POLLUTION

Confinement-déconfinement…..Voilà bien des mots que l’on entend souvent, actuellement. Et puis toutes ces informations vraies ou fausses qui circulent dans les médias et ces statistiques mortifères. La roue du monde qui tournait à toute vitesse s’est ralentie progressivement pour s’arrêter, grippée par un petit virus !

Sonné, groggy, le monde s’interroge, le monde s’adapte.  Oui le monde s’adapte car il n’a pas le choix. Dans le terreau bouillonnant d’une vie qui s’est assoupie émergent des idées, des comportements, des mots nouveaux.

« Distanciation sociale, barrière sanitaire, cluster », des mots que l’on ignorait jusqu’à maintenant…….

Délation, aussi, un mot qui rappelle des souvenirs lointains liés à la guerre de 40. Dénoncer son voisin, en voilà une idée, dénoncer une infirmière qui va au front tous les jours…..Ce n’est pas très joli.

Et le nombre de spécialistes qui donnent leurs points de vue, parfois contradictoires : virologues, infectiologues, épidémiologistes……..

Heureusement, dans cette situation qui peut paraitre anxiogène pour certains, de belles initiatives fleurissent qui sentent bon la solidarité : solidarité entre voisins, solidarité envers le corps médical tous les soirs à 20 h, solidarité d’artistes qui chantent en direct sur le web. Et puis toutes ces vidéos réalisées par des amateurs, vidéos souvent humoristiques qui racontent leur vie de confinés.

Et les idées nouvelles qui naissent pour un monde meilleur, des voix qui se font entendre. Seront-elles vraiment entendues : Pierre Rabhi, Cyril Dion, Edgar Morin, Jacques Attali, Colline Serreau……

Notre espace de vie s’est rétréci, notre vie sociale s’est réduite comme peau de chagrin, mais peut être, aussi, que notre vie intérieure est devenue plus présente. Moins d’actions mais plus de réflexions……C’est pas mal non plus….Non ?

Plus de réflexions…..Et si on pouvait vivre autrement ? Et si nous partagions les mêmes préoccupations en puisant dans une sorte de grande conscience universelle, susceptible d’ordonner le bien commun ?