eglise

 

Derrière la porte des églises

Sur un banc elles sont assises.

Ave Maria ou Notre Père

C’est le moment de la prière.

Les paroissiennes ont posé leur valise

A l’entrée, sur les pierres grises.

Jésus sur sa croix les regarde

Celles qui, de messes en messes, s’attardent

Chantant, sous la nef, alléluia, alléluia.

La douce lumière des vitraux

Caresse leur âme pieuse

Pendant qu’elles s’envolent à petits pas

Dans les bras de Dieu, bien au chaud,

 Les yeux fermés, toute heureuses.

Les paroissiennes ne sont pas de ce monde

Secoué par le diable qui gronde.

Les paroissiennes s’en vont, s’en viennent

D’autels en bénitiers, dans une farandole divine

Pèlerins, pélerines

Mais surtout pas païennes !

Daniel