Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

23 novembre 2015

Le gigot et les haricots

repas

 

Dans la famille, du côté de ma mère, une tradition familiale consistait à se réunir une fois par mois autour d'une grande table pour déguster un bon gigot avec des haricots. Ce repas avait lieu chez ma grand mère( la mère de ma mère). Il y avait là l'oncle Edouard, assis dans son fauteuil en osier, l'oreille collé contre le grand poste en bois, entrain d'écouter les informations lorsque nous arrivions. Un érudit l'oncle Edouard mais qui n'avait jamais travaillé de sa vie, handicapé qu'il était par  des crises d'épilepsie. Ma mère n'aimait pas du  tout ces repas car parfois ils avaient tendance à dégénérer sur le plan politique , l'ensemble de la famille ayant le coeur qui penchait à gauche sauf, justement, mon père et ma mère.

Mon père était militaire et ses idées le portaient vers la droite. Il y avait aussi l'oncle Jeannot, le frère de ma mère, communiste accompli, et qui passait son temps à raconter des histoires salaces et drôles. Moi j'aimais bien l'oncle Jeannot, je le trouvais très marrant ! Il avait un fils de mon âge qui d'après ma mère ne faisait pas grand chose à l'école. On déjeunait dans la salle à manger sous le regard d'une vieille horloge comtoise qui égrenait le temps toutes les heures.

Le repas s'éternisait dans l'après midi, le temps traînait  et l'alcool aidant, les conversations s'animaient . Je m'ennuyais ferme à subir des discussions qui ne m'intéressaient pas. Les adultes menaient leur vie et ils ne savaient pas ce que je pouvais penser. En fait ma mère n'aimait pas trop sa famille et jugeait sévèrement leur comportement. Elle avait une nature conflictuelle. Les heures tournaient. Une après midi entière à rester assis derrière son assiette !

Peut être est ce à cause de cela que je n'ai jamais aimé les repas qui s'éternisent. J'avais souvent l'impression de perdre mon temps !

Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Expériences de vie - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Le gigot et les haricots

    On n'a pas tous les mêmes expériences . Pour moi, c'était l'occasion de revoir des parents éloignés, d'être tous réunis . Les discussions étaient joyeuses et parfois un peu "animées" politiquement, mais le plaisir d'être ensemble prenait toujours le dessus .

    Posté par Marie-Christine, 23 novembre 2015 à 08:35 | | Répondre
    • Alors ne restent que des bons souvenirs.

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:15 | | Répondre
  • Pour moi, quand j'étais enfant, c'était quand nous étions invités ou quand nous invitions des gens de la famille que je me réjouissais,cela nous sortait de la grisaille quotidienne mais cela arrivait peu souvent, nous n'avions pas de voiture et cela limitait les déplacemnts

    Posté par gazou, 23 novembre 2015 à 08:46 | | Répondre
  • J'ai aussi des expériences pénibles de ce type, mais ce n'était pas régulier, seulement pour les "grands" événements, communions en particulier.

    Posté par Pastellle, 23 novembre 2015 à 13:37 | | Répondre
    • Comme moi, pas de très bons souvenirs. Qu'est ce que je m'ennuyais !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:16 | | Répondre
  • c'est pénible les repas qui s'éternisent

    Posté par flipperine13, 23 novembre 2015 à 15:49 | | Répondre
  • c'est que moi, je les ai aimé ces réunions de famille où tous les propos finissaient en politique, j'ai dû en garder quelques habitudes ...
    amitié .

    Posté par marie-claude, 23 novembre 2015 à 16:08 | | Répondre
    • Combien de fois avez vous refait le monde ?

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:17 | | Répondre
  • Pour d'autres c'était le pot au feu ou le cassoulet, quelle horreur ces repas de famille !

    Posté par manouche, 23 novembre 2015 à 16:50 | | Répondre
    • Je ne supportais et n'avais qu'une envie: partir !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:18 | | Répondre
  • Les repas de famille sont le reflet de notre vie, de nos comportements. Ils ont leurs bons et leurs mauvais côtés. Râler ? Critiquer ? Faire la mauvaise tête ? Ou s'ouvrir aux autres, être à l'écoute, apporter un peu de joie, etc.
    Je le préfère à la belle saison lorsque le repas a lieu à l'extérieur, ou encore lorsque pris assez rapidement il laisse le loisir d'une sortie familiale dans la nature. Encore qu'à la saison froide il est aussi agréable de se retrouver au coin du feu au moment du café ou thé.
    Quant à la nourriture, chez ma grand-mère c'était toujours rosbif et haricots verts, mais de très bonne qualité ! Maintenant nous essayons de varier les menus ...

    Posté par Francine, 24 novembre 2015 à 09:47 | | Répondre
    • Importants les repas de famille. Je préfère nettement ceux de maintenant avec mes enfants que ceux d'avant. C'est l'occasion de se retrouver, d'échanger et de voir ses petits enfants.

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:23 | | Répondre
  • Belle narration de ta mémoire d'enfant cher Daniel.
    Douce nostalgie du temps qui passe.
    Et des visages disparus.
    "Chaque heure blesse, la dernière tue !"
    Pouvait-on lire sur certains cadrans solaires ...
    Moi aussi, bien évidemment, j'ai ce genre de souvenirs.
    Quoi qu'on en dise, ça forge un esprit de famille.
    Qui m'aura accompagné tout au long de mes jours.
    ça soude les cousins.
    Ces souvenirs me donnent un grand sentiment de gratitude.
    Cette grand-mère, ou ces tantes, qui se mettaient en quatre pour nous faire plaisir autour de l'assiette garnie.
    Ah la saveur des plats disparus (car il n'y avait qu'elles qui avaient le coup de main pour tel gateau).
    Quand je vois (maintenant que c'est mon tour d'organiser ce genre de réception) le mal que ça donne ...
    C'est sûr, c'est plus facile d'aller 8 jours à Majorque dans un "club-merde".
    A faire le lézard sur un transate.

    Posté par PLV, 24 novembre 2015 à 12:28 | | Répondre
    • La roue tourne PLV. A toi maintenant d'organiser ces réunions de famille. Et compte tenu que tu as 6 filles, tu as du boulot ! J'espère qu'elles t'aident ! Tu deviens doucement le patriarche !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:25 | | Répondre
      • Magnifique vieillard en vue... Notre PLV !
        Avec toute cette jeunesse.
        Au fait, combien de fois : Papy ?
        Flute, avec mon nouvel ordi... J'ai perdu mes bidules qui rigolent à gorges déployées !

        Posté par Eve Lyne, 26 novembre 2015 à 11:22 | | Répondre
  • De même chez moi... Les longs repas du dimanche me rendaient malade ; surtout à cause des vapeurs de vin mélangés je crois.

    Posté par Aloysia_Martine, 24 novembre 2015 à 16:17 | | Répondre
    • C'est fini ! Pourtant un bon verre de vin, c'est agréable !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:26 | | Répondre
  • je te comprends!
    bonne soirée Daniel

    Posté par eki eder, 24 novembre 2015 à 17:30 | | Répondre
  • Tout dépend des rapports que l'on a les uns avec les autres... Avec l'age, je cherche et trouve le plus souvent quelque chose à partager avec ceux qui sont présents et si je ne vois vraiment rien, il y a à ce moment précis quelqu'un ravi(e) de réunir tout ce monde, alors c'est à lui ou elle que je dédis cette journée... Tout un programme !!! Bises. brigitte

    Posté par Plumes d Anges, 24 novembre 2015 à 17:52 | | Répondre
    • Belle sagesse Brigitte ! Les repas doivent être un moment de convivialité !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:28 | | Répondre
  • Ah...les dimanches en famille...sources de joie chez moi, mais horrible souvenir chez certains de mes amis...
    Nous c'étaient les frites et le poulet rôti, et le vacherin glacé en dessert, heureux mélange de glace, de crème et de meringue... Miam !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Posté par celestine T, 24 novembre 2015 à 18:51 | | Répondre
    • Oh! la gourmande. Un repas qui m'aurait bien plu !J'adore les frites et le poulet.

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:30 | | Répondre
  • c'est vrai que notre enfance influe sur notre vie d'adulte. Pour moi c'est l'inverse, nous avions quitté notre région d'origine et il n'y avait que durant les vacances d'été que nous revoyions toute la famille.
    C'est pour cela que j'était très heureuse de me marier avec l'ainé d'une famille de 5 enfants et qui avait encore deux grands mères.
    Et pour la politique ... ce n'est plus comme avant ... bises

    Posté par durgalola, 24 novembre 2015 à 21:19 | | Répondre
    • Alors avec la famille de ton mari, tu as du faire de grands repas !

      Posté par DANIEL GENTY, 25 novembre 2015 à 09:31 | | Répondre
  • tout pareil chez moi, et la dernière de la fratrie avec dix ans d'écart j'étais seule, seule et m'ennuyait ferme... Maintenant moi aussi je mets la table et je reçois, la famille s'agrandit à nouveau et ce sont des journées bien fatigantes, mais j'aime avoir les miens de temps en temps près de moi, la vie est bien faite, les cousins auront pratiquement le même âge, à eux les fonds de verre de vin et les courses effrénées dans la maison, le jardin, et quelques petites bêtises....

    Posté par le boudoirdesoi, 28 novembre 2015 à 11:44 | | Répondre
    • Moi aussi, j'aime avoir mes enfants et petits enfants autour de moi. Ce sont toujours de belles rencontres.

      Posté par DANIEL GENTY, 30 novembre 2015 à 17:10 | | Répondre
Nouveau commentaire