maitre

 

 

Pour ce qui me concerne la relation« Maître – élève » m’a toujours intéressé mais pas dans le sens de l’aliénation mais plutôt de celui du libre arbitre, de la liberté laissée à l’élève car nous avons tous à apprendre les uns des autres. Le maître a aussi beaucoup à apprendre de ses élèves. Plutôt que de parler de transmission, je préfère parler d’échanges.

Sur ce point je rejoins totalement Krishnamurti qui s’est souvent exprimé sur le sujet.

« Tant que subsiste la distinction entre le maître et l’élève, entre la réalité et vous-même, la compréhension n’est pas possible. Pour comprendre la vérité, il n’est pas besoin de maître ni d’élève, de second ni de premier. La vérité est la compréhension de ce qui est d’instant en instant sans le fardeau ou le résidu du moment présent……..Que des maîtres existent ou non, que l’on distingue entre initiés, élèves, etc..n’a aucune importance. Ce qui est important c’est de se connaître soi même. Sans la connaissance de soi, la pensée n’a aucune base. Si vous ne commencez pas  par vous connaître vous-même, comment pouvez savoir ce qui est vrai. Il est puéril de recevoir un enseignement et d’accepter d’être ceci ou cela ».

 

J’ajouterais  que nous sommes déjà conditionnés par tellement de choses : éducation, culture, traditions, système de valeurs personnelles que ce n’est pas la peine d’en rajouter. Bien au contraire tous nos efforts devraient porter vers un dépouillement, un déconditionnement de notre être. C’est seulement à ce titre que nous pourrons espérer être enfin nous même dans une plénitude et un épanouissement qui nous permettra, peut être, d’appréhender la réalité du monde sans passer par tout un tas de filtres déformants. Voilà un travail personnel difficile  mais juste et intéressant.

Daniel