Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

16 janvier 2012

Laisser couler le courant de vie……

Eckhart Tolle est un auteur intéressant. Ses livres sont devenus des références, notamment « Le pouvoir du  moment  présent » et « Nouvelle Terre ». On y trouve un enseignement dans lequel on peut puiser. «  Le pouvoir  du moment présent » m’a permis d’approfondir certaines pistes de réflexions qui m’ont beaucoup enrichi. Voici un extrait  de ce livre concernant le lâcher prise.

Eckhart"Le lâcher-prise est la simple mais profonde sagesse qui nous porte à laisser couler le courant de la vie plutôt que d’y résister. Et le seul moment où vous pouvez sentir ce courant, c’est dans l’instant présent. Par conséquent lâcher-prise, c’est accepter le moment présent inconditionnellement et sans réserve. C’est renoncer à la résistance intérieure qui s’oppose à ce qui est. Résister intérieurement, c’est dire non à ce qui est, par le jugement de l’esprit et la négativité émotionnelle.  ...

Le fait de ne pas lâcher prise endurcit la forme psychologique, la carapace de l’égo, et crée un fort sens de la dissociation. Vous percevez le monde et les gens autour de vous comme une menace. Ceci s’accompagne de la compulsion inconsciente de détruire les autres par le jugement, ainsi que du besoin de rivaliser et de dominer. Même la nature devient votre ennemi et c’est la peur qui gouverne vos perceptions et vos interprétations.

La maladie mentale qu’on appelle paranoïa n’est qu’une forme plus aigüe de cet état normal, mais dysfonctionnel, de conscience.

Ce n’est pas seulement votre forme psychologique qui s’endurcit, mais également votre corps physique qui devient dur et rigide, en raison de la résistance. De la tension se crée dans diverses parties du corps, et celui-ci tout entier se contracte. La libre circulation de l’énergie dans le corps, essentielle à un fonctionnement sain, est grandement restreinte. Le massage et certaines formes de physiothérapie peuvent aider à restituer cette circulation. Mais à moins que vous ne fassiez du lâcher-prise une pratique quotidienne, ces choses ne peuvent vous procurer qu’un soulagement temporaire des symptômes puisque la cause, c’est-à-dire le comportement de résistance, n’a pas été résolue."

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Enseignement spirituel - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Laisser couler le courant de vie……

    Texte intéressant et frappé au coin du bon sens. Je m'en vais aller fouiller un peu à la librairie

    Posté par veronique, 16 janvier 2012 à 12:14 | | Répondre
  • desserrer l'étau

    Eckhart Tolle, une grande référence de notre époque ! Quelle sagesse ! Quelle lucidité !

    Ah, le lâcher-prise ! Un travail de longue haleine, de toute une vie ..., de nombreuses vies ...

    Posté par marie christine, 16 janvier 2012 à 17:46 | | Répondre
  • dur dur !!

    un jour une alie m'a dit : mais toi tu n'a pas d'égo ??? et Serge qui la connait bien présent bien sûr lui a répondu : mais toi par contre il est très fort ???
    je suis nulle dans ce thème égo pour veut dire égoïste par contre le lâcher-prise je connais et je lâche difficilement, j'ai beaucoup de souvenirs antérieurs que je ne veux pas lâcher serait à mon avis me faire péter les fusibles.

    mais Daniel beau texte - Bravo les réponses aussi

    bisous à toutes et tous A++

    Posté par Rani SCHNEIDER, 16 janvier 2012 à 19:38 | | Répondre
  • faute de frappe

    amie vous l'auriez compris ....

    Posté par Rani SCHNEIDER, 16 janvier 2012 à 19:40 | | Répondre
  • Avec le temps, je remarque que les belles phrases de nos grands philosophes peuvent perturber certains tellement il est difficile d'appliquer les méthodes qu'ils nous proposent.
    Moi le premier d'ailleurs.
    C'est pourquoi je relativise aujourd'hui concernant le "travail sur soi" qu'il faudrait faire pour s'améliorer.
    Parce qu'il y a souvent tromperie sur l'amélioration proposée. Je veux dire par là qu'éliminer son égo est impossible car il est toujours présent.
    Le plus important est de l'identifier.
    Ce n'est pas lui qui pose problème mais ce que l'on en fait.
    Il revêt un grand nombre d'aspects. Il y a de nombreuses pratiques pour le dissoudre, seulement voilà, il revient inlassablement parce que depuis tout petit, nous avons pris l'habitude de croire que nous existons en tant qu'individu bien distinct, ce qui a permis à notre égo de se construire à juste titre.
    Aujourd'hui, on nous demande de dé-couvrir notre vraie nature en éliminant les voiles obscurcissants.
    Faudrait savoir tout de même !
    Alors le plus important est de reconnaître à quel moment c'est notre mental qui nous guide et à quel moment c'est notre coeur. Il n'y a rien à rejeter, juste à unifier. Seule la foi peut nous permettre de ré-unir notre coeur et notre mental, notre partie divine et notre partie animale. La foi est le pont qui réconcilie en nous ce qui faisait autrefois notre séparation, notre division.

    Posté par Alain Thomas, 17 janvier 2012 à 10:51 | | Répondre
  • Alain

    je suis rassurée par cette explication - donc conclusion je suis normale merci mon Alain et bonne journée à toutes et toutes

    Posté par Rani SCHNEIDER, 17 janvier 2012 à 11:34 | | Répondre
  • l'ego

    D'accord avec toi, Alain : la foi et le coeur sont les meilleurs guides .
    Mais je ne vois pas comment on peut unifier le coeur avec l'ego qui est un principe séparateur par définition . Ca me paraît impossible .
    A mon avis, l'ego est indiluable . Il rechignera toujours à s'unifier car ça signifierait pour lui sa disparition, ce qu'il refuse violemment . Sa raison d'être est de s'affirmer coûte que coûte . Il n'en démords pas, et cela ne peut se faire que par opposition . Vois comme le lâcher-prise lui coûte ! Il a horreur de ça !
    Non, franchement ... Ou alors, ce que tu appelles unifier est la sensation qu'on éprouve quand on s'améliore, quand on sent l'ego moins fort, moins présent ... On se sent allégé ...
    Il y a des gens qui sont capables de visualiser les egos . L'ego est une masse noire au niveau de l'estomac (dans un plan subtil) . Il peut avoir une forme ronde ou ovale ou en zigzags, etc... Il peut être gros ou tout petit ... Et en y regardant de tout près, il paraît qu'il est formé d'une quantité incroyable de petits serpents tous enroulés les un avec les autres . Beurk !

    Posté par marie christine, 17 janvier 2012 à 23:49 | | Répondre
  • A Alain

    Certes, nous avons besoin de l'égo pour vivre. Je pense cependant que nous sommes trop souvent prisonnier de celui-ci et que cette aliénation nous empêche parfois de voir la vie telle qu'elle est. Je pense aussi que le ramener à de justes proportions fait beaucoup de bien.
    Les émotions se lissent, l'écoute est un peu meilleure, on cesse un peu d'être le centre du monde et on admet plus facilement tout ce qui est contraire à notre égo.
    Nos certitudes sont moins grandes et nos doutes s'accroissent et ça, c'est intéressant pour évoluer.
    Comme toujours l'affirmation que je viens de formuler a son contraire. Ainsi le doute peut être paralysant et constituer un obstacle à l'évolution.
    La pensée est loin d'être binaire.

    Posté par Daniel, 18 janvier 2012 à 14:36 | | Répondre
  • Vous n'êtes pas obligés de lire

    L'égo n'a pas d'existence.
    Il est une fabrication mentale née de notre croyance en l'existence d'un "soi" individuel et du sentiment d'un "moi" qui produit spontanément les pensées "je", "mon", "mien".
    Il convient donc d'analyser ce "moi" inné sur la base de nos agrégats physicaux mentaux (formes, sensations, perceptions, volitions et conscience).
    C'est de cet ensemble que nous déduisons à tort l'idée d'un "moi" permanent de la personne qui ne changerait pas tout au long de la vie et auquel nous nous identifions. Or, dans le groupe même des cinq agrégats, il n'existe aucune entité permanente, aucun "être" gouvernant l'ensemble, mais seulement un mouvement, un processus :
    Seule la souffrance existe mais on ne trouve aucun souffrant, les actes sont mais on ne trouve pas d'acteur.
    Le "moi" n'est pas le corps ni nos sentiments ni nos perceptions variées et changeantes. L'idée du "moi" naît des conditionnements karmiques mais on ne peut pas identifier le "moi" à ces conditionnements.
    On est alors tenté d'identifier la personne à la conscience. Mais elle est elle-même composée (conscience de l'oeil, du nez, de l'ouie, de l'odorat, du toucher, des phénomènes mentaux, conscience souillée entâchée des passions - égo - et conscience base de tout) et il n'existe pas de "penseur" indépendant ou contrôlant le processus continuel de pensée qui se décompose en instants de conscience successifs. La continuité de la conscience est une illusion comme l'est celle d'un film projeté sur un écran, où la continuité apparente n'est due qu'au défilement à grande vitesse d'images séparées.

    Cette croyance en un "moi" est la fondation de la construction de l'égo et de ses ramifications.
    Cet égo n'est pas séparé et il ne peut donc être considéré comme quelque chose d'extérieur. Il suffit d'identifier à quel moment il gouverne, sachant que nous ne pouvons pas l'éliminer sinon chaque fois que nous sommes en pleine conscience, ce qui ne peut jamais être continuel.
    Par exemple quand nous dormons, l'égo construit nos images et nos pensées dans nos rêves du fait de nos conditionnements passés.
    Comme il est impossible de vivre sans l'égo continuellement, il est préférable de l'accueillir comme un serviteur, surtout lorsque nous raisonnons ou lorsque nous nous recueillons. Dans le livre "Dialogues avec l'ange", l'ange explique comment relier notre partie animale à notre partie divine par le pont de la foi, cette certitude mystérieuse qui nous permet de nous connecter au divin. C'est en ce sens que notre égo, par l'union avec notre partie divine peut se dissoudre dans la vraie nature de notre esprit, le temps de la communion.
    Car à peine sorti de la messe, en général, nous allons boire un coup au café d'en face puis un deuxième avant d'aller partager un bon repas de viande avec du pain et du vin.

    Sur l'autre page, le merveilleux témoignage de cette femme nous montre que dès le moment de la mort clinique, nous vivons l'expérience de la non dualité et de l'amour inconditionnel dont nous n'avons aucune idée dans cette vie.
    Nous pouvons devenir conscient progressivement chaque fois que notre égo est là et ainsi ne pas se laisser duper en nous passant de lui de plus en plus. C'est notre destin que de suivre notre évolution tout comme l'univers connaît la dissipation.

    Les êtres qui atteignent l'Eveil (je n'en connais pas) possèdent spontanément les pouvoirs ordinaires et suprêmes dont parlent tous ceux qui sont revenus d'une mort clinique :
    la capacité d'ubiquité, de traverser la matière (rocher, mur, montagne), de plonger dans la terre, de marcher sur l'eau, de voler dans les airs, d'entrer dans le feu sans se consummer, signes de la maîtrise des éléments ; la connaissance de l'oeil divin qui permet de voir à travers la matière quelle que soit la distance et de voir quelles seront la mort et la renaissance des êtres ; la connaissance de l'oreille divine qui permet d'entendre des sons variés, proches ou éloignés, humains et divins ; la connaissance des pensées d'autrui qui pénètre l'esprit des autres êtres ; la connaissance des vies passées.

    Si vous avez ces facultés ou si vous connaissez quelqu'un qui les a, alors cette personne a totalement éliminé son égo.
    Je n'en connais pas.
    Je ne me sens pas capable de parvenir à ça. En attendant la mort, sans patience ni impatience, je cohabite confusément avec mon égo que j'ai fabriqué au fil de mes vies et, plutôt que d'en faire un ennemi ou quelque chose de désagréable, je lui souris comme on sourit à n'importe qui.

    Posté par alain thomas, 18 janvier 2012 à 22:11 | | Répondre
  • bravo

    j'aime ce texte Alain il me convient ...

    bonne nuit à toutes et tous

    Posté par Rani SCHNEIDER, 18 janvier 2012 à 23:45 | | Répondre
  • Rani

    Bisous babou

    Posté par alain thomas, 18 janvier 2012 à 23:57 | | Répondre
  • confusion

    Notre partie animale n'est PAS l'ego . Eviter de confondre !!!
    La partie animale est une partie de nous à régénérer en y laissant pénétrer la lumière, par extinction de l'ego .
    L'ego est le phénomène qui détourne cette partie animale de sa pureté et de sa simplicité divines en faisant tout graviter autour de lui, en nous détournant de la vérité . C'est un faux centre .
    Nous devons faire taire cet ego et réunir toutes les parties de nous autour du centre divin qui est le vrai centre .

    Posté par marie christine, 19 janvier 2012 à 12:27 | | Répondre
  • Vision erronée

    Tu crées de la dualité supplémentaire de cette façon.
    En rejetant l'égo, tu rejettes une partie de toi-même c'est-à dire l'ensemble en quelque sorte puisqu'il n'existe pas de partie qui soit distincte. Tu densifies ta matière au lieu de la rendre éthérée.
    L'égo étant une fabrication, il faut juste l'identifier chaque fois qu'il apparaît sous sa forme mentale. En le rejetant, tu inhibes et il revient d'autant plus vite à la moindre occasion, notamment dans les conditionnements karmiques.
    Tant que nous avons une enveloppe de matière, nous ne pouvons pas l'empêcher d'apparaître en instants de conscience mentale devant chaque événement.
    En faisant référence à un centre, là encore, tu crées de la dualité.
    L'esprit n'a ni centre ni taille ni direction. Il n'a pas de forme. Il est connaissance, lumière, énergie compassionnée, amour.
    Il inclut tout et n'exclut rien, dont l'égo qui est une manifestation dès que l'on se trouve prisonnier d'une enveloppe de matière que l'on a choisie.

    L'égo est une illusion. Certes, le jeu veut que si nous l'éliminons, nous sommes éveillés. Je suis d'accord qu'il faille pratiquer pour tenter de l'éliminer mais surtout pas de la façon dont tu le dis... au contraire.
    C'est dans l'acceptation de tout, donc de lui, que nous lâchons prise, enfin que nous tentons de lâcher prise.
    Cela demande beaucoup de tendresse, pour soi-même et pour autrui, beaucoup de compréhension, une grande souplesse, aucun jugement pour soi et donc pas de culpabilité.
    Avec ton raisonnement, tu risques de créer chez les autres des interdits. L'égo n'est pas le mal que je sache ; il faut sortir du manichéisme.

    Comme nous ne sommes pas d'accord et que nous ne le serons jamais, je pense qu'il est préférable de laisser là cette discussion.

    Posté par alain thomas, 19 janvier 2012 à 13:34 | | Répondre
  • Débats

    J'apprécie ces débats qui pour moi ne sont pas vains. La confrontation des idées n'est pas là pour montrer "moi j'ai raison", "toi tu as tort" (l'Ego n'est-ce pas ?), mais justement pour permettre à chacun, selon le libre arbitre, d'éclairer ses connaissances, de s'ouvrir à d'autres points de vue avec bienveillance et bonté, d'affiner ses propres choix, et d'évoluer en conséquence dans le sens de nos choix, même si nous ne visons pas la sainteté.

    Posté par Francine, 19 janvier 2012 à 15:25 | | Répondre
  • Débats( bis)

    C'est aussi comme cela que je conçois les choses. Échanges d'idées. Qui a tord, qui a raison n'est absolument pas le problème. Cheminons et réfléchissons ensemble.

    Posté par Daniel, 19 janvier 2012 à 16:12 | | Répondre
  • c'est une des liberté...

    oui que chacun approuve ou non les commentaires sur me blog c'est une liberté de la communication - donc la conclusion est simple pour moi passez à autre chose maintenant.

    bisous à toutes et tous

    Posté par Rani SCHNEIDER, 19 janvier 2012 à 16:55 | | Répondre
  • J'acquiesce !

    Comme Rani, je préfère passer à autre chose maintenant.
    Evoquer sans cesse l'égo, n'est-ce pas du nombrilisme dont il s'agit?
    A croire que l'on a rien d'autre à faire que de s'observer !
    Celà me fait sourire, car "il" a un bel avenir devant lui.
    C'est un marché juteux pour gogos.
    Vive l'égo !!!

    "L'égo n'est qu'une ombre, une obsession et une illusion."

    Posté par Eve Lyne, 19 janvier 2012 à 17:21 | | Répondre
  • Créer la joie

    Je ne suis pas là pour créer la division . Dieu sait ! Loin de moi cette idée !
    Réjouissons-nous ensemble, les amis, sans peurs, sans soucis, sans problèmes, donc sans ego .
    Vive la vie !

    Posté par marie christine, 19 janvier 2012 à 17:23 | | Répondre
  • J'acquiesce !

    Oui, Marie...
    Prépare donc ton sac pour FATIMA.
    Nous remettrons ensemble notre égo dans les mains
    de la "Reine du Ciel et de la Terre."

    Posté par Eve Lyne, 19 janvier 2012 à 17:47 | | Répondre
  • Vive la République !

    Que la joie et l'humour nous animent dans ces temps mémoriaux !
    Nous avons une chance inouïe de vivre ces événements alors mettons-nous aux premières loges, loin derrière les autres, au milieu, au nord, au sud, à l'est et surtout à l'ouest, là où l'égo plane...

    Posté par Alain Thomas, 19 janvier 2012 à 19:46 | | Répondre
  • A Andrée

    Une bonne soirée, Andrée. Si vous n'êtes pas encore partie, c'est que vous avez encore des choses à faire. Regardez tous les gens autour de vous que vous aidez !

    Posté par Daniel, 19 janvier 2012 à 21:17 | | Répondre
  • L'égo

    Ben moi, c'est un sujet qui m'intéresse toujours et même de plus en plus. Dommage j'avais encore des choses à dire sur le sujet. Mais je me tairais( enfin j'essaierais de me taire) pour ne pas vous importuner. J'essaie un peu d'être délicat......Ah , la communication !

    Posté par Daniel, 19 janvier 2012 à 21:22 | | Répondre
  • A Daniel

    Non Daniel tu es chez toi là.
    Marie et moi, nous ne sommes pas du tout sur le même plan. Ça n'a aucune espèce d'importance seulement que la discussion est stérile parce que chacun campe sur sa vision.
    Et en supposant d'ailleurs que nous changions de plan, ce qui est normal avec des égos illusoires, inexistants et instables par définition, on est capable de se débrouiller pour que l'un de nous deux modifie sa vision dans son évolution et que l'autre par opposition change aussi la sienne.
    Quand deux auras se repoussent, il n'y a rien à faire, c'est presque physique... comme Marie l'a dit d'ailleurs... c'est physique.

    Posté par alain thomas, 19 janvier 2012 à 22:55 | | Répondre
  • et la liberté Daniel...

    et bien Daniel et la liberté d'expression, il faut dire écrire ce que vous aviez envie de nous faire
    lire.
    ne vous faites pas de soucis pour moi je suis encore la preuve il y a des hautes et bas on fait avec mais jamais je ne voudrais que vous soyez frustré à cause de nous.

    comme le dit si bien Alain vous êtes chez vous et ce sujet vous intéresse donc allez-y écrivez le je vous le demande - et bonne nuit à tous et toutes

    Posté par Rani SCHNEIDER, 19 janvier 2012 à 23:40 | | Répondre
  • la paix

    Si le sujet est si important, c'est que toutes les souffrances sont dues à l'ego .
    Prendre parti, c'est l'ego . Vouloir tout contrôler, c'est l'ego . Se prendre pour une victime, c'est l'ego . La colère, c'est l'ego . La maladie, c'est l'ego . Les peurs, c'est l'ego . Refuser de savoir, refuser d'apprendre, c'est encore l'ego . Tout est régi par notre ego qui nous maintient le plus possible dans l'inconscience .
    Si nous n'avions pas d'ego, nous serions heureux et pleins d'amour en permanence .

    Alain, il n'y a pas de raison pour qu'on se repousse mutuellement, ce serait un comble pour des êtres prétendant chercher à mener une vie spirituelle !
    Quand je parle de l'ego, je ne parle pas de l'ego physique qui est encore necessaire pour maintenir notre matière corporelle en cohérence .
    Je parle de l'ego du corps mental et du corps émotionnel .
    Je ne dis pas non plus qu'il faut le considérer comme un ennemi . Je dis simplement que si on n'aime pas souffrir, on est obligé de travailler dessus . Si on aime la souffrance, pas de problème ! On a le choix et je le respecte !

    Posté par marie christine, 20 janvier 2012 à 07:59 | | Répondre
  • Marie

    lorsque je te lis "la paix" je me dis "woiaou" qu'est ce que j'ai comme ego avant l'édito de Daniel je ne me posais pas cette question, maintenant je me dis en te lisant que j'ai tout cela donc conclusion j'ai un ego sur-dimensionné alors oui la paix.
    mais comment trouver la paix quand on se paye tout cela en mêle temps.
    tu vois la version d'Alain me convenait mieux ce doit être mon ego qui apprécie alors je passe de sujet car je commence franchement a en avoir ras la gapette de l'ego ciao ciao changeons de sujet SVP

    sinon je ne reviens pas

    Posté par Rani SCHNEIDER, 20 janvier 2012 à 10:09 | | Répondre
  • Pardon Rani

    Mais quand même je suis contraint de continuer parce que Marie, tout comme moi d'ailleurs, fait partie de ces énergies dont l'égo est puissant et qui a besoin toujours d'avoir le dernier mot.
    Pendant longtemps j'ai laissé faire mais maintenant je ne souhaite plus laisser faire pour des raisons qui m'appartiennent.

    Alors Marie, je reprends ton post... à ma façon.

    "Si le sujet est si important, c'est que toutes les souffrances sont dues à l'ego, sauf les souffrances physiques involontaires bien sûr, qui amènent l'instinct de survie et toutes les peurs qui vont avec... sans compter que les souffrances physiques et les peurs réflexes entraînent des émotions qui elles aussi amènent à la souffrance.
    Ne pas prendre parti, c'est l'ego. Refuser de tout contrôler, c'est l'ego. Ne pas se prendre pour une victime, c'est l'ego. Rejeter la colère, c'est l'ego. Rejeter la maladie, c'est l'ego. Rejeter les peurs, c'est l'ego. Vouloir savoir, vouloir apprendre, c'est encore l'ego. Tout est régi par notre ego qui nous maintient le plus possible dans l'ignorance.
    Si nous n'avions pas d'ego, nous connaîtrions le bonheur durable, nous vivrions l'amour inconditionnel en permanence, dans un monde sans forme et non duel car dans un monde sans forme, il n'y a pas de souffrance... la vacuité ne peut faire de mal à la vacuité."

    "Marie, il y a des raisons pour que nous ayons des points de vue différents, ce serait un comble pour des êtres prétendant chercher à mener une vie spirituelle !
    Quand je parle de l'ego, je parle de l'ego dans son ensemble car il n'est pas distinct de ses parties même s'il a de nombreux aspects.
    J'ai toujours dit qu'il ne fallait pas le considérer comme un ennemi. Je dis simplement que si malgré le fait que la souffrance est la première vérité inéluctable du monde dans lequel nous évoluons, il est nécessaire non seulement de l'accepter mais aussi de l'utiliser comme moteur de recherche afin de la transformer petit à petit sur le chemin de l'éveil. Evidemment on ne parlera pas de ceux qui aiment la souffrance, ce serait une offense bien maladroite pour ceux à qui ce message serait adressé... parce qu'ici, personne n'aime la souffrance."

    Posté par alain thomas, 20 janvier 2012 à 13:48 | | Répondre
  • babou

    Rani est colère rouge là j'ai de l'ego non je plaisante pour le dernière fois je réagis simplement pour vous dire à vous Alain à Marie que je ne vous en veux pas libre de s'exprimer tant que Daniel n'intervient pas c'est le Boss de son blog vous pouvez continuez cela sera sans moi.

    pour la pauvre Marie je suis encore d'avis d'Alain pas parce que c'est mon chouchou "on va dire sur le blog" mais parce que dans ces écrits je me retrouve + que dans d'autres témoignages je tombe facilement d'accord avec lui qu'avec toi Marie ou d'autres

    je sais qu'Alain agace dans ses réponses moi il me booste car je me dis si un gars comme Alain pense comme moi c'est que quelque part je ne suis pas seule dans mes réflexions désolée pour ceux ou celles qui seront peut-être vexée ou vexé.

    maintenant Marie je ne rejète pas tout dans tes écrits par rapport à moi je dis chapeau ma belle ta plume est douce mais parfois cela ne me convient pas d'ou j'évite le blog je vous lis mais ne poste pas.

    et je passe à autre chose car Daniel prolifique nous donne des éditos tous supers alors arrêter avec celui-ci bisous Minets et Minettes mais libre choix libre arbitre.

    Babou bisous

    Posté par Rani SCHNEIDER, 20 janvier 2012 à 15:11 | | Répondre
  • que faire ?

    Allez, on est tous d'accord, c'est mieux !

    Je ne veux pas enfoncer mon doigt là où ça fait mal . Je ne sais même pas où ça fait mal ! C'est le doigt qui s'enfonce tout seul !
    Je dis seulement ce que je pense sans vouloir blesser . D'ailleurs en disant ce que je pense, je m'inclus toujours dans les problématiques car elles sont universelles .
    Mais je ne suis pas responsable de telle où telle blessure . Je n'accuse personne . J'ai un discours général . C'est moi qui suis accusée parce que mes paroles atteignent je ne sais quelles plaies en vous deux ... Quelles plaies ? Je n'en sais rien du tout !!! Pourquoi ces réactions si virulentes ? J'espère que ce n'est pas de la haine (je connais un Alain hautain, froid et distant). Mais non, je suis sûre que non !
    Je le regrette parce que je vous aime bien mais on ne peux pas non plus me museler . C'est de l'abus de pouvoir !

    On va changer de sujet, on va parler d'autre chose . C'est bien . Mais ce qui est latent est latent et ressurgit toujours d'une manière ou d'une autre .
    On peut parler de la pluie et du beau temps ou regorger de mots d'amour qui sonnent faux ...
    J'avoue que cela me gêne énormément .
    Mais je ne veux pas monopoliser le blog . J'y reste très attentive .
    Mon plus grand souhait est que tout s'apaise dans les coeurs . Il n'y a pas de problèmes qui ne puissent être résolus dans le Royaume de Dieu .

    Posté par marie christine, 20 janvier 2012 à 19:08 | | Répondre
  • marie Oh marie..

    Marie Oh marie si tu savais ... que de mal on m'a fait - non je plaisante - Marie tu es libre de continuer tu ne me fais aucun mal et je ne veux pas que l'on te fasse du mal je sais que parfois les écrits peuvent atteindre plus facilement qu'un coup de poing là n'est pas le but et je pense pas qu'Alain non plus.

    vous vous expliquez c'est bien je dis pour ma part que je suis souvent d'accord avec Alain mais je ne veux pas que tu te sente visé négativement car je ne veux pas te faire mal et si je t'ai fait mal je te demande de m'en excuser je les fait sans méchanceté aucune - je sais que tu t'accuse toi mais est ce bien raisonnable de t'accuser toi au lieu de rester fixette mais liberté liberté je le sais.

    donc je veux que tu te sente bien cool pour aborder ce week-end je ne souffre pas de tes écrits alors quoi mon écrivaine - je pense ce qui t'a fait mal c'est que des fois je n'aime pas ce que tu écris mais jamais je ne te le dis à quoi cela sert de faire du mal inutilement et gratuitement la vie s'en charge crois moi. donc un petit sourire pour moi et mille excuses pour le mal que je t'ai fait. bisous ma belle.

    je crois que finalement rester sans venir vous survoler sans écrire est ce que je fais de mieux.

    bon WE à tous et toutes

    Marie comme les autres je vous aime
    Alain - "babou" + que les autres amicalement s'entend soit parce que il dit parfois ce que je pense mais trop replier sur moi même pour vous l'écrire donc un Alain Thomas gardez le il a sa place parmi vous et il dit se qu'il pense à la manière "Alain" pas le prendre au premier degré Marie car je sais qu'à travers ses écrits il t'aime et surtout il aime te taquiner en fait c'est un blog de l'amour- amis blog de l'amitié même j'irais plus loin je vous considère comme frères et soeurs qui se chicanent tu vois le genre.

    allez on va voir l'édito de Daniel il y en des supers..... bisous gros bisous

    Posté par Rani SCHNEIDER, 20 janvier 2012 à 20:18 | | Répondre
  • tout est possible

    Ah, c'est comme ça que j'aime communiquer : en adultes ! Merci Rani .
    Parce que quand on commence à jouer les victimes et les bourreaux (imaginaires), ce n'est plus possible, tout est faussé .
    Après l'orage, le ciel se purifie .
    Accueillons avec dignité le soleil du renouveau qui pointe à l'horizon !

    Posté par marie christine, 21 janvier 2012 à 17:10 | | Répondre
  • J'acquiesce !

    Si j'ai bien compris, les filles...
    La purification viendra du renouveau qui pointe à l'horizon :
    Les victimes seront les bourreaux .
    Les bourreaux seront les victimes .

    Dis donc, Marie...
    Pour finir, t'es pas marrante avec ton monde d'adultes.
    J'ai bien envie de t'envoyer mon égo sur la figure .
    Non, mais défois !!!
    Hi! Hi! Hi !

    Posté par Eve Lyne, 21 janvier 2012 à 18:27 | | Répondre
  • Ah Marie !

    "Bourreaux / Victimes" ...
    ça me rappelle les évènements d'un passé-proche.
    La vie mérite mieux que nos incompréhensions.
    N'est-il pas ?
    Dis donc, Eve Lyne,
    Tu as l'esprit rieur ces temps-ci !

    Posté par PLV, 21 janvier 2012 à 19:38 | | Répondre
  • PLV

    N'écoute pas l'Eve Lyne ! Elle croit que le monde des farfadets qui nous font faire des bêtises est plus rigolo .

    Posté par marie christine, 21 janvier 2012 à 20:57 | | Répondre
  • Ca plane pour moi

    Hou ! Hou ! Hou ! Hou !

    Oui, cher PLV ...
    J'chuis d'humeur aérienne en ce moment.

    La Dame vient de m'exaucer au delà de mes espérances :

    Pour 2012 j'ai exprimé le souhait d'entreprendre
    un petit tour de France, sac à dos.

    Et voilà que billet d'avion en poche, j'va me retrouver propulsée à Fatima !

    Quand même, les amis...
    La Prière, quel mystère !!!

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2012 à 07:01 | | Répondre
  • J'aime Jesus christ, il m'a fait du bien

    Posté par josue kabulo, 18 octobre 2013 à 16:22 | | Répondre
  • Immense Grâce que d'avoir reconnu le Christ à travers les aides envoyées !
    Merci Josue kabulo de ce témoignage d'humilité.

    Posté par Eve Lyne, 18 octobre 2013 à 18:47 | | Répondre
Nouveau commentaire