Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

08 octobre 2020

La tolérance

tolérance

 

 

Votre époque vous confronte à un mélange culturel de plus en plus important. Les frontières s’abolissent et les moyens de transport se sont considérablement développés. Alors les gens voyagent, émigrent vers d’autres cieux pensant trouver le bonheur. Des communautés se regroupent en fonction de leur culture et ce communautarisme peut être source de conflits. Les différences sont parfois difficiles à accepter, à comprendre : différences vestimentaires, religieuses, culinaires, vie familiale spécifique……Parfois une communauté cherche à imposer ses croyances, son mode de vie, quitte à perdre son sens critique ce qui peut souvent conduire à faire la guerre à l’autre.

Alors, à tous ceux qui pratiquent un communautarisme exacerbé, nous disons ceci : Voyez l’unité dans la différence et sachez que, malgré les apparences, vous avez plein de points communs.

- Vous êtes tous des enfants de la terre.

- Vous avez tous une âme.

-  A tous, la vie apporte son lot de joies et de souffrances.

- Chacun d’entre nous sera confronté, un jour ou l’autre à la mort. C’est la plus grande égalité qui soit !

Vous appartenez à une communauté universelle en interconnexion totale et permanente. Allez toujours au-delà des apparences et des croyances pour comprendre avec votre cœur.

Daniel et sa petite voix

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Bazar spirituel - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur La tolérance

  • "l'unité dans la difference"..." tolérance" cette qualité inclut toutes les vertus humaines.
    bise.

    Posté par manouche, 08 octobre 2020 à 08:16 | | Répondre
    • Savoir accepter les différences....Le monde irait beaucoup mieux !

      Posté par daniel, 09 octobre 2020 à 17:36 | | Répondre
  • La tolérance est belle lorsqu elle est présente chez les 2 parties en présence.
    La tolérance est supportable jusqu au point où elle devient insupportable.
    Mais dans tolérance il y a également résignation et cela explique combien je n approuve pas vraiment ce mot qui nous est souvent dit comme le cesame du respect.
    Mais je ne serai jamais tolérante avec ce qui détruit mon pays, le monde qui fait partie de notre société, les peuples qui l habitent.
    Faire de la tolérance le leitmotiv a tout est le danger dans lequel nous nous sommes précipités depuis tant d années.
    Jamais de tolérance pour l intolérant... nous n en serions pas là aujourd’hui.
    Notre tolérance nous a été fatale et nous détruit.

    Posté par angedra, 08 octobre 2020 à 10:26 | | Répondre
    • Nous vivons dans un monde où la violence est de plus en plus présente. Il faut bien éviter une escalade constante. La tolérance n'est pas forcément résignation.
      Je ressens que tu as du vivre une épreuve liée à cette tolérance ou pas .
      Bien sûr que certaines exactions doivent être punies. En écrivant mon texte, je pensais surtout à l'intolérance morale que l'on trouve souvent sur les réseaux sociaux.
      Mais je ne suis pas un velléitaire !!

      Posté par daniel, 09 octobre 2020 à 17:42 | | Répondre
      • Je vis simplement comme une grande partie des français les évènements, les remises en cause de notre histoire, les dictatures imposées par des minorités, l'intolérance qui profite de notre trop grande tolérance.
        Ne pas accepter cette tolérance sans borne ne signifie pas que l'on soit pour la violence… mais au contraire, de dire stop aux violences que l'on nous impose.
        L'intolérance morale n'existe pas seulement sur les réseaux sociaux, on la trouve dans notre vie de tous les jours justement comme dit plus haut.
        Nous ne parlons plus de "certaines exactions" aujourd'hui, ni "d'incivilités"… ni d'injures sur les réseaux sociaux.
        Condamner sans chercher à comprendre comme tu le dis à Alainx… je veux bien, mais il y a des actes au nom d'une opinion ou croyance comme il le dit, qui ne peuvent se comprendre. En tous cas moi je ne peux comprendre, ni excuser, ni tolérer.
        Je veux bien parler d'amour, de reconnaître que nous sommes tous des enfants de la terre etc, mais lorsque nous sommes dans la vraie vie je ne pense pas que nous puissions dire aux victimes qui luttent pour leur vie et à leurs familles que nous sommes tous en interconnexion totale avec la communauté universelle.
        Comme Alainx, je pense que tu te doutais que ton texte ne pouvait qu'avoir 2 styles de commentaires : Acquiescer et parler de sagesse, soit lancer un débat sur un sujet bien trop tabou pour beaucoup.

        Posté par angedra, 09 octobre 2020 à 19:50 | | Répondre
        • Je vois que mon texte te fait beaucoup réagir et c'est bien. Je n'ajouterais rien à tes propos qui sont tout aussi valables que les miens. C'est ton point de vue que tu défends fort bien mais ce n'est pas ma philosophie de vie.
          En tout cas, j'apprécie vraiment que tu t'exprimes comme cela. Au moins on sort un peu des banalités habituelles que l'on trouve sur les blogs. Aller au fond des choses, voilà qui est bien !!

          Posté par daniel, 09 octobre 2020 à 20:28 | | Répondre
  • Ton texte est très intéressant, j'ai bien apprécié ! Passe une bonne journée . Cordiales amitiés & à +

    Posté par Gabray 31, 08 octobre 2020 à 12:00 | | Répondre
  • La tolérance suppose que l'on comprenne d'autres systèmes de valeurs, de référentiels, de coutumes etc. que les siens. Que ces valeurs soient en contradiction avec les nôtres, sinon c'est de la connivence avec lui.
    Bien entendu on peut toujours se rejoindre sur les points communs que tu indiques. Ce sont des évidences assez incontestables. Quoique avoir une âme, ça se discute . Mais les joies, les souffrances, la mort, que l'on vive tous sur la même planète, etc.… qui dira le contraire ?

    Mais la question est : où finit la tolérance ? Où devient-elle inadmissible par passivité ?
    (Ce que soulève Angedra d'ailleurs)
    Une société de tolérance, de permissivité, engendrerait rapidement le pire du pire. Probablement serait-elle invivable pour le plus pauvre et démuni.
    Il faut donc définir quel est le seuil de tolérance d'une communauté humaine quelle qu'elle soit. Une famille, une entreprise, un groupe humain, un état, etc.
    Car la tolérance a forcément la limite de l'insupportable pour tout organisme vivant.
    Si on peut respecter la liberté d'autrui en matière d'opinion et de croyance, peut-on tolérer des actes portant atteinte à l'autre au nom d'une opinion ou d'une croyance ?
    On peut respecter l'idéologie de l'islam. On sera intolérant avec le djihadiste massacreur. Et pourtant il agit au nom de cette idéologie respectable paraît-il.
    Donc comment gère-t-on le phénomène de rejet dans une société tolérante ?
    Autrement dit « doit-on tolérer les intolérants ? », Question que pose le philosophe Rawls en répondant oui !
    C'est pour moi une question mal posée. Les intolérants sont là ! Le terrorisme le démontre. Aucune société ne doit tolérer les actes des intolérants. Pour cela qu'on les juge, les condamne, quand on ne les tue pas.
    Ils estiment alors que c'est nous les intolérants !

    Je m'arrête là mais j'ai encore plein d'arguments dialectiques sur le sujet…

    (En ce moment tu apportes des sujets complexes et difficiles. Voire particulièrement épineux ! Tu sembles cultiver le désir d'en débattre…)

    Posté par alainx, 08 octobre 2020 à 12:16 | | Répondre
    • Comment ça ! Tu n'as pas d'âme ? Tu apportes un éclairage supplémentaire intéressant. Bien sûr qu'il y a des limites à la tolérance. Mais mon propos était d’attirer l'attention sur la montée de la violence et de l'intolérance dans nos sociétés. On juge et on condamne de plus en plus sans chercher à comprendre.
      En filigramme, je pensais à certains réseaux sociaux( pas tous, quelques uns sont utiles), véritables poisons qui gangrènent la société.
      Nous devons rester vigilants face à la montée de la violence et ne pas nous laisser entraîner dans une spirale.

      Posté par daniel, 09 octobre 2020 à 17:51 | | Répondre
      • Ai-je dit écrit que je n'avais pas d'âme ? Où ça ? « L'âme » est tellement un mot tarte à la crème, aux multiples sens, que forcément ça se discute.
        J'aime quand on précise le sens qu'on donne aux mots. Quant à moi le sens que je donne à « âme » je l'ai développé sur bien des fois sur mon blog. Il suffit de s'y rendre et de consulter mes archives.
        Quant aux réseaux sociaux, je crois de plus en plus qu'ils sont animés par une minorité agissante qui sait comment s'y prendre pour donner de l'ampleur et faire croire que leurs conneries sont partagées par des millions de gens.
        C'est comme quand les politiques proclament « tous les Français pensent que… » et c'est marrant parce que je ne suis qu'excessivement rarement en accord avec le propos tenu. Donc j'en conclus que je suis l'unique français à ne pas penser comme tous les Français…

        Posté par alainx, 10 octobre 2020 à 10:18 | | Répondre
  • Une petite mise au point, bien tournée qui remettra certainement les pendules à l'heure.

    Posté par Chinou, 08 octobre 2020 à 18:36 | | Répondre
    • On juge, on condamne.....On devrait d'abord essayer de comprendre !

      Posté par daniel, 09 octobre 2020 à 17:52 | | Répondre
  • Je commencerai par une citation de Victor Hugo :
    "La grande erreur de notre temps, cela a été de pencher, je dis même de courber l'esprit des hommes vers la recherche du bien matériel. Il faut relever l'esprit de l'homme, le tourner vers la conscience, le beau, le juste et le vrai, le désintéressé et le grand. C'est là, et seulement là, que vous trouverez la paix de l'homme avec lui-même et par conséquent avec la société."

    Il semblerait en effet que chaque fois qu'une société base toute sa notion de bien-être, de bonheur, de confort et de sécurité sur le bien matériel, le destin vient la frapper pour lui montrer son égarement en la mettant face à dans sa fragilité, ses faiblesses, son insécurité, son ignorance.
    L'idéal de réussite est devenu l'appât du gain, le confort, la belle voiture, le look, les belles vacances... Nos idéaux sont tombés au ras des pâquerettes, avec quelques soubresauts par ci par là d'antiracisme, d'égalitarisme, de solidarité, de respect des différences, des animaux, de la nature... Tout cela avec un certain relent de sentimentalisme chrétien ; la bonne parole, la bonne conscience et aussi des effets de mode.
    Mais où sont les grandes idées, les grands élans, les grands projets, les grandes visions pour l'humanité ? Où est la grandeur, où est la hauteur ?
    Le terrorisme islamiste et son lot de violence aurait-il pour origine une sombre frustration, un manque cruel de raison d'être ? Un tel manque qu'il fait sombrer dans le fanatisme et la folie.
    Qu'offrons-nous à nos enfants ? Quel aliment donnons-nous à leur esprit et à leur âme ? N'est-ce pas, avec le gîte et le couvert, la première des nécessités ?
    Il semblerait que nos civilisations, après chaque enthousiasme aveugle les conduisant aux abus, aux excès, à la surconsommation, doivent à chaque fois retomber dans le chaos pour retrouver un équilibre.
    Sommes-nous donc incapables de modération dans l'abondance, de justice dans la paix, de respect dans les relations ? Faut-il toujours exagérer ? Les véhicules ont tous des freins, pourquoi pas nous ?
    Pire, les quelques grands personnages de l'histoire ont été assassinés.
    Quelle est donc cette mystérieuse mauvaise volonté qui barre le chemin à notre évolution ?

    Posté par Aube03, 09 octobre 2020 à 14:43 | | Répondre
    • Un beau de réflexion que je partage totalement. L'histoire se répète constamment et l'homme n'arrive jamais à tirer les leçons de ses erreurs. Je souhaiterais diffuser ton texte sur mon blog et je t'en demande l'accord.

      Posté par daniel, 09 octobre 2020 à 18:03 | | Répondre
      • Bien sûr Daniel. Tu peux.

        Posté par Aube03, 10 octobre 2020 à 22:20 | | Répondre
  • Comme plusieurs des personnes qui ont commenté au-dessus, j'ai beaucoup de mal avec le mot tolérance : tolérer serait accepter, et moi je n'accepte pas, je n'accepte plus que l'acceptation soit devenue trop souvent résignation et laxisme. J'ai de plus en plus de mal à nuancer les choses.
    Oui, la mort est la seule "égalité" ; à condition qu'elle ne soit pas imposée par la malfaisance.

    Posté par Nikole, 09 octobre 2020 à 15:41 | | Répondre
  • Pourtant la vie n'est ni noire, ni blanche mais plutôt grise . L'absolu n'existe pas et la sagesse, par les temps de violence que nous vivons, est de ne pas trop en rajouter. La tolérance ne signifie pas qu'il faut tout accepter mais simplement, avant de juger et condamner, de comprendre.Bien sûr qu'il faut punir toutes les exactions commises.
    J'aime bien les débats d'idées comme cela !

    Posté par daniel, 09 octobre 2020 à 18:08 | | Répondre
  • Ta réflexion m'a de suite fait penser à une chanson de Francis Cabrel que j'aime beaucoup, qui m'émeut à chaque fois que je l'écoute, elle s'intitule "Des hommes pareils" dont voici un extrait :

    "Quel que soit le prix qu'on se donne
    On nage dans le même aquarium
    On partage le même royaume
    Où vous, vous êtes et nous, nous sommes
    Où nous sommes des hommes pareils
    Plus ou moins nus sous le soleil
    Tous tendus vers l'espoir de vivre
    Qu'est-ce qu'on vous apprend dans les livres
    S'il y manque l'essentiel?
    S'il y manque l'essentiel?
    J'aime mieux ce monde polychrome
    Où vous, vous êtes et nous, nous sommes
    Des hommes pareils"

    https://www.dailymotion.com/video/x51oho

    Bon dimanche Daniel !

    Posté par Florinette, 11 octobre 2020 à 12:58 | | Répondre
    • C'est vrai qu'elle est belle ! J'aime beaucoup ce que fait Cabrel !

      Posté par daniel, 13 octobre 2020 à 14:56 | | Répondre
Nouveau commentaire