Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

14 mai 2011

Un secret

serenite_7504846454_137468

 

Je vais vous révéler  un secret que j’ai mis bien longtemps à découvrir et que j’ai souvent, je vous l’avoue, du mal à appliquer. C’est le seul qui permette d’avoir une vie relativement heureuse, compte tenu des obstacles, épreuves, difficultés en tout genre que nous devons affronter. Je l’avais lu dans un livre, il y a bien déjà une vingtaine d’années, sans y prêter une attention particulière. C’était dans le livre d’Arnaud Desjardins »Les chemins de la sagesse ». Voici ce qu’il disait «  Il en est ainsi de l’existence. Tout change tout le temps et la seule chose qui ne change pas est l’acceptation du changement ». ACCEPTATION, voilà le secret, acceptation  de tous les événements qui s’offrent à nous au cours de notre vie qu’il s’agisse de souffrances ou de joies. Acceptation ne veut surtout pas dire résignation. Bien souvent, face à un événement perturbant, nous pratiquons soit le déni, soit la révolte ce qui entraîne des tas d’émotions négatives dont nous sommes prisonniers un certain temps, voir, parfois, toute une vie. Plus on refuse une situation et plus ce qui est refusé prend de la force, quelque fois jusqu’à l’obsession.  Accepter ce qui est, c’est accepter le changement, les transformations. C’est se donner la possibilité d’évoluer. «  N’oubliez jamais que la pire des angoisses, la peur la plus inacceptable, l’impression de cauchemar, la certitude de l’impasse absolue, le désespoir n’ont qu’une réalité relative et sont destinés à se dissiper » écrit Arnaud Desjardins.

Pratiquer une telle attitude  est très difficile, voir impossible dans certains cas. Et pourtant quand on réfléchit bien, c’est la seule façon positive de surmonter ce qui nous fait souffrir. Toujours Arnaud Desjardins : « En adhérant à ma souffrance, en me détournant du non qui s’élève en moi et qui est mensonge puisqu’il nie ce qui est, en prenant appui au contraire sur ce qui est, sur mon angoisse, pour lui dire oui, oui, OUI, vient tôt ou tard  un moment où l’acceptation est si entière que la dualité disparaît : je suis mon émotion. Il ne reste plus personne pour souffrir. Et à ce moment précis, la souffrance s’évanouit complètement et fait place à la Paix ». La dualité disparaît en nous et nous nous donnons alors la possibilité d’être dans l’unité et de permettre une meilleure intégration de tout notre être.

Il m’est arrivé de temps en temps de vivre cela et ce fut une grande joie, comme un soulagement qui me mettait dans un état de pleine sérénité.

 

Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Enseignement spirituel - Commentaires [141] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Un secret

    Accepter

    Ben oui, y a que ça à faire !
    En plus, quand on accepte, on a accès à la conscience du plan divin qui se joue derrière : on comprend le pourquoi de ce qui nous arrive, on voit le processus qui nous conduit infailliblement dans notre évolution .
    Se révolter ou se déprimer, c'est accepter de ne rien comprendre !
    Mais l'avantage, quand on voit et comprend, c'est que ça apporte confiance et sérénité . Et ça donne l'envie de participer joyeusement au déroulement (malgré tous ses obstacles), dans une étroite complicité avec le Divin et sa Volonté .

    Posté par marie christine, 14 mai 2011 à 10:03 | | Répondre
  • Profond

    Tout simplement profond Daniel, message magnifique qui nous méne jusqu'à notre essence. Ces paroles me touchent beaucoup.

    Posté par isa, 14 mai 2011 à 11:21 | | Répondre
  • Accepter

    Merci Daniel pour ce texte plein de sagesse.
    Mais une question me vient à l'esprit : Quand on a un Cancer et que l'on souffre attrocement doit-on accepter c'est à dire en somme se résigner à la souffrance ou bien s'ouvrir à elle et trouver les moyens de la soulager ?
    Quand on se casse une jambe doit-on accepter la douleur et se résigner à l'absence de plâtre ou bien accepter le soin prodigué?
    L'acceptation des choses, à mon sens, ne veut pas dire forcément résignation des situations. Bien au contraire l'acceptation c'est l'ouverture du coeur, c'est accepter que la situation est ainsi mais qu'il existe de moyens pour la soulager en dehors de toute résignation.
    C'est comme le dit Marie Christine l'ouverture au "Divin" car en s'ouvrant on accepte cette douleur, ce refus de douleur, cette incompréhension et par cette ouverture le coeur s'offre à la solution qui peut-être la médiation, le soin.
    Sans cela l'acceptation entraine l'inachevé car nous poursuivons le chemin en nous donnant nos propres solutions qui ne sont pas forcément les bonnes car elles correspondent à nos propres schémas. Schémas que nous répétons car nous estimons qu'ils sont les bons.
    Ils deviennent alors avec le temps des blessures à l'âme que l'on traine avec soi et génère nos propres comportements futurs.
    Alors que l'acceptation par l'ouverture achève la situation par la préconisation de solution donnant ainsi un baume à l'âme permettant l'échange et apportant des réponses différentes et par là même une vision différente qui nous fait sortir de nos propres schémas...nous apportant la sérénité.
    Par l'écoute de la douleur, par la réponse à la douleur.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 12:15 | | Répondre
  • Sarah

    Très beau texte Sarah ! Et très juste .
    Accepter ce qui nous arrive en sachant que rien n'est jamais du au hasard . Ce qui n'empêche pas de soigner le mal . Soigner le mal et avoir la volonté d'y remédier, mais en gardant cette ouverture dont tu parles et qui élargit la conscience divine en nous .

    Posté par marie christine, 14 mai 2011 à 14:26 | | Répondre
  • Un enseignement

    Sarah relis bien le texte de Daniel. Il écrit notamment :
    "Acceptation ne veut surtout pas dire résignation."

    L'acceptation est un processus.
    Il découle des enseignements et des expériences de vie.
    Tout est impermanent. Autrement dit, rien ne dure, tout est éphémère ou encore tout change en permanence.
    La seule chose dont nous pouvons être sûrs est la permanence de l'impermanence et qu'en suite de cela, nous ne devrions pas solidifier nos pensées, concepts et émotions, quelles que soient les circonstances.
    Nos pensées et émotions n'ont pas d'existence proprement dite car elles n'ont aucune fiabilité dans le sens où elles fluctuent en permanence.
    Nous ne pouvons pas être indifférents aux situations qui surviennent.
    La colère est une réaction que nous n'avons pas à juger. Elle fait partie du processus d'acceptation. Nous pouvons dire même que sans elle, la résignation n'est pas loin.
    Or ce n'est pas cela l'acceptation.
    Le coeur peut battre plus vite à l'instant d'une émotion sensuelle. C'est le même principe... à l'opposé. Le désir fait partie du processus d'acceptation. Celui qui est insensible à ce qui fait naître le désir refoule et inhibe.
    Ce n'est pas cela non plus l'acceptation.

    Pour comprendre l'acceptation, il faut passer par les extrêmes du désir et de la colère afin de les expérimenter, de les vivre et de les comprendre.
    Il n'est pas possible de les comprendre si nous ne croyons pas en l'impermanence de toute chose.
    C'est parce que nous avons compris le caractère illusoire de toute chose de la création que nous pouvons apprécier les instants les plus doux de l'amour ou nous révolter devant les situations de vie les plus intolérables afin de transcender ces émotions opposées dans l'acceptation.
    Ici, l'acceptation est bien l'ouverture du coeur dans sa compréhension de ce qu'est l'Immuable, la vraie nature de toute chose.

    Il y a donc une contradiction entre la réaction quasi naturelle à une situation et la compréhension profonde de son caractère illusoire.
    Cela demande un temps d'adaptation afin de transcender.
    La transcendance est la clé.
    Elle est l'acceptation.

    C'est là qu'intervient l'éthique.
    Selon la situation, nous ne pouvons pas entrer dans tout ce que nous proposent nos pensées et nos émotions.
    L'éthique est étroitement liée au libre arbitre.
    Chacun possède son libre arbitre.
    Le libre arbitre permet de faire un choix.
    Alors que nous évoluons dans la conscience du coeur (éthique) et non plus dans la conscience du mental (morale), nous sommes attentifs à l'évènement.
    L'attention est une brèche en connexion avec notre esprit de sagesse dans notre conscience et de laquelle émergent les intuitions liées à notre éthique.
    Nous n'acceptons pas tout en matière d'actes.
    Nous sommes conscients de notre prise de conscience que nous sommes conscients de la situation (pardon !).
    Nous acceptons la situation quelle qu'elle soit. Nous n'agissons pas forcément comme nous le voudrions mais à l'image de notre éthique et notre libre arbitre.
    Chacun agit en sa propre conscience.
    S'il se sent en harmonie avec sa volonté d'idéal, il agit dans l'acceptation totale de l'évènement.

    Je disais il y a quelque jours sur la page consacrée à Monsieur Mouloud qu'il ne faut jamais abandonner mais cesser de lutter.
    Il y a un parallèle ici.
    Ne jamais abandonner signifie ne pas se résigner.
    Cesser de lutter signifie accepter.

    Celui qui lutte termine le processus d'acceptation car il solidifie l'évènement dont on sait maintenant qu'il est illusoire de par son caractère éphémère et changeant.

    Cependant, le combat pour une idée ou contre une injustice est un élan de compassion envers les autres, c'est-à-dire envers tous ceux qui souffrent et qui sont résignés ou qui n'ont pas les capacités à modifier l'éthique collective dans laquelle ils vivent.

    Exemple :
    Nous savons qu'au Nigéria, une grande compagnie pétrolière (Shell) amasse de grandes quantités d'argent quotidiennes au mépris des conditions de vie de la population. Leur pétrole et leur gaz passent dans les villages sans aucune disposition sécuritaire et les habitants de ces villages ne perçoivent aucun tribut de cette manne financière. Ils vivent sans eau ni électricité et dans des conditions de pollution inacceptables.
    Le gouvernement est corrompu jusque dans le plus petit bureau et la compagnie traite son personnel sans aucune humanité et la population comme si elle n'existait pas.

    C'est INACCEPTABLE.



    Nous parlions de cela il y a quelques jour sur le blog au sujet de Monsieur Mouloud.
    Accepter sans se résigner signifie à la fois "ne jamais abandonner" tout en refusant de lutter.
    C'est lorsque l'on lutte et que l'on combat que nous cessons le processus qui mène à l'acceptation.
    C

    Posté par Alain Thomas, 14 mai 2011 à 14:58 | | Répondre
  • Le paragraphe ci-dessus est superflu

    Posté par Alain Thomas, 14 mai 2011 à 14:59 | | Répondre
  • Enseignement

    Alain tu aurais dû être conférencier !

    C'est trop long...

    Mon avis n'engage que moi...il est lié à mon expérience.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 15:22 | | Répondre
  • effet miroir

    Tout progresse derrière le voile de l'invisible divin mais à l'échelle mondiale, ça prend du temps .
    Ce que Shell fait au Nigéria, nous le faisons tous les jours dans nos champs, nos villes, nos jardins, nos maisons (insecticides, pesticides, pots d'échappement, tabac, gaspillages en tout genre, maltraitance des objets, goinfrerie, réactions de colère, jugements, etc ...)
    Personne ne peut se qualifier de pur, et cela dans tous les domaines .
    Chaque fois qu'un événement nous choque, demandons-nous avec franchise si nous ne faisons pas la même chose à notre niveau avec ce qui est soit-disant moins important que nous .
    Mais les mentalités évoluent peu à peu ..., heureusement !
    Chaque fois qu'une victoire est remportée sur nous-mêmes, c'est-à-dire chaque fois que nous avons fait vaincre un idéal éthique en nous, c'est une prise de conscience de plus dans le cerveau d'un patron .

    Posté par marie christine, 14 mai 2011 à 15:25 | | Répondre
  • Marie Christine

    Oui c'est juste.
    Au niveau mondiale et à la fois personelle, notre évolution passe par prise de conscience et donc l'acceptation du fait.
    Quand nous sommes en présence de pollution nous crions "HARO" mais combien de personne agisse à l'échelle humaine.
    La prise de conscience est là par l'acceptation de l'événement mais bcp se résignent en pensant que d'autres agiront à leur place...que par l'offuscation ils ont participé à la prise conscience.
    L'humain est pareil, il s'offusque mais ne réagit pas. Il passe outre acceptant la situation comme une autruche...les choses se passeront d'elles-mêmes car on n'y peut rien et puis tout change..mais elles changent que si nous agissons sinon elles perdurent que soit mondial ou à échelle humaine...c'est une "coresponsabilité" que nous devons apprendre pour vivre en communauté.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 15:39 | | Répondre
  • En toute gentilesse

    Sarah pardon mais cela faisait si longtemps que je n'avais pas écrit un long post... toi aussi d'ailleurs.
    Je pense même que dans ce domaine, tu as rivalisé souvent.
    Allez tu peux vérifier c'est facile.

    Tu vois Sarah, c'est important de laisser les autres être ce qu'ils sont.
    Ce n'est pas la première fois que tu me dis que je suis long. Ne crois-tu pas que cela suffit maintenant ?

    Posté par Alain Thomas, 14 mai 2011 à 17:21 | | Répondre
  • En toute Gentilesse

    C'est seulement pour toi pour te permettre de progresser et de prendre conscience que bien que tes propros soient intéressants ils perdent de leur saveur par leurs longueurs.

    Il te faut évoluer tout comme moi j'évolue.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 17:37 | | Répondre
  • Evolution

    Tu vois Alain depuis le mois de mars je vais sur un forum de réflexion qui est plus un échange entre les personnes par rapport à leur vécu ..très instructif...On ne vit pas selon des normes ou "calquer sa vie selon la "bonne norme""
    Mais par rapport à nos faiblesses et vraiment j'ai appris beaucoup.
    Là nous sommes limités dans la rédaction pas plus de 30 lignes d'écriture sinon le post est supprimé.
    Eh bien franchement c'est très agréable car cela favorise la discussion, la réaction..et la lisibilité.

    Et puis entre nous, tu as pondu un autre pavé il n'y a pas si longtemps sur "vous avez dit paranormal" !!!!

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 17:54 | | Répondre
  • Erratum

    Ah non le pavé est sur "Emi -Pamela Reynolds" !

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 19:43 | | Répondre
  • Sarah

    Que veux-tu que je fasse alors ?

    Posté par Alain Thomas, 14 mai 2011 à 20:34 | | Répondre
  • A toi de voir

    Condenser, résumer tout en gardant l'essentiel qui en fait sa qualité.
    Mais si tu n'y arrives pas tant pis c'est pas grave...c'est dommage c'est tout.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 20:44 | | Répondre
  • Ah bon !

    je ne pense pas pouvoir m'améliorer dans mes élans.
    Parfois je fais court et parfois j'ai envie de dire quelque chose et je me laisse emporter dans mes intuitions.
    En tout cas, je regrette sincèrement que tu te sentes mal à l'aise en me lisant. Ce n'est pas volontaire de ma part.
    Il est vrai que j'adore écrire et que je ne le fais que sur le blog de Daniel. Je n'en ai pas d'autre mis à part celui d'Hanami quand elle trouve le temps d'ouvrir une page.
    Avec Hanami je ne suis jamais limité.
    Je me sens libre et c'est important de se sentir libre.
    Je vais réfléchir à tout ça.
    Je souhaite rester moi-même.
    Bises

    Posté par Alain Thomas, 14 mai 2011 à 21:45 | | Répondre
  • Non pas mal à l'aise

    Ah non tu fais erreur Alain je ne suis pas mal à l'aise avec tes écrits mais je ne lis pas quand c'est long.
    Maintenant oui tu peux rester comme tu le souhaites.
    Fais comme tu veux.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 22:08 | | Répondre
  • Dépassement

    Sache que je n'ai pas lu ton post uniquement les deux premières lignes donc ce que tu as écris m'est complètement étrangé.
    Donc il n'y a pas de malaise car cela m'indiffère.

    Nous n'aurons jamais la vision car pour toi c'est juste de l'éphémère.
    C'est une idée que tu devrais soumettre à l'enfant qui s'est tabassé..tout passe..tout n'est qu'éphémère. C'est vrai les coups passent mais le trausmatisme est là. Lui a besoin de s'exprimer et être écouté. On ne peut pas lui dire "accepte" et passe à autre chose car les choses changent.
    Non la douleur est présente car la victime se sent "invisible" dans sa douleur. Et pour pouvoir guérir elle doit exister dans sa douleur et pas seulement lui dire accepter car c'est un long chemin qui ne n'a pas besoin de longue dissertation.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 22:26 | | Répondre
  • tous libres

    Si je puis me permettre d'apporter mon grain de sel ...
    On est tous libres d'écrire des tartines (Daniel n'a jamais limité personne) .
    Et personne n'est obligé de tout lire !

    Elle est pas simple la vie ?

    Posté par marie christine, 14 mai 2011 à 22:32 | | Répondre
  • Marie Christine

    Tout à fait.
    Seulement je trouve qu'il est plus agréable d'avoir du court bien proportionné.
    Maintenant comme vous l'avez dit vous êtes libre...c'était juste pour faire comme vous !
    Ahhhh accepter accepter..que devrions nous accepter !..je ris parce que je m'aperçois le forum a raison sur l'être humain et son égo.
    Sa propention a vouloir imposer les choses mais uniquement dans la propre vision que l'on a. De dire oui accepter mais accepter ma position plutôt que leur position.
    Comme j'ai entendu ce soir "Même quand on a raison, il est difficile de se faire entendre"...parce que justement nous sommes ancrés dans nos propres acquis et nous n'acceptons pas le changement même si on crit que l'on change..en fait non on s'aperçoit que même la demande infime de changement est considéré comme une atteinte à la personne alors comme pouvons-nous évoluer si l'infirme changement ne peut exister car remettant en cause ce que l'on estime être sa personnalité.

    Et là j'ai fait long !
    Allez bonne soirée.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 22:57 | | Répondre
  • Petite soeur Sarah

    Douce à nuit à toi et gros bisous à tes chatons !

    Posté par Alain Thomas, 14 mai 2011 à 23:06 | | Répondre
  • Alain

    Je ne suis pas ta soeur ni filiale ni de coeur et j'aimerai comme toi qui souhaites écrire comme tu le veux que tu cesses de m'appeler "petite soeur sarah".
    Nos relations sont uniquement virtuelles et ne se borne qu'à ce blog.
    Bonne nuit à toi merci pour les chats !
    En toute amitié virtuelle.

    Posté par Sarah, 14 mai 2011 à 23:18 | | Répondre
  • Sarah

    Oui, je commence à apprendre (avec l'âge !) que finalement, il vaut mieux se faire le plus souple et le plus neutre possible .
    Pour en revenir à l'article de Daniel, l'acceptation est le secret, mais pas facile à tenir ! A chaque coin de rue, c'est notre atavisme, notre éducation, nos enseignements, nos conditionnements de toutes sortes qui nous rattrapent .
    On ne juge qu'à travers nos croyances . Si on n'en avait pas, on serait débarrassés du jugement .
    On croit avoir un rôle à jouer dans la société . Personnellement, ça j'ai liquidé ! Enfin j'espère car on n'est jamais sûr de rien .
    On n'est responsable que de soi-même . Et c'est déjà beaucoup !
    Faire le vide, c'est ce que nous demandent les nouvelles énergies . Ne se charger d'aucun fardeau .
    Le vide ... le vide ... le vide .
    Comment l'énergie divine peut-elle nous habiter si on ne lui laisse pas de place ? Si on s'alourdit de responsabilités que l'on se créé soi-même ?
    Nous croyons savoir mieux que le Divin, nous ne lui faisons pas confiance, nous ne le laissons pas prendre les rênes .
    Et pourtant, à travers nous, Il agirait avec tellement plus de justesse et d'efficacité !
    Enfin, ce sont mes réflexions du moment . J'essaie de faire au mieux ...

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 01:40 | | Répondre
  • J'ai véçu il y a plusieurs années un état de simplicité. Tout est devenu simple. Quelques heures de simplicité. Un état de conscience qui est arrivé et dans lequel je me sentais sans jugements, sans besoin d'explication, sans désir, pas de vouloir, Rien. Tout était complet. Tout était simple.
    Maintenant je vois bien que trop souvent je reprends le chemin de la complication : je complique ma vie à essayer de comprendre, essayer d'expliquer, essayer de m'améliorer...
    Ce n'est pas le chemin à suivre.

    J'ai juste un effort à faire : rester concentré. Cette concentration est tout, agit en tout. La transformation se fait sans moi, mais pour moi.
    L'acceptation est là naturellement. La belle vie!

    Posté par maty, 15 mai 2011 à 04:55 | | Répondre
  • Souple !

    Oui Marie Christine la souplesse passe aussi par l'acceptation que nos visions diffères et l'acceptation du consensus ainsi qu'un très détachement !...cela est la souplesse.
    Pour ma part j'estime que le "tout individuel" n'est pas un fin en soi. En effet à travers notre économie, notre travail on véhicule l'idée que si je me fais du bien alors je fais du bien aux autres et par la même occassion ; je contribue à l'amélioration de tous.
    Mais ce qui est étonnant c'est que notre société vit dans un grand mal être ..alors qui si effectivement le simple fait d'être responsable de soi-même contribue à l'amélioration de tous ce mal être ne devrait pas exister.
    Donc l'acceptation est une acceptation "égoïste" car elle tend à vouloir dire que le plus important c'est de s'occuper de soi-même sans tenir compte de son environnement.Que tout est éphémère et que les difficultés s'appaissent d'elles-mêmes or si on regarde bien les difficultés que l'on connait aujourd'hui ne s'appaisent pas.
    Au contraire il y a de plus en plus de violence, il y a des plus en plus de personne de seules, il y a de plus en plus de personnes qui vivent dans un grand mal être parce qu'on leur dit que ce qu'ils sont n'est pas "conforme" à "la norme" et que si ils vivent cela ils en sont responsables.
    Est-ce qu'un enfant qui se fait linché à barre de fer est responsable de cela ? Est-il responsable des coups qu'il a reçu ?
    Est-ce qu'un adolescent qui s'est fait brutalisé à la suite d'un rendez-vous sur FACEBOOK est responsable de cela ?
    Nous sommes communautairement responsables et il faut arriver à dépasser cette volonté à vouloir sans arrêt mettre en évidence l'individuel et le refus de sacrifice au nom de cet individuel sans tenir compte du fait que l'être humain est un être de relation et qu'il se construit par ces relations. Cette construction nécessite le sacrifice et le consensus.

    Posté par Sarah, 15 mai 2011 à 08:07 | | Répondre
  • Chère Sarah !

    J'espère que l'adjectif "chère" ne te fera pas trop dresser tes cheveux sur ta petite tête. Bon j'ai compté 25 lignes sur ton post ci-dessus et vais essayer de ne pas dépasser même si de toute façon tu ne dépasses pas 2 lignes. T'es quand même gonflée la gosse de vouloir m'imposer d'écrire plus court.
    Nous traversons la période la plus fantastique de l'humanité. Les mayas, d'après leurs calculs savants, possèdent un calendrier qui suit le Plan Divin. Le 1er inframonde (cellulaire) a commencé il y a 16,4 milliards d'années. Le 9ème (universel) se termine le 28 octobre 2011. Il dure 234 jours. Il a commencé le 8 mars. Le 11 mars, le Japon a connu une grande tragédie. Ce jour, les techniciens avouent : trois coeurs de réacteur sont en fusion et quatre piscines connaissent des fuites importantes. Actuellement, il n’y a aucune solution technique connue qui permettrait d’arrêter l’irradiation et la contamination radioactive. En arrosant la centrale, les liquidateurs ne font que retarder le moment où ça va péter. Car les réactions en chaîne sont impossibles à arrêter – pour l’instant, elles sont ralenties par les millions de tonnes d’eau déversés et rejetés à la mer en permanence. Autrement dit, le Japon est d’ores et déjà une terre perdue pour les milliers d’années à venir.
    Dans le même temps, la conscience s'élargit et l'éthique prend le dessus sur le pouvoir et l'argent. Le système est condamné et les perspectives sont merveilleuses dans la prochaine dimension.

    Posté par Alain Thomas, 15 mai 2011 à 09:23 | | Répondre
  • Marie Christine

    Je peux vous conseiller un livre fort intéressant qui est "Grandir dans la crise" qui donne des pistes de médiation et de réflexion.
    De même les contes soufis sont très intéressants sur l'individu, sa relation avec autrui etc...
    Nous devons avoir à mon sens avoir une vision non pas unique et dogmatisante mais plus large permettant à l'être d'avoir une reconnaissance et une identité.
    Bon Dimanche.

    Posté par Sarah, 15 mai 2011 à 09:36 | | Répondre
  • en route vers l'unité

    Maty, j'aime beaucoup ce que vous dites . Faire le vide, c'est se remplir du Divin et tout devient simple . Atteindre la simplicité, quel but merveilleux ! C'est vrai, il n'y a plus qu'à se concentrer sur cet unique objectif . Dans le repos comme dans l'action et la relation avec autrui, tout ce qui doit nous motiver est l'union avec le Divin car il est Tout, en tout et en tous .

    Sarah, considérer le monde en se regardant soi-même séparé des autres, c'est être dans la dualité . Ce que les autres vivent, nous le vivons en nous d'une manière ou d'une autre . Et agir sur nous-même est donc tout sauf de l'égoïsme car on le fait pour la terre . L'impatience est un aveuglement . C'est un désir, un vouloir qui nous empêche de voir les choses avec objectivité .
    Merci pour le conseil, j'aime beaucoup la sagesse soufi .

    Il y a, à mon sens, plusieurs problèmes avec les enseignements :
    1) On les choisit par rapport à des problèmes que l'on éprouve dans sa vie, et on n'en est pas forcément conscient
    2) On a tendance à les interpréter à sa sauce, selon ses propres déformations émotionnelles
    3) Ce n'est que du mental tant que l'on ne les a pas expérimentés dans sa chair
    4)On risque de tout juger à travers eux
    5)On peut tomber facilement dans le prosélytisme
    ivin

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 10:40 | | Répondre
  • Différence/Unicité !

    Justement c'est que je dis on a trop tendance à se regarder soi-même et donc être en dualité.
    Or si on s'englobait dans une communauté tout en étant un individu à part entière ayant son propre vécu qui peut être un enrichissement pour tous ; alors le dogmatisme ne peut exister car justement il y a interaction et échange.
    L'un apporte à l'autre et vis et versa et non pas l'autre présentant une vision unique du "tout bonheur" n'étant pas en adéquation avec la personnalité même de la personne la culpabilisant ainsi de ne pas être conforme à ce "tout bonheur".
    De ce fait en "brisant" la personne même on s'oriente vers une idée sectaire de cette uniformité car ne correspondant pas à la norme que l'on soi-même établit ou que l'on souhaite unique à tous ou que l'on estime tendant au bien être universel.
    Chaque personne a son propre cheminement qui n'est pas le cheminement de tous...Elle est donc indépendante, unique, identitaire tout en vivant dans une communauté.
    De part cette notion même alors elle va faire preuve de sacrifice en prenant compte que son bien être et le bien de l'autre sont interdépendants qu'il faut parfois renoncer pour le bien commun.
    Ce n'est pas négatif et ne porte pas atteinte à son intégrité mais lui permet de vivre en communauté.
    Pour le reste je vous suis complètement et hélas bcp personne ont tendance à se servir de cette faiblesse pour dogmatiser.

    Posté par Sarah, 15 mai 2011 à 11:00 | | Répondre
  • Cela suffit !

    Il est vrai que le ton directif d'une opinion peut sembler dogmatique.
    Si l'individu qui l'exprime a son propre chemin, n'est membre d'aucune religion ni courant philosophique ou mouvement quelconque, s'il évite les mondanités, les évènements, la vie sociétale et associative, et revendique la liberté totale de penser, d'exprimer, l'égalité entre tous les êtres vivants, alors où est le dogme ?
    Chaque être humain est unique et participe de la diversité.
    Il s'exprime et quel que soit le ton qu'il emploie, s'il ne revendique rien, s'il n'impoose rien sinon d'exprimer une opinion en prenant soin de répéter qu'il n'a pas de certitude seulement une foi profonde,
    alors l'accuser de "briser" la personne (laquelle se sent brisée ?), la "culpabiliser" de ne pas être conforme à ce "tout bonheur" (laquelle se sent coupable ?), l'accuser de sectarisme alors qu'il prône l'universalité,
    relève d'une attaque diffamatoire et infondée.
    Sarah, tu as mon mail, j'ai le tien.
    Ton attaque et tes accusations d'homme dogmatique, qui culpabilise et qui est sectaire, me touchent.
    Je ne sais pas quelle mouche te pique mais cela suffit maintenant.

    Posté par Alain Thomas, 15 mai 2011 à 11:59 | | Répondre
  • bonne volonté

    Oui Sarah . En fait, tout dépend comment on se regarde soi-même !
    Avec sincérité, pour s'améliorer, et ainsi faciliter les relations avec autrui et se sentir en paix avec soi-même .
    Ou avec égoïsme, pour dominer ou manipuler les autres .
    Ou les deux à la fois ...
    Ou séduire Dieu en se prenant pour un saint .
    Ou d'autres raisons encore ...
    Il y a plusieurs manières d'intégrer et d'utiliser les connaissances spirituelles .
    Illusion ! Futilité ! On ne peut rien cacher à Dieu, Il nous connaît par coeur ! Il connaît nos faiblesses, nos inconsciences, nos tâtonnements vers Lui . Il ne nous demande pas d'être parfaits, Il sait très bien que c'est impossible vu l'histoire de l'humanité . Mais je crois qu'il éprouve une immense gratitude envers tous ceux qui s'efforcent de sortir du marasme, des violences et des plaisirs futiles . Il sait mieux que personne que ce n'est pas facile (bien que ce soit la simplicité même mais qu'on a du mal à la voir) .

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 12:20 | | Répondre
  • dogmatisme

    Alain, tu m'as devancée !
    Je crois que nous réagissons encore par rapport à nos traumatismes de jeunesse .
    Ma mère était le Big Bang à elle seule, le Dogmatisme personnifié et chaque fois que je rencontrais quelqu'un qui lui ressemblait de près ou de loin par son comportement autoritaire, je réagissais vivement . Et j'ai du m'opposer à elle pour qu'elle ne me bouffe plus !
    Maintenant qu'elle est partie, je suis apaisée . J'y vois plus clair .
    Je le dis sans état d'âme car en même temps je sais que j'ai fait le maximum pour l'aider et l'assister chaque fois qu'elle avait besoin de moi . J'ai même fait plus que je n'aurais du ...
    Avec le recul, je vois que j'aurais du réagir beaucoup plus tôt . En m'écrasant devant elle pendant si longtemps, je ne lui ai pas rendu service, et à moi non plus !

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 12:30 | | Répondre
  • Alain, Sarah

    A noter que je ne vise personne en particulier. Votre conversation m'amène simplement à quelques réflexions sur moi-même ...

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 12:41 | | Répondre
  • Marie

    Marie il n'y a plus de conversation entre Sarah et moi depuis 23h 18 hier soir.
    Sarah a cessé tout dialogue.

    Il y a une différence entre ton vécu et le mien, je crois que nous l'avons déjà abordé, au risque de répéter (ah Alzheimer !).
    Il suffit de demander à ma fille si elle se sent libre d'être et si à un seul moment, elle a eu l'impression d'avoir été prisonnière ou sous emprise.
    Je dirais même que c'est le contraire. Elle dit qu'elle a eu la chance inouïe (ce sont ses propres termes) d'avoir des parents qui lui ont laissé la totale liberté d'être et elle nous remercie pour cela.
    Cela n'empêche pas la tendance naturelle d'un individu à exprimer ses convictions avec un ton directif involontaire (si c'est dans son tempérament), sans toutefois jamais les imposer.

    Posté par Alain Thomas, 15 mai 2011 à 12:51 | | Répondre
  • Alain

    Je ne crois pas que tu t'exprimes sur un ton directif, on te connaît !
    Je crois plutôt que ce sont nos convictions qui font que l'on prend un certain ton . On est tellement convaincu qu'on a tendance à faire des affirmations parfois catégoriques .
    Disons que nous devrions être capables d'arriver à un état où l'on dépasse les enseignements pour ne plus écouter que son ressenti .

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 13:14 | | Répondre
  • Marie

    Sans doute Marie mais tu remarqueras que souvent, comme je suis un être entier et passionné, je prends soin de dire que ce que j'exprime n'est que mon opinion et qu'il n'y a pas de certitude. Je le fais naturellement et c'est d'ailleurs parce que je dis que je n'ai pas de certitude que cela me laisse la possibilité d'exprimer les choses librement, sans dogmatisme.
    Le dogmatisme est une philosophie ou une religion qui s'appuie sur des dogmes (croyances, opinions ou principes donnés comme intangibles et imposés comme vérités indiscutables) et rejette catégoriquement le doute et la critique.

    Tu sais Marie, je vis de plus en plus dans la solitude, c'est ma volonté.
    Le blog de Daniel est un outil d'échange, d'expérience de vie et d'expression merveilleux car il aide chacun à s'ouvrir en grand.
    Nous avons tous sur ce blog notre sensibilité.
    Il y a ceux qui vont régulièrement au front, comme toi ou moi ou encore Eve Lyne puis il y a ceux qui s'expriment moins et puis il y a ceux qui ne s'expriment que de temps en temps et enfin il y a ceux qui lisent.
    C'est ainsi !
    Nous avons une totale liberté.
    Je relis mon très long post d'hier à 14h 58 et je constate que j'exprime une opinion sans jamais vouloir l'imposer. Par contre, ma conviction fait qu'elle peut sembler dogmatique, si on ne me connaissait pas, comme tu le dis. C'est effectivement un exposé. Heureusement que l'on peut ne pas être d'accord, de là à dire que l'on brise une personne ou qu'on la rend coupable ou encore que l'on est sectaire, tu comprendras que cela va trop loin.
    J'accepte et en même temps je suis stupéfait de l'accusation diffamatoire qui suit, avec sourire cependant.

    Posté par Alain Thomas, 15 mai 2011 à 13:42 | | Répondre
  • Alain

    Il n'est pas facile de démêler cet enchevêtrement d'influences ...
    J'ai, par ma propre expérience, douloureusement compris qu'on se brise soi-même parce que quelque part il y a une voix qui nous dit de le faire .
    Ensuite, quand on est rejeté, on rejette à son tour .
    Quand on est culpabilisé, on culpabilise à son tour .
    Quand on est dominé, on domine à son tour .
    Etc, ...
    Il y a cette phrase archi connue : "On reproche toujours aux autres ce qu'on se reproche à soi-même" .
    Je critique ma mère, mais je reconnais que, tout en me révoltant, j'ai agi comme elle dans certains aspects . D'ailleurs, certains ici sur ce blog n'ont pas hésité à me dire (avec des gants !) que je faisais ma maîtresse, et je les en remercie .
    Ce qui se passe en fait, c'est un transfert de vibrations d'une personne à l'autre . Les parents passent leurs vibrations à leurs enfants, les conjoints entre eux, les amis, les collègues, etc ... Finalement, on ne sait plus qui est qui et c'est pour ça qu'on a tant de mal à se connaître soi-même .
    Une femme violée se sent sale et coupable . Et pourquoi ? Elle n'a aucune raison ! Tout simplement parce que le violeur lui a transmis sa vibration à lui . Et les rapports sexuels sont le mode le plus privilégié pour une "passation de pouvoirs" . A chaque émotion forte, des forces se précipitent en nous .
    Dans un couple, le jaloux n'est pas toujours celui ou celle qu'on croit, ou le dominant ou le fort ou le faible ...
    Alors pour éviter ce genre d'activités perverses qui se produisent en permanence dans l'invisible et qui nous traversent, il est bon de se purifier au maximum parce que plus nous serons purs donc vides, plus nous serons transparents et moins ces énergies auront de prise sur nous .
    Quand je parle de travailler sur soi (je sais que tu n'aimes pas ce mot), il s'agit tout simplement d'éliminer le plus possible ce qui perturbe, en lâchant prise et en prenant conscience de l'origine car si on en connaît l'origine, c'est beaucoup plus facile après .
    Ceci dit, chaque religion contient des vérités mais aucune n'a La Vérité .
    Le catholicisme convient aux uns, l'islam ou le bouddhisme aux autres selon le but qu'ils cherchent à atteindre .
    On n'est pas tous destinés au nirvana, c'est une voie possible .
    Pour ma part, je crois à l'évolution de l'homme sur terre, à la transformation de la nature, à la divinisation de la matière, non à son extinction .
    C'est pourquoi ton enseignement n'est pas toujours en adéquation avec le mien, ni le mien avec le tien ou avec celui des catholiques qui croient à la mort, à la punition divine, à l'enfer et au paradis .
    Mais une chose est sûre, c'est que nous avons tous un point commun : nous sommes tous une parcelle divine provenant de la même source et nous avons tous un même élan vers le haut .

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 14:44 | | Répondre
  • Marie

    Je n'ai rien à ajouter à ton commentaire Marie car je le ressens pleinement.

    Juste préciser que l'interaction dont tu parles avec justesse démontre que tout est relié et que nos schèmas semblent exister de fabrications mentales, que le chemin consiste à faire le vide afin de retrouver notre vraie nature immuable, commune à tous.

    Je vais choquer mais tant pis, se connaître, à mon sens et à mon sens uniquement, c'est découvrir sa vraie nature divine en ôtant progressivement les voiles qui la dissipent.

    Je pense que c'est ce que tu appelles "travailler sur soi".
    Oui je n'aime pas trop ce terme sans plus car à mon sens, il n'y a pas d'effort à fournir. C'est une intention combinée à une aspiration qui poussent l'individu à transformer son état d'être.
    En clair, il se transforme avec Joie.

    Posté par Alain Thomas, 15 mai 2011 à 16:42 | | Répondre
  • Alain

    Hé ben, Alain, tu as de la chance si tu n'as aucun effort à faire !
    Lâcher prise en méditation, c'est une chose, mais le faire en toutes circonstances dans la vie quotidienne, ça demande un effort d'attention et de concentration assez intense et une sacrée constance, pour moi en tout cas . On est si facilement happé par les événements ...! La plupart du temps on s'en aperçoit à peine . Souvent l'émotion nous submerge et on s'identifie à elle .
    Sinon, rien de choquant dans ce que tu dis sur notre nature divine . C'est tout à fait juste .

    Et notre pauvre Eve Lyne qui est clouée au lit !

    Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, pas de wooggie-booggie avant de faire vos prières du soir, sinon voilà le résultat !!!!

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 17:14 | | Répondre
  • Marie

    Ce n'est pas valable pour moi Marie.
    Je vois autour de moi les autres "travailler sur eux" avec joie, intention et aspiration et je peux te dire que ça marche.
    Je suis bien trop paresseux pour faire des efforts. C'est pour ça que je ne m'inscris dans aucun groupe ni aucun mouvement. Je me contente de faire ce que je peux, en évitant autant que possible de faire du mal, en essayant de cultiver le bien pour autrui.
    Quand à dompter mon esprit, c'est une autre paire de manches, comme tu le dis.
    Très difficile, pas assez de motivation, d'intention et d'aspiration.

    J'm'en vas dire bonjour à la Lyne sur l'autre page, tiens !

    Posté par Alain Thomas, 15 mai 2011 à 18:01 | | Répondre
  • Alain

    L'essentiel, c'est qu'on n'ait pas d'efforts à faire pour se respecter et s'estimer les uns les autres . C'est déjà bien, hein, Alain ?

    Posté par marie christine, 15 mai 2011 à 18:09 | | Répondre
  • Liberté d'expression

    Ce blog est un blog de liberté d'expression et d'opinion.
    Dommage que tu l'as pris pour toi alors qu'il s'agissait d'une idée générale.
    Je m'adressais à Marie Christine suite à son post et non à toi.

    Posté par Sarah, 15 mai 2011 à 18:25 | | Répondre
  • Sarah

    Alors s'il en est ainsi je te demande pardon de l'avoir pris pour moi.
    J'ai cette tendance parano.
    Bonne soirée à toi

    Posté par Alain Thomas, 15 mai 2011 à 18:38 | | Répondre
  • Marie

    Ce n'est pas un effort pour moi que de respecter les autres et les laisser libres d'être.
    Tu touches même là un point essentiel de la vie.

    Tu vois, je pratique l'attention, l'observation, la concentration et chaque fois que je le fais, c'est sans effort apparent.
    C'est lorsque je deviens distrait sans en être vraiment conscient que je n'ai pas ma petite lampe allumée (la vigilance).
    Là, je suis paresseux et pas forcément pressé de ramener mon esprit en lui-même.
    Trop difficile.
    Et puis c'est si bon de somnoler, dormir, ne rien faire, se laisser aller quoi !

    Posté par Alain Thomas, 15 mai 2011 à 18:44 | | Répondre
  • Marie Christine

    Je vous rejoins dans votre explication du schéma.
    Qui est lumineuse.
    La dogmatisation telle que je la considère est liée justement au fait que certaines personnes qui en ont pris conscience sont durant ce laps de temps maléables et plus sujet à se faire embrigader.
    Et c'est très facile.
    C'est pour cela que l'acceptation ne peut pas être éphémère car l'acceptation si on la considère comme éphémère entraine un non changement puisque la personne estime que tout passe.
    Or si on accepte que cela ne va pas alors cette acceptation se vit dans la durée car elle nécessite un long travail qui ne résume pas à qu'à l'acceptation.
    Chaque personne est unique, chacun a son vécu et personne ne peut connaitre l'ensemble de son histoire à moins d'être intime avec lui.
    Aussi il est difficile d'avoir un jugement ou une idée par rapport à une opinion car l'opinion qui est discutable correspondant à sa propre expérience.
    Comme vous votre vision et votre expression est liée à votre vécu.
    Certains peuvent considère comme n'étant pas la bonne car contraire à sa propre opinion mais là nous rentrons dans un système de valeur. De valeurs personnelles qui sont liées à notre éducation. Que l'on veuille ou non on garde toujours une part de l'éducation reçue même si on change par rapport à cette éducation on modifie la transmission c'est comme le tri du bon grain et de l'ivraie. L'ivraie va correspondre a ce qui est mauvais dans ce que nous avons reçu et que nous avons réussi à dépasser justemment par l'acceptation d'une durée et non d'un éphémère.

    Posté par Sarah, 15 mai 2011 à 20:31 | | Répondre
  • Vague à l'âme

    De la peine... Accepter la vague...
    Merci à vous de ce que vous écrivez...

    A Eve Lyne
    Je te souhaite sincèrement de te rétablir rapidement.

    Posté par Hanami, 15 mai 2011 à 20:34 | | Répondre
  • Chère la Lyne !

    Oui ben ne trépasse pas maintenant hein et passe et repasse souvent par là s'il te plaît !

    Posté par Alain Thomas, 16 mai 2011 à 12:03 | | Répondre
  • Sarah

    Personnellement, moi aussi je privilégie le "développement durable" .
    Mais il y a beaucoup de routes possibles ...

    Posté par marie christine, 16 mai 2011 à 12:46 | | Répondre
  • Marie Christine

    Tout à fait.
    A chacun de trouver sa voie...

    Posté par Sarah, 16 mai 2011 à 12:49 | | Répondre
  • Cool !

    Après un WE sans télé ni ordi (comme c'est bon, la vraie vie !), je vous retrouve mes amis.
    Et quelle surprise !
    Pourquoi cet article de Daniel sur l'acceptation a-t-il déclenché des échanges si houleux ?
    Et si l'acceptation me rendait plus cool ?
    Ce blog regroupe des "chercheurs".
    Et si nous devenions des "trouveurs" ...

    Posté par PLV, 16 mai 2011 à 13:08 | | Répondre
1  2  3    Dernier »
Nouveau commentaire