monde

 

Je viens de découvrir la clé pour transformer le monde :

 Commencer par effacer son égo (pas complètement quand même car on en a besoin) pour désirer le bien d’autrui. Voilà le défi pour un monde meilleur. Il faut bien dire que nous avons encore un bon bout de chemin à parcourir car l’ego est la source de multiples tourments. D’ailleurs c’est bien simple : plus l’ego est fort et plus la personnalité se fragilise.

L’ego conduit bien souvent à l’individualisme car pour exister il a besoin de se nourrir d’attributs précaires : le pouvoir, le succès, la séduction, la force physique, le brio intellectuel, l’admiration d’autrui. L’égo compare, classe, trie et tout cela est forcément source de conflit, de souffrance et de séparation avec autrui.

Le phénomène devient encore plus important lorsque l’appropriation de l’ego s’accompagne d’un   fort sentiment d’appartenance à un groupe que ce soit la famille, un club sportif, une région ou un pays, une religion ou une croyance particulière qui entraîne, parfois inconsciemment le rejet de ceux qui ne partage pas cette appartenance. Les risques de conflits, voire de guerres, deviennent alors grands.

C’est ainsi que naît le racisme, les discriminations sexuelles, l’intolérance religieuse…….

L’égo n’a jamais fait bon ménage avec la paix et n’aime pas beaucoup les réformes car cela le déstabilise et l’insécurise. Le monde poursuit ainsi sa ronde depuis la nuit des temps et n’arrive pas à appréhender quelques règles essentielles : l’intérêt collectif doit primer sur l’intérêt individuel, plus l’égo s’efface et plus la conscience collective grandit, toujours essayer de comprendre plutôt que de juger……..

Daniel