essaie de me comporter et je me sen bien plus léger. Le reste est totalement stériles( jugements, conflits...). Je trouve que c'est une perte de temps.

      Posté par DANIEL GENTY, 31 janvier 2015 à 17:29 | | Répondre
  • très belle réfléxion de Marie Chritine et merci de la partager.

    Posté par eki eder, 31 janvier 2015 à 16:26 | | Répondre
  • une belle façon de penser. Il n'y a plus qu'à procéder à retenir notre jugement intérieur qui part plus vite que notre ombre. Mais y réfléchir déjà est un pas. Et le nombre de pas est grand avant d'avoir la sagesse.

    Posté par leboudoirdesoi, 01 février 2015 à 17:18 | | Répondre
    • Essayer de toujours prendre un peu de distance.....Pas toujours facile...On plonge facilement

      Posté par DANIEL GENTY, 02 février 2015 à 15:21 | | Répondre
  • il faut savoir prendre du recul, l'autre on n'a pas à le juger mais à essayer de le comprendre

    Posté par flipperine, 02 février 2015 à 16:46 | | Répondre
    • Toujours comprendre avant de juger. Ne jamais condamner à l'avance !

      Posté par DANIEL GENTY, 04 février 2015 à 17:40 | | Répondre
  • Je me permets de vous conseiller un livre de Lytta Basset : Moi, je ne juge personne.
    Bonne journée.

    Posté par Bonheur du Jour, 03 février 2015 à 07:00 | | Répondre
    • Alors vous êtes tolérante et c'est bien. Merci pour l'info concernant le livre.

      Posté par DANIEL GENTY, 04 février 2015 à 17:41 | | Répondre
Nouveau commentaire