république

 

 

Ce n'est pas forcément ma tasse de thé mais j'ai voté pour Macron, Dimanche.  Je ne suis ni de droite, ni de gauche et personne n'est ma tasse de thé dans ce monde si particulier qu'est le monde politique. Mes idées personnelles peuvent aller d'un camp à l'autre et picorer ce qui me paraît intéressant pour l'évolution de la France. Quelle idée saugrenue de penser que le monde est divisé en deux !! Cette opposition stérile est dérisoire par rapport à l'enjeu qui nous attend: Quelle France pour demain ? Voulons nous une France fracturée, divisée, en conflit perpétuel, une France parasitée par les inégalités sociales et les privilèges défendus becs et ongles par tous les nantis ? Voulons nous une France repliée sur elle même qui sent la naphtaline depuis un certain temps? Ou bien souhaitons nous une France unie, solidaire, moderne,décidée à construire son avenir dans un climat de confiance et de justice sociale ?

Un homme jeune vient d'être élu à la tête du pays. On peut contester ses idées mais nous devons à priori lui faire confiance avec une grande vigilance. Je le redis: Nous devons construire un avenir meilleur et pour cela toutes les bonnes volontés doivent se rassembler.

Vigilance , non pas par la contestation de la rue avec les violences que cela entraîne mais plutôt vigilance par le dialogue, la négociation. A cette aube du changement toutes les responsabilités sont grandes: celles des partis politiques bien malmenés par ce qui vient de se passer, celles des syndicats, celles de la société civile et publique. Les querelle partisanes doivent être éliminées au profit de l'intérêt collectif.

Je veux une France apaisée, confiante, équilibrée dans toutes ses composantes sociales, une France qui fasse des efforts en faveur des plus démunis. Je souhaite que tous les privilégiés, qu'ils le soient par le pouvoir politique ou par le pouvoir de l'argent, acceptent une meilleurs répartition des richesses. A eux de faire cet effort.

J'irais donc voter aux législatives pour le candidat  représentant le nouveau parti de Macron.  Ce sera la deuxième fois, en vingt ans, que j'irai faire un tour dans l'isoloir et sans doute la dernière.

"Ne jamais juger avant mais plutôt juger sur les actions"

Daniel