mondialisationJe suis de ceux qui pensent que la crise, que nous sommes en train de vivre, constitue une grande chance d’évolution.

Les difficultés croissantes auxquelles nous sommes confrontées, les inégalités sociales qui s’accentuent, les menaces écologiques qui pèsent sur la planète, le système économique fragilisé, l’insécurité croissante sont des occasions incroyables, des opportunités inespérées  pour que le monde se transforme et que soit enfin éradiquer le profit, la violence et l’égoïsme. L’histoire nous a prouvé, tout au long des siècles, que l’homme n’était capable de changer que sous des contraintes extrêmes. C’est au bord du précipice qu’il se décide à prendre les bonnes décisions. Nous  y sommes presque.

Ces temps que nous vivons, pour la première fois à l’échelle planétaire, contiennent les ferments de la transformation la plus importante que connaîtra l’humanité. Tous les événements qui se déroulent sont en train d’acculer l’être humain à changer de comportement. Afin qu’il puisse survivre, il va devoir apprendre à mieux partager les richesses, à respecter plus attentivement la nature, à prendre soin de son prochain, à vivre d’une façon responsable la mondialisation.

Un immense challenge  lui est proposé : celui d’ouvrir son cœur et de nourrir un véritable amour en vers son prochain.

Et puis et surtout, tout ce que je viens d’énoncer  va constituer un formidable tremplin pour nous familiariser avec deux valeurs longtemps bafouées : la responsabilité et la liberté.

La responsabilité nous amènera à devenir des consommateurs plus modérés, plus conscients des enjeux économiques, et à prendre soin de la nature. Déjà des initiatives très intéressantes se font jour. J’en ai parlé dernièrement dans un de mes textes. Ils sont la preuve que certains ont décidé de modifier leurs comportements.

Quant à la liberté, nous avons une occasion unique de nous dégager des schémas anciens qui ont structuré notre société et ont pesé parfois lourdement sur nos comportements. Le moment est venu de trouver un mode de fonctionnement différent de celui qui nous a animé jusqu’à maintenant. Nous avons une chance incroyable de nous libérer de toutes les aspirations de profit, de possession, de domination, de comparaison. Nos désirs peuvent se déplacer vers le bien être, l’épanouissement de l’individu, l’amour de la nature, la sagesse tout simplement. Se libérer pour retrouver l’émerveillement de l’enfant, l’étonnement face à la vie.

Le nouveau ne peut surgir que si l’ancien disparait  et la mondialisation nous tend les bras pour nous permettre d’aller d’une conscience égotique à une conscience universelle.

Saisissons cette chance qui nous est donnée à bras le corps pour nous transformer et nous libérer du joug  car la mutation profonde qui nous est proposée par les événements actuels ne peut venir que de nous-mêmes. Certains l’ont compris depuis longtemps et oeuvrent dans l’ombre.

Daniel

La photo qui illustre mes propos s'appelle "Mondialisation" . C'est une estampe numérique réalisée par Jean Pierre Humbert.