gouttes

 

On voudrait pas trop se mouiller,
Et glisser entre les gouttes
Pour fuir tous nos doutes.
On voudrait un peu rêver
Sous les lourds nuages
Avant que ne gronde l’orage.
Un parapluie pour se protéger
Des averses et des tourments
Avec un impair et des grosses bottes.
Sur le chemin le temps crachote
Et s’agitent les ailes du vent.
Si on pouvait au moins s’abriter
Sous les hauts vents
Et laisser passer les ondées.
On pourrait aussi lever
Son  regard vers le ciel
Et attendre  le soleil.
Adieu les grenouilles
Et vives les hirondelles.
La roue tourne toujours
Bien huilée et sans rouille.
La pluie, le soleil
Les ouragans, les arcs en ciel
On rencontre de tout sur les chemins.
Il suffit d’avoir l’âme d’un baladin.

Daniel