ABBAYE

Office à l'abbaye de la Pierre qui Vire

Mes rapports avec les religions ont  toujours été ambigus. Elevé dans le catholicisme, je me suis désintéressé de cette religion vers l'âge de 15-16 ans. Impossible d'adhérer aux préceptes et aux textes que je trouvais désuets, simplistes et ne correspondant pas à mes attentes personnelles.

J'étais au mois d'Octobre dernier à l'abbaye de la Pierre qui Vire dans le Morvan. J'assistais à un office religieux qui dégageait une très belle ambiance. Les moines étaient tout de blanc vêtus, une odeur d'encens flottait dans l'air, les chants résonnaient sous la voute, profonds et graves mais les textes que nous avions entre les mains et qu'il fallait chanter n'arrivaient absolument pas à m'émouvoir. Ils étaient stéréotypés et assez vides de contenu. Si j'osais , je dirai même assez indigents.

Pourtant et c'est là mon ambigüité ! je ne rejette pas totalement le fait religieux. Si pour moi son intérêt n'est pas évident, je respecte beaucoup tous ceux qui pratiquent et ont une grande foi. La mienne est ailleurs......J'admire même les pratiquants sincères, ceux qui suivent scrupuleusement les rites et les cérémonies. Ils sont disciplinés  et prient avec coeur ! Leur engagement m'émeut toujours.

Je me suis intéressé au bouddhisme, au soufisme mais sans adhérer totalement. J'ai besoin d'une démarche libre, sans aucune autorité religieuse. Ma foi, ma spiritualité est quelque chose d'intime qui n'a pas besoin de se structurer à travers un enseignement religieux. Je n'aime pas l'idée d'intermédiaires, tels que les dogmes et les rites, entre moi et le divin.

Kamel Daoud, écrivain algérien,  exprime très bien ce que je ressens dans cette belle phrase imagée" La religion est un transport collectif. Moi, je préfère aller vers Dieu seul et à pied"

Pour conclure cette petite réflexion et au risque de passer pour prétentieux je dirais" Ma religion, c'est moi !"

 Daniel

En écho cette pensée du Dallai Lama.

Le sécularisme signifie le respect de toutes les religions, pas de préférence pour celles-ci ou celle-là. Si par exemple moi, en tant que bouddhiste, j'affirmais que seul el bouddhisme est bon, que les autres religions sont mauvaises, ce seriat contraire à la laïcité. Si vous croyez  vraiment à la laïcité, vous devez respecter toutes les autres traditions, parce que des millions de personnes suivent ces traditions. Puisque nous devons respecter tous les êtres humains, l'humanité entière, il faut donc respecter leurs conceptions et leur foi. Y compris les non-croyants. C'est également leur droit de ne pas croire.