Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

31 mars 2011

Le temps use les pendules

 

Le temps use les pendulespendule
Les aiguilles avancent
Mais jamais ne reculent.
Ce sont les minutes qui dansent
Tout au long de la vie.
Filent les jours, filent les nuits.
Rien qu’un soupir
Et c’est déjà du passé
Dans l’océan de l’éternité
A m’envoler, j’aspire

 Le temps ne parle pas.
Il trotte à petits pas
Le nez dans le monde sidéral
Indifférent à ma quête viscérale.

Le temps s’en va
Sans se retourner
Sonnant le glas
De mon immortalité.

Daniel( déjà diffusé en janvier 2008)

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Poèmes - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Le temps use les pendules

  • Le temps ne parle pas

    Si le temps ne parle pas, Daniel...
    Votre poème, lui, me parle bien...
    Les pendules et les horloges sont très bavardes aussi, tout en chantant...
    Tic..Tac..Tic..Tac..
    Nous passons en courant devant le temps, qui, lui n'a jamais bouger.
    Le temps presse, Daniel...
    Le temps s'en va...
    Bientôt l'heure du trépas...
    Et sonnera le glas.

    Posté par Eve Lyne, 31 mars 2011 à 12:53 | | Répondre
  • Eve Lyne

    "Nous passons en courant devant le temps, qui, lui n'a jamais bouger." Voilà une phrase que j'aime bien , Eve Lyne. Vous l'avez joliment dite. Le temps est une notion qui me fascine: invisible mais toujours là.....

    Posté par Daniel, 01 avril 2011 à 14:00 | | Répondre
  • à méditer ...

    "Le temps est très lent pour ceux qui attendent,
    très rapide pour ceux qui ont peur,
    très long pour ceux qui se lamentent,
    très court pour ceux qui festoient .
    Mais pour ceux qui aiment, le temps est éternité ."
    William Shakespeare

    Posté par marie christine, 02 avril 2011 à 08:42 | | Répondre
  • Le temps d'un coeur d'enfant

    Pendant que le temps ne bouge pas, dans son immuabilité, les secondes s'égrennent dans le mouvement de la vie.
    Contradiction magnifique entre l'illusion d'un temps éphémère et la vérité de la lumière infinie.

    Parce qu'il est trop facile de comprendre qu'il n'a pas d'existence puisque même le présent est fuyant, nous ne parvenons pas malgré tout à vivre sans lui, dans les pensées des trois temps.
    Mais pourquoi donc n'arrivons-nous pas à vivre dans l'instant, qui lui n'est pas figé mais possède le caractère du présent, loin des pensées enchainées, symbole de l'Êtreté, où l'innocence de l'émerveillement surgit en un coeur d'enfant ?

    Posté par Alain Thomas, 02 avril 2011 à 12:23 | | Répondre
Nouveau commentaire