Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

13 août 2012

Prenez des risques

Voilà un beau texte à méditer!

montagne

 

Prendre des risques, c'est s'exposer à une possibilité de perdre. 

Rire, c'est prendre le risque de paraître stupide 
Pleurer, c'est prendre le risque de paraître sentimental 
Aller vers l'autre, c'est prendre le risque d'un engagement 
Montrer ses sentiments, c'est courir le risque de dévoiler au grand jour son moi profond 
Exposer aux autres ses idées et ses rêves, c'est risquer leurs moqueries 
Aimer, c'est risquer de ne pas être aimé en retour 
Vivre, c'est risquer la mort 
Espérer, c'est risquer la déception 
Essayer, c'est risquer l'échec 

Et pourtant nous devons prendre des risques 
car le plus grand péril dans la vie est de ne prendre aucun risque 
Celui qui ne risque rien ne fait rien, n'a rien et n'est rien 
Vous pouvez peut-être échapper à la douleur et au chagrin en ne prenant aucun risque, mais alors vous ne pourrez tout simplement ni apprendre, ni ressentir, ni changer, ni grandir, ni aimer, ni vivre.
Seul est libre celui qui ose prendre des risques

  

Albert Coccoz, guide de haute montagne, disparu dans une avalanche avec sa femme et sept autres personnes.

 

Posté par DANIEL GENTY à 14:31 - Enseignement spirituel - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Prenez des risques

  • En images

    Prendre des risques : jamais facile...
    mais tellement nécessaire...:
    http://www.youtube.com/watch?v=suUVf_P_USw&feature=player_embedded#!

    Posté par La Licorne, 14 août 2012 à 00:05 | | Répondre
  • Si précieuse la vie

    Je ne suis pas certaine qu'en se voyant perdre sa vie Albert Coccoz n'ait pas regretté de l'avoir mise en danger !!!
    J'ai entendu l'histoire d'une personne qui voyant un vase précieux tomber d'une haute tablette est accourue pour le sauver et s'est ainsi dangereusement entaillé les veines. Quelqu'un lui a dit par la suite : "Si tu connaissais la valeur de ta vie, tu aurais couru... mais dans le sens inverse!"

    Les rénos vont bon train Daniel
    et les journées semblent plus courtes qu'en temps normal
    nous sommes rebranchés à nouveau

    Posté par kea, 14 août 2012 à 00:37 | | Répondre
  • A la Licorne

    Presque le même texte et en plus avec la vidéo. Merci pour cet envoi et osons ! Prenons des risques ! Nous n'aurons ainsi aucun regret.

    Posté par Daniel, 14 août 2012 à 16:45 | | Répondre
  • A Kéa la batisseuse

    Vraiment heureux de te retrouver sur mon blog. Ou en sont les travaux? As tu changé de région. Une petite photo?

    Posté par Daniel, 14 août 2012 à 16:49 | | Répondre
  • Prendre des risques

    J'ai marché, marché...
    Les dunes de sable m'ont si fatiguée...
    Pour atteindre enfin un petit coin isolé...
    Dans l'océan je me suis jetée...
    Par les vagues fouettée...
    J'ai exulté !
    Est-ce bien raisonnable ?
    A la nuit tombée...
    Dans le miroir, j'ai observé...
    Horreur ! Brûlée...
    Mais non, mais non, inéffable !
    Qui m'a donc sauvé ?
    Les urgences, j'ai frôlé...
    Risque inconsidéré ?
    Alentour, tant de jeunesse...
    Fi de mon âge...
    La vieillesse serait-elle un nauffrage ???

    Ô ! Oui Kea, raconte nous ...
    En photos, ce serait super !

    Posté par Eve Lyne, 14 août 2012 à 18:36 | | Répondre
  • raconter ???

    Ah! je n'ai pas des talents d'écriture comme Alain... ou Daniel... ou... ou... je crois que je devrais ici tous vous nommer un par un !
    Bon, vous devrez me prendre comme je suis, farfelue disons ! toujours à côté de ce que voient les autres !
    Aussitôt que je trouve un peu de temps, et l'inspiration (ça c'est essentiel), je fais un petit montage (espérant un peu que vous en ferez autant de votre bord par la suite). En tout cas... c'est votre affaire.
    Je ne vous montrerai pas là où je suis présentement parce que c'est le bordel ! mais plutôt la petite maison dans la forêt que nous avions construite et avons quittée il y a peu de temps. Et aussi la région élargie si possible.
    Mes amis me demande "Mais pourquoi faites-vous cela?" Mon amie Diane a eu plus de peine que moi de nous voir quitter la joli maison que nous avions construite.
    Nous on a nos raisons, et ce n'est pas une corvée que de faire ce que nous faisons, plutôt une joie. Je vous expliquerai peut-être un jour.

    Comme c'est gentil chère Evelyne de t'adresser à moi personnellement.

    Posté par kea, 14 août 2012 à 19:42 | | Répondre
  • Chère Kéa :

    Eve Lyne est notre porte-parole.
    Tous, nous voudrions connaitre ton projet.
    Mais voilà ...
    Respect, et discrétion !
    Nos questions restent au bord de nos lèvres,
    Au seuil de la porte.
    "Je vous expliquerai peut-être un jour."
    Dommage, nous on aurait aimé ton explication dès demain ...
    Allez, courage, prend ta plume, et raconte-nous !
    Peut-être éveilleras-tu des émules ?

    Posté par PLV, 14 août 2012 à 22:34 | | Répondre
  • Ah mon bon PLV

    C'est toujours tard en soirée qu'on te retrouve !
    J'aurais donc dû me taire aussi !
    En fait c'est tout simple PLV : Je veux de l'argent!
    et pourquoi je veux de l'argent ?
    ça aussi c'est tout simple !
    Ce n'est pas pour avoir une auto plus luxueuse
    j'ai déjà tout ce qu'il me faut
    pas pour construire plus grand, plus beau
    je me contente de bien vivre, pas plus ni moins.
    Non ! c'est ma façon à moi de pouvoir participer
    parce que lorsqu'on est sans le sou
    on ne peut pas donner
    et moi c'est ma façon de me donner
    je n'ai pas l'âme d'Eve Lyne
    je sais qu'elle se donne différemment
    et à ce que je comprends, son besoin de se donner est grand.
    Je fais ce que je peux dans la mesure de mes moyens et je considère cela comme un privilège
    peu importe les théories à ce sujet.
    Pour moi ce qui était vrai avant l'est toujours :
    j'aimerais que les autres aient aussi la chance de vivre leur vie comme moi je l'ai
    et sans rien à se mettre sous la dent,
    c'est impossible.
    Qu'on en pense ce que l'on veut, ce n'est pas mon problème.
    Si je fais des émules comme tu dis PLV, alors là ce sera mon plus grand plaisir.

    Posté par kea, 15 août 2012 à 01:38 | | Répondre
  • Magnifique !

    Ah quel beau texte Daniel, tu as vraiment le chic pour dégotter ce genre de chose qui constitue un vrai tremplin pour la pensée (et l'action). Bravo !

    Posté par elizabeth, 15 août 2012 à 11:40 | | Répondre
  • Ce cher P L V

    En ce jour consacré à Marie, certains vont à la messe...
    D'autres allument une bougie dans une retraite solitaire...
    Pour d'autres encore, ce jour est marqué dans le calendrier pour faire le pont.

    Marie n'est-elle pas présente en chacun de nous ?

    Elle n'appartient à aucune Eglise puisqu'Elle se manifeste à qui l'appelle.

    Elle est donc la Mère de tous les peuples.

    Beaucoup demandent des grâces.
    Plus encore remerçient pour des grâces.

    "Vierge Marie, si Terrestre et si Céleste, n'abandonne pas notre monde !"

    Prions La Vierge.

    Posté par Eve Lyne, 15 août 2012 à 12:57 | | Répondre
  • A Kea

    Ma chère Kea,

    Il me semble que ton coeur est bien lourd...
    Tu porte la détresse du monde, on dirait...
    Il me semble aussi que ceux qui ont le plus agit pour l'humanité, n'avait pas le sous en poche.
    Humm...C'est quand même bizarre !
    Je ne sais plus qui a dit :
    "L'important n'est pas d'avoir de l'argent, mais que les autres en aient."
    Quelle alchimie, tout de même !

    Alors, je t'en supplie ma chère Kea...
    Ne te mine pas pour l'argent.

    Je sais, je sais...
    "Celui qui a beaucoup reçu, doit beaucoup donné."

    Soit bonne avec toi-même. Peut-tu considérer qu'autrefois tu as fort oeuvré et qu'aujourd'hui tu peux lâché le fardeau et penser un peu à toi !

    Entre nous (humm...) Les murs ont des oreilles...
    Tant pis !
    Vois-tu ma chère Kea, actuellement, je ne pense qu'à moi !

    On dirait que La Vierge me sourit autant qu'avant.

    Je dois bien avouer que ce mystère me pose question, présentement.

    Bien sûr, Elle ne quitte pas mes pensées, mais quand même...
    Ne mériterais-je pas quelques coups de bâtons pour cette légèreté qui m'est si naturelle et dont je ne puis me corrigée.
    (J'hésite: corriger ou corrigé ?)

    Peu importe, la maitresse a rendu le tablier !


    Par chez nous,il vaut mieux se tenir à l'ombre.
    Pour la lumière, on verra plus tard.

    Lucie.

    Posté par Eve Lyne, 15 août 2012 à 13:37 | | Répondre
  • Eve Lyne

    "L'important n'est pas d'avoir de l'argent, mais que les autres en aient."
    C'est bien dit ça!

    "L'argent fait le bonheur en autant qu'on le donne"
    Mathieu Ricard
    c'est donc ça !!!

    Posté par kea, 15 août 2012 à 14:30 | | Répondre
  • Humm ...

    Point de vue...
    Prenons l'exemple du petit curé d'ARS :
    Il me semble qu'il avait un vilain petit caractère.
    Il n'avait pas d'argent, lui !
    Ne lui fallait-il pas une très grande humilité en plus d'une grande intelligence pour "soutirer" de l'argent à ceux qui en avait.

    Tout de même, Débillissimus à fait fort !
    Voyons son oeuvre.
    Il aimait tant La Sainte Vierge.
    A méditer.
    Le petit curé ne faisait pas de conférences, il vivait près du Ciel.
    Le Ciel ne l'a t'il pas porté au firmament aujourd'hui.
    Diable ! il n'en avait que faire de toute parade.
    La Vierge était sa plus vieille affection.

    Quel mystère ?

    Ne pensons plus à l'argent ma chère Kea, laissons les autres y penser pour nous.
    Il y a tant à faire !

    On attend des vues du Canada !

    Posté par Eve Lyne, 15 août 2012 à 15:11 | | Répondre
  • Il y a tant à faire

    Je vois que ce qu'ai écrit t'interpelle beaucoup Eve Lyne. Pour moi c'est OK, chacun fait selon ce qu'il ressent et ça aussi ça peut changer (ce que l'on ressent).
    Argent ou pas argent ce n'est pas cela qui compte. L'important pour moi c'est de participer d'une façon ou d'une autre à quelque chose de grand, quelque chose qui me dépasse. J'ai ce besoin en moi et possiblement que tous nous l'avons.
    Chacun trouve sa façon à lui qui n'est ni meilleure ni moins bonne qu'une autre. Ou alors on n'en trouve pas... et c'est très bien... si c'est ce qu'on ressent, de vivre seulement pour soi-même. Parce qu'agir pour d'autres raisons que ce qui nous pousse de l'intérieur ralentit notre évolution. Non, il faut que ça vienne du coeur, sinon c'est de la régression.

    Posté par kea, 15 août 2012 à 15:52 | | Répondre
  • A sa porte

    Oui Kea, à sa porte il y a tant à faire...

    Il y a maintenant fort longtemps, j'ai le souvenir
    d'une petite voix qui me disait:
    "Commence par ramasser la merde du chien de ton voisin."

    A l'époque, je voulais moi aussi, faire de grandes choses. Humm...

    Posté par Eve Lyne, 15 août 2012 à 16:29 | | Répondre
  • Oui, pour certains ça peut être ça : "à sa porte"
    et pour d'autres...
    ça peut être autrement
    pourquoi pas !

    "Faire de grandes choses"...!!! oui... humm !!!
    Considérer que "à sa porte" c'est le monde entier, est-il plus grand que de considérer que "à sa porte" c'est le quartier où l'on est né?
    Je ne saurais dire. Pour moi c'est pareil.

    Tant qu'à la merde du chien du voisin ! ah ça non !

    Posté par kea, 15 août 2012 à 17:20 | | Répondre
  • Ah ça non !

    Pour sûr Kea, sur le coup j'ai réagi comme toi.
    Puis, j'ai réfléchi à tout ce qui était caché derrière la simplicité de cette tâche ignoble, que j'ai finalement accompli sans rechigner.
    J'avais eu à ce moment là une clé précieuse qui m'a permis d'ouvrir bien des portes.
    Vois-tu Kea, je pense que l'on ne peut sauter les étapes.
    Tôt ou tard, on y passe...
    Difficile de comprendre sans passer par là.
    Quelle merde !

    Posté par Eve Lyne, 15 août 2012 à 18:08 | | Répondre
  • Les étapes...

    Je ne suis pas rendue là Eve Lyne !
    Je fais selon ce qui m'habite présentement.
    Plus tard... je ne sais pas vers quoi j'irai.

    Posté par kea, 15 août 2012 à 21:41 | | Répondre
  • Le feu !

    Lacanau a pris feu !
    C'est à Lacanau que j'ai moi aussi, failli brûler vive ! Mais par le soleil.
    Pour le mégot : C'est pas moi !!!
    Je fais très attention, défois il m'arrive de mettre mes mégots dans ma poche.
    Il m'arrive même de ramasser les mégots ici et là...
    Que dire de 600 hectares de pins, cette belle nature partie en fumée :
    Notre ami PLV dirait :
    "Seigneur, pardonne-leur ils ne savent pas ce qu'ils font."
    Les pompiers n'ont pas le temps de prier.
    Prions donc pour ces bonnes âmes dévouées de leur choix, d'un métier à haut risque.

    Posté par Eve Lyne, 17 août 2012 à 19:36 | | Répondre
  • A Eve Lyne

    Avec la chaleur qu'il fait sur Paris( un petit 38°), un mégot jeté allumé dans le bois de Boulogne, et hop ! on embrase toute la capitale.

    Posté par Daniel, 18 août 2012 à 15:50 | | Répondre
  • Conscience

    Eh oui Daniel...
    Tandis que certains se consument à éteindre le feu...
    D'autres se consument à le raviver.

    Par chez nous, c'est idem de par chez vous.
    Accaparée par la correspondance de Madame SAND, transportée dans une toute autre époque qui ne semble pas plus lumineuse que la nôtre...
    Les dés sont jetés :
    Mes effets sont fins prêts.
    Destination: Nohant !
    Magnifique centre de la France.
    Une longère comme j'en rêve, m'attend...
    L'espace d'un bref moment.
    Je retournerai à la Mare au Diable.
    (Pourvu que la forêt m'acceuille sans m'embraser.Humm...)
    Oui! Oui ! mes amis...
    Je m'en va retrouver Flaubert, Delacroix, Liszt,
    Chopin ect... ect...
    Toute dans l'atmosphère de George, je vous dis à tous mes amis,dans l'espoir de vous retrouver bientôt:

    Adieu.

    Humm...(encore)

    A la grâce du Ciel...
    Là, je pense à notre ami José:
    "Combien partent (en vacances)et ne reviendront pas."

    A Dieu mes amis !
    A DIEU.

    Posté par Eve Lyne, 18 août 2012 à 18:35 | | Répondre
  • A Evelyne

    Bon voyage à Nohant. Ne vous perdez ps dans les bois et ne vous noyez pas dans la mare !
    Je suis un peu ignare. Je ne connais pas grand chose de l'oeuvre de Georges Sand

    Posté par Daniel, 19 août 2012 à 18:02 | | Répondre
  • Eh bien, eh bien !

    A chacune de vos lignes, Kéa et Lucie, j'ai envie de réagir, tant les pistes ouvertes par vos propos sont larges et passionnantes.
    Passionnantes car chargés de la vraie vie !
    Vivre pour soi, mais aussi se tourner vers les autres. On m'a toujours dit que "donner" procurait la seule vraie joie intérieure ...

    Posté par PLV, 20 août 2012 à 11:39 | | Répondre
  • La merde ?

    Eh bien, Eve Lyne, quel langage !
    Vous nous aviez habitués à mieux ...
    Comme vous me paraissez sympathique et pleine de repentir, je vous pardonne au nom du ... Oh le vilain blasphème !
    Néanmoins, je rebondis sur votre image scatologique (et ce n'est pas un gros mot !), si vous me le permettez, pour vous conter une aventure de la même veine.
    C'était il y a plus de 20 ans. Ah que j'étais jeune ...
    Nous habitions un petit lotissement de 10 pauvres maisonnettes accolées (sans chauffage central). Que voulez-vous, on n'avait pas un sou !
    Une jeune voisine, dénuée de tout savoir-vivre, laissait divaguer chaque soir son gros chien dans les espaces verts communs (que j'étais seul à entretenir bien sûr ... avant mon arrivée, ce n'était que champ d'orties !)
    L'animal ne se gênait aucunement pour poser des "mines" tous les 5 mètres ... (comprenez, il chiait allègrement sur la voie publique, sans que la propriétaire ne bougea le moindre de ses charmants petits doigts !). Et le lendemain, mes charmantes filles faisaient du vélo au milieu de ces repères nauséabonds.
    De fort mauvaise humeur, pour ne pas dire en grande furie, j'attrape ma pelle et commence à collecter les "étrons" (= matière fécale moulée, selon Larousse), pour les rassembler sur le pas de la porte de la dite dame, voisine sans scrupules.
    Je crois qu'elle a compris, car le manège cessa immédiatement.
    Longtemps après, un voisin m'avoua avoir passé un bon moment de rigolade, en observant mon manège.
    Comme quoi, il faut peu de choses (et peu d'argent) dans la vie pour rigoler un bon coup !!!

    Posté par PLV, 20 août 2012 à 12:03 | | Répondre
  • Nohant ?

    Dites Eve Lyne :
    En allant à Nohant (là, je fais ma fouine ...) ne passeriez-vous pas par un chemin de Lumière, des fois, par le plus pur des hasards ?
    Peut-être que la maîtresse est en retraite, mais c'était sans compter sur "oeil de lynx", le corrigeur masqué !
    En effet, belle petite faute que je vous pardonne encore et encore (77 fois 7 fois, il a dit ... vous voyez que vous avez de la marge ...) : il aurait effectivement fallu choisir l'infinitif dans votre commentaire du 15 août 2012 à 13 h 37 : "et dont je ne puis me corriger).
    Au fait, racontez-nous, votre histoire de longère ???

    Posté par PLV, 20 août 2012 à 12:11 | | Répondre
  • Encore une nistoire du PLV ?

    Dans le même style, évidemment.
    C'était à Reims, vers 1979, dans cette avenue qui monte de la rivière Vesle jusqu'au portail central de la cathédrale des sacres. La fameuse rue Libergier : avenue sans poésie, créée façon Baron Haussmann, après les bombardements de 14-18.
    Je marchais sur le trottoir avec un groupe de copains, lorsque je vis une vieille dame et son balai qui se débattaient avec une feuille de papier journal récalcitrante.
    Ni une, ni deux, PLV n'écoutant que son courage, et sa serviabilité légendaire, se penche pour attraper de sa belle main le dit maudit papier.
    "Oh nooonnnn, entendis-je brusquement sans rien comprendre !"
    Désolée qu'elle était, la vieille dame voulut me prévenir, mais trop tard, qu'une vilaine crotte de chien se dissimulait sous le papier ...
    Bah, ne dit-on pas que ça vous sera rendu au centuple ? C'est sla oui ...
    Je vous dis pas la rigolade de mes copains ...

    Posté par PLV, 20 août 2012 à 12:25 | | Répondre
  • A PLV

    Comment ça va PLV? As tu passé de bonnes vacances?
    Très drôles tes histoires de crottes de chien. Rendre service demande parfois beaucoup d'abnégation....
    Cela me rappelle des souvenirs. Je travaillais dans le XVIe arrondissement de Paris là où habitent les gens aisés. Tous les matins, les mamies, les nounous, parfois les hommes d'affaires sortaient pour faire prendre l'air à leur chien. Le trottoir de la rue, qui était
    encore en terre,était un vaste champ d’excréments et il fallait faire attention où on mettait les pieds. Puis un jour la ville de Paris inventa les motos crottes. Un vrai bonheur. On pouvait se rendre au travail détendu et tranquille.

    Posté par Daniel, 20 août 2012 à 14:29 | | Répondre
  • Encore

    Allons, d'autres histoires PLV !

    Posté par kea, 20 août 2012 à 16:40 | | Répondre
  • Comment ça ?

    Eh Kéa :
    Te moques-tu de moi ?
    Ou bien es-tu sérieuse ?
    Quelle genre d'histoire souhaites-tu entendre ?
    On ne va peut-être pas rester dans les excréments canins ?
    Bon OK, tu l'auras voulu, une tite dernière (promis, après, on change de sujet) :
    Vous savez tous que les enfants ne font pas toujours attention à l'endroit où se posent leurs pieds. Les adultes non plus d'ailleurs ! (combien de fois me suis-je dit : dans quelle galère me suis-je encore fourré !)
    Lorsque le pied de mes chères petites tombaient sur un "cadeau" malodorant, je me sentais un devoir de ne pas imposer à mon épouse la punition du nettoyage. Alors, elle posait délicatement la chaussure souillée dans un coin, et me disait le soir, au retour de mon travail : Tiens, si tu peux, il faudra nettoyer le soulier de la petite.
    Et moi, légèrement dégoûté, tout de même, j'avais trouvé la solution du WC avec la balayette qui va bien ...
    Bon OK, fallait faire bien attention aux projections : tâche qui réclamait du soin.
    J'avais le sentiment de rendre un grand service à ma femme. Je lui devais bien ça. Elle qui s'occupait si bien de nous sept !

    Daniel, j'ai honte ... pour tes visiteurs, philosophes ou maîtres de sagesse !
    Aucun intérêt mes histoires du moment sur ton blog.Pour moi, c'est une tranche de vie.
    Mais t'as remarqué, c'est notre Kéa qui en redemande.
    Comme elle est sympa, je ne puis rien lui refuser.
    Bonne soirée.

    Posté par PLV, 20 août 2012 à 17:24 | | Répondre
  • A PLV

    Mais non, il ne faut pas avoir honte. C'est la vie tout simplement. Et moi j'aime bien que le blog serve aussi à ça. On n'est pas tous les jours assis à méditer ou à prier. Il faut aussi mettre les mains dans le cambouis ou dans la m.....

    Posté par Daniel, 20 août 2012 à 18:36 | | Répondre
  • Sérieuse PLV ! absolument

    Tes zistoires je les trouve vraiment marrantes PLV.
    J'aimerais savoir écrire comme toi !
    Chacun ses talents n'est-ce-pas ?
    et comme je n'ai jamais beaucoup pratiqué cet aspect de mes possibilités,
    j'aurais du chemin à rattraper disons !

    Posté par kea, 20 août 2012 à 23:17 | | Répondre
  • Vas-y, fonce Kéa !

    Au risque de plagier un grand homme tout de blanc vêtu, j'oserais te dire :
    "N'aie pas peur !"
    Que chacun écrive, avec des mots plus ou moins adroits, mais qui sont les siens.
    Chacun son style, chacun son humour, chacun sa joie, chacun sa souffrance, ...
    Oui, écris-nous !
    Nous marchons ensemble vers plus de lumière.

    Posté par PLV, 21 août 2012 à 00:35 | | Répondre
  • Qui ça qui a peur ?

    C'est ce que je fais sur le blog PLV
    et depuis un bon moment déjà
    tu n'avais pas remarqué ?
    J'écris tel que les mots me viennent
    souvent maladroitement c'est vrai
    sans vraiment me préoccuper de l'image que je donne de moi.
    Y'en a pas beaucoup pour me suivre sur ce chemin
    mais ça... c'est l'affaire de chacun !

    Posté par kea, 21 août 2012 à 00:54 | | Répondre
  • A Kea

    Continue à écrire et reste comme tu es. Je sais que tu n'hésites pas à t'exprimer et à dire ce que tu ressens. En ce sens, tu es une véritable actrice de la vie.

    Posté par Daniel, 21 août 2012 à 09:11 | | Répondre
  • Image de moi ?

    Tu as raison Kéa.
    Oui j'avais bien remarqué que tu nous écrivais bien ces temps-ci : c'est super !
    Moi, lorsque je publie un petit texte, toujours je réfléchis 3 ou 4 fois avant de cliquer "Envoyer".
    Pourquoi ?
    Eh bien, comme tu le dis toi-même, par crainte de donner une image faussée de ma personne, ou un sens non désiré à mes propos.
    Alors, je sors mon Larousse (j'ai toujours adoré feuilleté un dictionnaire, mais j'oublie si vite ce que je viens d'y trouver ...) et je change certains mots : une vraie gymnastique des neurones, qui vaut la peine, car on parvient à communiquer de meilleure façon. J'affine mes phrases, et parfois, malgré cette prudence, une flèche malencontreuse est décochée, avec sa dose de venin, involontaire, mais douloureuse pour celui qui se sent visé.
    Bon, comme dirait la Lyne, faut que j'aille trimer en cuisine, ce midi, y'a bal à la maison !
    Dahlias dans le vase, charcuterie dans l'asiette, spagettis bolognaises dans la marmite et tarte aux pommes dans le four.
    Nous serons une dizaine.
    Bon appétit.
    Comme disait l'humoriste Jérôme Commandeur :
    "internet, si tu joues le jeu, tu racontes ta vie." Donc le PLV y déballe.
    Un peu trop, je trouve ?

    Posté par PLV, 21 août 2012 à 10:38 | | Répondre
  • Bien exprimé PLV.

    C'est spontané et enrichissant ta façon de décrire ton parcours d'écriture.
    Moi, je ne m'en fais pas trop avec ce que les autres penseront de moi, car malgré tous mes efforts pour ménager chacun, je sais bien qu'ils ne m'en analyseront pas moins et pas nécessairement dans le sens que je le voulais. Alors ça ne me dérange pas de défaire mon image au jour le jour, je n'ai pas de contrôle sur ce que les autres pensent de moi, à moins de me terrer et de ne rien laisser filtrer et, même là, ils penseront. C'est un mécanisme involontaire qui analyse à notre insu.

    Posté par kea, 21 août 2012 à 17:08 | | Répondre
  • Daniel, Daniel !!!

    Voilà un super sujet !
    La dernière phrase de Kéa :
    "Les autres mettent en route un mécanisme involontaire qui analyse à notre insu."
    On pourrait développer, non ?
    Pourquoi jugeons-nous les autres ?
    Je les jauge en fonction de ce que je suis, de mes repères.
    Je leur colle des étiquettes, je les range dans des boîtes !
    Tiens, ça me rappelle une histoire de paille et de poutre ...

    Posté par PLV, 21 août 2012 à 20:15 | | Répondre
  • A Kea

    Oui il faut rester soi même. On ne peut plaire à tout le monde. Alors soyons authentique. C'est moins fatiguant que de jouer un rôle ou de tenter de donner satisfaction à quelqu'un.
    Par contre respecter l'autre dans ses valeurs, ses idées et ses différences est important.

    Posté par Daniel, 21 août 2012 à 20:39 | | Répondre
  • A PLV

    Pourquoi jugeons nous les autres?
    Oui c'est un beau sujet à traiter PLV. Comme tu le dis, on a tendance à mettre les autres dans des cases.
    ce sont nos croyances, notre système de valeurs, nos propres références qui nous amènent à cela. On a toujours du mal à accepter les différences. Mais qui créent les différences? Nous avec notre mental.

    Posté par Daniel, 21 août 2012 à 20:46 | | Répondre
  • Les différences

    Oui Daniel, respect et dignité !
    envers soi-même en premier lieu
    et le respect envers les autres ne pourra que suivre
    ce qui n'empêche nullement d'exprimer ses perceptions même si elles se trouvent être en désaccord avec les autres.

    Posté par kea, 22 août 2012 à 17:16 | | Répondre
Nouveau commentaire