Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

09 décembre 2011

Créer du lien

communication

Depuis quelque temps, le blog est plus consulté. Sans doute grâce à Sogyal Rinpoche et ses turpitudes ainsi qu’à l’article réalisé par le magazine Marianne sur le sujet. Il y a maintenant plus de 6 ans que j’anime un blog, d’abord les 3 Mondes (que je viens de ré ouvrir en reprenant certains textes figurant sur le blog Les voies de l’âme), puis sur Les voies de l’âme. Il m’est arrivé parfois de souhaiter arrêter tout cela (la lassitude sans doute) mais une petite voix m’a toujours encouragé à continuer. Et puis certains amis m’accompagnent en m’adressant toujours de beaux textes et cela me motive à persévérer.

Je dispose d’un logiciel qui me permet de connaître le nombre de consultations journalières, hebdomadaires et mensuelles, de quels pays elles émanent, et, pour la France, parfois de quelles villes elles sont issues. Je sais ainsi que certains consultent le blog très régulièrement.

Dans mon désir de communiquer, je souhaiterais qu’un dialogue puisse s’instaurer encore plus entre les lecteurs et moi, mais surtout entre les lecteurs eux–mêmes. Une réfléxion, menée à plusieurs, dans la tolérance et le respect de l'autre, ne peut que s'enrichir. Certains d'entre vous habitent les Etats-Unis, la Belgique, la Suisse, d’autres la Grande Bretagne, le Canada, le Maroc ou l’Australie. Pourquoi ne pas donner des nouvelles de ces pays : Comment la spiritualité est elle vécue aux quatre coins de la planète, quels sont les courants importants, les nouveautés, les préoccupations et les difficultés rencontrées, y-a-t-il des initiatives intéressantes qui se mettent en place. Pourquoi ne pas créer des liens plus forts à travers le monde. et faire part de ses expériences personnelles.

Partager un peu plus ne peut être que bénéfique. Il est temps d’aller vers de nouveaux horizons. Si nous attendons que les autres bougent, il ne se passera pas grand chose. Commençons par nous-mêmes. C’est en créant du lien que l’on donne encore plus de sens à sa vie. Aux valeurs de compétition et de lutte substituons des valeurs de coopération et de solidarité.

Utopiste ? Certainement…..Et pourquoi pas ?

Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Informations - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Créer du lien

    Découverte

    J'espère que ma ville demeure masquée !
    Je vous la dévoile elle s'appelle Bondy nichée dans le 93.
    Ville cosmopolite par excellence mais où le lien existe !
    Un lien intergénérationnel, un lien d'intercommunauté, un lien de solidarité, un lien interreligieux.
    C'est vrai que ma ville est triste et comme dit Pierre Rahbi c'est une case, une boîte dans laquelle je suis entassé béton armé, dans une ville de "crasse" (comme certains pensent) et de tristesse mais tellement riche !.
    Par nos épreuves, par nos échanges.
    La création du lien n'est pas seulement sur le net, elle est à côté de nous par un petit "bonjour comment allez-vous ?".
    C'est une chose simple et difficile à faire car nous avons appris à vivre dans nos bulles à vivre dans la méfiance de l'autre sans voir la richesse, la diversité qu'il peut nous apporter.
    C'est la première étape à faire..une spiritualité naissante à laquelle je crois.

    Jean François Prot.

    Posté par Jean François P, 09 décembre 2011 à 11:16 | | Répondre
  • A Jean François

    Merci pour vos écrits. Moi j’habite dans le 91 dans une zone à risques entre la cité de la Grande Borne à Grigny et la cité des Pyramides à Evry. Pas très folichon. Heureusement nous avons quelques espaces où il est agréable de s'échapper. Je raconterais la petite histoire de Pierre Rabhi, sur mon blog, un peu plus tard.
    Si vous avez d'autres infos sur le colloque je suis preneur.

    Posté par Daniel, 09 décembre 2011 à 11:48 | | Répondre
  • Infos

    Je vous en prie !

    Oui Daniel je vois où vous vivez.
    Parfois je suis triste de mon endroit et parfois j'en suis heureux.
    Paradoxe de la vie dans les cités dortoirs !

    Oui si j'ai d'autres infos je vous les transmets !
    Mais cet après midi je ne pourrai regarder.

    Pierre Rahbi a beaucoup d'humour !

    Galheb bencheik sur la solidarité : "inhérente à l'homme quand il souhaite vivre en société ne pas la réduire à l'assistanat. la notion même de la civisalition doit être interrogée.
    La révolution solidaire passe par la révolution du coeur et des consciences nécessaires qui doivent être déplacées sur d'autres niveau de conscience. Ne pas croire que l'on tient la réponse universelle mais qu'elle est universalisante".

    Pierre Rahbi : "L'Homme est la nature. Nous sommes natures. Mais nous nous excluons et nous nous mettons en marge de cette nature. Il faut nous remettre dans une conscience forte dans l'harmonie que représente la vie. L'humain doit exalté la beauté des choses."
    "La terre peut produire indéfinimment Inquiété et déconcerté de constater que le monde n'a pas conscience d'une pénurie de "nourriture" à brèves échéances entrainant la finitude de l'espèce humaine. Les problèmatique liées à la continuité de la vie sont ignorées alors que cela est URGENT"

    Coupure internet.

    Voilà ce que j'ai pu retranscrire en direct.

    Posté par Jean François P, 09 décembre 2011 à 12:20 | | Répondre
  • Pourquoi pas?

    Je trouve ta proposition intéressante Daniel.
    J'y réfléchis!

    Posté par kea, 10 décembre 2011 à 16:06 | | Répondre
  • Que les autres bougent !

    Ben oui, Daniel ...
    Merci pour ces renseignements précieux conçernant le compteur de visites.
    On peut se demander pourquoi donc n'y a t'il pas davantage d'intervenants ?

    Les amis, ne le prenez pas à mal...
    C'est pas que j'en ai marre de vos bobines...
    Mais...

    Un peu de sang neuf ferait beaucoup de bien !
    On pourrait progresser encore et encore...

    Daniel ?!!!!
    Ne me dites pas que c'est MOI qui fait fuir tout le monde!

    MOI, qui fait tant d'efforts...!
    MOI, le maillon véhiculatoire...!


    Au secours ! Marie...
    Au secours ! Tout le monde...

    Aller, au charbon !!!!

    Lucie.

    Posté par Eve Lyne, 10 décembre 2011 à 16:57 | | Répondre
  • que nenni !

    Mais non, ma p'tite Lucie . Tu ne fais fuir personne !
    C'est que entre la lecture et l'écriture il y a souvent un grand pas à franchir .
    C'est vrai qu'on serait contents d'accueillir du "sang neuf" .
    Osez, osez, les amis anonymes ! On serait heureux de vous connaître !
    Nous, on est des vieux jetons qui aimeraient bien prendre leur retraite !

    Posté par marie christine, 10 décembre 2011 à 18:41 | | Répondre
  • Pas d'inquiétude

    Ne vous inquiétez pas Daniel tout comme l'hiver votre blog est en état de Stase avec les beaux jours il redemarrera sur les chapeaux de roues !

    Yalla ! comme disait si bien Soeur Emmanuelle (à ne pas confondre avec Allah ! même si le sens est different sa force est infinie !)

    Posté par Jean François P, 11 décembre 2011 à 10:44 | | Répondre
  • Extraits

    Je partage avec vous un extrait du livre d'Elena Lasida "le goût de l'autre" qui peut illustrer mon propros (enfin j'espère !)

    "Chaque vie entraîne une mort, et chaque mort est source de vie. Mais la vie n'est jamais garantie, car, en traversant la mort, on peut y rester. L'entre-deux peut s'enfoncer dans l'indéterminisme absolu ; le manque de vide éternel ; la différence dans la perte d'identité. La vie ne peut pas être conçue dans la mort, elle est sa traversée continuelle, elle est un mouvement toujours risqué plutôt qu'un acquis à atteindre. Henri Atlan parle à ce propos de deux types de vie associés à deux types de mort : la vie par continuité et la vie par renouvellement, indissociables de la mort par rigidité et de la mort par éclatement. Si l'on choisit uniquement la continuité, on risque de mourir de rigidité et si l'on choisit uniquement le renouvellement, on risque de mourir par éclatement. Or pour ce renouveler, il faut accepter de mourir à une certaine continuité, et, pour se reproduire, il faut accepter de mourir à un certain renouvellememnt. La vie apparaît ainsi en tension permanente avec la mort.
    Nous sommes des éternels voyageurs, en errance à travers nos morts multiples. Chaque arrivée devient très vite un nouveau départ, chaque acquis, une nouvelle perte. Le contraire de la vie n'est pas la mort, mais l'arrêt définitif de ce voyage à travers la mort.
    La vie d'une personne se construit à travers les morts qu'elle traverse : les projets échoués, les relations brisées, les proches disparus... Chaque perte met en chemin vers quelque chose d'autre, chaque désillusion ouvre l'espace pour imaginer un nouveau possible."

    Daniel, votre blog est à l'aube d'une nouvelle naissance, un renouvellement qui s'annonce et qui s'amorce.

    Posté par Jean François P, 11 décembre 2011 à 11:51 | | Répondre
  • A Jean François

    Pouvez vous m'en dire plus sur Elena Lasida?
    Je trouve ce texte magnifique et je le diffuserais plus tard sur mon blog. Est ce à dire que les catholiques croient à la multiplicité des vies?

    Voilà que grâce à vous je mets un doigt de pied dans la religion catholique alors que ce n'est pas trop ma tasse de thé!

    Posté par Daniel, 11 décembre 2011 à 16:52 | | Répondre
  • A Eve Lyne

    Actuellement 150 personnes consultent le blog quotidiennement. Il y a de plus en plus de canadiens et de blogueurs des E-U. Canada, je comprends car ils sont ouverts à tout cela, mais les américains? J'aimerais bien qu'ils entrent en contact avec nous et qu'ils nous parlent d'eux mais cela semble difficile.
    Peut être que les blogueurs sont des gens timides qui ne souhaitent pas trop se livrer.
    Comme vous le dites, on pourrait progresser ensemble !

    Posté par Daniel, 11 décembre 2011 à 16:58 | | Répondre
  • Idée lumineuse !

    Chez nous, la fête des lumières bat son plein...
    Vaste opération commerciale. On dirait que la crise économique est loin d'inquièter.
    Le monde grouille, Noël approche...

    Oh oui! Daniel...
    Ca serait super chouette que les américains, les canadiens, les extras-terrestres et les gens timides nous envahissent !
    Parceque nous, on est: EXTRAS-ORDINAIRES !

    N'ayez pas peur, les amis...
    Il n'y a vraiment rien à craindre...
    Rejoignez-nous sans tarder!

    Lucie.

    Posté par Eve Lyne, 11 décembre 2011 à 18:01 | | Répondre
  • Elena Lassida

    Elena Lassida enseigne à l'Institut catholique de Paris.
    Membre du comité de rédaction de la revue Transversalité.
    Elle anime deux groupes de recherche (Groupe interdisciplinaire sur le Developpement Durable et Groupe sur les nouvelles solidarité Nord-Sud) à Justice et Paix.
    Le livre "Le goût de l'autre" a été réalisé dans une volonté de présenter l'économie sous un jour radicalement nouveau. Comme un véritable projet de vie en commun, à construire à partir des mille initiatives qui naissent aujourd'hui au sein de la société civile.
    J'ajouterais en plus que c'est un révélateur de l'être dans les épreuves et les événements qu'il vit au quotidien. Notions simples que nous avons souvent tendance à perdre de vue.

    La religion Catholique ne prévoit pas "plusieurs vies" mais une vie vouée à la réssurection. Cette vie va connaître plusieurs "vies" au sens de naissance.
    Chaque événément que nous vivons est une nouvelle naissance qu'elle soit de peine ou de joie.
    Chaque événément est obligé de mourir pour qu'un autre s'éveille.
    Et nous traversons "ces morts" chaque jour certaines sont régulières et nous n'y portons plus d'importance ; d'autres sont plus dures et nous devons "accepter" ce passage. C'est un état d'être pour repartir soit sur le même chemin mais avec d'autres moyens soit sur une voie que le "Seigneur" ou la vie nous montre malgré nous qu'il nous faut admettre.
    Ces événements sont toujours positifs ils nous apportent toujours quelques choses d'enrichissant.

    Posté par Jean François P, 11 décembre 2011 à 18:48 | | Répondre
  • Phonétique

    C'est Lasida mais cela se prononce "Lassida".

    Posté par Jean François P, 11 décembre 2011 à 18:53 | | Répondre
  • L'oiseau

    Daniel cela me touche que vous puissiez essayer de comprendre cette religion.
    C'est un pas vers la compréhension des autres que la connaissance des religions ou des philisophies religieuses qui sont nécessaires à la meilleure connaissance des Etres il me semble.
    Si nous arrivons à nous comprendre mutuellement alors les barrières de "culture" s'évaporent Elena Lasida (encore elle) dans son livre parle de l'identité des êtres et c'est merveilleux de simplicité.
    Quand je le transpose dans la vie de tous les jours je m'aperçois que sans le savoir ma ville est une identité et un "Etre" à part entière de sa part diversité c'est ce qui crée la force de création les êtres contraires de part leur origine qui deviennent semblables dans le vécu au quotidien. Qui grâce à leurs différences apportent énormément à la vie économique de la ville et à la vie en communauté.
    Mais ce n'était pas le but de mon mail je voulais vous faire méditer sur un texte d'Alain Noël :

    L'oiseau et l'avion

    "L’autre jour je me promenais à la campagne quand j’aperçois une sorte de petit hangar fait de branchages.
    Je m’approche silencieusement et là, qu’est-ce que je vois ? Un oiseau entrain de construire un avion !…
    Je le regarde faire durant plusieurs heures, fasciné par le spectacle.
    L’oiseau tellement accaparé par sa tâche ne se souciait pas de ma présence. Je le voyais pester, râler, jurer comme un charretier, montant, démontant, remontant les pièces de l’engin ; détruisant ce qu’il avait fait, recommençant avec acharnement.
    Je m’enhardis et lui demandai : « pourquoi construisez-vous un avion ? ». Il me regarda surpris par le caractère saugrenu de ma question. « Pour voler, bien sûr ! »
    Je lui fis remarquer qu’il avait des ailes qui étaient faites pour lui permettre de voler… mais il me regarda d’un air éploré, me trouvant manifestement très stupide. Il avait vu des hommes voler dans un avion et il voulait en faire autant
    Il haussa donc les ailes pour me prouver à quelle point ma question était absurde.

    Lorsque je repartis, sur le chemin bordé d’herbes folles, le Seigneur me montra combien mon comportement ressemblait à celui de cet oiseau.
    J’essayais avec ma vieille nature humaine, entachée par le péché, de faire le bien autour de moi, de créer avec mes propres forces ce qui me semblait devoir être fait pour le mieux être des hommes… et je dois bien reconnaître que j’y parvenais assez mal et surtout peu souvent.
    J’avais tout simplement oublié que le Père a fait de moi un homme nouveau, me donnant accès à ses trésors de grâces.
    Il m’a rappelé que j’étais « son » ouvrage,en vue des bonnes œuvres préparées d’avance pour que nous les pratiquions.
    Il ne s’agit donc pas de créer de toute pièce des bonnes œuvres, mais de chercher celles que le Père a préparées d’avance afin que nous les portions pour les offrir au monde.
    Or, j’étais devenu comme cet oiseau qui, habité par un souhait louable mais naïf, avait oublié qu’il avait des ailes et s’acharnait à construire un engin qui ne l’aurait dans tous les cas, ni emmené bien loin, ni emmené très haut"

    Posté par Jean François P, 11 décembre 2011 à 19:17 | | Répondre
  • A Jean François

    Merci pour ce texte. est-il possible de savoir qui vous êtes en quelques mots et ce que vous faites mais vous n'êtes pas obligé de répondre.

    Posté par Daniel, 12 décembre 2011 à 18:40 | | Répondre
  • Vie privée

    Je préfère garder ces informations pour moi.
    L'intérêt de ce blog (à mon avis) c'est l'échéange des idées et des opinions : une recherche spirituelle... le reste n'est que superflus. Je pense que c'est lié à la ville où je vis peu importe ce que l'on fait dans la vie le plus important c'est ce que l'on est !

    J'espère que vous ne serez pas offusqué de ma réponse.

    Posté par Jean François P, 12 décembre 2011 à 19:50 | | Répondre
  • Le grand vide

    Eh bien, Daniel !
    Continuez sur votre lancée...
    Vous y verrez bientôt plus clair sur votre blog :
    "Le grand vide" pour toute clarté.
    Déclinons notre identité...
    Curry culum à éviter...
    "C'était juste pour savoir..."
    Hi ! Hi !
    Comme le dis Jean François, pour la recherche spirituelle mieux vaut n'être personne...
    N'être "rien" serait mieux encore !
    Allez! courage Daniel...
    On avance sur le chemin de la Lumière.

    Lucie .

    Posté par Eve Lyne, 13 décembre 2011 à 15:48 | | Répondre
  • Un tout

    Eve Lyne j'aime beaucoup votre raisonnement :

    Etre rien c'est être TOUT.
    Etre Tout c'est n'être PERSONNE
    En somme... une véritable "PERSONNE" !

    Posté par Jean François P, 13 décembre 2011 à 19:09 | | Répondre
  • N'être "Rien"

    Il doit sans doute falloir bien des vies et des morts...
    Être vieux comme le monde pour atteindre ce sommet: Réaliser que nous ne sommes "Rien".

    Pour l'heure, je réalise que je ne suis que le pâle reflet d'un perroquet qui répète inlassablement...
    Voyez-vous, Jean-François, je crois que pour n'être "Rien", il faut avoir tout oublier...
    Ne plus rien chercher...
    Se laisser porter par le vent...
    Quoi de plus simple en somme !
    Aaah... que nous sommes compliqués, pour finir.

    Posté par Eve Lyne, 14 décembre 2011 à 17:54 | | Répondre
  • Rien du tout

    Oui Eve Lyne l'âge nous apprend que nous sommes rien mais noyés dans une multitude mariée dans un tout.
    L'un est l'autre et l'autre est l'un car ils voguent chacun à leur propre rencontre.
    Bien au contraire, je pense que pour être Rien il faut avoir la mémoire du Tout.
    Car le Tout nous apprend que nous sommes rien.
    Sans cet apprentissage nous ne pouvons pas comprendre que nous sommes rien à dessein !
    Et lorsque nous avons cette révélation alors nous pouvons nous laisser porter car nous connaissons le début et la fin de toute chose...et qu'en définitive nous sommes rien dans un tout !
    L'être humain se complique les choses alors que si il prennait conscience que seul l'essentiel détermine son existence ; sa complexité disparaîtrait.
    Mais quel chemin à faire !

    Posté par Jean François P, 14 décembre 2011 à 18:34 | | Répondre
  • En somme, nous devons devenir le "rien" du "Tout" !
    C'est à dire, pas grand chose ...
    Pauvres de nous !

    "Se laisser porter par le vent"
    Mais c'est l'ambition d'une feuille morte, ça ?
    Gustave Thibon

    Posté par PLV, 14 décembre 2011 à 22:40 | | Répondre
  • Ah, j'ai oublié le titre !

    Bah, tant pis ...

    Posté par PLV, 14 décembre 2011 à 22:42 | | Répondre
Nouveau commentaire