Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

09 octobre 2013

La messe du dimanche

 

PIERRE QUI VIRE

 

Les moines avancent avec lenteur dans leur grande aube toute blanche. J’ai l’impression qu’ils glissent sur le sol tellement tous leurs gestes sont déliés. Ils viennent s’asseoir de chaque côté de l’autel. La messe peut commencer. Nous sommes dans la chapelle de l’abbaye de la Pierre qui Vire et, en ce dimanche 6 octobre, un office un peu spécial  est en train de se dérouler car l’un des moines, Frère Angelico, célèbre ses 70 ans de présence au monastère. Il  avait 19 ans lorsqu’il est entré pour la première fois à la Pierre qui Vire. Il est donc âgé de 89 ans. Toute une vie consacrée au service de Dieu ! Sa famille est là mais ne pourra déjeuner avec lui car telle est la loi monastique. La chapelle est baignée par le chant des moines. C’est très beau à écouter mais les paroles ne font pas vibrer ma foi. Je les trouve un peu simplistes. J’assiste à tout ce rituel avec curiosité et ouverture mais je sens bien que je ne suis pas de ce monde tout en respectant profondément ce qui se déroule devant moi.  Le rituel est très lourd. A un moment de la messe, un moine arrive avec un encensoir qu’il balance afin que la fumée d’encens se répande dans la chapelle. Atmosphère un peu psychédélique et surprenante. La chapelle est, si je puis m’exprimer ainsi, noire de monde. Juste avant la communion, où tout le monde se rendra, un moine se lève, prend  une flûte et se met à en jouer.  Les sons se répandent comme des ondes sous la voute. Que c’est beau à entendre !

J’ai prié à ma façon. Je ne ferais pas cela tous les jours mais en ce dimanche, j’ai particulièrement apprécié cet instant de méditation. La Pierre qui Vire est une abbaye bénédictine où vivent actuellement 45 moines. Il y a vingt  ans ils étaient une centaine. Beaucoup sont très âgés, d’autres, peu nombreux, sont jeunes. Leurs vies, rythmées par le travail et les offices, se déroulent au milieu des bois, dans le Morvan. Beaucoup de pèlerins viennent se ressourcer chez eux, se poser le temps d’un WE ou de quelques jours. Vie austère, vie communautaire où chacun à sa place, vie de prières et de méditation ……

Daniel

 

pierre

Posté par DANIEL GENTY à 08:30 - Expériences de vie - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur La messe du dimanche

    Comme je comprends ce que tu as éprouvé ! Le lieu est beau, la musique, le recueillement, le parfum... sont beaux et agréables, MAIS quelque chose ne nous correspond pas ou plus, on sent vraiment que le monde évolue, l'ancien fait place au nouveau, souhaitons que ce nouveau soit grand ! Belle journée Daniel. brigitte

    Posté par Plumes d Anges, 09 octobre 2013 à 11:05 | | Répondre
    • La religion catholique est de plus en plus en décalage avec les attentes spirituelles des gens.

      Posté par DANIEL GENTY, 09 octobre 2013 à 14:15 | | Répondre
  • Pour moi le rituel est à l'envers (placement de l'autel), les bénévoles des équipes liturgiques tombent ds le piège du pouvoir et des guéguerres entre eux, ..J'ai mieux compris des choses en lisant d'autres choses, en croisant d'autres formes de spiritualité et en cheminant seule ou presque ! .- On nous a caché des choses, sans doute pas prêts à l’époque pour comprendre et un pb de pouvoir aussi ! Je reste néanmoins tolérante par rapport à ce monde qui a influencé mon enfance.

    Posté par witney, 09 octobre 2013 à 11:17 | | Répondre
    • C'est un peu la même chose pour moi. Mais j'éprouve une certaine admiration pour ces moines qui ont décidé de consacrer leur vie à Dieu. Il faut le faire( mais ce n'est du tout pour moi, je ne pourrais pas, j'aime trop la vie).

      Posté par DANIEL GENTY, 09 octobre 2013 à 14:19 | | Répondre
  • tu as apprécié tu as prié à ta manière mais cela devait être une ambiance pesante et ancienne moi je crois mais je ne vais plus aux offices j'ai été trop déçue

    Posté par flipperine13, 09 octobre 2013 à 12:08 | | Répondre
    • Moi non plus je n'y vais plus depuis longtemps. Pourtant j'aime beaucoup entrer dans les lieux religieux, les visiter et m'y recueillir.

      Posté par DANIEL GENTY, 09 octobre 2013 à 14:17 | | Répondre
  • Ton texte me fait penser à un superbe livre que je viens de terminer : Effacement de Dieu, la voie des moines- poètesde Gabriel Ringlet (Albin Michel) Amitiés poético-philosophiques.

    Posté par Ariaga, 09 octobre 2013 à 18:08 | | Répondre
  • cela devait être merveilleux

    Posté par Eki eder, 09 octobre 2013 à 19:30 | | Répondre
  • Je n'assiste plus à ces offices depuis fort longtemps , je respecte ces lieux qui ont souvent des histoires à raconter dans le calme

    Posté par Arlettekassiopee, 09 octobre 2013 à 21:30 | | Répondre
  • Je comprends vraiment tes mots car ce monde m'est étranger mais moi aussi, je médite à ma façon dans de tels lieux et de telles circonstances. Le respect de l'autre et l'ouverture sont essentiels. Amitiés. Joëlle

    Posté par Joëlle Colomar, 10 octobre 2013 à 09:48 | | Répondre
  • L'un dit : "J'ai été trop déçu par l'Eglise."
    L'autre ajoute : "Le Seigneur m'a tourné le dos."
    Un troisième : "Qu'est-ce que j'ai au Bon-Dieu pour mériter ça ?"
    Un quatrième : "C'est beau, mais c'est décalé, et ça ne respecte pas l'autre."
    Un dernier me dit : "L'Eglise ne m'a pas aidé lorsque j'en avais besoin."

    A mon avis, on ne peut aimer que ce que l'on connaît.
    Et à l'inverse, je me mets en quatre pour mieux connaître ce que j'aime.
    La religion catholique, ce n'est pas d'abord l'Eglise, sa doctrine et ses curés.
    Mais c'est la Parole d'un "Homme nommé Jésus" comme disait Robert Hossein.
    Si vous saviez comme il m'est doux de lire certains passages évangéliques et de m'imaginer dans la scène, (ou dans la Cène, si vous voulez) (mais surtout pas dans la Seine), il y a 2000 ans en Israël !

    Quittons les ambiances "pesantes et anciennes" pour revêtir l'Homme Nouveau !
    C'est bien là tout le message de l'Evangile : Simple et compliqué à la fois ...

    Je reconnais bien ta photo cher Daniel.
    J'ai vécu de si bons moments, en 1979, dans ce monastère de LPQV.
    J'y ai découvert "Sagesse d'un pauvre" ce si beau livre d'Eloi Leclerc.

    Bon aprem à chacun.

    Posté par PLV, 10 octobre 2013 à 12:36 | | Répondre
  • Je me disais: mais que fait donc PLV. Il ne réagit pas!! Ton intervention me manquait pour un peu rétablir l'équilibre. Je suis allé à la boutique de l'abbaye où j'ai acheté"Sérénité, 25 histoires d'équilibre intérieur" de Christophe André, le médecin psychiatre de l'hôpital St Anne, très à la mode actuellement. On va essayer d'appliquer.....

    Posté par DANIEL GENTY, 10 octobre 2013 à 16:42 | | Répondre
  • Sa famille est là mais ne pourra pas déjeuner avec lui...
    C'est un peu triste en ces lieux d'amour et de partage, c'est un peu décalé !
    Mais j'aime le calme et la beauté de ces lieux de prières et de méditation.

    Posté par Pâques, 10 octobre 2013 à 21:02 | | Répondre
    • Oui, c'est dommage en ce lieu d'amour comme vous le dites.

      Posté par Daniel, 11 octobre 2013 à 16:19 | | Répondre
    • Oui, c'est dommage en ce lieu d'amour comme vous le dites.

      Posté par Daniel, 11 octobre 2013 à 16:36 | | Répondre
  • PLV m'apparut dans son aube blanche au milieu des moines...
    Etait-ce hier...ou bien demain ?
    La plupart des églises sont fermées, désormais...Hors offices .
    Sous prétexte de vandalisme...Hum
    Les églises ne sont point un asile, que diable !
    J'ai toujours pensé que Jésus se trouve au milieu des pauvres hères ...
    Non pas où il n'y a plus rien à faire, travail accompli, en somme.
    Encore une divaguation du matin, sans doute.
    Bon allez...
    J'retourne élever mon esprit.

    Posté par Eve Lyne, 11 octobre 2013 à 05:34 | | Répondre
  • Hello ! PLV mon ami...
    Oui Oui...Je t'ai bien vu !
    Normal, puisque j'y étais aussi !
    Seulement voilà...
    Etait-ce hier...ou bien demain ?

    Posté par Eve Lyne, 11 octobre 2013 à 12:35 | | Répondre
  • Je ne mets plus guère les pieds dans une église en dehors des baptêmes, communions (de plus en plus rares) et mariages religieux (même eux se font rares)
    mais ce jour là, pour rien au monde je n'aurais voulu manquer cet instant de partage particulier.
    J'aime bien l'odeur de l'encens, mais surtout ce qu'il symbolise. J'admire ces hommes capables de tout abandonner pour suivre le Christ de cette façon. (mais que j'aurais eu du mal à accepter qu'un de mes enfants choisisse cette voie )
    Et j'aime la ferveur qui monte de l'assemblée, aussi hétéroclite soit-elle . C'était une très belle cérémonie, présidée par le père abbé .C'est la première fois que j'en voyais un, majestueux avec sa crosse. Et prendre conscience qu'il y a encore des gens capables de renoncer définitivement aux "futilités" de la vie, j'avoue que ça m'épate!
    Mais je respecte. Et puis, je ne désespère pas, même si je ne suis qu'une "pauvre pécheresse" je crois en une "entité" divine. Et la religion chrétienne trouvera peut-être un nouvel essor grâce au pape François dont les idées "révolutionnaires" ne sont pas pour me déplaire.

    Posté par Myrrha-El, 27 octobre 2013 à 16:20 | | Répondre
  • On y retournera l'année prochaine, Elisabeth !

    Posté par Daniel, 27 octobre 2013 à 18:22 | | Répondre
Nouveau commentaire