Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

23 juillet 2015

Au square de la rue Nimier

 

Square

Au square de la rue Nimier

J'aime m'asseoir sur le banc

Pour regarder les passants

Flâner dans les jours de juillet.

 

Les roses continuent d'éclore

Et le temps s'efface doucement

Pendant que l'homme aux doigts d'or

Gratte sa guitare amoureusement.

 

Les notes légères s 'envolent

Et les papillons batifolent.

Sur mon banc, je voyage

A travers les bosquets et les feuillages

 

Les heures n'avancent plus

Et les nuages sont suspendus.

Il n'y a que la bise qui passe

Sans laisser de traces.

 

Au square de la rue Nimier

Les amoureux s'embrassent

Les amoureux s'enlacent

Cachés sous le bel amandier.

 

Je voudrais arrêter le temps

Pour goûter la sérénité de l'instant.

Rien qu'un soupir qui se pose

Juste le temps d'une pause.....

Daniel

 

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Poèmes - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Au square de la rue Nimier

  • Très,très joli ce poème.Bonne journée

    Posté par Martine, 23 juillet 2015 à 11:29 | | Répondre
    • Merci, j'aime écrire des poèmes ! mais parfois l'inspiration me manque.

      Posté par DANIEL GENTY, 26 juillet 2015 à 20:40 | | Répondre
  • il est bon de faire une pause dans un endroit que l'on apprécie

    Posté par flipperine, 23 juillet 2015 à 18:20 | | Répondre
    • J'aile bien me poser de temps en temps, dans le silence.

      Posté par DANIEL GENTY, 26 juillet 2015 à 20:42 | | Répondre
  • Une pause, l'éternité.

    Posté par Mayalila, 24 juillet 2015 à 08:47 | | Répondre
    • Tout arrêter l'espace d'un instant. Etre suspendu, immobile, sentir sa respiration et entrer en contact avec la nature....

      Posté par DANIEL GENTY, 26 juillet 2015 à 20:44 | | Répondre
  • Belle méditation sur le temps qui passe ...
    Et les plaisirs simples du quotidien ...
    Merci Daniel.
    Mais précise-moi STP !
    Est-ce le "sourire" qui se pose ?
    Ou bien le "soupir" ?

    Posté par PLV, 24 juillet 2015 à 15:26 | | Répondre
  • Le temps s'est arrêté, assurément, le temps du ressenti pour l'auteur, le temps de la lecture pour le lecteur. Délicieux instants !

    Posté par Carmen P., 26 juillet 2015 à 19:19 | | Répondre
  • Ah Daniel !
    Lorsque je lis ta poésie,
    Nul ne soupire !
    Clin d'œil de Picardie ...

    Posté par PLV, 27 juillet 2015 à 12:25 | | Répondre
Nouveau commentaire