quiberon

 

 

La nuit dessine des ombres

Et le vent s’envole dans le ciel.

C’est marrée basse à Quiberon.

Quelques mouettes à tire d’aile

Criaillent dans la pénombre.

On pousse un peu plus loin,

Le camping du bois d’amour,

La pointe du Conguel.

Les nuages enflent à l’horizon

On flâne, on fait un tour.

Le soir s’écoule, serein.

C’est le temps des vacances.

Au bord du rivage

La mer clapote, la mer danse.

Dans le mystère du crépuscule

J’ai envie d’arrêter les pendules.

Juste l’instant, juste ce moment.

Je serre ta main

Y a du roulis, y a du tangage

C’est marrée basse à Quiberon.

Mon cœur fait des vagues.

Laissons-nous porter

Ensemble sur le chemin

De nulle part qui zigzague.

Un petit frisson

Tendre baiser

C’était marée basse à Quiberon.

Daniel