Le monde vers lequel je veux tendre est un monde d'enfants. Il ne faut pas ici penser que l'enfant auquel je crois soit le même que celui qui grandit aujourd'hui.
Le Petit Prince de Saint-Exupéry démontre que l'enfant tel qu'il est vu par l'auteur n'habite pas vraiment dans le monde qui nous entoure aujourd'hui.
monde_enfantsL'enfant dont je parle souvent ne peut pas vivre dans le monde d'aujourd'hui. Il n'est d'ailleurs pas un enfant dans le sens où je l’entends. Il s'agit bien de changer de dimension, de transformer le monde en tournant notre regard vers l'intérieur et ainsi nous serons tous des enfants dans un système où le mot "profit" n'aura pas de sens.
Cela paraît utopique bien sûr et pourtant...Avec nos pensées nous créons le monde. Ce sont nos pensées qui ont façonné depuis des siècles le monde qui nous entoure. Le profit est devenu le maître incontestable d'une civilisation qui se dit "évoluée". Nous n'avons progressé qu'en technologie.
Parce que notre domination sur le monde nous a permis de développer l'asservissement, la colonisation et l'esclavage.
Si aujourd'hui nous démontrons que ces vieux schémas ont disparu, ils ont en fait été remplacés par d'autres formes, toutes aussi dominatrices.
Le profit est même encore plus tangible. La richesse n'est jamais suffisante, le pouvoir non plus. Les écarts se creusent, les fossés deviennent des abîmes et la soif s'intensifie. L'insatisfaction gagne tous ces esprits avides et les rendent fous.
Pour qu'un monde d'enfants sans profits puisse voir le jour sur cette planète, il faudrait que les trois grands principes qui dirigent ce monde s'écroulent. C'est possible. Il suffit de transformer notre conscience, de la renverser, de refuser de continuer à vivre dans ce système inique et autodestructeur.
Pour transformer notre esprit, il faudrait changer notre mode de pensée, penser comme un enfant, comme le Petit Prince ou Peter Pan. C'est utopique bien sûr mais c'est tout de même possible.
Au-delà de la folie...

Alain