Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

08 février 2012

Pensées intimes

pensée

Je m’interroge souvent sur mon comportement. Est-ce que mes actes sont en accord avec mes écrits et ma pensée? J’avoue que parfois, il y a écart. Je m’en veux et essaie d’y remédier.

Depuis longtemps je fais des efforts pour que mon ego soit moins présent. J’y arrive de plus en plus souvent. Conséquences : je suis moins réactif et ma susceptibilité  s’efface doucement.

Des besoins qui étaient essentiels deviennent dérisoires. Vouloir avoir raison, notamment, ne fait plus partie de mes préoccupations.

J’admire beaucoup ma femme. Elle possède toutes les qualités que je n’ai pas : l’écoute, la patience, l’aide à autrui et l’instinct de l’instant présent.

J’ai toujours eu la foi. En quoi, en qui ? Je ne sais pas trop : en l’au-delà, à une présence supérieure. Je me sens protégé. La foi m’a aidé à surmonter les épreuves qui ont surgi sur mon chemin.

J’ai toujours pensé que nous étions sur terre pour apprendre et donc nous transformer et nous perfectionner.

Je me sens prisonnier du temps. Il faut toujours que j’aille vite. J’ai du mal à me poser. Paradoxalement j’apprécie de plus en plus le silence. Il est riche de sens. J’aime m’en imprégner.

Je suis un peu  médium car souvent lorsque j’écris, je sens une présence à mes côtés et je perds parfois le contrôle comme si quelqu’un pénétrait ma pensée. Je sens que des messages arrivent de plus en plus.

Je m’interroge  comme beaucoup sur le sens de la vie. D’où venons-nous et où allons nous ?

Je pense que les peurs sont la source de tous nos maux. Ce sont elles qui alimentent toutes nos actions pulsionnelles.

Je sais qu’un jour, je partirai comme tout le monde et j’ai peur. Je pense souvent à la mort pendant la nuit.

Je regrette profondément  de n’avoir pas su créer des liens affectueux avec ma mère.

Je ne suis pas un homme du passé. Il me reste bien sûr des souvenirs mais je n’ai pas la mémoire de mes anciennes années.

Si je n’avais pas eu le yoga, je crois bien que j’aurais pu «  disjoncter » plus d’une fois.

Je me demande souvent qui je suis.

Mon plus gros défaut : l’impatience.

Plus je vieillis et plus j’aime la vie. J’en mesure chaque jour l’importance. Elle peut être merveilleuse pour qui sait regarder au delà du visible.

J’éprouve de plus en plus de plaisir à donner mes cours de yoga. Je pense aussi qu’ils ont pris une autre dimension car je suis guidé intérieurement.

Je pense souvent à mes enfants et je m’en veux de ne pas leur avoir consacré plus de temps lorsqu’ils étaient petits.

J’ai fait plein d’erreurs dans ma vie et ne me suis pas toujours bien comporté. Malgré cela, je n’ai pas trop de regrets. Je l’accepte.

Je médite souvent. Mal, car j’ai des difficultés à me concentrer. Pourtant je le fais tous les jours. C’est un besoin.

Je n’ai pas confiance en moi. Je doute beaucoup mais le doute fait avancer. Cela provient de mon enfance, de mon éducation.

Je ne peux pas vivre sans avoir des projets à réaliser.

Selon moi la plus grande qualité que l’on puisse avoir, c’est la tolérance. J’essaie de l’appliquer souvent avec plus ou moins de succès.

« Plus le champ de la pensée s’élargit, plus la patience et la tolérance augmentent »

 De Ostad Elahi( musicien et philosophe iranien, mort en 1974

Photo prise sur le site de Véronique: http://veronique.aminus3.com/

 

 

 

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Expériences de vie - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Pensées intimes

    tous humains

    Belle preuve d'humilité et de confiance de te dévoiler ainsi, Daniel .
    D'une manière ou d'une autre, je crois que chacun peut reconnaître des aspects de lui-même dans ce portrait .

    Posté par marie christine, 08 février 2012 à 09:05 | | Répondre
  • Comme le dit Marie Christine il y a un peu de nous dans tes mots

    Posté par veronique, 08 février 2012 à 14:51 | | Répondre
  • Instructif

    C'est vraiment touchant et instructif la manière dont tu te dévoiles à nous lecteurs. J'ai lu d'un trait mais je vais revenir pour essayer, en silence et pour moi, de voir ce que je répondrais à tes questions. En tous cas tu fait le chemin contraire de celui de Nietzsche tel que le vois Jung. Amitiés philosophiques.

    Posté par Ariaga, 08 février 2012 à 16:59 | | Répondre
  • Ah la transparence !!!

    Authentique Daniel.
    Belle sincérité, belle humilité, sans concessions ; avec beaucoup de tendresse pour le petit enfant qui est longtemps resté en souffrance.
    On sent que ta femme est un pilier, ce n'est pas donné à tout le monde.
    Très beau témoignage, au-delà de toute confession.
    C'est un regard que tu portes sur toi-même, sur ta vie, comme si le fait d'avoir passé 70 ans t'offrait la possibilité de dire cela.
    Si tu continues à boire du champagne, à donner des cours de yoga, à te promener le long du lac, à méditer, à regarder ta femme comme tu le fais, les années sont encore longues devant toi. Tu seras spectateur des événements qui se profilent.
    J'espère que tu traverseras les profonds bouleversements avec cette sagesse qui est tienne maintenant.
    Bien à toi

    Posté par alain thomas, 08 février 2012 à 21:26 | | Répondre
  • On s'y reconnaît tellement...

    Ce texte, j'en suis sûre, touchera profondément beaucoup de gens...
    On s'y reconnaît tellement : on essaie de faire coïncider nos valeurs, nos idées avec notre vie et celle-ci est toujours un peu "à la traîne"...mais si on tient bon et qu'on continue...c'est déjà ça !

    Posté par La Licorne, 08 février 2012 à 22:57 | | Répondre
  • En résumé

    C'est un bien touchant résumé de ton cheminement que tu nous fais là Daniel !
    Je me reconnais à plus d'une reprise dans ce que tu dis.

    Posté par kea, 09 février 2012 à 13:38 | | Répondre
  • A Alain

    Merci pour ton message sympa. La vie continue et devient plus riche au fur et à mesure que l'on vieillit. J'espère quand même ne pas trop la regretter le jour du grand départ

    Posté par Daniel, 09 février 2012 à 18:39 | | Répondre
  • A la Licorne

    L'essentiel, c'est de garder le cap et de ne pas trop dévier !Enfin on a tous nos faiblesses. Regardons les courageusement

    Posté par Daniel, 09 février 2012 à 18:42 | | Répondre
  • à Daniel

    Moi non plus je ne suis pas pressée de partir Daniel mais lorsqu'il sera temps pour moi de m'en aller, j'espère avoir bouclé la boucle et au lieu de dire : "Oh, encore un jour, encore une heure SVP !" je pourrai dire "Merci ! Merci de tout mon coeur pour ce merveilleux voyage qu'il m'a été donné de faire dans ton paradis étincelant et grandiose."

    Sans doute que pour certains cela n'a pas vraiment de sens de parler ainsi à son Dieu... puisque nous sommes Un; mais moi j'adore Lui parler, c'est le plus grand des bonheurs de me sentir écoutée par l'Amour Infini.

    S'il a voulu créer le monde de la dualité, cela ne doit pas être en vain...
    peut-être Dieu voulait-il quelqu'un à qui parler justement !
    Qu'y a t'il de plus sublime qu'un amour partagé.
    Et cet amour n'a rein à voir avec l'amour humain,
    aussi beau et grand soit-il !

    Posté par kea, 09 février 2012 à 20:04 | | Répondre
  • "parler à son Dieu"

    C'est beau ce que tu dis, Kea !
    Moi aussi j'aime bien "parler à mon Dieu" .
    L'unité est une Réalité, mais c'est encore un concept intellectuel tant que nous ne l'avons pas atteinte . Il reste un voile d'inconscience . Et c'est ce voile qui fait que nous sentons Dieu comme une entité plus ou moins séparée . Mais ce n'est pas un problème puisque nous progressons constamment et que nous nous rapprochons de plus en plus de l'état de fusion . En attendant, on peut "parler à son Dieu" . Et on sent qu'Il nous entend et nous répond avec une Bienveillance et une infinie Douceur ...

    Personnellement, je n'ai jamais eu peur de la mort parce que je crois que j'ai toujours su inconsciemment que, le moment venu, je me sentirais prête et heureuse de partir .

    Posté par marie christine, 10 février 2012 à 00:47 | | Répondre
  • Merci Marie

    J'ai fait l'expérience de voir la mort en face...
    et là c'est autre chose !!!
    On voit vraiment où on en est.
    Avant c'est de la spéculation.
    Peut-être as-tu vécu ça toi aussi Marie.
    Oui, se sentir prête le moment venu c'est merveilleux
    mais il y a des étapes à franchir avant.
    C'est Bernard Montaud il me semble qui disait qu'à l'approche de la mort
    on franchit les mêmes étapes que lors de la naissance,
    mais en sens inverse.
    Je trouve que ça a plein de bon sens.

    Posté par kea, 10 février 2012 à 02:43 | | Répondre
  • la mort en face

    Non, Kea, je n'ai jamais fait l'expérience de voir la mort en face, dans cette incarnation . Même la mort de mes proches semble m'être épargnée : à chaque fois, je me trouve (involontairement) à des centaines ou des milliers de kilomètres . Ce n'est pas mon karma . Mais j'ai la sensation de l'avoir bien connue dans d'autres vies avant . C'est peut-être pour ça qu'elle ne m'impressionne pas ...

    Posté par marie christine, 10 février 2012 à 12:55 | | Répondre
  • Il se réveille !

    Kéa et Marie, vous rejoignez tellement ce que je vis, que je suis obligé de rompre mon silence ...
    Hier déjà je voulais dire à Kéa que je trouvais bien belle cette proximité ressentie avec "son" Dieu. J'ai envie de préciser : avec "notre" Dieu.
    Créer un lien avec la divinité.
    Pour moi, la meilleure façon, c'est de fréquenter l'Evangile. Lui parler, mais aussi L'écouter.
    Répondre au désir qui sommeille au fond de nous.
    L'Homme a besoin de cette transcendance.

    Marie évoque la fusion.
    Daniel évoque la tolérance.
    Pour moi ce sera plutôt la communion.
    Malgré nos discordes, nous sommes tous frères en humanité.
    Quant au sujet si délicat et si personnel de la mort ... Ouh la la, qu'en dire ?
    Ce samedi après-midi, par un froid sibérien, je me baladais seul le long d'une petite plaine picarde. Observant les sillons, je songeais à ce sol qui me porte et me nourrit. A cette terre dont je viens et vers laquelle, un jour, je retournerai.
    Oui Kéa, la mort, c'est la naissance à l'envers !
    Tout le monde est amené à traverser cette épreuve.
    Moi, je repense souvent à mes grands-mères qui sentaient leurs forces les quitter. Et qui me regardaient fermer la porte de leur chambre avec gravité. La dernière parole de l'une d'elles :"PL, prie bien la Sainte Vierge pour moi !"
    Je peux vous confier que cette petite phrase est gravée au fond de mon coeur pour l'éternité. Peut-être la ferais-je mienne au jour de mon propre passage ?

    Posté par PLV, 10 février 2012 à 13:44 | | Répondre
  • A Kea

    Je comprends très bien que tu parles à Dieu. Pour cela pas besoin de religion. Un dialogue de coeur à coeur, direct, sans intermédiaire.

    Posté par Daniel, 10 février 2012 à 14:51 | | Répondre
  • Daniel & PLV

    Oui, en fait, comment pourrait-on avoir une relation intime avec qui que ce soit par l'intermédiaire d'un autre?
    et la relation avec cette Énergie d'amour qui habite chacun de nous étant la plus intime qui soit, personne ne peut s'immiscer entre les deux. C'est absolument impossible, ce qui ne veut pas dire que je n'aurai pas avantage à profiter de l'expérience des autres sur le chemin ! Mais il est bien clair pour moi que ma relation à Dieu est unique et ne concerne que moi.

    Pour ce qui est de "Notre Dieu" PLV...
    humm! ça porte à confusion je trouve
    car s'il y a "Notre Dieu", il doit bien y avoir "Votre Dieu" aussi. Ce qui en fait déjà deux !
    Moi je parle de celui qui habite le coeur de chacun
    peu importe la religion ou la non religion
    la couleur, la culture, ou la race.

    Posté par kea, 10 février 2012 à 15:32 | | Répondre
  • Prions La Vierge

    Cette bonne mère de tous les peuples.
    Tellement céleste et tellement terrestre.

    Comme le curé d'Ars, j'ai envie de dire:
    "La Sainte Vierge est ma plus vieille affection."

    A l'heure du trépas, j'espère bien qu'Elle sera tout près de moi et qu'Elle me dira:
    "Tu es une bien vilaine fille, je n'ai cessé de te porter.
    Tu m'as reconnue, tu m'as aimé, celà suffit.
    Je suis venue te chercher."

    Bon, en attendant...
    J'm'en retourne à mon chapelet...
    En communion avec PLV.
    En attendant de fusionner avec la Marie et retrouver: Marie à FATIMA.

    Lucie

    Posté par Eve Lyne, 10 février 2012 à 18:31 | | Répondre
  • Dieu pour tous

    Les religions n'empêchent pas l'intimité quand le coeur est sincère, je suppose .
    Ce sont les dogmes qui font barrage ...

    Posté par marie christine, 10 février 2012 à 18:54 | | Répondre
  • Sincérité

    C'est ça ! les dogmes font barrage.
    Lorsque la sincérité est là, tous les chemins ne peuvent que mener à bon port il me semble.
    Mais il y a bien des pelures à enlever avant d'atteindre la sincérité authentique.
    Difficile de remettre en question un personnage qu'on a mis des années à construire.
    Plusieurs ne saisissent pas cette histoire de personnage.
    Le temps se chargera de leur enseigner ça !
    Le temps est le meilleur professeur
    mais, comme disait quelqu'un que je connais,
    il finit toujours par tuer ses élèves.

    Plus le personnage disparaît, moins je suis quelqu'un
    et ça c'est déstabilisant pour un bon moment.

    Posté par kea, 11 février 2012 à 14:48 | | Répondre
  • le personnage

    Ce que tu dis, Kea, me rappelle ces paroles de la Mère que l'ai lues récemment :

    "L'image est très claire, de toute cette humanité qui s'accroche pour grimper, qui essaye d'attraper comme cela, mais qui, elle, ne se donne pas -elle veut prendre !
    Et ça, ça ne va pas . C'est intéressant mais ce n'est pas ça .Il faut qu'elle s'annule .
    Alors autre chose peut venir, peut prendre sa place . Cette Force immense, cette Vibration immense qui presse-presse-presse ... et quand on s'ouvre, ça entre et se répand .
    Au fond, c'est ça le plus difficile : apprendre à disparaître ."

    Posté par marie christine, 11 février 2012 à 16:41 | | Répondre
  • Donner

    Elle veut prendre,
    mais elle...
    elle ne se donne pas !

    Voilà que tout est dit dans une toute petite phrase !

    On touche ici la racine de tous les malheurs passés et futurs de l'humanité toute entière : "prendre, prendre, prendre, prendre... sans jamais donner en retour". Et donner, ce ne sont pas des actions ici et là, c'est plutôt un état d'être ! et les actions suivent, elles ne peuvent que suivre.

    Posté par kea, 11 février 2012 à 17:16 | | Répondre
  • Kea

    C'est vrai ! Tant qu'on pense à soi comme une personne bien distincte, on se sent outragé, on veut se protéger et on veut posséder de peur de perdre ou en pensant que c'est un dû . Tout doit être à notre service, même Dieu .
    Mais la vie n'est jamais comme on voudrait qu'elle soit, alors on est malheureux .
    Avec le temps et les épreuves, on apprend à être moins exigeant, on apprend à regarder les autres, non plus par rapport à soi, mais avec leur point de vue à eux . Enfin, on essaie ...
    Peu à peu, on s'aperçoit que ce qu'on appelle "les autres" ne sont pas très différents de nous . En fait, nous sommes les mêmes dans l'essentiel, dans ce qui fait notre unité, et nous sommes différents dans les caractéristiques de la multiplicité .
    Je crois qu'on peut dire qu'on est dans l'ego (l'esprit de séparation)chaque fois qu'on regarde les petites différences de la multiplicité comme l'essentiel . Le détail plutôt que la vue d'ensemble . Le superficiel plutôt que la profondeur .
    Il faudrait être capable de voir les deux en même temps : la multiplicité dans l'unité .
    Chacun est différent mais chacun est le même .
    Dieu est en nous et en tous .
    Dieu est Un et Multiple .
    Dieu ne rejette personne puisque tout est Lui .
    Nous ne pouvons donc rejeter personne . Ce serait rejeter Dieu ou une part de Lui .
    Dieu a un rapport privilégié avec chaque être humain sans préférences, un rapport particulier, avec des nuances, une infinie palette de couleurs, mais toujours avec le même Amour .
    C'est pourquoi il est vain de chercher à lui plaire d'une manière ou d'une autre ... Dieu est incorruptible . Il n'est ni un justicier ni un punisseur ni un donneur de récompenses . Ca, c'est un vieux préjugé, une vision erronée qui nous colle à la peau depuis la nuit des temps .
    Il vaut mieux chercher à Le connaître, à se rapprocher de Lui pour mieux le sentir en soi, pour mieux voir avec Ses yeux, pour mieux ETRE Lui .

    Posté par marie christine, 12 février 2012 à 06:53 | | Répondre
  • Lumineux

    Eh ben dis donc ! La Marie...

    J'savais bien que j'avais tout à y gagner de te fréquenter.
    Suffit juste d'écouter ce que nous dit Dieu...
    (Dans le creux de l'oreille.)
    Hi ! hi !

    Lucie.

    Posté par Eve Lyne, 12 février 2012 à 08:00 | | Répondre
  • A l'écoute

    Ah oui, surtout si on n'est pas d'accord avec Lui !
    Hi, hi !

    Posté par marie christine, 12 février 2012 à 09:30 | | Répondre
  • A Marie Christine

    Ta réponse à Kea est très bien . En tout cas elle correspond à ce que je ressens. Je garde ton texte pour le diffuser prochainement si tu le permets.

    Posté par Daniel, 12 février 2012 à 14:34 | | Répondre
  • Une sainte colère

    "...surtout si on n'est pas d'accord avec Lui !"

    Il arrive toujours un moment où on est pas d'accord, parce qu'en fait c'est la conception qu'on s'est faite de Dieu qui finit par nous rebuter.

    Soeur Emmanuelle à un moment donné s'est fâchée contre Dieu (sa conception de Dieu devrais-je dire) et elle a dit quelque chose comme "là ça commence à bien faire !" et comme par enchantement elle s'est subitement retrouvée dans un état de joie qu'elle n'avait jamais ressenti avant.
    Comme elle ne pouvait pas réellement remettre en question sa conception de Dieu (elle avait mis tant de temps à la bâtir), elle a interprété cette expérience en regard des situations extérieures. Elle a repris son fardeau de concepts et dit que plus jamais elle n'a retrouvé une telle expérience de plénitude dans sa vie.
    Ce qui prouve bien que la vraie pauvreté n'est pas matérielle !

    Posté par kea, 12 février 2012 à 14:52 | | Répondre
  • concepts

    Bien sûr, Daniel, tu peux publier . Quoiqu'il soit toujours hasardeux de prétendre connaître Dieu . Disons que ça me paraît une version, certainement réductrice, mais assez "raisonnable" d'une dimension qui nous dépasse ... En tout cas, si tout le monde s'accorde pour dire que Dieu est Tout Amour, alors Il est Tout Amour, sans restrictions . Toute restriction, toute idée de rejet de Sa part devient un non-sens . C'est juste une question de logique !

    Kea, ton exemple de soeur Emmanuelle montre bien comment nous fonctionnons avec des concepts tenaces parfois . Et même si ce ne sont pas des concepts religieux, ce sont des concepts sociaux, éducatifs, psychologiques, karmiques, etc ... Ouf ! On n'a pas fini de démêler !!!
    Le mieux, je crois, est de se dire : "Tant que je souffre, c'est que j'ai quelque chose à résoudre en moi . Quoi ? Je ne sais pas trop, mais Dieu m'aidera si je lui demande de m'éclairer ."
    Le problème avec nos concepts, c'est qu'on n'en a pas conscience !

    Posté par marie christine, 12 février 2012 à 16:11 | | Répondre
  • L'inconceptualisable

    "Tant que je souffre, c'est que j'ai quelque chose à résoudre en moi ."

    Cette phrase aurait pu tout aussi bien provenir de moi Marie car je me la suis formulée au début de ma vie d'adulte, et régulièrement par la suite.

    On imagine pas à quel point on est bourrés de conceptions qui ne viennent absolument pas de nous. On dit "Je pense ceci, je pense cela! alors que tout ça est emprunté d'un bord et de l'autre. Et comme tu dis Marie, impossible de faire le tri dans tout ça.

    Comme Soeur Emmanuelle qui s'est retrouvée pour un moment dans une grande humilité (elle ne savait plus rien à ce moment-là, elle était redevenue ouverte comme un enfant, et c'est alors que la plénitude s'est engouffrée en elle) je tends moi aussi à retrouver mon coeur d'enfant.
    Je considère que les concepts sont nécessaires pour fonctionner dans la vie courante. C'est grâce à des concepts que les humains ont fini par aller sur la lune (est-ce que ça en valait la peine... ça je ne sais pas).
    Mais lorsqu'on commence à conceptualiser l'inconceptualisable, qu'on commence à dire "ça se passe comme ceci, ça se passe comme cela" c'est qu'on a perdu son coeur d'enfant... et la plénitude en même temps.

    Posté par kea, 12 février 2012 à 17:41 | | Répondre
  • simple et facile

    Oui Kea . On a compliqué la vie . Ca l'a enrichie d'une certaine façon, mais on s'est tellement habitués à la complication que c'est devenu un réflexe conditionné .
    Retrouver la simplicité sera notre salut .
    Car en réalité, tout est facile .
    Le plus dur est de s'en convaincre .

    Posté par marie christine, 12 février 2012 à 18:45 | | Répondre
  • Des connaissances qui embrouillent

    Maître Eckhart dans les derniers mois de sa vie sur terre s'était complètement éloigné des complications. Auparavant, il aimait bien philosopher, mais là il n'avait plus de temps pour ça. Il se contentait de goûter chaque seconde qui lui était donnée. N'est-ce pas cela habiter le Royaume?

    "Tu vois le ciel, tu vois la terre, c’est ici chez nous, Conrad, nous sommes dans notre maison; (…)
    Cela me suffit Conrad, cela me suffit; je ne veux plus rien savoir d’autre parce que rien d’autre n’est un savoir ou une connaissance. La vraie sagesse c’est que cela nous suffit. Le comprends-tu? tout le reste embrouille et perd. Notre intelligence se réjouit dans l’intelligence de Dieu, voilà la vérité, en fait, voilà notre dialogue avec la vérité."

    Posté par kea, 12 février 2012 à 20:03 | | Répondre
  • tout est là

    Puissions-nous nous trouver dans l'état de simplicité de maître Eckhart !
    Il n'y a rien à penser . Tout peut tomber d'en haut en pluie de lumière .

    Posté par marie christine, 12 février 2012 à 20:35 | | Répondre
  • L'enfant et l'oiseau

    Quand il n'y a plus rien à dire, dans le silence de la solitude,
    Quand le temps a perdu de sa consistance,
    Quand tout est acceptable de ce qui survient,
    Quand le coeur et la pensée s'accordent en harmonie,
    L'enfant et l'oiseau croisent leurs regards en un instant d'éternité.

    Posté par alain thomas, 12 février 2012 à 21:43 | | Répondre
  • joli !

    ... et puisse cet instant d'éternité devenir éternel ...

    Posté par marie christine, 13 février 2012 à 07:32 | | Répondre
  • Cui ! Cui !

    J'y comprends rien de ce que vous racontez,
    Mais... J'acquiesce !

    C'est celà la bonne entente...non ?!

    Posté par Eve Lyne, 13 février 2012 à 10:52 | | Répondre
  • Eve Lyne

    Tu n'y entends rien mais ça n'empêche pas de s'entendre, en temps et en heure, euh ... non, sans heurts !
    Enfin, on s'entend ! Euh ... cent ans, quand même pas !

    Posté par marie christine, 13 février 2012 à 11:07 | | Répondre
  • La Lyne

    Dis-donc pour une fois que c'est toi qui ne comprends rien à ce qu'on raconte, d'habitude c'est l'inverse, c'est quelque chose quand même !
    Bon, cent déconner, si t'acquiesses alors que t'as pas compris, c'est peut-être ça la bonne entente finalement...
    Comme dit souvent mon frère aveugle : ma place n'est pas en France mais en Côte d'Ivoire hi hi !!

    Posté par alain thomas, 13 février 2012 à 13:41 | | Répondre
  • Instant d'éternité

    "L'enfant et l'oiseau croisent leurs regards en un instant d'éternité."

    Ce que tu dis me rappelle une histoire vécue Alain !

    Un jour que je partais au travail, j'ouvre la porte de ma maison et un petit oiseau sur un fil me dit "cui cui cui".
    Ça m'a frappé en plein coeur et j'ai répondu "Oui, bonjour !".
    Certainement, ce matin-là, mon coeur d'enfant s'était emparé de moi !

    Posté par kea, 13 février 2012 à 14:07 | | Répondre
  • Les instants d'éternité

    L'avantage avec les instants d'éternité est qu'ils peuvent durer le temps d'un claquement de doigt.

    Posté par Alain Thomas, 13 février 2012 à 15:11 | | Répondre
  • Comme une guirlande

    Te souviens-tu Alain lorsque tu étais enfant ?
    ces instants d'éternité se répétaient
    seconde après seconde après seconde...
    nuit et jour... comme une guirlande sans fin.
    Moi je m'en souviens
    et je suis sortie de cet état
    sans même m'en rendre compte.
    Je tend maintenant à y revenir,
    et comme l'a dit quelqu'un de très connu
    cela n'a rien d'impossible
    c'est même le but de mon existence.

    Jésus parlait aux foules
    aux gens les plus démunis, les plus humbles
    et il leur disait "Le Royaume est en vous
    et chacun de vous a la possibilité de l'habiter...
    maintenant!"
    Il ne disait pas "Le royaume est en vous
    mais il ne vous est pas possible de l'habiter maintenant,
    seulement lorsque vous aurez traversé des millions de vies
    et que vous serez devenus de grands sages."
    Oh que cela aurait été cruel de sa part de leur parler d'un Royaume auquel ils n'auraient pas eu accès!

    Posté par kea, 13 février 2012 à 17:47 | | Répondre
  • Cui ! Cui !

    Oui ! Oui ! Kea, je comprends ce que tu veux dire.
    J'attends l'arrivée d'un petit canari que j'ai pris sous mon aile, je le connais bien maintenant.
    Faut voir les singeries que je déploie à grands coups de cui ! cui !
    Quand, enfin l'oiseau daigne me répondre: Cui ! Cui !, je suis aux anges.

    Sa maitresse n'est jamais bien loin à m'observer...
    Et tu sais quoi, Kea...
    Je suis sûre qu'elle pense que c'est moi qu'il faudrait mettre en cage oui! oui !

    Tu sais Alain, ton frère aveugle, défois ça doit bien l'arranger de rien voir, hein ?!
    Je suis sûre que ça l'empèche pas d'y voir clair.
    Au fait! Pourquoi il serait mieux en Côte d'Ivoire ?

    Fait gaffe avant de répondre, si tu vois ce que je veux dire...
    Maintenant, ça rigole plus...
    Hi ! Hi !

    Posté par Eve Lyne, 13 février 2012 à 17:53 | | Répondre
  • Cui cui Eve Lyne

    Gitta Mallasz, sur son lit de mort,
    entendit un vol d'oiseaux passer au dessus de sa chambre
    "Les oiseaux savent parler !" dit-elle.

    Quelques jours plus tard
    elle entendit une oie criailler dans une basse-cour voisine,
    "Toi tu ne sais pas parler !" dit-elle.

    Moi je trouve ça plutôt rassurant que tu saches parler aux oiseaux Eve Lyne !

    Posté par kea, 13 février 2012 à 18:56 | | Répondre
  • J'en r'viens pas !

    Changement de sujet,

    Le vote du plan d'austérité par le Parlement grec qui fait, entre autres, que le salaire minimum se verra diminué de 22%, est, selon les dernières nouvelles, applaudi par l'Union européenne !

    Quelle monstres sommes-nous donc pour laisser faire ça ?

    D'accord, les gens ne veulent pas parler de ces sujets-là, et ça fait bien l'affaire de ceux à qui le crime profite !
    Ne parlez pas de ça voyons ! parlons de ce qui va bien voyons !
    mais lorsque la maladie frappe, il faut bien regarder la réalité en face non !

    Posté par kea, 13 février 2012 à 19:09 | | Répondre
  • Grave

    Cui ! Cui ! Daniel...
    Tout de même, sur votre blog y' a de drôles d'oiseaux !!!!

    Posté par Eve Lyne, 13 février 2012 à 19:34 | | Répondre
  • Le Royaume sans Grèce

    C'est vrai Kéa que le Royaume est accessible à chacun d'entre nous mais nous faisons toujours les mêmes erreurs :
    - Le Royaume est simplement trop proche de nous pour que nous puissions le reconnaître ; de même que nous ne pouvons voir notre propre visage, il est difficile pour l'esprit de voir sa propre nature.
    - Il est trop profond pour que nous puissions le concevoir. Nous n'avons aucune idée de sa profondeur. Si c'était le cas, nous l'aurions déjà, dans une certaine mesure, réalisé.
    - Il est trop simple pour que nous y croyions ; en réalité, la seule chose à faire est de demeurer dans la pure conscience de la nature de l'esprit, nue et toujours présente, comme le font sans le savoir le petit enfant ou le vieillard tranquille.
    - Il est trop prodigieux pour que notre esprit puisse l'accueillir ; son immensité même est si vaste que notre mode de pensée étroit ne peut le contenir. Nous ne pouvons simplement pas y croire, pas plus que nous ne pouvons imaginer que l'éveil est la véritable nature de notre esprit.

    Kéa le peuple grec ne peut pas accepter ce qu'ils osent leur imposer. Comment ne sommes-nous pas déjà tous dans la rue et simplement "être" dans la rue, et tous ?
    Car ne rêvons pas, les grecs sont les premiers de la liste et nous avons le devoir d'être près d'eux sinon nous serons jetés en pâture de la même façon.
    Alors que la BCE ne prête de l'argent qu'aux banques privées qui ensuite prêtent aux Etats avec un intérêt scandaleux de l'argent qui n'existe pas, nous laissons un peuple qui ne comprend même pas ce qui lui arrive, mourir de faim et de froid en ce moment même où nous écrivons. Les enfants n'ont plus à manger, ils vont à l'école le ventre vide, les professeurs qui ont vu leur salaire coupé en deux paient de leur poche une nourriture que les parents ne peuvent plus offrir à leurs enfants. Les vieux n'ont plus d'argent pour se nourrir, dépenser de l'énergie et vivre décemment et on laisse faire les banksters, comme ça.
    Quand ça arrivera en France, il ne faudra pas se plaindre car ça arrivera.
    Les gouvernements anglo-saxons construisent des bunkers souterrains tout en posant les fondations de l'eugénisme. Nous sommes trop nombreux sur terre, pensent la plupart des gens ; alors qu'ils ne s'étonnent pas s'ils vont mourir de faim parce qu'ils n'auront pas eu le courage de marcher simplement dans la rue, parce qu'ils auront continué à aller voter, parce qu'ils croient toujours que si les autres en sont là où ils sont c'est leur problème et pas le nôtre.

    La Lyne, si tu sais pas comment s'appellent les habitants de Côte d'Ivoire, je te donnerai le numéro de téléphone de mon frère. Avec lui, t'es sûre de rire sans t'arrêter.

    Posté par alain thomas, 13 février 2012 à 21:03 | | Répondre
  • Grave grave !!!

    Oui, Evelyne, il faut que nous soyons de drôles d'oiseaux pour ne pas sursauter d'indignation en entendant qu'il se passe de telles cruautés chez nos voisins ! Il faut avoir le coeur endurci comme ça ne devrait pas être possible.
    Comme le dit Alain, nous devrions tous être dans la rue maintenant. Si on se tenait les uns les autres, comme on aime tant le proclamer, jamais nous n'en serions rendus là.
    Hé oui, notre tour viendra !

    Posté par kea, 13 février 2012 à 21:20 | | Répondre
  • Le Royaume pour tous

    Ce que tu dis Alain me ramène à l'expérience de Dr Jill Bolte, scientifique du cerveau à Harvard. À cause d'un ACV au niveau du cerveau gauche, elle s'est subitement retrouvée dans le cerveau droit, qui, selon le récit qu'elle fait de son expérience me fait comprendre qu'elle s'est soudainement retrouvée dans le Royaume.
    Nous naissons dans le cerveau droit, dans le Royaume, le cerveau gauche étant une page complètement blanche, et petit à petit nous emmagasinons de l'information dans le cerveau gauche, jusqu'au jour où, je ne sais pourquoi, nous perdons la capacité de passer du cerveau gauche au cerveau droit. C'est là que les problèmes commencent car nous avons la nostalgie du Royaume et essayons de le rejoindre par le cerveau gauche, ce qui est impossible.
    Les deux cerveaux sont complètement séparés comme le démontre Dr Jill dans son exposé, si ce n'est par un tout petit passage à la base des deux cerveaux. Trouver ce passage, voilà ce qui importe.

    Posté par kea, 13 février 2012 à 21:42 | | Répondre
  • Le passage du chas

    J'ai vu la vidéo de cette femme anglaise plusieurs fois. Elle m'avait enthousisamé à l'époque. Faut dire qu'à un moment, quelqu'un lui a apporté un cerveau tout frais et elle a expliqué au public.
    Je ne sais pas combien de conférences elle a fait mais ça a du faire beaucoup de cerveaux tout frais à montrer.
    Ben ouais, je ne sais pas si les informations scientifiques sont exactes mais ce qu'elle a vécu, c'est une expérience extraordinaire qu'elle seule a vécue de cette manière.
    Pas facile de partager une expérience.
    Nous avons tous nos expériences. On les raconte comme si ça pouvait aider parce qu'en fait, chaque expérience est unique. Il y a des points communs certes, c'est ce qui fait d'ailleurs qu'une expérience vécue plusieurs fois avec des points communs peut devenir un axiome ou une loi.

    Je pense que l'on ne peut pas laisser le peuple grec dans cette calomnie.
    Il y a l'Afrique, les enfants qui meurent de faim, de la misère partout dans le monde mais là, en Grèce, ce qui se passe est une violence et une escroquerie d'une cruauté abjecte.
    On sait tous comment cela est venu et on ne dit rien, on laisse faire.
    C'est une telle imposture qu'on ne peut pas ne rien faire ici.
    On ne se rend pas compte ce qu'il y a derrière tout ça.
    Si vous saviez ...

    Posté par alain thomas, 13 février 2012 à 22:40 | | Répondre
  • à Alain

    Au sujet des informations scientifiques Alain je me dis que Dr Jill, ayant fait des recherches sur le cerveau au sein d'une équipe de scientifiques durant plusieurs années, doit savoir mieux que nous de quoi elle parle.

    Cela mis à part, il est évident que les petites déductions au sujet du cerveau droit et du cerveau gauche viennent de moi seule... de personne d'autre.

    Posté par kea, 14 février 2012 à 00:34 | | Répondre
  • Tous déhors !!!

    Eh bien, les amis...
    Sursautez d'indignation !
    Moi,je reste pétrifiée sur ma chaise, avec ma cervelle de moineau.
    Bon sang ! Ceux qui sont dans la rue rèvent d'en sortir, et ceux qui dorment tranquillement bien au chaud rèvent de se retrouver à la rue.
    J'y comprend vraiment rien de ce qu'il se passe.
    Plus encore... J'y vois rien !

    Bon allez, j'retourne élever mon esprit.

    Posté par Eve Lyne, 14 février 2012 à 05:31 | | Répondre
  • Eh fais gaffe !

    Bah oui, Lucie,
    à force de t'élever,
    tu vas finir par cogner le plafond !
    Avec ton balai en bandoulière,
    et l'esprit de travers.

    Posté par PLV, 14 février 2012 à 13:05 | | Répondre
  • à Alain

    "...de même que nous ne pouvons voir notre propre visage"

    Pour voir notre propre visage nous avons besoin d'un miroir
    et il en est de même pour se voir de l'intérieur aussi, parce que trop proche comme tu dis.

    Posté par kea, 14 février 2012 à 18:32 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire