Mes parents habitaient une belle et grande maison qui avait été construite par mon grand-père sur un terrain de 1500m2. Au fond du jardin, mon grand-père, grand bâtisseur, avait construit pour lui et sa femme une petite maison. J’ai passé toute mon enfance et mon adolescence dans ce cadre de vie où je naviguais entre les deux maisons.

Mon père adorait jardiner et avait transformé ce grand terrain en jardin d’agrément. Il aimait les fleurs, notamment les roses. Je me souviens du puit, situé au milieu de la pelouse, sur lequel grimpait une magnifique clématite bleue.

Au décès de mes parents, il m’a fallu vendre cette maison. Une page se tournait……..Il ne me reste plus que des souvenirs plus ou moins agréables. J’ai aimé les relations pleines de tendresse et d’affection avec mes grands -parents, un peu moins celles avec ma mère, une femme angoissée et au comportement versatile. Je me souviens de mon chien qui ne me quittait pas et dormait dans ma chambre……Souvenirs, souvenirs d’une autre époque…..

Comme j’habite non loin de cette maison, je passe souvent devant et je constate, avec désolation, que la maison se dégrade et que le jardin n’est plus entretenu. L’allée qui mène à la rue est envahie par les herbes et le portail commence à être rouillé.

Nous habitions dans un quartier ancien occupé par des vieilles maisons que la mairie a décidé de rénover. J’ai vu les maisons disparaître une à une pour faire place à des immeubles….Du béton partout. Les arbres se firent rares. Mais la maison de mes parents étaient toujours debout. Et puis un jour je suis passé devant. Plus de maison, plus de terrain…..Rasés, disparus, les bulldozers avaient fait leur œuvre. A la place un tas de pierres !!

Une nouvelle page se tournait. Ce jour là j’ai compris que cela ne servait à rien de s’attacher aux choses. Tout est éphémère. Il en sera, sans doute, de même pour ma maison et mon jardin. Alors j’essaie d’en profiter au maximum.