Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

20 janvier 2012

Vous et moi

rencontre

Peinture de Claude Théberge

Je vous téléphone de temps en temps, je vous écris parfois ou vous adresse un mail. Ils nous arrivent même de nous rencontrer. Nous passons alors, ensemble, un moment de partage et d’échanges, une façon de mieux nous connaître et nous apprécier. Nous apprenons les uns des autres. Nous sommes, certes, différents mais un ressenti, une certaine connivence nous a rapprochés. Puis nous poursuivons chacun notre chemin. Des événements surgissent alors dans nos vies, plus ou moins difficiles, des grains de sables qui transforment notre manière d’être et de comprendre.

Nous ne sommes plus complètement pareils. Nous nous rencontrons à nouveau mais quelque chose à changer. Parfois même une tornade vient bouleverser notre vie. Vous êtes vous, je suis moi. Nos destins se croisent et se séparent. Instants magiques des rencontres, instants de complicité et d’intimité, qu’il faut vivre intensément. Ballet mystérieux des âmes dans le monde invisible. Il y a ainsi des rencontres qui arrivent sur notre route et qu’il ne faut pas manquer. Nous cheminons, un temps, ensemble, mais nous sommes toujours seuls face à la vie. Nous pouvons nous nourrir les uns, les autres mais l’alchimie intérieure, la transformation est question de solitude.

Daniel( texte déjà publié en septembre 2010)

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Expériences de vie - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Vous et moi

    A quoi ça sert ?

    That is the question !
    Trouver un équilibre en tout ce qui m'arrive.
    Etre heureux de vivre le moment présent.
    L'homme est un être de relation.
    Il est créé pour communiquer.
    Communiquer avec ses congénères,
    mais aussi avec son Créateur.
    Peut-être pour combler sa peur du vide, ou de la mort ?
    Moi, ce qui m'étonne toujours, ce sont les différences "d'amplitude" entre les phases que je traverse.
    Perpétuellement cet aspect "binaire" de la vie :
    Je suis heureux.
    Je suis malheureux.
    Cette alchimie intérieure qui rejoint ma façon de faire face à la solitude, au silence.

    Posté par PLV, 20 janvier 2012 à 12:56 | | Répondre
  • RE

    Tu as eu raison de republier ce texte il sonne juste et son écho est parvenu à mes oreilles de l'esprit. J'aime beaucoup la peinture. Amitiés philosophiques.

    Posté par Ariaga, 21 janvier 2012 à 16:05 | | Répondre
  • la multiplicité divine

    J'aime beaucoup ton texte, Daniel .
    En effet, chacun arrive par des chemins incroyablement différents, chacun avec des parcours incroyablement différents, souvent incompréhensibles les uns pour les autres, et pourtant tous ont le même carburant, le même mécanisme et la même finalité .

    Posté par marie christine, 21 janvier 2012 à 17:30 | | Répondre
  • L'universalité de la contradiction

    Le caractère spécifique de la contradiction est pour nombre de camarades, en particulier les dogmatiques, une question où ils ne voient pas encore clair.

    Ils ne comprennent pas que dans les contradictions l'universel existe dans le spécifique. Ils ne comprennent pas non plus combien il est important, pour diriger le cours de notre pratique révolutionnaire, d'étudier le spécifique dans les contradictions inhérentes aux choses et aux phénomènes concrets devant lesquels nous nous trouvons.

    Nous devons donc étudier le caractère spécifique de la contradiction avec une attention particulière, en accordant une place suffisante à son examen. C'est pourquoi dans notre analyse de la loi de la contradiction inhérente aux choses et aux phénomènes, nous commencerons par examiner le problème de l'universalité de la contradiction, puis nous analyserons plus particulièrement son caractère spécifique pour revenir finalement au problème de l'universalité.

    L'universalité ou le caractère absolu de la contradiction a une double signification: la première est que les contradictions existent dans le processus de développement de toute chose et de tout phénomène; la seconde, que, dans le processus de développement de chaque chose, de chaque phénomène, le mouvement contradictoire existe du début à la fin.

    Engels a dit:

    "Le mouvement lui-même est une contradiction".

    La définition, donnée par Lénine, de la loi de l'unité des contraires, dit qu'elle " reconnaît (découvre) des tendances contradictoires, opposées et s'excluant mutuellement dans tous les phénomènes et processus de la nature, de l'esprit et de la société."

    Ces idées sont-elles justes ? Oui, elles le sont. Dans toutes les choses et tous les phénomènes, l'interdépendance et la lutte des aspects contradictoires qui leur sont propres déterminent leur vie et animent leur développement. Il n'est rien qui ne contienne des contradictions. Sans contradictions, pas d'univers.

    La contradiction est la base des formes simples du mouvement (par exemple, le mouvement mécanique) et à plus forte raison des formes complexes du mouvement.

    Engels a expliqué de la façon suivante l'universalité de la contradiction :

    Si le simple changement mécanique de lieu contient déjà en lui-même une contradiction, à plus forte raison les formes supérieures de mouvement de la matière et tout particulièrement la vie organique et son développement. ... la vie consiste au premier chef précisément en ce qu'un être est à chaque instant le même et pourtant un autre.

    La vie est donc également une contradiction qui, présente dans les choses et les processus eux-mêmes, se pose et se résout constamment.

    Et dès que la contradiction cesse, la vie cesse aussi, la mort intervient. De même, nous avons vu que dans le domaine de la pensée également, nous ne pouvons pas échapper aux contradictions et que, par exemple, la contradiction entre l'humaine faculté de connaître, intérieurement infinie, et son existence réelle dans des hommes qui sont tous limités extérieurement et dont la connaissance est limitée, se résout dans la série des générations, série qui, pour nous, n'a pratiquement pas de fin, - tout au moins dans le progrès sans fin.

    Extrait du livre de Mao Tsé Dong

    Posté par alain thomas, 21 janvier 2012 à 18:22 | | Répondre
  • Au secours !

    Alain, s'il te plaie...
    Tu peux traduire pour les simples d'esprits...
    Dis, mon Alain...
    Ton pote Engels, y pourrait être plus simple !

    Posté par Eve Lyne, 21 janvier 2012 à 18:51 | | Répondre
  • Daniel

    ce que je retiens de votre texte est la période bénite pour moi quand nouvellement informatiser on a conclut à ce que je vous envoi des news et nous avons pendant ce temps communiquer.

    c'est la période de la lettre après les 3 Mondes - le seul point négatif est que l'on ne s'est jamais vu réellement par contre vous avez eu mon amie Marie-lumière qui ne fut pas satisfaite car ne connaissant pas le bénévolat comme moi ça commence à dater dites moi.

    c'est positif et nostalgique -souvenirs - souvenirs
    bon dimanche à tous et toutes

    Bisous Babou - Rani

    Posté par Rani SCHNEIDER, 21 janvier 2012 à 20:15 | | Répondre
  • Oh la la!

    Mao était capable de jongler avec des concepts philosophiques assez poussés à ce que je vois !
    Pourtant ça n'a pas fait de lui une personne évoluée.
    Les dernières années de sa vie, il les a passées caché au fond de son jardin, près de sa piscine entouré uniquement de jeunes filles à peine pubères.
    Ah la vielle crapule !

    Posté par kea, 21 janvier 2012 à 20:53 | | Répondre
  • casse-tête

    Ce que je retiens dans tout ça, Alain, c'est qu'effectivement, tant que nous vivons encore sous l'influence du mental, nous ne pouvons échapper à la contradiction, étant donné que le mental n'a pas la capacité de comprendre l'unité .
    Mais je ne désespère pas de l'idée que nous émergions un jour (par l'évolution spirituelle) dans une Conscience plus vaste qui nous donne accès à la vision et à la compréhension immédiate de toutes les connexions qui relient les êtres et les phénomènes .

    Mais pitié pour l'Eve Lyne ! C'est pas trop sa soupe quotidienne, Mao, je crois (une vieille crapule, en plus !) .
    On n'est pas des Einstein, dis donc !
    Je me demande comment ils ont fait les millions de petits Chinois pour comprendre !
    Tu n'aurais pas choisi l'extrait le plus indigeste ?
    Exprès pour nous embêter !!!

    Posté par marie christine, 21 janvier 2012 à 21:30 | | Répondre
  • Contradiction, Ethique et Causalité

    Quand la philosophie amène à la certitude, c'est le danger.
    Cette philosophie de la contradiction permet à ceux qui en sont certains de s'octroyer des droits au mépris de l'Ethique.
    Les Mao, Staline, Hitler avaient des certitudes. Ce fut leur alibi.
    Ceci dit, la contradiction est humaine.
    Ce n'est pas une raison pour croire que c'est la vérité.
    C'est une vérité... avec tout de même une caractéristique... elle n'est pas permanente mais impermanente... et ça change tout.

    Le prinicipe repose sur la non existence de celui qui expérimente. Il expérimente tout dont son contraire et ses ramifications adventices.
    C'est une aventure permanente, à condition d'étre relié au coeur, c'est-à-dire à l'Ethique. Alors, la petite lampe de la vigilance est toujours là.

    S'il n'y avait qu'une seule Loi, ce serait l'Ethique... et s'il y en avait une deuxième, ce serait la Causalité.

    Posté par alain thomas, 21 janvier 2012 à 21:18 | | Répondre
  • Dis donc, Marie

    Le Alain...
    C'est son droit d'ignorer les ignards.

    Dis donc, Alain...
    La Causalité, c'est Koi ?

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2012 à 06:44 | | Répondre
  • Salut la Lyne

    Pour Nicole Laury (numérologue), 2012 est l'année de l'action.
    C'est bien pour toi puisque tu vas à Fatima avec ton sac à dos.
    La loi de causalité est la loi de cause à effet.
    C'est la parabole du semeur dans le sermont de Jésus.
    C'est la loi naturelle de la vie et qui suit toutes les vies, la loi du karma quoi.
    Si tu plantes une graine, physique ou mentale, tu récoltes le fruit correpondant.
    Si tu te sers de ton balai pour nettoyer le sol de ta maison, tu deviendras une bonne ménagère. Si tu t'en sers pour voler la nuit dans les airs, tu seras une sorcière.
    Il n'empêche qu'une sorcière peut être une bonne ménagère mais sans son balai et la ménagère peut très bien se servir d'un aspirateur. Cela ne voudra pas dire qu'elle n'est pas une bonne ménagère.
    Je connais des ménagères qui font du delta plane et des sorcières qui ne mangent pas les crapauds, juste la bave.
    C'est pas aussi simple que l'on pourrait croire tout ça.
    Et toi, comment te sens-tu en ce moment ?

    Posté par alain thomas, 22 janvier 2012 à 10:10 | | Répondre
  • Affaire de conscience ?

    Il y a certitudes et certitudes ...
    La certitude mentale, c'est vrai, n'est pas fiable car elle a toujours sont contraire en face, à examiner . La philosophie fait partie de la gymnastique mentale .
    Et puis il y a des certitudes nées de l'expérience spirituelle, des certitudes intérieures qui nous apportent des preuves irréfutables, par exemple quand on a complètement changé, quand on ne réagit plus comme avant ...
    On a forcément la certitude qu'on a pris le bon chemin, qu'on a fait ce qu'il fallait faire, et de la bonne manière .
    Si on se compare à la personne qu'on était à 20 ou 30 ans, on n'est plus la même . Il y a beaucoup de choses qui ne nous font plus souffrir, on est plus lucide, plus clairvoyant ... On connaît les écueils, les enjeux et les conséquences ...
    On ne peut pas renier ces certitudes-là ! C'est impossible . C'est de la conscience acquise, définitivement gravée en nous . Et ces prises de conscience se font toujours dans l'Ethique, il me semble .
    Bien sûr, le danger est, comme dans le cas du mental, de faire un dogme général de nos résultats personnels (aïe, on se fait piéger facilement !) . Nous devons garder toujours en mémoire que notre parcours personnel n'est pas forcément valable pour les autres car chacun a son propre parcours . Nous pouvons tout juste apporter une aide (peut-être) en témoignant
    de la connaissance que nous avons acquise par notre expérience intérieure . Et rester conscients de toute l'étendue d'ignorance qu'il y a encore en nous .
    C'est peut-être ça la contradiction : le fait que nous ayons de la conscience et de l'inconscience .
    Et comme nous progressons en conscience, la part d'inconscience diminue petit à petit, alors la contradiction ira en s'amenuisant .

    Posté par marie christine, 22 janvier 2012 à 10:41 | | Répondre
  • Les certitudes sont aliénantes

    Les certitudes nées de l'expérience spirituelle sont personnelles et donc évolutives. Si elles sont évolutives, elles peuvent changer graduellement sinon elles restent limitées.
    Si elles ne sont pas évolutives, elles affirment la vérité. Cela est dangereux pour ne pas dire sectaire.
    Je ne crois donc pas aux certitudes définitives nées de l'expérience spirituelle.
    Elles sont pour moi dangereuses, elles procèdent du dogme.
    Elles renoncent à l'ouverture, elles fement et ne laissent aucune place à l'évolution.
    De plus, elles renforcent l'égo qui s'identifie à elles.
    Elles ont tendance à créer la personne.
    Elles sont contraires à la loi naturelle de la contradiction, qui est l'ouverture suprême.
    Rien ne peut être affirmé, nous ne savons pas.
    Cependant, nous pouvons exprimer des certitudes momentanées car elles sont la vérité du présent en nous. Le lendemain, il en est tout autrement.
    Si ce n'est pas le cas, cela pose le problème de la limite, de la séparation, de la division, de l'égo.
    Pour déjouer l'emprise de l'ég, il faut identifier le fait que les certitudes spirituelles émanent aussi de lui parce qu'il est partout.
    On ne peut pas affirmer que telle certitude n'émane pas du mental.
    Je dirais même qu'en affirmant cela, on renforce son égo.
    Toute forme de jugement est une manifestation de l'égo qui discrimine, limite, sépare et divise.

    Posté par alain thomas, 22 janvier 2012 à 12:18 | | Répondre
  • Certes !

    Le sujet est intéressant mais on va encore en gonfler plus d'un sur le blog ! . Tant pis, ils sont gentils, ils nous laissent faire . A moins qu'ils donnent leur avis . Plus on est de fous plus on crie, euh ... plus on rit !

    On est bien d'accord, Alain !
    Et si on suppose qu'une certitude puisse être définitive et évolutive à la fois ...?
    -définitive : ce qui est fait est fait et n'est plus à faire .
    - évolutive : ce qui est fait sur un plan peut se faire sur un autre plan plus élevé .

    Il y a des certitudes dont on peut affirmer qu'elles n'émanent pas du mental mais de l'être intérieur . Elles n'ont pas du tout la même texture . Elles sont comme des révélations d'une évidence qui était là depuis toujours et qu'on ne voyait pas, d'une simplicité ahurissante, comme des sourires de vérité qui s'impriment dans les cellules . Ce qui n'est pas le cas des certitudes mentales qui sont plus rigides, plus affirmées, plus extériorisantes, des sortes d' "euréka" triomphant . Elles peuvent être des vérités mais ont tendance à se prendre pour LA vérité alors qu'elles ne sont que partielles .
    Mais les révélations intérieures, si on n'y prend pas garde, peuvent être reprises par l'intellect, qui les utilisera et les manipulera à son gré et à son profit ... Dans ce cas, elles deviendront des mélanges de vérité et d'affabulation . Mais à tout moment, elles peuvent redevenir les vérités de l'expérience initiale si on a la sagesse de renoncer à l'emprise du mental, ou si le mental a la sagesse de se retirer par lui-même .
    De toute façon, le nombre de certitudes qu'on peut avoir est à mon avis très infime par rapport à l'immensité d'inconnu qui nous constitue . On ne connaît que ce qu'on expérimente vraiment ...

    Posté par marie christine, 22 janvier 2012 à 13:38 | | Répondre
  • S'agissant des certitudes dont tu parles, nous dirons qu'elles éludent celles liées au physique, au rationnel, au matétiel, au scientifique, etc...
    Par exemple, dans notre système arithmétique nous disons que 2 + 2 = 4.
    Pour les mathématiciens modernes, ce n'est pas une certitude mais bon, faisons que cela le soit pour nos enfants, sinon comment apprendre à compter ?

    Pour les certitudes dont tu parles, c'est-à-dire celles qui émanent de l'esprit, comment peux-tu affirmer :
    "Il y a des certitudes dont on peut affirmer qu'elles n'émanent pas du mental mais de l'être intérieur . Elles n'ont pas du tout la même texture."
    Pardonne-moi mais ça, tu ne peux pas le prouver. Ce n'est pas une démonstration logique, juste une affirmation basée sur ta propre expérience. Ainsi, tu ne peux l'imposer comme une théorie, une science et encore moins comme une vérité. Ce serait dangereux.
    Alors bien sûr, tu as le droit de le dire mais il faudrait ajouter que cette certitude n'est que la tienne et qu'en aucun cas, elle ne peut s'imposer à qui que ce soit et surtout pas aux enfants par exemple.

    Je pense que tu parles plus des "intuitions" que des certitudes.
    Ces fameuses intuitions qui surgissent de nulle part mais dont on n'a pas la preuve qu'elles émanent de notre esprit ordinaire plutôt que de notre esprit de sagesse.
    Ici, l'esprit ordinaire est notre esprit qui juge et qui émane donc du mental et l'esprit de sagesse est induit par notre partie divine dont nous sommes connectés par le coeur.
    Alors certes, nous connaissons des pratiques qui permettent de nous connecter au divin par le coeur comme la prière, la méditation, le recueillement mais ce n'est pas parce que nous pratiquons que nous sommes forcément connectés. Gardons au moins notre humilité afin de ne pas affirmer que nous sommes connectés et que nous savons avec certitude que nos certitudes sont authentiques. Encore une fois c'est dangereux, cela peut induire la séparation, la division et amener à une forme de schizophrénie.

    La seule certitude que je connaisse et qui puisse être définitive et évolutive à la fois est la Foi. J'insiste ici pour ajouter : "à mon sens et uniquement à mon sens".
    Pourquoi ?
    Parce que la Foi ne s'explique pas puisqu'elle réside en chacun de nous. C'est justement l'énergie d'amour, la flamme qui reste vivante en permanence et qui est présente à chaque expérience de l'instant.
    Cette Foi est mystérieuse parce qu'elle est là, sans qu'on sache encore pourquoi, sans lui donner de forme et d'appartenance, comme si elle était là depuis toujours. D'ailleurs, elle est là depuis toujours, ce qui fait qu'elle est définitive... à mon sens uniquement.
    Pour ceux qui disent ne pas avoir la Foi, je pense qu'ils la rejettent tout simplement par leur mental, que sans doute leurs conditions de vie font qu'ils n'en veulent pas. Cependant, même pour ces êtres-là, la Foi finira je pense par triompher puisqu'elle est inhérente en chacun de nous. Car n'oublions que nous possédons tous une partie divine, cette étincelle sans forme, cette infime partie de la Source, qui nous anime tous et qui génère cette Foi, soit révélée par notre assentiment et notre joie, soit cachée ou celée par notre ignorance ou notre inconscience, ce qui fait qu'elle est évolutive... à mon sens uniquement.

    Posté par alain thomas, 22 janvier 2012 à 15:50 | | Répondre
  • la Foi

    Ce que tu dis est tout à fait acceptable . C'est ton ressenti, ton cheminement, ton expérience propre .
    Dieu (le Divin, la Source ...) se manifesterait à nous sous trois aspects : transcendant, cosmique, personnel .
    Le Dieu transcendant serait plutôt celui du pur esprit que l'on contacte en méditation .
    Le Dieu cosmique serait celui que l'on contacte avec les sens en éveil dans la nature, les éléments, l'atmosphère, l'univers ...
    Le Dieu personnel serait un Dieu intime, que l'on sent en soi et autour de soi, très proche, familier, Jésus dans le coeur, comme un ami bienveillant qui nous accompagne partout où on va et avec qui on communique comme avec une personne et de qui on reçoit des messages et des conseils pour la conduite de sa vie .
    Bien sûr, les trois aspects ne sont jamais séparés en nous, mais, selon notre tendance particulière, nous privilégions d'abord un des trois pour l'aborder . Puis les deux autres se développent au fur et à mesure .
    La tendance masculine va plutôt vers le transcendant, les hauteurs, l'immensité . C'est sa tendance naturelle .
    La tendance féminine préfère généralement l'intime, le proche, l'intérieur .
    Mais chacun explore ensuite le reste pour trouver sa complétude .
    Ainsi ce que tu nommes la Foi est le Divin partout, effectivement .
    Mais pour moi la Foi, ce n'est pas seulement être conscient du Divin partout, c'est lui faire confiance en tout, s'en remettre à Lui entièrement pour qu'il fasse les choses à notre place . Et c'est très difficile d'accepter de ne rien contrôler . Les habitudes et les peurs ancestrales nous rattrapent . Et pourtant, quand nous somme devant une situation difficile, se dire : "Mon Dieu, je ne sais pas comment faire, fais à ma place !" On lâche prise et il fait des miracles .
    Comme tu dis, la Foi, en ce sens (et en d'autres) est donc évolutive .

    Posté par marie christine, 22 janvier 2012 à 17:49 | | Répondre
  • Andrée

    Les 3mondes, c'était le bon temps. On communiquait beaucoup. Marie Christine en a fait parti. On organisait des conférences sur Paris. On diffusait un petit journal. On faisait des rencontres. Tout ça a disparu...On a tourné la page. C'est à travers les 3mondes que nous nous sommes connus Andrée.
    j'ai conservé encore quelques contacts.

    Posté par Daniel, 22 janvier 2012 à 18:42 | | Répondre
  • L'unique point focal de toute la création

    Comme je l'ai déjà souvent écrit, je ne crois pas en un Dieu créateur qui serait donc extérieur à l'esprit infini.
    Ce n'est pas une croyance doctrinale, cela part d'un raisonnement scientifique où rien n'est séparé en fait, tout est interconnecté ; il n'existe pas d'entité qui soit indépendante. S'il en existait une, nous n'aurions aucun contact avec elle, nous ne pourrions pas l'appréhender, il y aurait un fini de l'infini.
    C'est pourquoi Dieu se retrouve en nous, en chacun de nous, en chacune des cellules de l'univers, de tous les univers, des minéraux, végétaux et animaux, en chaque parcelle de l'espace infini.

    Je ne dis pas que nous sommes Dieu mais cela y ressemble, sans offenser quiconque s'il vous plaît.
    Alors "s'en remettre à Lui entièrement pour qu'il fasse les choses à notre place" est impensable à mon sens.
    Pourquoi ?
    Parce que cela veut dire qu'avec cette vue, nous restons dans la dualité, la séparation, la division. Dieu n'est pas séparé de nous. C'est parce que Dieu n'est pas séparé de nous que nous faisons l'expérience, dans les NDE par exemple, de la non dualité.
    Lorsque nous ressentons l'amour, au-delà de la vie et de la mort, il n'y a plus aucune séparation, nous vivons l'expérience de la non dualité, l'amour absolu, inconditionnel.

    Franchement, je ne sais pas si Dieu se manifeste sous un ou plusieurs aspects, ce n'est pas important pour moi.
    Je reconnais bien volontiers une chose lorsque j'ai peur, par exemple si un enfant voulait se suicider ou se droguer, j'ai cette tendance qui vient de ma plus tendre enfance de vouloir m'en remettre à Dieu comme s'il était séparé de moi. C'est vrai que nous nous sentons petits dans ces moments-là et cette tendance est bien normale mais sur le fond, elle n'est pas juste parce qu'elle nous enlève le pouvoir de la force, le pouvoir de la guérison. Elle nous enlève aussi le sens de la responsabilité. Nous nous en remettons à Dieu comme nous nous en remettons aux autorités, aux parents, aux administrations, aux pouvoirs en place, aux aides sociales... la liste est longue. Personne ne peut faire les choses à notre place, pas même Dieu ou alors Dieu en nous.
    Jésus guérissait ceux qui avaient l'intention de guérir. On ne peut guérir celui qui ne veut pas.
    Si nous voulons vraiment, nous sommes capables de réussir n'importe quoi.

    Comme disait Spalding dans "Ultimes Paroles", à l'âge de 95 ans :

    La première suggestion consiste à placer l'idéal et le mot "Dieu" en sachant positivement que c'est de Lui que provient et aboutit tout succès.

    "Dieu.
    Dieu, Je Suis Dieu.
    Dieu, Je Suis entièrement capable de réussir dans tout effort que je projette sincèrement.
    Dieu, Je Suis la connaissance exacte qui accompagne l'aptitude à réussir.
    Dieu, Je Suis l'amour infini qui attire à moi toute la substance qui cause mon succès."

    Sachant aussi que l'amour est le plus grand pouvoir unifiant dans l'univers, notre prochaine affirmation sera :

    "Dieu, Je Suis l'intelligence qui guide tous mes succès dans des voies justes et profitables.
    Dieu, Je Suis la divine connaissance et la sagesse qui apportent la perfection à toutes mes réussites.

    Dieu, Je Suis la parfaite Quaternité, la Mère, le Christ Triomphant, le Dieu homme, l'unique point focal de toute la création"

    Posté par alain thomas, 22 janvier 2012 à 21:00 | | Répondre
  • ben oui ...

    Tout cela est sans doute bien vrai, dans l'absolu .
    Mais dans la pratique, je ne m'y retrouve pas !

    Tant qu'on n'est pas conscient à 100%, on ne peut pas sentir le Divin à 100% .
    Alors je Le prends comme je Le sens pour le moment, avec mes limitations, avec ma lorgnette, ce qui est déjà mieux que de ne rien sentir du tout .
    22 janvier . C'était la journée des 22 !
    Je laisse la place au 23, et j'attends avec intérêt le compte-rendu de Nicole Laury .

    Posté par marie christine, 22 janvier 2012 à 21:32 | | Répondre
  • ben oui aussi...

    Comme on est très rarement conscient à 100%, on reste limité et on fait ce que l'on peut, chacun en soi, tous à proximité, c'est bien ainsi.

    Posté par alain thomas, 22 janvier 2012 à 21:54 | | Répondre
  • Ethérée

    Salut les amis !
    En ce moment, des ailes me poussent...
    Du coup, je survole les posts.
    Mon balai est si aérien, que j'entrave pas grand' chose de ce que vous racontez ici bas.
    C'est pas grave, n'est-ce pas ?
    Le principal :
    "Personne ne quitte le bateau."
    Ca! c'est vraiment formidable !!!

    Posté par Eve Lyne, 23 janvier 2012 à 11:38 | | Répondre
  • La quaternité ...

    Et vive le joyeux délire !
    Hi hi hi ...

    Posté par PLV, 23 janvier 2012 à 12:30 | | Répondre
  • La trinité

    Et vive la femme !
    Ha ha ha ...

    Posté par Alain Thomas, 23 janvier 2012 à 18:20 | | Répondre
Nouveau commentaire