Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

29 août 2012

La paix de l'âme, gage de santé

 

832a9e5db0c350036d73c50334e95033_giant

Après tous ces témoignages émouvants qui se sont échangés sur le blog, ces derniers jours, à travers les messages, Marie Christine a eu la bonne idée de m’adresser ce texte de Joeliah que je diffuse ce jour.

 

La paix de l'âme, gage de santé.

Entendre, voir, sentir, goûter, toucher, ressentir... tous ces sens entrainent à l'intérieur de nous des impulsions électriques, qui créent des circuits neuronaux et qui, quasiment instantanément, envoient des peptides dans notre corps, ce qui modifie notre nature chimique. (Bonnes explications dans le film 'Que sait-on vraiment de la réalité')
Notre structure change ainsi à chaque seconde. Un sens, une pensée, une émotion, une vibration spéciale... ceci entraine des résultats différents en résonance vibratoire soit constructifs, soit destructifs.Le cumul de pensées identiques répétitives assorties à des émotions lourdes ou basses en vibration, entrainent ainsi une transformation du métabolisme et donc, des maux et maladies lorsqu'elles sont plus basses que l'équilibre de santé. Cela peut être au niveau physique, mais aussi émotionnel ou mental, et même au niveau vibratoire !
Vous savez certainement qu'une angoisse répétée peut entrainer des maux d'estomac ou des ongles rongés... un manque d'amour ou des frustrations entrainent des problèmes de coeur ou du diabète... de la rancune, culpabilité ou de l'ennui peut entrainer des cancers... il y a ainsi des milliers de maladies créées par la répétition d'attitudes discordantes. (Un bon livre explicatif : la clef vers l'autolibération de Jacques Martel)

Le corps spirituel est le premier au contact de notre être supérieur et âme.
Puis viennent le corps mental, l'émotionnel et l'éthérique et enfin le physique.
Ce dernier est le seul visible qui est le bout de la chaîne.La médecine occidentale d'aujourd'hui a totalement séparé ces différents corps et ne s'occupe quasiment que du dernier en général. Un mal = un médicament. Parfois ça marche, puisque c'est un changement partiel chimique qui s'opère mais très souvent non, et les complications arrivent et ce, de plus en plus !L'humain, en général oublie que, s'il a mal, c'est qu'il y a une raison émotionnelle ou mentale associée, et surtout, une coupure de relation d'avec sa vérité d'être.
Oser parler de son mal-être, peut guérir instantanément une maladie simplement parce que la structure chimique intérieure se modifie et passe de l'acidité au basique.
Nous sommes avant tout des êtres spirituels (ou éthériques ou lumineux..) venus faire une expérience dans la densité plus basse de la matière. Nous sommes des extensions qui avons le libre arbitre de faire, être, ou avoir ce que nous décidons. La reliance à notre véritable nature peut faire des miracles !Oser être Soi est la porte de secours de toute maladie, c'est la manifestation de notre vraie nature dans sa splendeur. Développer sa maitrise de création et les vertus apportent paix, sagesse, pureté, joie ou abondance.

Lorsque la joie est là, tout commence à bien circuler dans le corps. La paix de l'esprit apporte la paix du corps.

Pour développer cela au quotidien, il est bon de prendre conscience de ce qui gène à l'intérieur, dans ses pensées, ses émotions, puis d'avoir le courage de modifier ce qui doit l'être, à commencer par se donner de l'amour, du respect et de la tendresse.
Reprendre la maitrise de sa vie, c'est faire les choix qui font du bien à l'âme ! Et l'âme se nourrit de vertus pour être libre. La nourrir de basses fréquences la pollue.L'utilisation consciente des 7 Rayons sacrés apporte un bien-être dans la vie de tous les jours. Développer foi et courage, sagesse et discernement, amour et tendresse, pureté, respect et joie, circulation énergétique, paix et fraternité, liberté et désir de transcendance aident considérablement.En 10 ans d'utilisation de ces pouvoirs et vertus, ma vie s'est considérablement transformée et celle de milliers d'autres aussi.

Osons changer nos habitudes.

Osons devenir plus respectueux de nous-mêmes et des autres aussi bien dans nos paroles que dans nos actions.
Osons libérer en nous ce qui peut attirer des désordres.
Osons faire la paix avec notre passé et à libérer ce qui n'a plus lieu d'être. Pardonnons nous, pardonnons aux autres, rectifions dès que c'est possible...
C'est à ce titre que nous pourrons faire de notre vie, une belle symphonie d'amour.
Que le meilleur soit !

 

Joéliah : http://www.lejardindejoeliah.com

 La photo a été réalisée par Véronique. Voir son site : http://veronique.aminus3.com/

Posté par DANIEL GENTY à 13:52 - Enseignement spirituel - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur La paix de l'âme, gage de santé

  • Le poids est la Voie

    "- Il y a toutes sortes de poids, mais il n'y a qu'une Voie.
    Chaque poids a son nom, la Voie n'a pas de nom.
    CELUI QUI SUR LA TERRE EST SANS POIDS, EST SANS VOIE."

    Pourquoi le poids de la maladie pour certains et une autre sorte de poids pour quelqu'un d'autre ??? ça je ne sais pas. Mais il semble qu'il faille un poids!

    Posté par kea, 30 août 2012 à 01:31 | | Répondre
  • D'accord avec toi Kéa

    La maladie peut être une conséquence de nos actes bien sûr.
    L'alcoolique aura des problèmes avec son foie et le fumeur avec toutes sortes de maladies vasco-cardio-pulmonaires.
    Mais l'enfant de 9 ans, petit neveu de ma compagne dont la maman est médecin et le papa un homme formidable, où est le message, pour lui et pour ses parents ?
    Alors, je crois qu'il faut faire attention avant de vouloir tout expliquer ou donner des conseils.
    Bien sûr que l'hygiène de vie est importante, tant pour son corps que pour son esprit mais si c'était une certitude, alors on vivrait tous de la même façon car tout serait simple.
    Nous avons tous notre karma inscrit depuis de nombreuses vies et il peut nous ratrapper à n'importe quel moment.
    Même l'enfant qui part acquiert une expérience de vie dans sa maladie mortelle.

    Alors je rejoins Kéa bien sûr.

    "CELUI QUI SUR LA TERRE EST SANS POIDS, EST SANS VOIE."

    Cela vaut aussi pour des personnes négatives vivant très longtemps sans maladie.

    Posté par alain thomas, 30 août 2012 à 09:29 | | Répondre
  • quel poids ?

    Les paroles de l'ange sont très mystérieuses .
    Je ne sais pas ce qu'il entend par "poids" . Chacun l'interprète à sa manière ...
    Quelque part, il parle de la limite entre le lourd et le léger, là où les deux se rejoignent .
    Le poids serait-il l'incarnation, l'enracinement, la conscience du sens de notre venue sur terre .
    Celui qui est sans poids est sans conscience donc sans voie ?

    Posté par marie christine, 30 août 2012 à 11:04 | | Répondre
  • Le poids ...

    Je n'y avais jamais songé.
    Mais c'est intéressant cette histoire de poids.
    Merci Kéa.
    Quand on me parle de la vie, je pense au souffle vital.
    Cette mystérieuse impulsion qui anime le muscle cardiaque. Il y a un début, et il y a une fin. Toutefois, il me plaît bien de soupçonner que l'âme soit immortelle. Et en plus, comme c'est totalement irrationnel, ça me plaît encore davantage ...
    ça me rappelle encore une image biblique qui m'a souvent posé question : Il prit de la glaise et façonna l'homme. Puis Il lui insuffla une énergie.
    Ensuite "les" poids sont survenus. Sans doute liés à la glaise ? (sans jeu de mot)
    La vie est dure, mais c'est ce qui fait son intérêt (oui, je sais, je me répète ...)

    Posté par PLV, 30 août 2012 à 13:06 | | Répondre
  • C'est vrai ça !

    Chacun de vos com me fait me questionner. Premièrement au sujet du poids lui-même !!! de quel poids parle-t-on? C'est vrai ça Marie.
    Ensuite, essayer de tout expliquer comme dit Alain, c'est exagéré, étant si petits devant l'Infini!
    Et le poids lié à la glaise, oui...
    Bien qu'en ce qui me concerne PLV, je ne trouve pas la vie dure. Avant oui je la trouvais dure car je ne savais pas qui j'étais, mais là, maladie ou pas maladie, c'est une merveille dont je suis reconnaissante et je sais bien tout au fond de moi, et je pense que tous quelque part nous le savons, qu'il n'y a pas de plus grand cadeau que la vie.
    Je suis à lire Marie de Hennezel qui accompagne les mourants dans une unité de soins palliatifs et ce qui me frappe, c'est ça, combien en général, les personnes en fin de vie réalisent que chaque souffle est précieux, ils découvrent que la vie est un cadeau, mais il leur reste peu de temps pour y goûter et ils s'y appliquent. Plus rien d'autre ne compte. Moi, je veux faire cela maintenant, pendant qu'il m'en reste, enfin je l'espère, encore beaucoup.

    Posté par kea, 30 août 2012 à 13:49 | | Répondre
  • Entretien 15 avec Gitta

    Le POIDS est le FARDEAU... la CROIX.
    Alléger est accepter.

    Vendredi 1er octobre 1943
    Entretien 15 avec Gitta

    - Le temps est proche où je n'aurai plus de chemin à faire pour venir.

    Ces mots me remplissent d'une grande joie.

    - Ce qui est Voie pour vous est Poids pour moi.
    Le Poids qui pèse sur la terre, c'est la Voie.
    La Délivrance élève le Poids
    et il n'y aura plus de Poids.
    Tant que nous ne sommes pas unis,
    nous ne pouvons pas élever.
    Toute ivresse est avant-goût du Sans-Poids.
    C'est pour cela que l'homme la recherche...
    mais sur le mauvais chemin.
    SOYEZ IVRES DE DIEU!
    C'est cela le symbole du vin, c'est SON sang.
    Vertu, bonté, bonnes intentions
    ne sont que pots ébréchés, pots vides, sans la Boisson.
    Avec une soif inextinguible
    soyez assoiffés de l'IVRESSE,
    qui seule peut délivrer.
    Que voulez-vous donner, s'il n'y a rien en vous!
    Vous êtes des pots misérables sans la Boisson.
    A CELUI QUI VRAIMENT DEMANDE A BOIRE,
    LA BOISSON EST DONNEE.
    Cela te pèse-t-il?
    G. Non
    - Est-ce difficile à porter?
    G. Non... cela m'élève.
    - Sois bien attentive!
    Toute ivresse est hommage à Dieu.
    L'Ivresse la plus grande absorbe la plus petite.
    Mais la plus petite continue à vivre
    dans la plus grande.
    Rien n'est perdu!
    Qu'il n'y ait donc pas de doute en ton âme!
    LE PLUS SACRE, C'EST L'IVRESSE.

    Après un long silence.

    Tu peux demander.
    G. Je sens que mon passé, mes relations sentimentales ont été indignes.
    - Parce qu'ils ont été un but en soi.
    Ecoute bien! Les animaux agissent par instinct.
    L'instinct de l'homme a été faussé par le savoir.
    Tu n'as pas servi.
    G. Comment pourrais-je effacer ce péché?
    - De quoi veux-tu te libérer?
    G. Du Poids de mon passé.
    - Qu'est-ce que le Poids?

    Un revirement soudain se fait en moi, un renversement de valeurs. Cette question remet tout en cause. Mes erreurs, mes souffrances, les blessures de mon passé, tout ce que j'ai détesté, tout ce que j'ai essayé d'oublier, tout ce poids devient mon plus grand trésor : ce poids à porter est MA VOIE. Je soupire de soulagement et je réponds :

    G. Le Poids - est la Voie.
    - Il y a toutes sortes de poids, mais il n'y a qu'une VOIE.
    Chaque poids a son nom, la Voie n'a pas de nom.
    CELUI QUI SUR LA TERRE EST SANS POIDS,
    EST SANS VOIE.
    La matière que vous avez assumée, c'est le poids.
    SI VOUS POUVEZ SAISIR L'ATTIRANCE D'AMOUR
    DU POIDS VERS LA LUMIERE -
    SI VOUS POUVIEZ PRESSENTIR L'ATTIRANCE D'AMOUR
    DE LA LUMIERE VERS LE POIDS -
    ALORS VOUS GOUTERIEZ L'IVRESSE.

    Hanna peut à peine supporter l'intensité de ces paroles.

    - "Celle qui parle" est un vase fragile,
    elle n'a pas la force de supporter cela.

    Aprsè avoir bu longuement :

    Demande, ma bien-aimée!
    G. J'ai beaucoup de questions, mais je n'ai soif que de tes paroles.
    - Ces paroles ne sont pas les miennes.
    G. L'autre jour, je n'ai pas compris quand tu m'as demandé d'envoyer un message. J'ai eu l'impression que tu attendais autre chose que de la gratitude.
    - Tout arrive en son temps.
    Au lever du soleil, la terre rend hommage
    à son Créateur.
    C'est cela le vrai message.
    Si la Lumière parvient jusqu'à toi,
    toi aussi tu rendras hommage,
    que tu le veuilles ou non.
    J'ai fait un essai, mais je n'ai pas été déçu.
    Je sais le grain en bonne place.
    Demande!
    G. Le moment de la mort a-t-il plus d'importance que n'importe quel moment de la vie?
    - SEULEMENT POUR CEUX
    QUI N'ONT PAS ACCOMPLI LEUR TACHE.
    De quel moment sais-tu s'il n'est pas le dernier?
    SI TU ES UN AVEC LUI, IL N'Y A PLUS DE MORT.

    Silence

    Je répondrai encore à deux de tes nombreuses questions.

    Le ton moqueur de ces derniers mots me force à rire de moi-même. En effet, il y a dans ma poche une longue liste de questions, que j'ai soigneusement préparées toute la semaine.

    G. Souvent je n'ai pas une vraie relation avec les mots que je prononce.
    - Ne dis jamais ce qui n'est pas vrai!
    Grave cela dans ton coeur.
    Aie horreur de l'ombre même du mensonge.
    Deux poids qui reposent l'un sur l'autre
    sont les fondations de la cathédrale.
    Mais s'ils glissent, c'est le néant.

    LA PAROLE EST PORTEUSE DE LUMIERE.
    LA PAROLE VRAIE A SON POIDS.
    LA PAROLE MENSONGERE EST SANS POIDS.
    Le Destructeur se réjouit de la faille,
    lui, le père de tous les mensonges,
    Il effrite, démolit.
    Ce n'est pas la violence qui détruit les murs,
    mais le mensonge.
    Tu as encore une question.
    G. Que signifie le rêve que j'ai fait cette nuit?
    - L'enseignement que tu reçois en rêve,
    c'est à toi d'en comprendre le sens.
    C'est pour cela qu'il t'est donné en rêve.
    Rendons grâce!

    Je suis profondément déçue par cette rebuffade inattendue. Jusque là, en interprétant mes rêves, mon Ange m'avait apporté une aide énorme. Mais je me rends compte, maintenant, que depuis quelque temps j'avais négligé de chercher moi-même à les comprendre. Je me disais : "A quoi bon? De toute façon, l'explication de l'Ange sera meilleure." C'est bien évidemment à cause de cette paresse à penser par moi-même que mon Maître, désormais, ne voudra plus m'aider dans ce domaine.

    Posté par alain thomas, 30 août 2012 à 13:55 | | Répondre
  • Beaux partages

    Beaux partages en ce moment sur le blog. J'aime bien. Je préfère ça à des querelles pour savoir qui a raison.
    On peut ne pas être d'accord et exposer son point de vue d'une manière calme.
    Ben oui Kea la vie est un cadeau. Pensons y chaque jour, le matin au réveil.
    Quant au Christ sur la croix , c'est pas mon truc non plus( pauvre PLV qui continue à s'exprimer parmi tous ces mécréants). Finalement tu nous donnes une belle leçon de tolérance.
    Moi j'ai envie d'une religion un peu plus joyeuse où ça swing. Je rêve de voir danser tous les évêques de France lors d'un prochain concert des Rolling Stones. Mais pas en costume...Avec leur robe d'église.....

    Posté par Daniel, 30 août 2012 à 18:49 | | Répondre
  • Acceptation

    J'aime mieux les petits pois !
    Mais on ne choisit pas le poids (enfin, on ne s'en rappelle pas) .
    S'il est très lourd, c'est qu'on a la force de l'assumer .
    La voie est de porter le fardeau en le sentant léger, comme Astérix, après avoir bu la potion qui donne l'ivresse, potion d'amour divin .
    Apprentissage de l'acceptation .
    L'acceptation n'est pas résignation : nuance de taille !
    Ce serait plutôt une complicité créatrice .
    J'apprends, j'apprends ....
    Pour l'instant, ça rue encore dans les brancards . Mais il faut tuer la rébellion dans l'oeuf !
    En avant, Gavroche !

    Posté par marie christine, 30 août 2012 à 19:06 | | Répondre
  • Envie d'une religion !

    Ah çà Daniel, tu m'étonnes,"envie d'une religion" ! ? Est-ce possible sans dogmes limitants ? Quand aux religions "joyeuses où çà swing", il me semble que cela existe déjà mais est-ce vraiment mieux ? Bon, si l'on prend le mot religion au sens originel, se relier avec le divin, là d'accord, et ceci dans la joie individuelle et collective, d'accord aussi, mais toute religion qui se définit, quelle soit ancienne ou future, ne peut être indépendante de dogmes.

    Posté par Francine, 30 août 2012 à 19:14 | | Répondre
  • Francine

    Je suis heureuse que tu nous fasses part de ta vision. Ça me rejoint oui, et même si ta façon de voir était à l'opposée de la mienne, j'aimerais l'entendre quand même, car si elle vient de ce que tu ressens profondément, de ton vrai cheminement personnel, c'est certain que c'est toujours enrichissant. Il n'est pas facile de faire la part entre ce que dit le coeur et ce qui nous a été inculqué. Même si ce qui nous a été inculqué est véridique, il faut d'abord le remettre en question pour que ça se transforme ensuite et devienne une expérience vraiment personnelle. Un peu comme le font les adolescents vers 14-15 ans. Ils remettent tout en question, tout ce que leurs parents leur ont appris et ensuite ils trouvent leur propre identité. Ça prend un certain recul pour voir clair.

    Posté par kea, 30 août 2012 à 21:14 | | Répondre
  • Alain

    "Vertu, bonté, bonnes intentions
    ne sont que pots ébréchés, pots vides, sans la Boisson.
    Avec une soif inextinguible
    soyez assoiffés de l'IVRESSE,
    qui seule peut délivrer."

    Comme j'aime ces paroles de l'Ange.

    Je me procure ce livre Alain, c'est sûr!

    Posté par kea, 30 août 2012 à 21:19 | | Répondre
  • Kéa

    C'est un peu pour toi (et Marie) que j'ai pris la peine de recopier l'entretien en son entier.
    Chaque mot a sa raison d'être.
    Un entretien peut se lire plusieurs fois et à chaque fois, on a l'impression de ne l'avoir jamais totalement intégré.

    Ce livre est simplement époustouflant.
    Il faut le prendre tel quel, au mode universel. Il n'y a pas de dogme dans ce livre, juste des paroles jamais entendues nulle part ailleurs.

    Posté par alain thomas, 30 août 2012 à 23:02 | | Répondre
  • L'ivresse

    LE PLUS SACRE, C'EST L'IVRESSE. (l'Ange)

    "Vide la coupe ! Enivre-toi ! Bois le divin nectar" (Kabir)

    Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toute ton âme, de toute ta pensée... (Jésus)

    Moi je trouve que toutes ces paroles se recoupent et invitent à la même expérience : L'IVRESSE
    Pour moi c'est la même conscience, la même énergie, qui s'est incarnée tant de fois sur terre.

    Posté par kea, 31 août 2012 à 00:37 | | Répondre
  • A Francine

    C'est pour cela que la religion n'est pas trop ma tasse de thé car tous les dogmes sont forcément restrictifs. Je suis plus attiré par une certaine liberté d'esprit. Mais c'est seulement mon humble avis.

    Posté par Daniel, 31 août 2012 à 09:21 | | Répondre
  • Dialogues avec l'ange

    Merci Alain. Grâce à toi, j'ai revisité cet ouvrage que j'avais presque oublié depuis 2004.
    J'ai retrouvé les paragraphes que j'avais alors souligné.
    Entre autre, celui-ci me parle encore très fort :

    Entretien 15 avec Gitta

    -Ici aussi il n'y a qu'une voie pour toi :

    DONNER. Et non recevoir.
    C'est de LUI seul que tu peux recevoir.
    Aux autres tu as à donner de l'aide, tu as à donner.
    Tout te sera donné, dont tu auras besoin.
    Aussi longtemps que tu ressens un manque,
    c'est que tu veux recevoir.
    -Tout t'es donné, si tu ne quitte pas le chemin,
    car le chemin est tout.

    Je me rends compte que j'ai fait du chemin, avec le recul.
    J'espère que je suis toujours sur le chemin.

    Tiens, ce livre que j'ai entre les mains...
    Pas plus tard qu'aujourd'hui, je m'en va le donné à une amie qui se trouve dans un lit d'hopital.
    L'ange lui parlera peut-être ?

    Adieu mon ami ! A Dieu mes amis !
    (sourire)
    J'aime bien cette formule qui n'est qu'un au revoir...

    Posté par Eve Lyne, 31 août 2012 à 10:57 | | Répondre
  • un tout

    Ce livre est un tout, l'histoire d'un cheminement intense dans un contexte historique crucial où l'avenir de notre civilisation était en jeu .
    Difficile d'en tirer des morceaux ...
    On fait des choix ... mais les paroles restent toujours mystérieuses tant qu'on n'a pas fait l'expérience .

    Posté par marie christine, 31 août 2012 à 11:13 | | Répondre
  • La Lyne

    Oui, nous avons retenu la même chose.
    Ce que tu cites là, je l'ai cité avant-hier dans "La petite maison dans la forêt canadienne" de Kéa.
    Tu vois ma Lyne, ce passage-là me donne l'Ivresse.

    L'Ivresse, c'est la Joie.
    Ce n'est pas un sentiment, c'est un état.
    Dans cet état, il y a le sourire perpétuel, l'état de l'ange.
    Devant LUI, qui, à mon sens, représente la Source ou Dieu, chacun voit comme il le sent, la Joie inonde et l'Ivresse s'empare de mon être.

    DONNER.
    C'est notre seule TACHE.

    Dis la Lyne, j'aime pas quand tu nous dis adieu. Je préfère quand tu nous dis à Dieu.
    Merci de t'en rappeler.
    DONNE!
    Hi hi !!

    Posté par alain thomas, 31 août 2012 à 11:18 | | Répondre
  • Osmose

    Oui Oui ! Alain...
    L'Ivresse, c'est la Joie.
    Ce n'est pas un sentiment, c'est un état.

    A DIEU !
    Et à bientôt.

    Posté par Eve Lyne, 31 août 2012 à 12:09 | | Répondre
  • Moi non plus !

    Moi non plus, je n'aime pas trop que l'on me dise "adieu".
    ça fait rupture.
    ça fait déception.
    ça fait fâcherie.
    (kaisse ki di : ça fait vacherie ?)

    J'aime tellement la fidélité.
    Je pense qu'elle me rassure,
    au fin fond de ma blessure.
    Avant de donner, je réfléchis,
    et quand je donne, généralement,
    je ne reprends pas.

    J'aime pas trop l'ivresse.
    Je la considère comme la perte de mes moyens.
    J'ai peut-être tort, car souvent, je veux tout maîtriser (un lapsus calami a failli me faire écrire "mépriser").
    Je laisse les fins psychologues deviner ce qui se cache derrière ce dérapage ...
    Un moine de Saint-Wandrille m'avait dit un jour, lorsque j'avais 20 ans : "Tu t'appuies sur tes biceps, ou bien sur la grâce de Dieu ?"

    Peut-être faut-il voir l'ivresse dont vous parlez comme une sorte d'extase ?
    Un moment rare de pur bonheur ?

    Kéa, tu me bouscules !
    En effet, tu évoques la grande question de toute ma vie.
    Qu'est-ce que ça veut dire : "Tu aimeras ton Dieu de toute ta force" ?
    J'ai déjà du mal à aimer ma femme,
    alors vous pensez, aimer un homme invisible !
    Aïe, aïe, aïe.

    Posté par PLV, 31 août 2012 à 12:49 | | Répondre
  • Ah mon bon PLV

    Si pour toi Dieu est un homme, je comprends ta difficulté.
    Dieu c'est l'IVRESSE, c'est un état d'être qui lorsqu'on le ressent envahit tout notre être et c'est pour cela que Paul de Tarse disait "Un jour j'ai tout et le lendemain je n'ai rien, pour moi ça ne fait pas de différence." Peux tu imaginer dans quel état il se trouvait pour dire cela? Il aimait ce qui l'habitait de toutes ses forces, c'est évident. CELA (Dieu) lui tenait lieu de tout et il n'y pouvait rien, c'était bien plus fort que lui.

    Posté par kea, 31 août 2012 à 13:43 | | Répondre
Nouveau commentaire