Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

21 mai 2012

Le temps s'en va

le-temps-qui-passe

Salvador Dali: le temps qui passe

Le temps n’a ni commencement ni fin. Seule notre perception a un commencement et une fin. Le temps est élastique. Parfois vous pouvez vivre quantité d’expériences dans un laps de temps très court. À d’autres moments, la vie est monotone et le temps semble s’éterniser. La vie bouge par cycles. Sachez apprécier à la fois l’accélération et la lenteur du mouvement/temps.

Le temps ne finit jamais et donc ne vieillit pas. Il avance toujours et ne revient pas en arrière. Immuable et éternel, il est statique. C’est nous qui bougeons autour et avons créé, à cause de notre mental,  le temps séquentiel : passé, présent, futur. C’est le temps psychologique qui nous amène au paradoxe suivant : Le temps le plus important à vivre est bien sûr le présent mais c’est aussi le plus difficile. Le passé et le futur appartiennent au monde de la pensée alors que le présent, lui, appartient au monde de la perception, du ressenti. Dit autrement : le présent n’existe qu’à travers nos sens alors que le passé et le futur sont nourris par notre mental. Le mental est envahissant et nous amène à dépenser une grande quantité d’énergie, à rejeter l’ici et maintenant, voir à le dénier. Notre présent est ainsi submergé bien souvent par le passé et l’avenir ce qui nous plonge dans un monde d’illusion loin de la réalité de la vie.

Les aiguilles tournent inlassablement sur les cadrans : horloges, montres, pendules….et pendant que les aiguilles tournent, nous essayons de vivre au mieux de nos possibilités.

 

Le temps use les pendules

 Le temps use les pendules
Les aiguilles avancent
Mais jamais ne reculent.
Ce sont les minutes qui dansent
Tout au long de la vie.
Filent les jours, filent les nuits.
Rien qu’un soupir
Et c’est déjà du passé.
Dans l’océan de l’éternité
A m’envoler, j’aspire

Le temps ne parle pas.
Il trotte à petits pas
Le nez dans le monde sidéral
Indifférent à ma quête viscérale.

Le temps s’en va
Sans se retourner
Sonnant le glas
De mon immortalité.

Daniel

La musique que vous écoutez a été composée par Damien Dubois et figure sur son nouveau CD: Vue sur mer.

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Bazar spirituel - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Le temps s'en va

  • rythme

    Un beau texte et un beau poème !
    Le mot présent me gêne un peu car il peut avoir deux sens : le présent linéaire, matériel, et le présent vécu en conscience, un présent attentif mais intériorisé . Nous manquons de vocabulaire ...
    Ce sujet me ramène au Rythme .
    Vivre le présent hors du temps, c'est vivre au rythme vrai . Nous avons chacun notre rythme idéal, très précis, qui est inclus dans le grand rythme universel, comme une symphonie harmonieuse . Peut-être le rythme de notre immortalité dont parle Daniel .
    Dans le temps terrestre, on est sans cesse bousculés, obligés de nous adapter à des rythmes qui ne sont pas le nôtre . Ainsi nous sortons de notre axe, désorientés, violés dans notre intimité spirituelle . Je crois que beaucoup de maladies (mentales et autres) sont dûes à ce fait . Le corps est contrarié dans son essence . Malheureusement nous sommes souvent complices sans le savoir ! Nous nous stressons nous-mêmes .
    Et bien sûr, les hommes le font avec la nature aussi . Ils veulent la faire pousser plus vite en l'empoisonnant .

    Posté par marie christine, 21 mai 2012 à 17:26 | | Répondre
  • Au-delà du temps

    Ah le temps, quel sujet passionnant. Il me hante depuis mon enfance.
    Je ne croyais pas à la mort, je ne croyais donc pas au temps.
    Je me disais que la vie était éternelle. Je figeais le temps dans le mouvement. J'avais tout faux. L'éternité c'était le temps sans fin mais je ne pensais pas au temps sans début.
    C'est quand je me suis penché sur le temps sans début que tout a commencé pour moi.
    Le temps de notre univers. L'univers est infini mais limité dans le temps. Lui aussi a connu son big bang, comme tous les autres.
    On a dépassé le mot univers et on parle maintenant des multivers, comme pour aller encore plus loin ou plus avant.
    Les multivers sont donc aussi limités, dans le temps et dans l'espace, ils ont connu leur big bang et ils vont donc mourir, comme ils sont nés.
    Le mystère devient passionnant au-delà des univers, des multivers, entre l'éternalisme et le nihilisme, entre le néant et le chaos ordonné.
    Il y a un temps où le temps n'est pas, un temps où le commencement n'est pas où tout est non né et ce temps-là sans temps est ici et maintenant dans ce présent spontané. On peut le toucher, l'immortaliser, il est si proche de nous qu'on ne le voit pas.
    Il ressemble à l'infiniment petit.
    Comment pourrions-nous créer un temps qui n'existe pas ?
    Cela nous dépasse tellement et heureusement.
    Mais tout de même, comment imaginer, au-delà du temps un commencement ?
    Ce n'est pas imaginable.

    Posté par Alain Thomas, 21 mai 2012 à 18:33 | | Répondre
  • Humm...

    Tandis que nous causons, nous passons devant le temps...
    A moins que le temps nous passe dessus.

    Posté par Eve Lyne, 21 mai 2012 à 19:23 | | Répondre
  • Lyne

    Temps que ce n'est pas le train hi hi !!

    Posté par alain thomas, 21 mai 2012 à 19:54 | | Répondre
  • temps pis !

    "Comment créer un temps qui n'existe pas" .
    Bonne question !
    Et pourtant nous l'avons fait, et nous baignons dedans, et il est notre seule référence, et tout tourne autour de lui, et nous y croyons, il règle la plupart de nos activités, et nous n'imaginons même pas vivre autrement !
    La naissance, la vie, la mort, point final .
    Et en plus, aujourd'hui c'est un temps de chien !

    Posté par Eve Lyne, 21 mai 2012 à 20:19 | | Répondre
  • Pardon, j'aurais du signer marie christine mais j'étais en train de tondre mon chant lorsque ma copine a squatté mon ordi .
    C'est dingue ça .

    Posté par alain thomas, 21 mai 2012 à 20:52 | | Répondre
  • Au fait je la trouve plus . Elle serait pas tombée au fond du puits la bougresse et puits ho du balai hein c'est tellement plus chouette quand elle est pas là .
    Bon j'm'en vas tondre mon chant mouè tabarnacle .

    Posté par alain thomas, 21 mai 2012 à 20:55 | | Répondre
  • A Marie Christine

    Comme je suis d'accord avec ce que tu écris, notamment ceci"Vivre le présent hors du temps, c'est vivre au rythme vrai . Nous avons chacun notre rythme idéal, très précis, qui est inclus dans le grand rythme universel, comme une symphonie harmonieuse."
    Le rythme du temps, le rythme de notre temps est important. Plutôt que vouloir dévorer le temps, savoir se laisser porter par lui pour se donner la possibilité de mieux vivre, mieux ressentir les choses. Être dans l’accueil de ce qui va
    survenir et non dans le vouloir de tout maîtriser.

    Posté par Daniel, 21 mai 2012 à 21:12 | | Répondre
  • ainsi fond, fond, fond ...

    On rigole pas ! L'Eve Lyne, elle est pas tombée au fond du puits . Penchée au-dessus de la margelle, elle lorgnait tellement pour essayer de voir la Vérité que je l'y ai poussée pour de bon .
    Et voilà qu'elle braille encore pour qu'on lui lance des lunettes !

    Posté par marie christine, 21 mai 2012 à 21:25 | | Répondre
  • les rythmes

    Oui Daniel, j'ai toujours trouvé que le rythme était important .
    Figure-toi qu'Eve Lyne vit à 100 à l'heure et moi, elle trouve que je vis à la vitesse d'une limace .
    Heureusement qu'on est de bonne volonté toutes les deux pour nous accorder ! On en discute, on trouve des compromis ... Ce n'est pas toujours de tout repos !
    Mais j'ai décidé de la jeter au fond du puits, finalement ...

    Posté par marie christine, 21 mai 2012 à 21:35 | | Répondre
  • les rythmes

    Oui Daniel, j'ai toujours trouvé que le rythme était important .
    Trouver son rythme idéal, et le maintenir, n'est pas toujours facile .

    Posté par marie christine, 21 mai 2012 à 21:41 | | Répondre
  • Le CIEL sait ce qu'il fait !

    Pas vrai Marie !
    Pendant que tu dors, moi, je fais la Cosette !
    Pendant que je dors, toi, tu fais la causette !
    Toi, tu es limace...
    Pour moi, le temps presse toujours.
    A peine un chantier fini, vite ! vite !
    Il me faut passer à autre chose.
    Je suis venue en ce monde pour découvrir toutes les facettes des humains, moi!
    Et le temps presse...
    On se recadre à l'infini...
    C'est plutôt joli, non ?
    Tant qu'on s'encadre pas !
    Hi ! hi !

    Posté par Eve Lyne, 22 mai 2012 à 05:53 | | Répondre
  • presse-citron

    Quoi le temps presse ?
    L'Eve Lyne, elle croit toujours que du jour au lendemain elle va se retrouver comme un mémère de 90 ans, impotente et gaga !
    Les facettes des humains, c'est vite vu : ils sont tous pareils, fondamentalement . Ils ne sont différents qu'en superficie .
    L'immortalité est notre point commun à tous . Et l'immortalité n'est jamais pressée (hi, hi) .

    Posté par marie christine, 22 mai 2012 à 07:28 | | Répondre
  • Humm...

    J'chuis bien rentré, Marie !
    Sauf que j'ai sérré les miches tout du long...
    Les camions y sont préssés...
    La pluie battait si fort que je ne sais pas comment je suis rentrer à bon port.
    Merci ! Marie, de ce bon moment.
    J'chuis toute dégénérée !
    Oh! Pardon... Toute régénérée !
    Moi, je t'offrirai le lac Léman.
    Commence à préparer ton sac...
    C'est jamais que dans un peu plus d'un mois.(faut bien tout ça, humm...)

    Hi ! hi !

    Posté par Eve Lyne, 22 mai 2012 à 12:13 | | Répondre
  • Message perso pour Alain

    Dis donc Alain...
    Tu trouve pas que le Ciel Il est dur avec moi...
    Aller me coller dans les pattes d'une institutrice !
    MOI !!!
    (Quel remède !) Humm...

    Posté par Eve Lyne, 22 mai 2012 à 12:22 | | Répondre
  • C'est ça !

    Je vais préparer mon sac un mois à l'avance !
    Y a pas le feu au lac (j'espère ...) .

    Posté par marie christine, 22 mai 2012 à 12:58 | | Répondre
  • Copier-Coller...

    « Le temps n'existe que dans l'instant présent, un instant qui prend toute sa densité entre le regret de ce qui fut et le sourire de ce qui sera » (auteur inconnu)

    Posté par Joseph Buche, 27 septembre 2008 à 15:57
    - - - - -
    De Joseph à Marie-Christine

    Lorsque j'ai entendu, il y a quelques années, cette citation : « Le temps n'existe que dans l'instant présent, un instant qui prend toute sa densité entre le regret de ce qui fut et le sourire de ce qui sera », je me suis dit : « Mais c'est tout moi, ça ! ».
    Non seulement, je me retrouve totalement dans cette courte méditation, et je me demande si elle ne renferme pas l'essence même de nos (parfois trop) longs discours...
    Mais je crois, en tout cas, que nous sommes tous, sous le yin et le yang de notre ami Daniel, sur la "même longueur d'onde".
    Bonne journée à vous chère Marie-Christine !

    Posté par Joseph Buche, 29 novembre 2008 à 09:38
    - - - - -
    Sans regrets

    Je le crois aussi, cher Joseph . Nous sommes tous sur le chemin de la recherche de nous-mêmes ...
    Juste une petite différence : en ce qui me concerne, je n'ai guère le regret de ce qui fut car quand je regarde mon passé, je le vois toujours plus inconscient et plus douloureux que mon présent. Dans un sens, on peut dire que c'est une bonne chose...

    Posté par Marie-Christine, 29 novembre 2008 à 15:37
    -------------------
    Copier-Coller...

    J’ai surfé sur Internet et ai enfin retrouvé le décor où apparaît cette fameuse citation, sachant que je l’avais vue et entendue maintes fois... dans une publicité pour une de nos meilleures bières d’abbaye !...

    ...

    Une (jolie) jeune fille passe son examen (de philo sans doute), seule, devant un professeur qui ne semble pas lui prêter grande attention.
    - Installez-vous mademoiselle ... parlez-moi de l' “Être et du Temps” ... vous avez 10 minutes !
    ...
    ...
    ...
    Imperturbable, la fille lui répond :
    - Le temps n'existe que dans l'instant présent. Un instant qui prend toute sa densité entre le regret de ce qui fut et le sourire de ce qui sera.
    ...
    - Excellent Mademoiselle !
    ...
    Il va de soi qu’ils dégustèrent ensemble cette fameuse bière d’abbaye ☺

    ------------

    Chère Marie-Christine,
    Oui, je comprends - te connaissant “un peu” - que tu n’aies guère le regret de ce qui fut. En ce qui me concerne, je traîne des souvenirs que je regrette : j’ai emprunté des chemins de traverse qui sont autant de leçons, avec l’espoir d’imprimer un sourire à “ce qui sera”...

    Cordiales amitiés à toi... et aux autres !

    José.

    Posté par José, 22 mai 2012 à 13:00 | | Répondre
  • Lyne

    Oui, une institutrice de gauche (pléonasme).
    Que veux-tu, tu as toujours su porter ta croix, depuis belle lurette.
    C'est la culotte que tu aurais du porter mais on se refait pas hein ?
    Alors passé, présent ou futur, pour toi, c'est la même rengaine !
    En tout cas je suis bien content que tu rentres saine et sauve parce que c'était pas gagné.
    Je savais bien qu'elle allait te pousser dans le puits. Heureusement que je t'attendais au fond avec les clés de voiture ! Elle y a vu que du feu.
    A Yvoire, elle mettra le feu au lac, sûrement. Tu pourras la pousser, comme ça, avec toutes les institutrices que la Hollande a prévu de recruter, ça en fera une de moins.
    Enfin, ce que j'dis c'est pour les gosses.
    Bon, j'm'en vas bosser un peu ...

    Posté par alain thomas, 22 mai 2012 à 13:44 | | Répondre
  • Cher José

    C'est très émouvant le rappel de cette petite conversation . Une jolie surprise en ce 22 mai !
    Je te souhaite ardemment le plus souriant des "ce qui sera" .
    Avec toute mon amitié .

    Posté par marie christine, 22 mai 2012 à 18:21 | | Répondre
  • Alain, mon grand

    On ne se débarrasse pas si facilement d'un chat qui retombe TOUJOURS sur ses pattes (sauf sous la torture peut-être ... brrrr !) .
    Bien sûr y en a qui sont faits pour s'entendre dans le Royaume du capitalisme . On ne se refait pas (quoique ...) . Il arrive un moment où il faut choisir entre l'appât du gain, le bling-bling, l'injustice sociale, le goût du luxe, du pouvoir pour le pouvoir, et l'être vrai .
    Je ne crois pas aux hiérarchies .
    Depuis le jour où On m'a fait comprendre que nous avons tous la même mère, une mère unique : la Mère divine, j'ai cessé d'un coup d'idolâtrer qui que ce soit . Nos parents, nos enfants, nos patrons, nos présidents, nos célébrités, nos foot-ballers, nos amis, etc ... sont tous des frères et soeurs puisque nous avons tous le même père et la même mère . Alors ça facilite drôlement les relations ! Plus d'esbrouffe, plus de sentiment d'infériorité ou de supériorité, plus de jalousies, plus d'ambitions malsaines . On n'a plus le regard tourné sur le côté pour faire des comparaisons, on a le regard définitivement tourné vers le haut, puis d'en haut vers le bas .
    Ah, j'y pense, je suis très bonne nageuse . Manque de bol même si je bois la tasse !

    Posté par marie christine, 22 mai 2012 à 18:45 | | Répondre
  • J'ai toujours été fascinée par les histoires de "voyages" dans le temps...

    Le "temps" n'est sans doute pas du tout ce que l'on nous en a dit: comme l'avait bien vu Dali, il semblerait qu'il soit beaucoup plus "malléable" et "fluide" que l'idée que nous nous en faisons...
    Le passé est peut-être moins "définitif" et le futur moins aléatoire...que nous le croyons.

    Oui, tout se passe "maintenant"...le passé et le futur sont tout entiers "contenus" dans ce "maintenant", qui seul a une existence !
    C'est de là que nous pouvons agir sur les deux autres "pans temporels"...

    Posté par La Licorne, 24 mai 2012 à 22:22 | | Répondre
  • Le temps qui passe me donne le bourdon ! et je ne

    dis pas que des conneries ...Je suis un peu comme

    ces pendules arrêtées qui donnent...l'heure exacte

    ...deux fois par jour !

    Posté par qosmio, 28 mai 2012 à 19:39 | | Répondre
  • Hallucinant

    Tandis que je savoure le moment présent :
    Etait-ce hier ?
    Aujourd'hui ?
    Où bien demain ?
    Cette sensation bizarre de repasser dans les mêmes pas...
    La mémoire me manque cruellement !
    Encore une connerie de dernière minute !!!
    Hi ! Hi !

    Posté par Eve Lyne, 28 mai 2012 à 20:14 | | Répondre
  • La pensée du jour...

    Les vieux, ils le voient bien, ce temps qui passe, qui emporte les amis, éloigne les petits-enfants, et fait des tours avec les souvenirs.

    Et les jeunes, eux, ils ne savent rien du temps, invincibles, pressés et injoignables.

    Caroline Vermalle (1973- )
    L'avant-dernière chance (2009)

    Posté par José, 29 mai 2012 à 11:18 | | Répondre
  • A José

    Plus je vieillis et plus je prends conscience du temps qui passe. Les saisons ne sont plus anodines. Je le contemple et je vois la nature se transformer.
    Quand on est jeune on ne pense qu'à vivre. On ne pense pas au temps.

    Posté par Daniel, 30 mai 2012 à 09:13 | | Répondre
Nouveau commentaire