Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

10 avril 2014

L'art de bien vieillir

anselm

Tout au long de notre existence, nous pouvons nous exercer à nous détacher de notre ego : par la méditation, l'amour, la prière. Mais c'est seulement en prenant de l'âge que nous comprenons la douloureuse signification du détachement de soi. Impossible alors de nous dérober : en nous accrochant désespérément à notre ego, nous ne ferions que précipiter notre ruine. Pourtant, nous ne pouvons réussir notre vieillesse que si nous sommes disposés à nous défaire, en toutes circonstances, de notre ego.

Nous nous dégageons de celui-ci lorsque nous consentons du plus profond de notre cœur à ne plus être au centre de l'intérêt général, à ne plus être sollicités par autrui, à perdre notre pouvoir et notre influence. Libre à nous de réagir avec amertume aux petites mortifications quotidiennes ou de les considérer comme une exhortation à nous libérer de notre ego et à accepter de nous appauvrir. La pauvreté intérieure et extérieure cesse alors de nous tourmenter et se transmue en liberté de l'âme. Seul qui s'est dépouillé de son ego est véritablement libre et à même de laisser Dieu régner en lui. Accédant au salut et à l'intégrité de son être, il se confond avec l'image originelle et authentique que Dieu s'est faite de lui. La mystique évoque la mort de l'ego. Il ne s'agit pas tant de briser celui-ci que de nous détacher de nous-mêmes, ce que Jean Tauler décrit avec pertinence :

Dieu veut que l'homme soit pauvre. Quitte-toi ! Si l'on te prend ton bien ou ton ami, ta famille, ton trésor ou toute autre chose à laquelle est attaché ton cœur, c'est pour que, nu et pauvre, tu confies à Dieu le fond de ton âme. C'est là que Dieu te cherche : laisse-le te trou-ver ! (...) C'est pourquoi dis, lorsque sans crier gare la souffrance, visible ou invisible, fond sur toi : "Sois le bienvenu, mon cher, mon unique, mon fidèle ami ! Ce n'est pas ici que je t'avais soupçonné ni attendu".15

La vie brise notre ego ; elle dissipe les illusions dont nous nous sommes bercés. Et il est de notre devoir, en dépit des souffrances qu'elle nous inflige, de la laisser faire. Au lieu de nous lamenter lorsque nous perdons ce à quoi nous tenions, nous devrions y voir l’œuvre de Dieu et accueillir ce dernier comme notre ami, celui qui nous exhorte à renoncer à nous-mêmes. Angelus Silesius a exprimé par ces paroles de défi le processus douloureux du détachement de soi :

Toi qui représentes, sais et aimes de ce monde les choses, de ton fardeau tu n'es point délivré. 16

Tant que nous représentons quelque chose aux yeux du monde, que nous brillons grâce à nos connaissances, que nous possédons biens et richesses et que nous nous définissons par rapport aux autres, nous courons le danger de nous agripper à ces valeurs. Qui se dégage de son ego n'est contraint de perdre ni ses relations ni son savoir, mais il cesse d'en faire dépendre sa valeur d'être humain. S'abandonnant à Dieu, il devient un homme libre.

Anselm Grün, L’art de bien vieillir

 

Anselm Grün, né le 14 janvier 1945 en Allemagne, est moine à l'abbaye bénédictine de Münsterschwarzach depuis l'âge de 19 ans.

Dans les années 1970, il découvrit la tradition des moines de l'Antiquité et entrevit leur signification nouvelle, en lien avec la psychologie moderne. Après ses études de philosophie, de théologie et d'économie, il est cellérier depuis 1977, ce qui fait de lui le directeur financier et le chef du personnel de l'abbaye.

C'est un auteur chrétien de renommée internationale. Son succès a pu être attribué au fait que ses ouvrages s'inspirent de sagesse chrétienne sans s'embarrasser de la dureté des dogmes de la foi. Ses livres traitent des questions essentielles de la vie. Sur fond de spiritualité, ils proposent des chemins thérapeutiques pour une vie en harmonie avec soi-même

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Enseignement spirituel - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur L'art de bien vieillir

  • Bien vrai tout ça ! L'image que l'on donne aux autres devrait être la dernière de nos préoccupations, que ce soit par l'apparence physique, le statut social, les possessions, le savoir-faire, le savoir ... Pffff ! Il y a plus important !

    Posté par marie christine, 10 avril 2014 à 20:00 | | Répondre
    • L'âge aidant, je ne me soucie plus de tout ça( encore un peu pour mon apparence physique !). Mes préoccupations sont bien ailleurs.

      Posté par DANIEL GENTY, 11 avril 2014 à 18:02 | | Répondre
      • Je confirme. Pour avoir vu en vrai, notre Daniel...
        J'ai bien aimé ce que j'ai vu pour de vrai.
        En plus de ce qui ne se voit pas...

        Posté par Eve lyne, 11 avril 2014 à 18:43 | | Répondre
  • Je crois que bien vieillir est la dernière étape et certainement la plus importante. Nous ne sommes pas entièrement responsables de notre comportement dans notre jeunesse car nous sommes gouvernés par le désir (au bon sens du terme) mais nous avons construit ce que nous sommes tout au long de notre vie et le "visage" que nous offrons dans les dernières années,c'est nous qui l'avons dessiné. Amitiés spirituelles.

    Posté par Ariaga, 10 avril 2014 à 20:12 | | Répondre
    • La vieillesse devrait être le temps d'une certaine sagesse( avec tout ce que nous avons appris). Je trouve que c'est un temps opportun pour tenter de bien évoluer car on est dégagé de toutes contingences sociales.

      Posté par DANIEL GENTY, 11 avril 2014 à 18:05 | | Répondre
  • J'ai des références de livres d'Anselm Grün dans mon carnet précieux et magique mais je n'en ai encore jamais lu... Je vais essayer de vite combler cette "lacune".
    Bien vieillir est il me semble ACCEPTER et AIMER quoi qu'il arrive, c'est un long travail, le travail d'une vie. Beau week end Daniel. brigitte

    Posté par Plumes d Anges, 11 avril 2014 à 09:45 | | Répondre
    • La vieillesse est la résultante de toute un vie, un certain aboutissement.Ce peut être aussi l'heure du bilan.

      Posté par DANIEL GENTY, 11 avril 2014 à 18:06 | | Répondre
  • bien vieillir n'est pas tjs évident surtout si on s'attache à toutes nos douleurs physiques il faut tenter de les oublier et se tourner vers autre chose, vers les autres, penser à s'aérer

    Posté par flipperine13, 11 avril 2014 à 10:34 | | Répondre
    • Oui ne pas penser qu'à a soi et s'intéresser aussi aux autres.

      Posté par DANIEL GENTY, 11 avril 2014 à 18:07 | | Répondre
  • Bonsoir Daniel,

    Etre bien dans sa tête et son corps...s'accepter tel que l'on est, se détacher de cet "égo", je vous rejoins dans ce texte profond...qui nous parle tant ! Rester "jeune de coeur et d'esprit".l est urgent, dans la désespérance actuelle, de montrer cet autre visage de la vieillesse, lumineuse et intéressante, afin qu'en vieillissant nous ne pesions pas de notre mal-être sur les jeunes générations. Imaginons que, demain, la vieillesse continue d'être vécue comme un échec à cacher. La tristesse, le désespoir, les marasmes psychiques engendrés par cette vision seront effectivement ruineux. Il est donc de notre responsabilité éthique de nous préparer suffisamment tôt, dans la vie, à cette révolution de l'âge, afin de transmettre aux générations qui viennent l'image d'un vieillir enviable, avec sa mission propre.Le débat actuel autour de la réforme des retraites nous invite à une réflexion plus large, plus spirituelle. L'heure est venue de repenser la vie dans sa globalité et de développer, très en amont, cette vie du coeur, de l'esprit, qui trouve dans le terreau de l'âge ce dont elle a besoin pour croître. Non...la vieillesse n'est pas une fin, elle est un commencement...Merci de votre venue sous mon écrit, très beau week-end à vous, toute mon amitié et ma rose poétique. Corinne (Cronin)

    Posté par cronin, 11 avril 2014 à 17:22 | | Répondre
  • La vieillesse peut être un époque magnifique. La pression du social n'a plus lieu d'être. On peut être enfin soi-même et faire ce qui nous plaît. Ne pensons pas trop à la vieillesse mais plutôt aux opportunités que cette période peut nous offrir.

    Posté par DANIEL GENTY, 11 avril 2014 à 18:10 | | Répondre
  • En se libérant au fil de sa vie de son égo, on finit par avoir une vieillesse et surtout un esprit libre et paisible. On peut ainsi apprécier chaque instant en ne voyant que le bon côté des choses. Quand l'esprit est libéré, le corps réagissant nettement moins au stress reste jeune plus longtemps et c'est ainsi qu'on arrive à faire plus jeune que son âge. La vieillesse n'est pas une fin, ce n'est qu'une partie de la vie qu'il faut vivre comme s'il y en avait encore beaucoup d'autres ..... Bon W.E.

    Posté par Lauriza, 11 avril 2014 à 19:18 | | Répondre
    • La vieillesse n'est pas une fin. C'est simplement une étape de la vie. Elle constitue une chance pour agir et se comporter loin des conventions qui pèsent habituellement sur nos épaules. Plus je vieillis, plus je me sens libre .

      Posté par DANIEL GENTY, 13 avril 2014 à 10:52 | | Répondre
  • c'est accepter cette étape de vie sans chercher à garder à tout prix des airs de jeunesse. C'est aussi transmettre et profiter du temps présent.

    Posté par eki eder, 11 avril 2014 à 22:10 | | Répondre
    • Vieillir, c'est grandir et prendre une autre dimension.

      Posté par DANIEL GENTY, 13 avril 2014 à 10:53 | | Répondre
  • C'est difficile de bien vieillir dans cette société où le jeunisme est un dictat !...

    Posté par MARIE, 12 avril 2014 à 00:20 | | Répondre
    • Peu importe les dictats. L'essentiel est de bien vieillir car c'est une époque formidable où le temps qui passe devient de plus en plus important. C'est un temps pour profiter pleinement des choses.

      Posté par DANIEL GENTY, 13 avril 2014 à 10:56 | | Répondre
Nouveau commentaire