Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

02 septembre 2012

Des phrases pour méditer.....

écriture

De temps en temps, il m'arrive de relire certains textes que j'ai écrits pour mon blog. J'ai relevé certaines phrases figurant dans ces textes et en diffuse quelques unes d'entre elles. Elles sont sans prétention mais peuvent, peut être, créer en vous une petite vibration....

Les hommes pensent qu’ils sont toujours les plus forts mais ils vivent leur destin constamment dans l’incertitude du lendemain.

Naître pour inexorablement se diriger vers la mort. Mais qui a donc inventé cette aventure si particulière ?

Le doute et l’incertitude sont les moteurs puissants de toute évolution.

La vie n’est ni sécurité ni stabilité mais transformation constante. C’est en lâchant prise que l’on se donne la possibilité de mieux gérer les changements.

 Nous sommes tous comme des notes de musique  et nous devons sonner justes pour être en harmonie avec l’orchestre de l’Univers.  

L’égoïste, c’est celui qui pense aux autres pour que l’on pense à lui.

Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Bazar spirituel - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Des phrases pour méditer.....

  • Adaptation

    Magnifiques phrases ! Chacune contenant une vérité profonde à méditer . Tu as bien fait de nous les transmettre !
    J'écoutais ce matin Jean-Pierre Guillebaud qui s'insurge contre le pessimisme ambiant . Il disait à peu près ceci :
    "Le mot crise que nous entendons tous les jours n'est pas approprié . Nous ne sommes pas dans une situation provisoirement difficile avec l'idée que tout redeviendra comme avant .
    Ce n'est pas une crise, c'est une mutation ;
    au moins aussi importante que la Renaissance ou la chute de l'Empire romain ."
    Tu as bien raison, Daniel, on ne peut plus assurer ses arrières en tablant sur la seule sécurité matérielle et financière . Il faut lâcher prise et se lancer dans le vide . C'est vrai, ça fait peur parce que, par définition, on ne connaît pas l'avenir qui nous attend .
    C'est peut-être maintenant plus que jamais que se justifie l'expression : "avoir une foi aveugle" .
    Accepter sans réticences ce que Dieu nous réserve . Et ne pas croire qu'Il nous réserve forcément des catastrophes ! Nous avons l'idée de la catastrophe parce qu'il y a un effondrement d'un système mais nous sommes incapables d'imaginer par quoi il va être remplacé . C'est cette incertitude qui nous ronge .
    En même temps, ceux qui sont dans la spiritualité savent que la seule solution est le lâcher-prise . Pas facile du tout car non seulement il faut rejeter ses propres schemas mais aussi aller à contre courant de toute l'influence environnante .
    Peut-être que l'avenir n'appartiendra plus à ceux qui se lèvent tôt (quoi que ...) mais à ceux qui ne se font plus de représentations mentales et des raisonnements basés sur des références passées ("si on fait ça, il arrivera ci et ça ..."). Les références du passé, le vécu, l'expérience ne valent plus rien car ils ne se répéteront plus jamais de la même façon . Seule l'expérience de l'âme comptera . Ce sera le règne des petits miracles comme celui de l'article précédent, donc la fin de notre logique habituelle . Et vu le niveau encore balbutiant de notre conscience actuelle (pauvres humains que nous sommes !), ils seront vus comme des miracles, jusqu'à ce qu'un jour béni des dieux, nous comprendrons tout le grand fonctionnement de l'Invisible . Nous aurons accès à cet immense réseau de connexions et découvrirons, émerveillés, à quel point le hasard n'existe pas, à quel point tout ce qui nous est arrivé dans la vie et tout ce qui nous arrive est parfaitement juste (malgré les apparences) et étudié dans le moindre détail pour être le chemin le plus court et le plus rapide pour notre évolution, autant personnelle que collective .
    Bon, tout ça, c'est juste mon ressenti .
    Personnellement, je ne cherche à convaincre personne (convaincre de quoi ?), c'est inutile . Je me voue à faire ce travail intérieur . Nettoyage . C'est un travail de tous les instants que de garder confiance . Ca demande une attention et une concentration permanentes et de plus en plus subtiles .
    On est sur un terrain mouvant qui peut nous destabiliser à tout moment, ou un fil agité par les vents . Il faut juste garder l'équilibre sans regarder le précipice en bas et sans voir ce qui nous attend en haut !

    Posté par marie christine, 02 septembre 2012 à 10:38 | | Répondre
  • Marie et Daniel

    Marie tu nous fais part de ton ressenti tel qu'il est à l'heure actuelle (enfin tel qu'il était au moment où tu l'as écrit) car ça change constamment. Aussitôt exprimé le ressenti change, un peu comme si le fait de l'avoir dit nous avait donné la possibilité de voir plus loin, comme si on était monté sur une petite butte et que tout à coup un nouveau paysage se présentait. C'est pourquoi Francoise Dolto encourageait fortement l'expression de ce qui se passe en soi, que ce soit juste ou non n'est pas important, l'important c'est de l'exprimer, pour se découvrir soi-même.
    Ton blog Daniel favorise beaucoup de s'exprimer je trouve et ça c'est rare. La plupart des blogs ont un certain type de lecteurs et on se sent presque obligé d'entrer dans la norme.
    Moi j'en profite et j'aime beaucoup que les autres en profitent aussi, c'est très enrichissant parce qu'on est pas là à vouloir se convaincre les uns les autres. Convaincre de quoi? comme tu le dis Marie. Pour vouloir convaincre il faudrait d'abord que je détienne la vérité et alors je n'aurais plus à évoluer, ce qui serait bien triste.

    "L’égoïste, c’est celui qui pense aux autres pour que l’on pense à lui."
    L'égocentrisme est bien difficile à définir. Hier soir, juste avant de m'endormir, je me disais qu'en fin de compte, tout ce que je fais je le fais pour moi, pour me sentir bien, et si je fais quelque chose pour quelqu'un, c'est pour moi que je le fais, parce que c'est moi que je vois en cette personne. Cela m'est apparu si évident.

    Posté par kea, 02 septembre 2012 à 15:26 | | Répondre
  • Harmonie

    En fait Kea, tu le fais comme une note de musique en harmonie avec une autre note de musique,le tout participant à l'orchestre de l'Univers. Ceci pour faire echo à la phrase de Daniel qui sonne fort en mon coeur.

    Posté par Francine, 02 septembre 2012 à 17:58 | | Répondre
  • De si jolies notes

    Ce que tu me dis Francine, ça aussi ça sonne fort en mon coeur !
    Dans une symphonie chaque petite note a à s'exprimer lorsque vient son tour. Nous sommes un tout qui a besoin de toutes ses pièces, si différentes les unes des autres et pourtant si pareilles.

    Posté par kea, 02 septembre 2012 à 18:30 | | Répondre
  • ben ...

    Eh bien, les filles, dans ce cas, ce n'est pas de l'égoïsme !

    Posté par marie christine, 02 septembre 2012 à 19:15 | | Répondre
  • il est 19 h 00 !

    Et maintenant j'ai bien le droit de me reposer un peu.
    En venant jeter un coup d'oeil sur ce blog.
    C'est la première chose que je fais lorsque j'allume mon ordi. Merci Daniel !
    Voici que j'ai brûlé quelques branchages dans le jardin (le voisin gueule un peu ...)
    Que j'ai discuté avec une tite dame très sympa à la sortie de la messe.
    Et que j'ai ciré partiellement mon vieux plancher de chêne.
    Hum, ça sent bon la cire !
    Marie-Christine, tu as raison :
    Utiliser à tout bout de champ ce vilain mot de "crise", tellement chargé d'ondes négatives (clin d'oeil à mon amie Kéa), c'est ne pas regarder la réalité du monde. ça fait homme politique qui n'a pas de solution ! Et je ne vise personne (surtout pas celui qui est allé visiter la foire de Châlons-en-Champagne où ma fille assure un job de vacances au service restauration).
    Oui, le mot de "mutation" me semble bien choisi.
    C'est évident qu'il faut changer notre société dite de consommation. Le problème, ce sont les mentalités.
    Regardez les gens qui jettent la canette vide par la fenêtre de leur auto, ou qui laissent l'emballage vide du Mac-Do sur le trottoir. Regardez le tri sélectif. ça commence par des gestes simples. Et les esprits suivront (peut-être).
    On parlait aussi dans les années 1960 de la civilisation des loisirs. Sans doute par opposition à la génération précédente qui avait trimé comme des fous. Les loisirs, c'est bien, mais ce n'est pas l'essentiel de la vie !
    Les loisirs, à mon avis, ça peut rejoindre l'égoïsme. Et me voici proche du dialogue de Kéa. Les autres (que l'on pourrait nommer "mon prochain" ... Je fais le malin, car lorsque j'étais petit, la bonne morale judéo-chrétienne me "bassinait" avec ce mot, dont je ne saisissais pas bien le sens ...), les autres, disais-je, sont la chance de ma vie. En effet, ils m'aident à quitter mon égoïsme (pourtant si naturel) pour m'adapter, pour changer, pour parler, pour sourire, pour pleurer, pour aimer (bon OK, j'arrête là mon énumération !)
    Un article de journal m'a fait rouvrir le fameux livre (écrit en 1959) du Père Eloi Leclerc, "Sagesse d'un Pauvre".
    J'avais découvert cet opuscule en 1981, au cours d'une retraite "travail et prière" au monastère de La-Pierre-Qui-Vire (LPQV, pour les intimes). Il commence par ceci :
    "Le mot le plus terrible qui ait été prononcé contre notre temps est peut-être celui-ci : Nous avons perdu la naïveté ... En perdant cette naïveté, l'homme a aussi perdu le secret du bonheur. Toute sa science le laisse inquiet et seul. Seul devant la mort. Seul devant ses infidélités, et celles des autres (ajout de PLV : nous y revoilà)."
    Et ce Père franciscain de développer un dialogue imaginaire entre François d'Assise et ses frères en religion, pour illustrer le sens profond de la vie.
    Voir en page 83, la belle confession du Frère Rufin : " ... ainsi, je faisais tout par devoir. Je croyais que c'était ça la vie religieuse ... c'est curieux comme maintenant tout s'éclaire pour moi ... au moment où nous nous y attendons le moins, Dieu se révèle à nous ..."
    Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite une douce soirée.

    Posté par PLV, 02 septembre 2012 à 19:53 | | Répondre
  • Eh bien !

    Quel espion cet ordi !
    Il a réussi à calculer que le PLV avait mis 53 minutes pour rédiger son commentaire !
    53 minutes de "perdues" pour mes amis du blog :
    cé ti pa bo ça ?
    Euh, je précise :
    Je ne cherche pas à convaincre.
    Mais à partager ce qui me touche.

    Posté par PLV, 02 septembre 2012 à 19:57 | | Répondre
  • Méditation sur les phrases

    Les hommes vivent dans l'incertitude du lendemain, tout en essayant d'échapper au Nouveau qui leur fait peur. C'est pourquoi ils restent collés à leurs habitudes et leurs vieux habits, ce qui a pour effet de renforcer leur égo, leurs peurs et l'illusion du "moi".
    Je n'échappe pas à la règle.

    "Naître pour inexorablement se diriger vers la mort" signifie que toute chose qui naît meurt. C'est la loi de l'impermanence de tous les phénomènes composés, la magie du monde de l'apparence, à l'opposé du caractère immuable de ce qui est sans naissance.

    "Le doute et l’incertitude sont les moteurs puissants de toute évolution" car celui qui est incertain et qui doute garde en lui l'Unique Certitude.

    C'est en se libérant du connu et en entrant sans crainte dans le Nouveau que l'on acquiert graduellement ce sentiment de liberté qui manque tant à ceux qui recherchent à tout prix la sécurité.

    Être en harmonie avec l'orchestre de l'Univers nécessite que les énergies négatives et positives s'accordent paradoxalement en synchronicité.

    L'égoïste est celui qui agit pour son propre intérêt, même si celui-ci passe par l'intérêt d'autrui.
    L'oblatif est celui qui fait passer les intérêts d'autrui avant les siens propres.

    Posté par alain thomas, 02 septembre 2012 à 23:38 | | Répondre
  • A Marie Christine

    Un beau texte que tu as écrit que je partage totalement. Les valeurs qui guidaient le monde jusqu'à maintenant sont en train de s'inverser. Ne nous y accrochons pas et sachons lâcher prise. Tous les jours en me levant, je ressens que tout est en train de changer.
    Bien sûr ce sera long mais on y va tout droit.

    Posté par Daniel, 03 septembre 2012 à 13:43 | | Répondre
  • A Kea

    Je suis heureux que tu puisses t'exprimer librement sur mon blog. J'aimerais tant que beaucoup d'autres le fasse comme toi.
    S'exprimer, comme tu le dis, sans chercher à convaincre qui que ce soit car personne ne détient la vérité.
    On donne simplement son point de vue. On tâtonne, on cherche, on se trompe aussi mais surtout on reste sincère.

    Posté par Daniel, 03 septembre 2012 à 13:47 | | Répondre
  • A PLV à propos des autres

    Pour faire écho à tes écrits, voici un petit texte que j'avais diffusé il y a quelque temps;
    "ls nous accompagnent tout au long de notre vie. Ils peuplent nos jours et nos nuits. Ils vont et viennent, nous quittent, puis reviennent ou disparaissent. Ce sont nos amis ou ennemis, nos frères ou adversaires, nos amants ou nos conjoints, nos collègues de travail……Ils nous parlent mais nous n’entendons pas toujours ce qu’ils nous disent ou nous interprétons ce qu’ils
    nous disent. Ils sont sources de joies ou de souffrances. Ils…..
    Ce sont les autres, ceux qui nous entourent et ils nous donnent plein de leçons (souvent sans le savoir) en nous permettant de nous remettre en cause, en nous bousculant et parfois nous critiquant. Ils peuvent aussi nous aider, nous stimuler et nous apporter du bonheur. On les aime ou on les hait, on les accepte ou on les rejette. On les juge.
    Et pourtant ils sont une partie essentielle de notre évolution. Comme nous, ils sont lancés dans le grand océan de la transformation, fétus de paille fragiles, ballotés sur les vagues des incertitudes.
    Nous apprenons à travers eux. Nous nous interrogeons et sommes confrontés à des émotions fortes : la jalousie, la peur ou l’espoir, la domination ou la servilité. Vivre avec les autres est chose difficile et complexe. Nous souhaitons des rapports stables, durables, faciles alors qu’ils sont mouvants et compliqués.
    Il y a plusieurs années, qu’à travers ce foisonnement de relations plus ou moins conflictuelles, j’ai compris qu’une attitude juste était de se comporter avant tout avec respect et grande écoute. Car quoique nous fassions, nous sommes séparés des autres et même si nous avons des contacts, l’intégration n’est pas avec les autres mais avec soi. L’écoute, le silence permettent cette intégration et par là même une meilleure compréhension.

    Daniel (Texte déjà publié en 200

    Posté par Daniel, 03 septembre 2012 à 13:58 | | Répondre
  • A Alain

    Belle pertinence d'avoir complété mes phrases ainsi !
    Très intéressant!

    Posté par Daniel, 03 septembre 2012 à 14:00 | | Répondre
  • tous d'accord

    "Au moment où nous nous y attendons le moins, Dieu se révèle à nous ."
    Ca vaut toute la patience du monde !!!

    Posté par marie christine, 03 septembre 2012 à 16:24 | | Répondre
Nouveau commentaire