Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

31 mars 2018

L'influence indicible d'un regard

Mon texte "Etincelles de vie" m'a valu cette réponse de Marie-Christine

étincelles

Je ne compte plus le nombre de ces étincelles qui marquent et changent à chaque fois un peu notre vie. Il y en a eu depuis mon enfance. Puis parfois j'en ai parlé et on m'a rigolé au nez. Puis je n'en ai plus parlé et ça n'a pas d'importance car ce qui compte c'est le ressenti profond à l'intérieur de soi. 

Mais puisque tu stimules la mémoire, je ne résiste pas à l'envie de parler de cette étincelle qui, en l'espace d'une seconde, a déterminé mon avenir. 
J'étais en CM1 et presque nulle en maths. La maîtresse, madame Billot (nom prédestiné !), avait coutume de faire écrire la correction du problème au tableau puis l'effaçait pour que nous le refassions seules. Comme j'en étais incapable, je savais que j'étais destinée à la punition. Donc ce jour-là, je me dépêche de recopier la précieuse solution avant que la maîtresse ne passe la brosse. J'étais tellement absorbée dans ma tâche que je n'ai rien vu venir.

En fait, madame Billot, m'ayant repérée, avait fait le tour de la classe et s'approchait dangereusement, elle n'était plus qu'à quelques pas derrière moi. Par quelque hasard, je lève les yeux sur une camarade assise plus loin, j'aperçois son regard désespéré puis dans le quart de seconde qui suit, deux mains d'une violence inouïe, telles des cymbales assourdissantes, s'abattent sur mes deux oreilles. Pour le coup, j'ai vraiment vu des étincelles, exactement comme dans les dessins animés ! 
Mais ce regard...! C'était le regard de Dieu. Le regard de cette camarade, empli de compassion m'a donné foi en la nature humaine pour le restant de mes jours. Si ce regard avait été différent, mon âme aurait été différente. S'il avait été moqueur ou cruel, je n'ose imaginer les dégâts qu'il aurait fait. Mais l'étincelle divine d'un regard a supplanté l'étincelle maléfique d'une main démoniaque. 
Alors je comprends très bien ce que tu veux dire, Daniel, quand tu parles de l'influence indicible d'un regard...

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Expériences de vie - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur L'influence indicible d'un regard

    Ce regard si précieux qui donne confiance en soi.

    Posté par manouche, 31 mars 2018 à 08:37 | | Répondre
  • Et ce regard pour dire qu'on est accompagné sur le chemin de la vie pour traverser ces moments d'épreuve. Ce texte est très beau -je ne supporte pas que l'on fasse du mal aux enfants, à l'intérieur de moi des particules explosent, j'ai du vivre un truc douloureux dans mon enfance que j'ai enfoui dans les profondeurs de mon être- mais Marie Christine dit bien que ce regard aurait pu être différent et changer son destin... que de dégâts alors !!! Doux week end et belle chasse aux œufs Daniel, à bientôt. brigitte

    Posté par Plumes d Anges, 31 mars 2018 à 10:22 | | Répondre
    • Pour les oeufs je suis arrivé trop tard. Mes petits enfants ont tout pris. Ah les gourmands !!

      Posté par DANIEL GENTY, 01 avril 2018 à 15:26 | | Répondre
  • Le regard change tout tu as raison...
    Et le texte de Marie-Christine est beau et fort émouvant
    Bisous célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Posté par celestine T, 31 mars 2018 à 11:05 | | Répondre
  • Il y'a tellement d'émotion dans ce texte que j'en suis vraiment touché. J'en ai gardé, des regards, et ceux dont je me souvienne sont les plus beaux.
    Merci daniel et un petit coucou à Marie-Christine
    Bien à vous

    Posté par bizak, 31 mars 2018 à 11:20 | | Répondre
    • Marie Christine écrit toujours des textes intéressants et celui là est émouvant !

      Posté par DANIEL GENTY, 01 avril 2018 à 15:27 | | Répondre
  • Une très belle histoire, un témoignage fort sur l'importance du regard qui peut illuminer ou détruire...

    Posté par Pastelle, 31 mars 2018 à 12:19 | | Répondre
  • Merci de nous avoir partagé cette histoire Marie Christine, elle montre en deux personnages les deux cotés de l'etre humain... moitié bon moitié mauvais... à chacun de choisir quel coté de lui meme il veut cultiver.

    Posté par kéa, 01 avril 2018 à 02:11 | | Répondre
    • C'est vrai, Kéa. Chaque jour, la vie nous donne des occasions de faire ce choix. Un vrai défi qui demande une attention permanente. Une mauvaise parole ou une mauvaise pensée est si vite arrivée !

      Posté par Marie-Christine, 01 avril 2018 à 10:53 | | Répondre
      • oh oui, très vite arrivé... on le regrette par la suite mais ça ne se répare pas nécessairement. L'impulsivité n'est pas à recommander,... ce qui m'arrive trop souvent.

        Posté par kéa, 01 avril 2018 à 14:38 | | Répondre
  • Quel souvenir. Si bien écrit.

    Posté par Catie, 01 avril 2018 à 10:35 | | Répondre
  • Il y a des regards qui vont bien au-delà des mots. Merci pour cette belle et émouvante histoire et Joyeuses Pâques !

    Posté par Florinette, 01 avril 2018 à 12:51 | | Répondre
  • Belle réponse qui est une véritable note très intéressante.

    Posté par Ariaga, 01 avril 2018 à 18:26 | | Répondre
  • je suis d'accord tout peut être dit dans un regard.
    Merci ce partage.
    Bon lundi de Pâques

    Posté par eki eder, 02 avril 2018 à 13:30 | | Répondre
  • c'est une histoire sensible ; quelle rancoeur dans le coeur de la maîtresse pour qu'elle soit saisie de furie ! C'est vrai qu'à l'époque on nous tapait sur les doigts avec une règle, il y avait la punition dans les coins (celle là légère et même amusante) puis celle où on était à genoux et les bras levés ; je me souviens d'une fois où tous les coins étaient occupés et nous devions bien être trois ou quatre à lever les mains en l'air. Quelle belle façon de remarquer surtout la personne humaine qui lui fait face ! Bises et merci pour ce texte.

    Posté par durgalola, 02 avril 2018 à 14:38 | | Répondre
    • Oui durgalo, et cela me fait penser que notre société et le système scolaire étaient encore très imprégnés de la morale catholique : toute entorse au règlement (aussi minime soit-elle) ou aux "bonnes moeurs", était un péché et méritait pénitence. A genoux ou les bras levés sont des symboles forts d'une volonté d'humiliation.

      Posté par Marie-Christine, 02 avril 2018 à 16:12 | | Répondre
    • Maintenant on ne peut plus faire cela. La violence s'est installée à l'école. Bien dommage. Bonne semaine à toi.

      Posté par DANIEL GENTY, 04 avril 2018 à 15:53 | | Répondre
Nouveau commentaire