Gaïa Orion est artiste peintre. Française, elle vit dans l’Ontario au Canada. Son choix de vie l’a amené à vivre en pleine nature avec sa famille. Je lui ai demandé de nous parler de son parcours et de sa philosophie de vie, ce qu’elle a fait avec spontanéité et je l’en remercie. Voici son récit qui sera certainement suivi d’autres nouvelles de l’Ontario.

Gaia%20by%20the%20river%2072[1]C’est une série de choix qui m’ont amenée -parisienne de souche aimant la suractivité et être entourée constamment de gens -  dans cette cabane auprès d’une rivière dans la grande forêt du Nord de l’Ontario avec mon tablier d’artiste. Cependant il semble que l’influence de mes ancêtres, les conditions de ma naissance, de la religion et de la société dans laquelle j’ai été élevée, mais aussi les courants et mouvements de notre époque, des rencontres inattendues, et un nombre infini de paramètres… ont tous été des éléments qui ont eu leur rôle particulier dans la totalité de ma vie et ont contribués à mettre en place les étapes pour me diriger vers ce point de vie oú je me trouve aujourd’hui.

J’ai 3 enfants ados et avec mon mari nous vivons depuis la naissance de nos enfants de par nos propres moyens. Deux entreprises familiales nous font survivre : une collection prêt-à-porter d’habits très colorés teints et peints à la main que nous vendons l’été dans des festivals et des salons artisanaux, et mon art que je promulgue avec de nombreuses idées innovatrices et créatives.

La recette pour arriver à vivre de ce qu’on aime ?

  1. Mettre au cœur de sa vie l’exploration des contrées intérieures de notre être.
  2.  Assumer une vie atypique, loin des sentiers battus, souvent à l’encontre de l’attente et de l’approbation de nos proches.
  3. Se satisfaire d’une vie simple.

A 21 ans j’étais à Séville pendant un an en échange Erasmus avec mon école d’architecture. Du Sud de l’Espagne, je suis allée barouder au Maroc toute seule pour les vacances de Noël. C’est là que j’ai rencontré mon mari canadien, lui était au Maroc avec son sac à dos depuis 5 semaines, il y est allé à la suite d’un rêve qui l‘a appelé à s’y rendre. Notre courte rencontre (de 2 jours) fût le premier moment clé qui fit basculer ma vie. Nous avions très peu en commun, 14 ans d’écart, deux vies opposées (lui poète-musicien vivant à la campagne avec son chien, ses chats et ses poules) à part une sensation de nous connaître depuis toujours et une multitude de synchronicités qui confirmaient le sens de notre union. Trois ans et demi plus tard nous étions mariés avec 3 bébés (un fils et des jumelles 14 mois plus tard !). Deuxième moment décisif de notre vie fût notre décision soudaine de démissionner de notre travail qui ne nous apportait aucune satisfaction, sens ou plaisir – tout au contraire l’environnement y était agressif et destructeur du corps et de l’âme. Le moteur de notre décision fût que le connu de notre vie ne nous satisfaisait pas. Donc la seule issue était de nous lancer vers l’inconnu. A partir de chez nous, nous avons créé deux petites entreprises qui se sont développées de manière organique et spontanée : notre collection d’habits qui continue à nous occuper l’été et une entreprise de produits germés bio. Nous avons commencé avec des ventes de Noël dans l’église du coin avant de nous retrouver sur les grands salons artisanaux de l’Ontario et pour les germes bios, j’en faisais pour nous derrière la baie vitrée du salon, j’ai simplement vendu quelques sacs chez le fermier  local, puis dans le petit magasin bio du village, et pour finir 3 ans plus tard dans toutes les boutiques bio de la région de Toronto. Nous avons vendu cette dernière entreprise il y a 10 ans dans l’optique de re-simplifier notre vie, sachant que la vente de nos habits l’été nous donnait assez de revenu pour le reste de l’année et surtout ce que nous recherchions : une vie simple, loin de tout délai, de toutes attentes et demandes et aussi tous les mois d’hiver destinés à la méditation, la réflexion, le travail de développement personnel et finalement l’épanouissement de mon art.

La vie en pleine nature nous reconnecte quotidiennement à notre propre nature. L’harmonie du  monde naturel qui nous entoure s’infuse dans notre être et est un soutien sur le chemin cahoteux de la purification du corps, de l’esprit et de l’âme. Notre chemin de vie est un témoignage qu’il est possible de vivre une vie saine et paisible malgré ce que la société veut nous faire croire. Une étude montre que 44 % des Français sont stressés au travail et 18 % sont tellement stressés que leur santé s'en trouve en danger ! Il n’est pas nécessaire de déménager au Canada pour se créer une vie simple et satisfaisante. Une fois sur ce chemin de vie nous recréons notre famille en nous entourant de nouvelles âmes sœurs ; J’ai depuis rencontré maintes personnes, artistes, artisans, tous en quête de vie (dont Daniel Genty, l’auteur de ce blog !) qui ont choisi de se lancer dans l’inconnu avec l’intention au cœur de se guérir, de se transformer, de créer une vie porteuse de sens. Les questions et les peurs telles que « de quoi vais-je survivre ? » deviennent juste des détails qui se mettent en place naturellement autour d’un projet de vie basé sur le bien-être avant tout.

Vous pouvez voir les tableaux de Gaïa sur son site:http://www.artbygaia.com/ et sur le blog dans la rubrique "albums photos"