Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

22 octobre 2015

Dédé

 

automne

Dédé n'avait pas encore mis ses chaussures car il voulait éviter de   faire de bruit en marchant sur le parquet. Il s'approcha doucement de la chambre, ouvrit la porte et entra. Un ronflement sonore l'accueillit. Il se planta devant le lit et regarda le couple en train de dormir. L'homme dormait sur le dos, son gros ventre à l'air qui rythmait son ronflement. La femme était recroquevillée, les genoux repliés sur son abdomen. Un couple banal en train de dormir.....  Dédé regarda ses parents une dernière fois, tourna les talons, enfourna ses chaussures , prit son grand manteau, usé jusqu'à la corde, sans oublier un sac où il avait mis quelques affaires. Il referma la porte de la grande bâtisse et s'enfonça dans la nuit.

Cela faisait longtemps qu'il avait pris la décision de partir. Il n'en pouvait plus de cette vie  à la ferme. Une vie de reclus avec ses parents, une vie sans paroles, rude presque primitive. Il rêvait d'autre chose, loin des champs, des vaches et de ce fichu poulailler qui le réveillait chaque matin alors qu'il aurait aimé se prélasser dans son lit. Le chant du coq, très peu pour lui! Tous les jours le même rituel: on s'asseyait au bord de la table, un grand bol de café noir devant les yeux. Ni bonjour, ni " comment ça va". Le vide, le néant ! Puis on partait soigner les bêtes. Les sabots devenaient de plus en plus lourds. Dédé partait avec son chien qui le suivait partout. Heureusement qu'il avait son chien. C'est à lui qu'il parlait, confiait son mal être, ses rêves. Et il en avait  des rêves Dédé ! Il allait lui manquer, c'est sur ...

Dédé avançait d'un pas rapide. L'air était vif et le matin commençait à se lever laissant apparaître une nature verdoyante qui frissonnait dans le vent léger. Une bonne heure de marche le mènerait à la gare la plus proche. C'était la bonne décision. Des mauvaises pensées avaient traversé plusieurs fois son esprit. Il valait mieux partir. Dédé commençait à transpirer, un goût amer imprégnait sa bouche, une angoisse face à l'inconnu qui l'attendait montait doucement en lui. Mais il n'en pouvait plus de cette vie sans issue, sans paroles, sans amour.....Il fallait partir ou, alors, tout allait exploser.

La gare était en vue, une gare de campagne banale. Un seul quai et des rails de chaque côté et un grand soulagement à la vue de cette gare. C'est sûr sa vie allait changer. Une bouffée d'espoir l'envahit. Une vie nouvelle allait commencer. Juste le temps de prendre son billet et le train entrait déjà en gare. C'était une vieille micheline qui faisait un bruit d'enfer. Dédé s'installa confortablement, ferma les yeux.....ça y est, il avait quitté la ferme et dans trois heures il serait à Paris. Il n'avait aucune idée de ce qu'il allait faire mais il était libre !

Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 08:00 - Expériences de vie - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Dédé

  • Comment ne pas y penser ?
    https://youtu.be/v9awpUCxDcU

    Très belle histoire.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Posté par celestine T, 22 octobre 2015 à 10:08 | | Répondre
    • Quelle belle chanson. J'ai vu ce film si émouvant !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 octobre 2015 à 10:37 | | Répondre
  • Il part vraiment à l'aventure, la grande ville n'est pas si facile à apprivoiser, il aurait dû mieux préparer son départ, il me semble..mais peut-être fera-t-il de bonnes rencontres !

    Posté par gazou, 22 octobre 2015 à 11:01 | | Répondre
    • Il n'en pouvait plus ! Il faudrait que j'écrive la suite !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 octobre 2015 à 10:38 | | Répondre
  • Ah ! Fuir ainsi, c'est un rêve, mais sans avoir rien préparé, quel courage !

    Posté par Aloysia_Martine, 22 octobre 2015 à 12:25 | | Répondre
  • parfois prendre son envol loin des siens est nécessaire, dédé bon voyage, et bonne aventure.

    Posté par le boudoir de so, 22 octobre 2015 à 14:21 | | Répondre
  • comme disait Brel, le plus dur c'est de partir ... puis tous les chemins sont permis !
    amitié .

    Posté par marie-claude, 22 octobre 2015 à 15:37 | | Répondre
    • Quitter son nid comme tous les oiseaux lors du premier vol !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 octobre 2015 à 10:41 | | Répondre
  • Il aurait du attendre le passage de "L'amour est dans le pré" !

    Posté par manouche, 22 octobre 2015 à 17:45 | | Répondre
  • va-t-il rencontrer la licorne? sourire )

    Posté par jamadrou, 22 octobre 2015 à 18:17 | | Répondre
    • Je lui souhaite comme cela il sera moins seul.

      Posté par DANIEL GENTY, 25 octobre 2015 à 10:43 | | Répondre
  • Prêt à écrire un roman, Daniel ? Tu as le don et l'on voudrait connaître la suite. Son chien viendra-t-il fidèlement l'attendre à la gare à chaque arrivée du train du soir ?

    Posté par Francine, 23 octobre 2015 à 15:39 | | Répondre
    • Pas prêt pour un roman. Cela demande trop d'énergie. Des nouvelles ? pourquoi pas !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 octobre 2015 à 10:45 | | Répondre
  • j'espère lire la suite...beau texte et illustration

    Posté par eki eder, 23 octobre 2015 à 17:11 | | Répondre
  • cela va être une autre vie il lui faudra trouver d'abord un logis, du travail

    Posté par flipperine13, 23 octobre 2015 à 17:43 | | Répondre
    • Pas évident d'arriver dans un nouvel endroit sans rien. Cela va être difficile !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 octobre 2015 à 10:46 | | Répondre
  • Très sympa cette histoire. Il est fort ce Dédé.

    Posté par Lyne-Anke, 23 octobre 2015 à 18:14 | | Répondre
  • je ne pensais pas qu'il allait aller jusqu'au bout, jusqu'à prendre le train! Car c'est maintenant que tout va commencer.. et ce ne sera pas plus facile ;(
    Belle tranche de vie...

    Posté par Coumarine, 23 octobre 2015 à 18:45 | | Répondre
    • La vie est souvent faite de cycles différents les uns des autres. Cela a été mon cas. Toute fin génère un commencement.

      Posté par DANIEL GENTY, 25 octobre 2015 à 10:48 | | Répondre
  • Il y a toujours plusieurs chemins possibles, il aurait aussi pu dire un Je vous aime à ses parents, leur apprendre... c'est une petite voix intérieure qui nous guide... Beau week end Daniel. brigitte

    Posté par Plumes d Anges, 24 octobre 2015 à 11:10 | | Répondre
  • Dédé rêve d'un monde meilleur mais.....C'est vrai que la vie paysanne est très dure , peut-être un peu moins maintenant.
    Une suite bientôt ?
    Bonne soirée Lucia

    Posté par Lucia, 11 novembre 2015 à 19:25 | | Répondre
    • Je pense à la suite car maintenant Dédé est arrivé à Paris.

      Posté par DANIEL GENTY, 12 novembre 2015 à 11:01 | | Répondre
Nouveau commentaire