Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

31 août 2012

Un petit miracle

 

musée

Dans les années 80, j’allais deux fois par semaine suivre un cours de yoga dans Paris. Nous étions tout une bande de jeunes à nous intéresser à cette discipline venue d’Asie et qui n’était pas aussi connue qu’aujourd’hui. Nous sommes devenus des amis qui continuons à nous voir et à méditer ensemble. Parmi ceux-ci, il y avait une grande américaine, sympathique et dynamique, un peu extravertie qui s’appelait Lita. Nous l’avons perdue de vue car Lita a décidé de rentrer aux US en 1983, après un séjour de 15 ans à Paris.

Au mois de juin 2012, un mail est arrivé sur mon ordinateur, signé Lita, qui m’informait qu’elle serait à Paris début juillet avec son mari, Charles.

Nous nous sommes donc rencontrés à nouveau. Certes nous avons tous un peu vieillis mais ce fut un plaisir de se revoir. Nous avons passé une journée ensemble : restaurant et promenade en bateau sur le canal  St Martin. Ballade très agréable d’autant que le soleil nous accompagnait. Nous devisions tranquillement sur le bateau lorsque Lita me raconta l’histoire suivante.

«  Nous avions décidé Charles et moi d’aller hier au musée d’Orsay. Au moment de partir Charles n’avait plus très envie, prétextant qu’il faudrait faire la queue avant d’entrer et que ce serait long. Très motivée par cette visite, j’insistais disant à Charles que, peut être, nous n’aurions aucune difficulté pour entrer. Nous voilà donc partis …..Arrivés devant le musée, effectivement, la foule était dense et la queue très longue. Résignés, nous nous mettons dans la file et nous apprêtions à attendre  patiemment. C’est alors qu’un personnel préposé à l’accueil remonta la file dévisageant les gens. Il s’arrêta à nos côtés, nous regarda et nous tendit deux billets d’entrée en nous disant « Je viens de trouver deux billets par terre, sans doute perdus et je cherchais quelqu’un à qui les donner. Il s’agit de deux entrées pour les seniors, c’est pour vous ».

Nous nous sommes quittés à la fin de la ballade. Lita et son mari partaient pour le Danemark et le grand Nord. Ils fêtaient leurs dix ans de mariage. Quand nous reverrons nous Lita ?

 

Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Expériences de vie - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Un petit miracle

  • Daniel

    Tu es un romantique Daniel et tu adores les femmes.
    Bon, c'est pas nouveau.

    Ecoute Daniel, je suis mélomane. La musique que tu nous proposes depuis deux jours, je la passe en boucle.
    Tu peux la laisser un an ou deux s'il te plaît ?

    Bon, pour revenir à ton histoire, remarquable, je te conseille un film exceptionnel de Woody Allen, "Minuit à Paris", avec Owen Wilson et Marion Cotillard.
    Il y a cette atmosphère de fiction très romantique qui nous entraîne dans un autre monde. L'histoire est merveilleuse, il y a tout. Quant à la musique, elle m'a transporté.
    J'ai voulu acheter la musique du film et elle n'existe pas.
    Quel dommage !

    Posté par alain thomas, 31 août 2012 à 12:19 | | Répondre
  • Magnifique !

    Magnifique histoire Daniel !
    Le coup des billets trouvés, c'est rare.
    Revoir des amis de longue date, j'adore ça :
    Pour se raconter nos chemins.
    Et revoir nos trombines vieillissantes ...

    Posté par PLV, 31 août 2012 à 12:24 | | Répondre
  • joli

    Un de ces beaux petits miracles qui ensoleillent notre vie ...!

    Posté par marie christine, 31 août 2012 à 14:50 | | Répondre
  • A Alain

    La musique que tu aimes bien est de Yanni. L'album s'intitule "truth of touch". Tu peux le trouver sur:http://fr.7digital.com
    Est ce que la balnéothérapie et l’acupuncture te soulagent?
    Dans le magazine Le Point de cette semaine il y a toute une enquête sur l'immobilier en France.

    Posté par Daniel, 31 août 2012 à 15:20 | | Répondre
  • A Daniel

    Merci pour le lien Daniel.

    Tu sais, les enquêtes sur l'immobilier sont souvent bâclées.
    Je pense que nous sommes dans une crise profonde qui va perdurer car les banques sont de plus en plus frileuses. Aujourd'hui, si tu veux avoir un prêt, il faut pratiquement que tu verses en garantie le même montant qu'ils te prêtent. C'est une caricature bien sûr.
    Seuls les jeunes ont grâce parce qu'ils ont en principe la santé et qu'ils peuvent emprunter sur du long terme. Après, il faut déjà qu'ils aient fait leurs preuves de bonne gestion de leur compte bancaire et qu'ils aient un travail dit "de bon emploi".
    Pour les prix, on les tiendra pas malgré le manque de logements. Le Président s'attache à construire des logements sociaux, ce qui est un revirement à 180 degrés par rapport à la politique de Sarko. Autrement dit, on aura une France de locataires et non une France de propriétaires.
    Si les loyers des logements sociaux partent à la baisse, les jeunes hésiteront à acheter.
    Je m'attends à un automne très difficile.

    Je n'ai pas commencé l'acupuncture. Mamydou m'a présenté une neurologue vietnamienne qui travaille à l'hôtel Dieu à Paris et qui me propose cinq séances d'acupuncture. Pas facile de trouver des dates sur mon agenda et de monter à Paris à chaque fois.
    Mon rhumatologue veut connaître la cause de mon mal et moi aussi. Il pense à un virus. Je vais passer des analyses de sang complètes. Il est vrai que la souffrance est bien présente et que mon épaule est vraiment raide.
    Seule la balnéothérapie est préconisée pour l'instant et encore, il ne faut pas que j'aie mal. Le problème est que j'ai mal tout le temps parce que j'utilise mon bras. Je commence à avoir des rhumatismes articulaires. Disons que ça circule. Il y a incontestablement un terrain très enflammé.
    On verra bien.

    Posté par alain thomas, 31 août 2012 à 16:54 | | Répondre
  • pensée positive

    Je te souhaite de te rétablir, Alain .
    Rien n'est jamais définitif .
    Et que tes douleurs s'atténuent ...
    Affectueusement .

    Posté par marie christine, 31 août 2012 à 20:21 | | Répondre
  • A Alain

    Si tu viens à Paris, dis le moi. Soit tu as le temps et je t'invite à déjeuner à la maison, soit on prend un pot ensemble à Paris.
    Bon courage pour faire face à la douleur.

    Posté par Daniel, 31 août 2012 à 20:51 | | Répondre
  • Virus

    En effet, si virus il y a...
    Vite! vite !
    Prière pour notre Alain :
    "Je vous salue, Marie..."

    Posté par Eve Lyne, 31 août 2012 à 21:02 | | Répondre
  • Merci

    @Marie
    Rien n'est jamais définitif.
    Tu entends Kéa ?

    @Daniel
    Parce que tu crois que si je viens à Paris, je viendrai sans te voir ?
    Si je viens à Paris, ce sera plutôt le pot parce que je viendrai en TGV.
    Si le courage est de regarder la douleur en face, alors c'est possible.

    @Lyne
    ... mère de grâce

    Posté par alain thomas, 31 août 2012 à 21:58 | | Répondre
  • Alain

    Rien n'est jamais définitif... heureusement.
    J'ai quand même la chance d'avoir une médication qui rend la guérison possible et je n'ai plus aucune douleur. Je te souhaite aussi de trouver une solution car la douleur c'est invivable, je le sais.
    Bon d'accord...! avec la corticothérapie j'ai la face comme une lune... même si je fais bien attention et que je n'ai pas pris de poids.
    Avec toi de tout coeur Alain.

    Posté par kea, 01 septembre 2012 à 02:31 | | Répondre
  • J'aime beaucoup le récit de ce "petit miracle"...

    C'est vrai que quand on croit fermement que ça va bien se passer...quand on appelle des pensées très positives...il arrive régulièrement ce genre de "geste providentiel"...

    Merci Daniel...j'avais bien besoin de me rappeler cela aujourd'hui !
    (travail, soucis, difficultés->le moral baissait un peu....)
    Je vais peut-être "appeler" un petit miracle !

    Posté par La Licorne, 01 septembre 2012 à 12:49 | | Répondre
  • à La Licorne :

    Bon courage à vous !
    En toute amitié.

    Posté par PLV, 01 septembre 2012 à 13:04 | | Répondre
  • Kéa

    Quand une maladie est diagnostiquée et qu'un traitement efficace existe alors il faut traiter. C'est ce que tu as fait et c'est bienheureux.

    Pour moi c'est différent car on cherche la cause. Il y a un moment où la douleur doit cesser sinon le terrain devient dangereusement faible.

    Quand on aura trouvé la cause, s'il existe un traitement, alors je m'y plierai.

    Si tu n'as plus mal, je pense qu'il faut juste que tu sois patiente, vigilante et que ton hygiène de vie soit optimum.
    Profites-en pour nettoyer ton mental et tu verras que tu sortiras grandie de cette épreuve !
    En tout cas, je le souhaite de tout mon coeur.

    Posté par alain thomas, 02 septembre 2012 à 20:40 | | Répondre
  • Trouver la cause !

    "Quand une maladie est diagnostiquée et qu'un traitement efficace existe alors il faut traiter."
    Surtout lorsqu'il n'y a pas d'autre choix. J'avais perdu 15 kilos en 2 mois et avaler plus de deux bouchées l'une derrière l'autre était devenu un supplice.

    Non je n'ai pas de douleurs présentement mais j'ai eu une petite rechute il y a environ deux semaines qui a eu comme résultat d'augmenter la dose de médicament. Il faut diminuer très lentement les doses et aussi rester éloignée des causes qui, dans mon cas, sont plutôt évidentes, bien que ce ne soit pas très populaire d'en parler. Je pense qu'il est plus facile de trouver des causes intérieures aux maladies car trouver une cause extérieure, ça oblige à changer la situation... et le changement c'est pas facile.

    Posté par kea, 03 septembre 2012 à 00:46 | | Répondre
  • Kéa

    Reste vigilante !
    La perte de poids est peut-être une bonne chose.
    Une petite rechute est une petite rechute.
    Le mois de septembre est un mois très puissant.
    Recentre-toi et cherche la paix à l'intérieur !
    Ne tombe pas dans les pièges de la nervosité, ils seront nombreux ce mois-ci et après, tu verras peut-être le bout du tunnel.
    C'est ça le changement.
    Fraternité

    Posté par alain thomas, 03 septembre 2012 à 15:23 | | Répondre
  • Alain

    Il y a quand même quelque chose de positif dans la maladie. Lorsqu'elle est sérieuse et qu'on ne sait pas s'il sera possible de s'en sortir ou non, comme ce que j'ai vécu l'hiver dernier par exemple, il arrive que le troisième oeil (enfin j'imagine que c'est ça le troisième oeil), s'ouvre et on voit différemment. Le chant des oiseaux, les feuilles se balançant dans les arbres, le vent sur la peau, le regard de ceux qu'on aime et de tous en général, tout ça prend une autre couleur, comme dans un autre temps. On voit tellement clair à ce moment-là. Quand la santé revient, malheureusement il est difficile de rester dans cet état de conscience.

    Posté par kea, 03 septembre 2012 à 19:09 | | Répondre
  • Kéa

    C'est vrai ce que tu dis Kéa, c'est exactement ça.
    Mais tant qu'il y a un espoir, on a plus de force n'est-ce pas !
    La maladie nous aide beaucoup, la souffrance aussi mais tout ça n'est pas nécessaire.
    Parce que lorsque l'on comprend ce qui nous arrive, alors on change de façon de vivre presque naturellement.
    Il faut juste garder cette ligne de conduite après, quand la santé revient.
    Ne rien oublier de ce que l'on a traversé.

    Posté par alain thomas, 03 septembre 2012 à 21:03 | | Répondre
Nouveau commentaire