Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

27 juillet 2012

Le lac Inle

Lac-Inl-_P-cheur-1 

La longue pirogue nous attendait, amarrée au bord du canal. Le temps de charger nos affaires et de démarrer le moteur, et  nous voilà partis entre les roseaux pour un voyage d’une demie -heure. Nous sommes au bord du lac Inle dans l’est de la Birmanie, au centre du territoire de l’ethnie des Shans. La chaleur nous tombe sur les épaules et la sueur imprègne notre peau rougie par le soleil. Deux ombrelles à bord de la frêle embarcation sont les bienvenues.

lac inle

De chaque côté du canal, des jardins suspendus formés de racines extraites des parties les plus profondes du lac sont rassemblées en « nappes »ancrées par des piquets de bambous. Ces jardins montent et descendent avec le niveau de l'eau, ce qui leur permet de résister aux inondations. On y cultive de tout : tomates, haricots, salades, poivrons, riz et fruits. Ces jardins luxuriants sont la grande spécialité du lac Inle et permettent de nourrir les habitants de la région.

Grâce à une amie qui travaille à l’ambassade de France à Rangoon, nous avons pu entreprendre, en sa compagnie, ce long périple à travers le pays. Certaines contrées sont totalement interdites aux étrangers, notamment les zones minières d’où l’on extrait des pierres précieuses. Partis de Rangoon, nous voilà donc dans cette région montagneuse et boisée. La Birmanie exporte à grande ampleur un bois très recherché : le teck et les compagnies forestières détruisent sans vergogne les forêts.

Après nous nous dirigerons vers Mandalay, l’ancienne capitale, puis nous prendrons le bateau pour redescendre l’Irrawady, l’immense fleuve qui traverse le pays pour arriver à Pagan, la région aux mille pagodes, l’un des sites touristiques les plus originaux et les plus visités au monde. Enfin nous terminerons notre séjour au bord de la mer d’Aman, dans un charmant petit village de pécheurs à  Nagpali.

La pirogue longe maintenant des petits villages construits sur pilotis. Des enfants jouent dans l’eau, une femme se lave les cheveux et des cochons sont enfermés dans des sortes de cages en bois, sans doute destinés à la consommation.  De temps en temps, on voit surgir au fil de l’eau les grosses cornes des buffles qui se prélassent dans le lac. Un monastère bouddhiste sort de l’eau comme par miracle et des moinillons, penchés aux fenêtres étroites de la grande bâtisse, nous font signe de la main. Nous sommes bien loin des villes aseptisées de notre pays. Il règne ici une atmosphère de calme, voir de sérénité, entretenue par une population, accueillante et souriante, en contact étroit avec la nature.

lac_inle_13369b

Peu profond, le lac est encaissé entre les montagnes. Nous sommes environ à 1000 m d’altitude. A l’horizon se découpent les silhouettes des pêcheurs aux gestes étranges. Ils  rament d'une façon unique, debout sur une jambe à la poupe et l'autre enroulée autour de la godille. Ceci leur permet de voir au-dessus les plantes qui couvrent une grande partie du lac. Nous sommes resté trois jours sur le lac Inle, le temps de se comporter comme tous les touristes. Nous avons posé nos bagages dans un hôtel construit sur pilotis, entièrement en bois, au milieu du lac. Les nuits ont été rendues difficiles  par les invasions de moustiques qui plongeaient sur nous en escadrille et nous suçaient le sang comme des vampires. Heureusement des moustiquaires étaient prévues, à vrai dire peu efficaces.

lac Inle2

Je me souviendrais particulièrement des marchés colorés qui fleurissent autour du lac avec un artisanat très intéressant (en particulier les laques et les bijoux), les femmes shans à la personnalité affirmée avec leur costume magnifique, noir rouge et jaune et le cigare à la bouche. Bien sûr il y a les boutiques à tourismes : tissages, fabriques de cigarettes où des enfants assis en lotus passent leur journée à rouler le tabac. Je garderais en mémoire l’image des femmes girafes que l’on expose aux regards des touristes comme une curiosité locale. Triste scène que ces femmes que l’on a transplantées de leur village situé dans le pays Padaung. Dès l’âge de 5 ans, on leur pose, autour du cou, un anneau en cuivre, auquel, tous les deux ans, on ajoutera un anneau supplémentaire jusqu’à ce qu’elle se marie. Plus ces anneaux sont nombreux, plus la femme est considérée comme belle. Elle sont offertes aux appareils photos des touristes.

La Birmanie est un magnifique pays, qui n’est pas encore trop contaminé par le tourisme. Hélas la dictature militaire règne d’une main de maître sur un pays très pauvre où la population, fataliste, gentille et non agressive est prise en tenaille entre la junte militaire et une religion(le bouddhisme) contraignante qui ne vit que par les offrandes du peuple. Pays de contraste entre une dictature militaire, des paysages magnifiques et une population attachante.

 

Daniel

 

Posté par DANIEL GENTY à 07:09 - Expériences de vie - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Le lac Inle

    ouverture

    Très beau reportage ! Tu as une âme de journaliste et le talent littéraire qui va avec.
    Il n'y a pas de doute, les voyages ouvrent l'esprit . Ca permet de respirer l'air du large ; ça change de celui qui commence sérieusement à manquer d'oxygène autour du nombril, où la sclérose nous guette .
    Continue à nous enchanter, Daniel, en nous montrant que la terre est grande et riche de toute sa diversité !

    Posté par marie christine, 27 juillet 2012 à 08:49 | | Répondre
  • A Eve Lyne et Marie Christine

    Merci pour votre carte. Je ne connais pas les bords du lac Léman mais un des mes petits fils va faire du bateau à voile sur le lac et me parle souvent du lac et de la région. Il paraît que s'est très beau.
    Décidément on est dans des histoires de lac: lac Léman et lac Inlé!
    Avez vous profité de votre séjour pour refaire le monde?

    Posté par Daniel, 28 juillet 2012 à 21:02 | | Répondre
  • Vacances

    Quelle erreur, je te croyais en vacance de blog et je viens seulement de me rendre compte que nous naviguons tous les deux. Tes récits sont passionnants. amitiés philosophiques.

    Posté par Ariaga, 29 juillet 2012 à 11:30 | | Répondre
  • Refaire le monde

    Bonjour Daniel,

    Votre petit fils est un privilégié !
    La magie du lac Léman ne se raconte pas...
    On la vit.

    "Il est impossible, quand on est là, d'en détourner les yeux et d'en quitter les rives..."
    (Théophile Gautier)

    Alors, refaire le monde...
    Vous pensez mal!
    Bon dimanche.

    Posté par Eve Lyne, 29 juillet 2012 à 12:16 | | Répondre
  • A Ariaga

    Je rentre juste de vacances. Je n'étais pas au Pérou, simplement en Vendée, sur l'île des Ré.
    Le lac Inlé, c'était quelques années en arrière. Un magnifique voyage qui m'a beaucoup marqué et fait réfléchir.

    Posté par Daniel, 29 juillet 2012 à 14:14 | | Répondre
  • A Eve Lyne

    Dommage que vous n'ayez pas refait le monde car on en aurait bien besoin.
    Enfin, on se débrouille avec ce que l'on a.....Heureusement PLV prie pour nous...

    Posté par Daniel, 29 juillet 2012 à 14:16 | | Répondre
  • Hé hé hé !

    Vous ne croyez pas si bien dire ...

    Posté par PLV, 30 juillet 2012 à 00:04 | | Répondre
  • Prions La Vierge

    Ô ! Oui Daniel...
    Fort heureusement, nous avons Petit Lapin Vagabond qui ne cesse de prier pour nous tous.
    Il est si humble qu'il ne nous dit pas ses sorties nocturnes...

    Posté par Eve Lyne, 30 juillet 2012 à 18:26 | | Répondre
Nouveau commentaire