Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

09 décembre 2016

Une incarnation

ame

 

Un joli poème de Marie-Christine

La petite âme n'avait déjà plus qu'un quart d'heure
Pour plonger dans le vide et rejoindre ses soeurs,
Atterrir en douleur dans l'antre aseptisé
Des bébés alignés où un corps l'attendait.

La petite âme novice, ne sachant pas freiner,
Pénètre dans son moi appelé nouveau-né,
Et se met à pleurer sous la violence du choc,
Les gens rient autour d'elle, tout le monde s'en moque.

Et comme si tant de peine n'était pas suffisante,
Sur cette étrange terre aux coutumes démentes,
Elle se voit du même coup endeuillée pour longtemps
De sa Mère d'origine restée au Firmament.

Pourtant il faudra vivre dans ce monde infernal,
Il faudra bien vêtir le costume animal
Et subir les assauts sans cesse répétés
Des émotions perverses et des lourdes pensées.

Il te faudra user, petite âme orpheline,
D'un courage exemplaire, loin des caresses divines,
Et lutter pour garder un peu de ta musique
Dans le froid grimaçant d'une terre amnésique.

Il te faudra grandir dans le chaos ambiant,
Purifier ta mémoire des rêves obsédants,
Délivrer tes désirs de leurs quêtes futiles,
Eloigner le vacarme des plaintes inutiles.

Il te faudra monter sans doute un peu plus haut,
Là où le genre humain dépasse son ego,
Où la vaste conscience enfin illuminée
Défriche la terre promise de ta divinité.

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Poèmes - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Une incarnation

    Que de courage ont ces vieilles âmes qui n'en finissent pas de se réincarner !
    J'aime beaucoup ton poème.

    Posté par manouche, 09 décembre 2016 à 09:53 | | Répondre
    • Elle ont du mérite. Elles doivent être un peu maso

      Posté par DANIEL GENTY, 10 décembre 2016 à 17:37 | | Répondre
      • On doit tous être un peu maso, mais des masos sacrément héroïques !

        Posté par Marie-Christine, 10 décembre 2016 à 19:22 | | Répondre
  • Très beau poème, marie-Christine.
    Un espoir pour les âmes en peine et qui ont peur
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Posté par celestine T, 09 décembre 2016 à 10:43 | | Répondre
    • Bonjour Célestine, je suis heureuse si cela donne espoir ! Je pense en effet que le travail sur soi aboutit toujours tôt ou tard à un bonheur plus grand.

      Posté par Marie-Christine, 10 décembre 2016 à 18:51 | | Répondre
  • L''âme pénètre-t-elle son moi appelé nouveau-né au moment de la naissance ou bien s'incarne-t -elle avant?
    Françoise Dolto, psychanalyste d' enfants pensait différemment.
    " L’embryon n’est pas un organisme, il n’est
    pas un amas de cellules, pas un animal non plus, mais un
    être « promis à la parole », en lien constant avec la parole de
    ceux qui l’ont conçu."
    J' ai beaucoup aimé le récit de Marie-Christine.

    Posté par Lyne-Anke, 09 décembre 2016 à 11:35 | | Répondre
    • D'après ce que j'en sais, il n'y a pas de règle unique, ça dépend des individus. Pour certains, l'âme rejoint le corps avant même la naissance, pour d'autres c'est pendant, pour d'autres encore ça peut être quelques jours ou quelques mois après.

      Posté par Marie-Christine, 10 décembre 2016 à 18:54 | | Répondre
  • très beau poème. Bonne soirée Daniel

    Posté par eki eder, 09 décembre 2016 à 18:06 | | Répondre
  • un très beau poème ...merci !

    Posté par gazou, 10 décembre 2016 à 14:14 | | Répondre
  • c'est un beau poème ; il me fait penser à un livre que je lis par intermitence (livre sur mon smartphone lu dans le bus ou chez le médecin) histoire d'un homme devenu une fourmi. Incompréhension totale avant de se trouver dans le bain. Nous vivons ici bas parce que cela est. Bises et bon week end

    Posté par durgalola, 10 décembre 2016 à 15:20 | | Répondre
  • Ma fille Sophie va bien s'en occuper, ses enfants lui manquent tant, là où elle est...

    Posté par Jeanmi, 10 décembre 2016 à 16:00 | | Répondre
    • Un lien invisible nous unit avec ceux qui sont partis.......

      Posté par DANIEL GENTY, 10 décembre 2016 à 17:48 | | Répondre
  • J'aime BEAUCOUP. Le texte est beau mais c'est surtout la spiritualité qui parle très fort à l'oreille de mon cœur.

    Posté par Ariaga, 10 décembre 2016 à 17:01 | | Répondre
    • J'ai eu l'occasion de lire quelques-uns de tes poèmes que j'ai trouvé admirables, d'une hauteur spirituelle impressionnante. Très belle sensibilité !

      Posté par Marie-Christine, 10 décembre 2016 à 19:20 | | Répondre
  • Merci pour ton poème qui me fait réfléchir Marie-Christine.
    Les nouveau-nés me fascinent tant tout leur être me parle du pays d'où ils viennent. En fait je ne crois pas que ce soit un pays mais plutôt un état d'être, accessible à nous tous en fait. Mais pas si facile d'y revenir pendant cette vie qui nous a été donnée dans ce but justement. Tu sais "le royaume appartient aux enfants!" Quelle chance incroyable que d'avoir un corps humain ! J'ai vu mon frère réaliser cela quelques jours avant de mourir. Dommage que ce ne fut pas bien avant ! Sa vie n'a pas été de tout repos lui non plus, mais à la fin il appréciait la moindre petite attention, le moindre petit mouvement dans la forêt derrière chez moi. Ses yeux s'ouvrait parce qu'il était redevenu comme un enfant.

    Posté par kéa, 10 décembre 2016 à 18:12 | | Répondre
  • C'est touchant ce que tu dis, Kea. Oui le corps est un mystère tellement il contient quantité de trésors invisibles ! Nous ne voyons que la carcasse avec nos yeux extérieurs... Heureusement que nous avons des yeux intérieurs et un coeur capable de ressentir à l'infini.
    Ton frère s'était donc reconnecté à sa source divine, pur et innocent comme les petits enfants le sont encore avant leur traversée de la jungle terrestre.
    On dirait que le but de la vie, c'est d'avancer pour retrouver nos origines. Paradoxal ! Mais au final, nous en sortons enrichis de tous nos efforts et de toutes nos expériences. Ce travail n'est pas en vain, même si on y perd momentanément d'un côté pour y gagner d'un autre. Nous progressons en conscience. Notre conscience s'élargit et s'élève, et peu à peu notre âme se réveille aussi de son engourdissement. Donc, soyons téméraires, nous en sortirons gagnants/gagnants !
    Si nous comparons ce que nous étions au début et ce que nous sommes devenus, on peut dire qu'on a progressé ! Et maintenant, avec le temps qui s'accélère, on peut comparer avec ce qu'on était encore l'année dernière, y a pas photo ! Alors y a de l'espoir pour le futur.

    Posté par Marie-Christine, 10 décembre 2016 à 19:15 | | Répondre
  • Tu as raison Marie-Christine !... nous avons progressé et, sans qu'il n'y paraisse vraiment, c'est toute l'humanité qui évolue à chaque petit pas que chacun de nous fait.

    Posté par kéa, 10 décembre 2016 à 23:27 | | Répondre
Nouveau commentaire