kiosque

Elles arrivent et puis s'en vont. Je les écoute, je les lis, je les vois. Elles sont partout. Comme des papillons elles volettent dans le ciel, se posent et puis disparaissent. Elles sont éphémères, vraies ou fausses et on en fait ce que l'on veut. Elles nous touchent, nous émeuvent, nous inquiètent ou bien nous révoltent. Moi je les aime bien fraîches, surtout celles du matin quand je me lève et que je vais ouvrir la boîte aux lettres. Elles m'attendent.....

Alors je m'assois et je les déguste. Ce sont les nouvelles, les bonnes et les moins bonnes, les nouvelles du monde, celles qui arrivent de partout, de Patagonie, de Bamako, d'Istanbul  ou tout simplement de la Ferté sous Jouarre. Elles sont le pouls du monde qui s'agite et qui tente de vivre le mieux possible.

Ma curiosité me pousse à les lire car j’aime savoir ce qui se passe sur la planète.

Tout ça, c’était avant…….Car avec le virus et la non maîtrise de la situation, les médias s’en sont donnés à cœur joie. Devant l’incertitude de l’évolution, les portes s’ouvrent dans lesquelles s’engouffrent toutes les hypothèses, théories et stratégies en tout genre. Radios, télévisions, journaux tournent en boucle autour des mêmes thèmes : confinement, tests PCR, vaccination…..Je n’aurais jamais pensé que la France ait tant de spécialistes : virologue, épidémiologiste, infectiologues.

Comme une indigestion de tous ces avis qui disent tout et son contraire !!Je n’en peux plus de tous ceux qui critiquent et qui ont la solution miracle. Je n’en peux plus des chiffres bruts qui ne veulent rien dire…….Alors je tourne le bouton et je préfère mille fois écouter de la musique…….Le silence c’est pas mal non plus !!

« Les médias sont souvent des murs entre nous et la réalité "

Daniel