nuitIl est 21h30. Je suis seul, dans ma véranda. La nuit silencieuse m’enveloppe. Une douce musique m’accompagne et je ne sais nullement ce que je vais écrire. J’aime cet instant où tout est suspendu  et  où le nouveau peut surgir à chaque instant. Moment magique de la pure création. Pour moi ces instants sont inestimables et me ressourcent profondément. Je me dis qu’il ne faut vraiment pas grand-chose pour être heureux.

Mon ordinateur est comme le pinceau du peintre qui dessine des arabesques sur la toile. En fait je ne suis pas seul. Je pose doucement mes doigts sur le clavier et j’attends. Derrière moi une présence amicale se tient debout. Je la ressens et des mots résonnent dans ma tête« Même si tu penses être âgé, ta vie est loin d’être finie. Le poids d’une certaine expérience doit être utilisé pour transmettre ce qui a été appris où compris. C’est un rôle fort modeste, comme un coup de pouce car il est bien évident que c’est à chacun de faire son chemin. En transmettant tu continues d’apprendre car tu déroules le fil de la compréhension. Tout est échange et il n’y a rien de pire que de vivre séparé. Pour que l’énergie circule bien, elle doit être fluide sans coupures, sans blocages. Chacun a à transmettre des expériences vécues. C’est une contribution à la vie, à l’évolution, à la transformation. On donne et il y  ceux qui veulent bien recevoir » ;

Je glane ainsi de temps en temps des phrases qui m’enrichissent et m’amènent à méditer.

Daniel