changement

 

 

Nous vivons une époque de grandes transformations, tant technologiques que sociétales. Le vent du renouveau souffle sur nos têtes et il semble inutile de s'accrocher au passé comme un coquillage sur le rocher de la plage. "C'était mieux avant" disent certains, mais c'était avant !! et nous sommes maintenant. Et puis ce n'est pas si sûr que c'était mieux avant !!

Pour ma part j'aime bien le changement, j'aime quand des pans entiers du passé commencent un peu à s'écrouler, que le nouveau surgit comme le diable sort de sa boîte !! ébranlant tout un tas de croyances.

Je crois que la plus grande transformation à laquelle nous sommes entrain d'assister, mais qui reste encore invisible ....Quoique ?...concerne les relations sociales et politiques. Nous quittons progressivement une société hiérarchisée, verticale où le pouvoir appartient à un petit nombre pour entrer doucement dans une société en réseaux, plus égalitaire où les relations horizontales deviendront prioritaires. Le réseautage, voilà l'avenir !! Actuellement de nombreux groupes se forment autour d'intérêts communs pour agir, avancer, créer. Ils sont efficaces, non soumis à de lourdes procédures. Ils sont libres, hors du moule et peuvent exister sans trop de contraintes.

Le mouvement est en marche mais de nombreuses années seront nécessaire encore avant qu'il ne se pérennise définitivement. Commencez à vous accrocher aux branches, hommes et femmes de pouvoir et d’argent. L’étau se resserre doucement mais surement. Vous résistez encore mais la pression s’accroit !!

Deux exemples :

Dans le domaine industriel, les "SCOP" sont des sociétés coopréatives de forme SARL, SA ou SAS dont les salariés sont les associés majoritaires

Dans une Scop, ces derniers détiennent au moins 51 % du capital social et 65 % des droits de vote. Si tous les salariés ne sont pas associés, tous ont vocation à le devenir.

Il y a un dirigeant comme dans n'importe quelle entreprise. Mais celui-ci est élu par les salariés associés. Beaucoup se sont créées dernièrement à la suite de fermetures d'usines.

- Dans le domaine agricole, la chaîne agro-alimentaire traditionnelle (type grandes surfaces) commence à être concurrencée par des initiatives individuelles dans lesquelles des agriculteurs, soit vendent directement leurs produits aux consommateurs, soit se regroupent entre eux pour offrir une offre variée et complémentaires de différents produits.

Voici un exemple : Confrontés à une crise laitière qui ne leur permet pas d’être rémunérés correctement, une cinquantaine de producteurs d’Alsace et de Lorraine ont décidé de prendre en main leur destin. C’est ainsi qu’ils ont créé "A Güeter !", une marque de produits laitiers dont ils maîtrisent l’ensemble de la chaîne depuis la fabrication et la recette jusqu’à la fixation du prix et le choix du réseau de distribution. Plus d’intermédiaires et une meilleure rémunération du litre de lait pour le producteur : 50 centimes au lieu de 30 ! Ce n’est pas rien. Gros succès au près des consommateurs alsaciens.  Sans jamais brader leurs prix, 150.000 pots ont été vendus en moins de trois mois dans les supermarchés régionaux des trois enseignes ciblées au départ (Leclerc, U et Cora)  

Et puis, vous voyez bien, vous qui surfez sur le web, toutes ces initiatives de regroupement qui fourmillent un peu partout !!

"La vie  se transforme tous les jours. Ce qui était acquis hier, ne le sera peut être pas demain " 

Daniel