francine 1

"Douceur"

Acrilyque réalisée par mon amie Francine(francineplantetdugied.hautetfort.com

 

 

Ceux qui savent qu’ils ne savent pas sont libres. Ils avancent sur les chemins, légers et ouverts, car ils ne sont pas encombrés par le fardeau du savoir. Plus on sait et plus on est conditionné et prisonnier car le savoir  ne doit surtout pas faire obstacle à deux choses importantes :

-  la création car il me semble que la vraie vie est avant tout création. Je pense au peintre qui élabore un tableau. Il va se servir, bien entendu de sa technique, donc de son savoir mais il doit aussi aller au delà en faisant appel à sa créativité. Dès lors il ne répète pas, il crée en puisant au fond de lui une énergie spontanée, riche d’une expression totalement personnelle.

- La découverte, l’apprentissage car le savoir appartient au passé. Il est une somme de connaissances et d’expériences qui entravent l’ouverture vers l’inconnu. Je crois que pour bien comprendre les choses, il ne faut pas savoir. Il y a de l’innocence dans la véritable compréhension. C’est la perception directe qu’il faut tenter de pratiquer.

Certes le savoir est nécessaire pour la vie extérieure, pour la communication et l’évolution technologique (pour flatter aussi son égo) mais il doit juste être capable de rester à sa place afin que puisse s’exprimer notre nature sincère et authentique, sensible et personnelle.

Daniel