Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

09 mars 2014

Dessérer l'étau

 

mediter

Sans nous en rendre compte , d'une façon tout à fait inconsciente, nous mettons en place des mécanismes de défense pour nous protéger de toutes les agressions  et difficultés qui surgissent de notre environnement. Ces agressions sont de toute sorte. Ce  peuvent être des attitudes ou des paroles  désagréables émanant des autres, des épreuves imposées par la vie, des échecs et bien d'autres choses encore. Nous courbons le dos, nous souffrons, nous serrons les dents, nous somatisons et nous nous protégeons pour parer les coups. Certains vont encore plus loin. Ils jouent un rôle social qui ne correspond pas à leur personnalité profonde, de peur d'être trop vulnérables et l'écart peut devenir important entre le moi profond et le moi social .

Nous  construisons ainsi  de véritables murs, sorte de barrières psychologiques qui vont nous  aider à résister. Cela est fort utile pour conserver notre intimité  mais cela risque de se faire au détriment de toute spontanéité. Nous nous   rigidifions  et devenons plus fragiles. Tout ce qui est dur, rigide, se casse plus facilement. Beaucoup se sont donc construits une carapace, sorte de vitrine,  en un mot, une image bien éloignée d'eux mêmes.

Notre espace intérieur est pris dans un étau et a de plus en plus de mal à s'épanouir et à respirer. L'expression des émotions se trouvent réfrénée et on se trouve démunis sur le plan affectif. L'énergie circule moins bien. Le stress et la maladie  nous guettent. Certains deviennent de véritables bunkers ambulants, totalement verrouillés. Comment voulez vous que la vie s'écoule en eux?

La seule solution consiste à profiter des instants de bien être, de plaisir et de détente pour desserrer l'étau, s'ouvrir au monde extérieure et laisser couler les tensions  qui nous encombrent. C'est l'ouverture de notre être qui permet la connexion au monde, à l'univers, et cette connexion est toujours une source d'enrichissement. Plutôt que d'empiler les souffrances, de retenir les émotions de peur d'être agressé, il faut aussi ,avoir  de temps en temps la sagesse de lâcher prise.

 

 Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Expériences de vie - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Dessérer l'étau

    C'est très juste mais il est bien difficile de s'habituer à l'agression...

    Posté par manouche, 09 mars 2014 à 08:01 | | Répondre
    • Il faut passer outre en restant bien centré. Comme le canard qui n'est jamais mouillé parce que l'eau glisse sur ses plumes.Bonne semaine, Manouche.

      Posté par DANIEL GENTY, 10 mars 2014 à 18:08 | | Répondre
  • "L’idée de lâcher prise nous terrifie, mais, en réalité, c’est le fait même de vivre qui nous terrifie, car apprendre à vivre, c’est apprendre à lâcher prise. Telles sont la tragédie et l’ironie de notre lutte incessante en vue de nous emparer de toute chose : cela non seulement est impossible, mais engendre la souffrance même que nous cherchons à éviter." C'est un extrait tiré du "Livre tibétain de la vie et de la mort" que j'avais noté tellement je l'avais trouvé pertinent et ton article me l'a remis en mémoire !
    Merci Daniel et bon dimanche

    Posté par Florinette, 09 mars 2014 à 13:06 | | Répondre
    • Pourtant le lâcher prise est une attitude très bénéfique. Vouloir tout contrôler, tout garder ne peut qu'entraîner frustration et peur. Voir l'avare de Molière. Le bonheur est dans le lâcher prise. Bonne soirée, Florinette

      Posté par DANIEL GENTY, 10 mars 2014 à 18:11 | | Répondre
  • il faut savoir oublier toutes ces tensions qui nous ont fait mal et il faut vivre le présent, se libérer de ces tensions oser avancer sur une autre voie

    Posté par flipperine13, 09 mars 2014 à 16:53 | | Répondre
    • Oui c'est important. Plutôt que d'accumuler, il vaut mieux se libérer. Et il faut le faire souvent.

      Posté par DANIEL GENTY, 10 mars 2014 à 18:13 | | Répondre
      • D'accord avec toi, Daniel . Allons libérer les accumulateurs !
        Pour desserrer l'étau, demandons-leurs de resserrer les taux .
        Mais je ne sais pas s'ils ont vraiment envie de se libérer ...

        Posté par marie christine, 10 mars 2014 à 18:56 | | Répondre
        • C'est une autre affaire. Plus on retient moins on a envie de lâcher et plus on en veut. La preuve est faite par Jean François Copé!

          Posté par DANIEL GENTY, 12 mars 2014 à 10:34 | | Répondre
  • Desserrer l'étau, lâcher prise, ..., pas toujours évident. La respiration consciente, la méditation, l'observation par notre témoin intérieur sont des pistes pour y arriver. J'essaie mais il y a des hauts et des bas. En phase de deuil, c'est très difficile (décès de ma belle maman il y a 10 jours), entre l'étau qui se resserre pour ne pas imposer notre douleur aux autres, et le lâcher prise trop soudain qui fait plonger dans la déprime. Lorsque les émotions sont trop fortes, je n'arrive pas à la respiration consciente ni à un véritable état de méditation, par contre la piste du témoin intérieur me semble plus accessible.

    Posté par Francine, 09 mars 2014 à 18:31 | | Répondre
    • Il est vrai que lorsqu'une épreuve surgit, il est difficile d'appliquer tous ces principes d'équilibre. Le mental est plus fort que tout. Peut être faut-il se créer des instants d'apaisement et de plaisir: marcher dans la nature, écouter un joli morceau de musique......Surtout pratiquer le recentrage et entre dans son espace intérieur pour y trouver son équilibre et les forces nécessaires pour continuer. Bon courage à toi. Un voyage, bientôt, peut être?

      Posté par DANIEL GENTY, 10 mars 2014 à 18:18 | | Répondre
    • Pensée à toi, Francine.
      Phase de deuil, sans imposer notre douleur aux autres, quelle alchimie.
      Ma belle maman 91 ans, santé assez exceptionnelle confirmer par le médecin...
      Seulement, voilà...C'est arriver d'un coup :
      "Quel jour on est ?"
      "Quelle heure est-il ?" Ect...
      Comme une petite fille, la prendre par la main, l'aider dans son quotidien.
      Le devoir, en somme.
      Tout celà sans rien imposer aux autres.

      Posté par Eve Lyne, 13 mars 2014 à 06:19 | | Répondre
  • Très bel article, Daniel . D'une grande justesse !
    De tout coeur avec toi, Francine .

    Posté par marie christine, 09 mars 2014 à 21:41 | | Répondre
    • Merci à tous pour vos pensées encourageantes.

      Posté par Francine, 13 mars 2014 à 11:41 | | Répondre
  • Ouvrons-nous, oui, dansons notre vie, ne cédons pas à la critique de ce qui nous blesse mais vivons ce qui nous enchante... Belle journée Daniel. brigitte

    Posté par Plumes d Anges, 10 mars 2014 à 11:50 | | Répondre
    • En un mot: POSITIVONS ! Et nous le pouvons.

      Posté par DANIEL GENTY, 10 mars 2014 à 18:19 | | Répondre
  • Bonjour Daniel,
    C'est effectivement sur cette notion de "lâcher prise" que j'essaie de travailler régulièrement... Consciente de ce qui "m'encombre" et que l'écriture me permet d'exprimer bien souvent. Et quand, dans le quotidien, les agissements des autres retentit sur moi, j'essaie de ne pas y prêter trop attention.
    Ce n'est pas facile chaque jour, mais j'ai fait des progrès je crois...
    Votre article éclaire beaucoup sur tout ce qui peut nous empêcher de nous ouvrir à l'extérieur.
    Merci et bonne semaine.
    Cathy.

    Posté par Cathy, 10 mars 2014 à 13:38 | | Répondre
    • Je pense, Cathy, que votre démarche est intéressante. Vous ne pouvez en tirer que du bien et de l'énergie. Moins de perte de temps à ruminer, à élaborer des scénari, à se comparer aux autres, à douter. Tout est bénéfice dans le lâcher prise.

      Posté par DANIEL GENTY, 10 mars 2014 à 18:22 | | Répondre
  • J'ai toujours pensé que l'école devrait aussi nous enseigner ce genre d'exercice... Bien à Toi, Daniel

    Posté par Phène, 10 mars 2014 à 17:45 | | Répondre
  • Tout à fait d'accord avec toi. Aucune approche spirituelle( et non religieuse) n'est donnée à nos enfants. Et pourtant !

    Posté par DANIEL GENTY, 10 mars 2014 à 18:24 | | Répondre
  • Bonsoir, Pour lâcher prise, il faut déjà accepter ce qui est indépendant de notre volonté et ce qu'on ne peut pas contrôler comme les cataclysmes par exemple pour parler d'un évènement extrême. Savoir que la vie n'est faite que de reconstructions plus ou moins grandes dès l'instant où nous sommes sur la terre. Lâcher prise c'est éviter la colère, la rancœur, la haine, sachant que ces trois ruminants font plus de mal que de bien et que c'est en s'en débarrassant qu'on peut arriver à vivre paisiblement. Lâcher prise c'est ne pas douter de ses capacités, ne pas se comparer aux autres, ne pas vivre à travers les autres et pour les autres. Lâcher prise c'est ne fréquenter que des gens positifs, optimistes et bienveillants, respectueux et tolérants. Les contraires n'entretiennent que les plaies ouvertes.

    Posté par lauriza, 10 mars 2014 à 19:24 | | Répondre
    • Donc on a tout intérêt à lâcher prise ! Je m'y entraine tous les jours et parfois ce n'est pas évident. Mais quand on y arrive, quel bien être, quelle plénitude !! ça vaut vraiment le coup.

      Posté par DANIEL GENTY, 12 mars 2014 à 10:36 | | Répondre
  • lâcher prise et profiter du moment présent!

    Posté par eki eder, 10 mars 2014 à 20:52 | | Répondre
  • On apprend à construire des murs dès l'enfance. On nous l'apprend avec constance, et nous sommes de bons élèves....

    Posté par Bonheur du Jour, 11 mars 2014 à 05:36 | | Répondre
  • On devrait aussi nous apprendre à construire des ponts.Beaucoup de choses sont à revoir sur le plan éducatif.

    Posté par DANIEL GENTY, 12 mars 2014 à 10:39 | | Répondre
Nouveau commentaire