PAYSAGE

- Ne pas s'accrocher à ses souvenirs

- Ne pas s'accrocher à ses biens

- Ne pas s'accrocher à ses enfants

- Ne pas s'accrocher à ses défauts

-Ne pas s'accrocher à ses croyances

Non, non. Bien au contraire, laisser couler, laisser filer, rendons nous  plutôt disponible. Cela ne sert à rien de s'agripper car s'accrocher  c'est vouloir garder, conserver, posséder. Nous ne sommes propriétaires de rien. Plus nous souhaitons posséder et plus la peur de perdre devient présente et le peu de liberté qu'il nous reste s'en va en fumée. Marchons d'un pas léger, sans fardeaux sur les épaules, le dos bien droit, en pleine confiance.

Et surtout ne pas trop s'accrocher à ses pensées. Nous ne pouvons vivre sans elles.  Elles  sont inévitables. Mais pourquoi leur donner un telle importance? Pourquoi être prisonniers de celles-ci?

Les pensées peuvent être à la fois positives mis aussi inutiles. Elles sont souvent inutiles  lorsqu'elles nous projettent dans un avenir hypothétique, incertain et illusoire. Elle sont inutiles aussi lorsqu'elles nous ramènent au passé, suscitant regrets et remords.

Ne  pas s'accrocher aux pensées pour  laisser surgir la conscience dans une grande présence. C'est en s'accrochant ainsi à de multiples choses que notre mental s'encombre, entasse et perd sa liberté. Si nous parvenons à prendre un peu plus de recul, à lâcher et laisser filer, nous nous dégageons, nous nous  aérons en quelque sorte et cela nous permet d'agrandir notre espace intérieur, de le laisser s'épanouir dans une plus grande liberté. Créons notre espace intérieur, cultivons le, faisons de la place pour que notre pleine conscience s'installe. C'est tout bénéfice !

Les attachements ne sont que des illusions.

Daniel