coiffure

 

 

C'était la rue principale de la petite ville dans laquelle j'habitais. Au numéro 34 se trouvait le salon de coiffure, un salon banal, tenu par un couple qui commençait à être âgé. Ils avaient séparé le salon, par un rideau, en deux parties: un coin pour les hommes et un coin pour les femmes. Je m'y rendais une fois par mois pour tailler mes cheveux en brosse car à l'époque c'était la mode d'avoir les cheveux en brosse. Je me souviens de tout. J'entrais dans le salon  allais m'asseoir sur une chaise et attendais que Mr Camille, le coiffeur, en ait terminé avec le client précédent.

Mr Camille m'invitait alors à venir sur le fauteuil immense qu'il ajustait de quelques coups de pédale à la hauteur parfaite pour pouvoir réaliser son oeuvre. Quelques coups de ciseaux, puis on attaquait à la tondeuse mécanique sur les côtés, bien court si possible !!. Puis Mr Camille se saisissait d'un bâton de gomina , le passait dans mes cheveux, à l'aide d'un peigne, cheveux  qui devenaient droits comme un I. On aurait dit un porc épic.

Alors arrivait l'instant stratégique où Mr Camille pouvait exercer tout son savoir: l'égalisation de tous ces cheveux dressés. Il prenait les ciseaux, pliait un peu son corps pour placer son regard au même plan que les cheveux, fronçait un peu les sourcils et à l'aide de quelques coups de ciseaux bien sentis terminait son travail. Il reculait alors pour admirer ce chef d'oeuvre plein de rectitude !! Phase finale : il prenait un miroir avec lequel il faisait le tour de ma tête pour me montrer le travail accompli. Sur le chemin du retour, je tapotais de temps en temps mes cheveux pour sentir s'il restaient bien droit !

Tout cela est bien loin....Mr Camille est mort et le salon a disparu. A sa place  un bar !

Daniel