Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

16 novembre 2011

Savoir tourner la page

Lerab Ling

Décidément l’histoire de Sogyal Rinpoche me poursuit. Quand, en, 2007, j’ai diffusé sur le blog des Trois Mondes, un petit extrait de son livre « Le livre tibétain  de la vie et de la mort », je ne pensais pas susciter un tel d’intérêt concernant ce personnage, d’autant que j’en avais seulement, vaguement, entendu parler. Une avalanche de commentaires s’est alors abattue sur mon blog, commentaires dénonçant des pratiques très particulières pratiquées à Lerab Ling. Témoignages souvent poignants de personnes en détresse. Puis tout s’était calmé, pendant quatre ans, lorsqu’une journaliste a décidé d’aller faire un séminaire d’une semaine à Lerab ling afin de réaliser un reportage. Ce reportage a relancé la polémique et le blog des Trois mondes a été à nouveau le lieu de quelques témoignages. Voici le dernier particulièrement édifiant que je diffuse pour permettre à tous ceux qui s’engagent dans une voix spirituelle de se montrer très prudent et d’avoir beaucoup de discernement face aux soi-disant maîtres. La main mise sur les autres, les rites un peu particuliers pratiqués, l’aliénation, voir l’asservissement psychologique et moral doivent être dénoncés. C’est ce que je m’efforce de faire avec mon blog. Je pense souvent à tous ces disciples dont la vie se trouve bouleversée  parce que tout simplement ils n’ont plus la lucidité suffisante pour conserver leur libre arbitre.

 Témoignage de Luc : Dernier jour à Lerab Ling

« En arrivant je croise M. Lui et ses 2 amis ont attendu 1h, mais Le Maître n’est pas venu (pour la 1ère fois depuis le début d’une retraite commencée pour certains depuis 2 ans, SR recevait les retraitants, par groupe de 3 et en moyenne 6 minutes ; retraitant depuis 7 mois, j’étais spécialement monté de Lodève quelques jours plus tôt mais là aussi cela avait été annulé, sans explication, au dernier moment).
On a affiché des nouvelles du jeune A., qui a quitté Lerab Ling pour « anemia and exhaustion ». A. finançait sa retraite par un « work study » qui le voyait travailler 6 heures par jour et 6 jours par semaine, en plus de toutes les activités spirituelles (ces work studies sont généralement non déclarés et payés bien en dessous du SMIC). On lit qu’il est sorti de l’hôpital et rentré dans sa famille depuis 2 semaines, mais passe ses journées couché et ne parle pas. Ils habitent près de chez moi. Je compte aller le voir à la fin de cette retraite.
Je vois P. et lui demande des nouvelles de son copain, un des plus fidèles serviteurs du Maître et victime d’un AVC quelques semaines plus tôt. « SR a-t-il été le voir ? » « Non, je ne crois pas ». Bonjour la compassion…

Comme tout jour ordinaire on fait 3h de sadhanas, dont Sollo Chenmo. On n’accumule plus les 2 prières pour retrouver le kutsap, cet objet rituel perdu par SR le mois dernier dans le TGV, bien que ce kutsap n’ait pas été retrouvé. A la fin, on nous annonce que SR va passer un court moment et arriver incessamment, donc qu’il ne faut pas sortir du temple. Ce n’était pas prévu au programme, mais bien sûr on obéit
SR arrive à 13h30 et part… à 17h45 ! Evidemment on ne mange pas avant cette heure et tant pis pour ceux qui ont envie de se rendre aux toilettes : certains n’y pouvant plus oseront s’éclipser à un moment ou un autre en essayant de ne pas se faire repérer par Le Maître.
L’enseignement de SR est globalement incohérent. Cela donne l’impression qu’absent depuis 5 jours il a voulu montrer qu’il était bien là. Cela parle beaucoup de ses prochains voyages à Barcelone puis en Australie. Les retraitants, privés de cinéma et télévision depuis 2 ans, apprennent aussi qu’il a regardé hier soir le film « W ». Il râle et fait chercher certains collaborateurs ou retraitants absents. Il dit de nombreuses fois que ceux qui sont absents des enseignements et des pratiques ne seront pas sélectionnés pour l’année prochaine.
Il s’en prend particulièrement à F. et à J. Les deux doivent faire une confession publique et expliquer pourquoi ils n’étaient pas là, faire une série de prosternations devant lui et s’asseoir directement sur le parquet. SR dit que c’est un manque de respect pour le maître que d’être absent à ses enseignements.

J. a le malheur d’argumenter et de tenter d’expliquer pourquoi il n’aime guère les sadhanas et le vajrayana. Il s’appuie sur Thich Nhat Han, mais SR élude en disant que c’est un maître qui n’enseigne que des généralités ; il avait pourtant l’intention de l’inviter à Lerab Ling. SR humilie J. avec des questions de type « mais qui es-tu pour juger ? » ou « qu’est-ce que tu connais du bouddhisme tibétain ? ». Il le fait s’approcher, lui agrippe les cheveux et lui secoue violemment la tête, puis il le frappe à la tête à plusieurs reprises avec son gratte-dos, si fort qu’on entend le bruit jusqu’au milieu du temple. Il le gifle fortement 3 ou 4 fois, puis lui fait le coup de l’introduire à la nature d’esprit en poussant un cri. Il déforme son prénom en « Yack », ce qui fait beaucoup rire l’assemblée. A la fin il l’embrasse pour montrer qu’il a de la compassion. Si tout cela était filmé ce serait le clou d’un reportage sur les sectes. J’ai les larmes aux yeux
SR « enseigne » qu’il ne faut pas rester dans la logique et le rationnel, que l’important c’est la foi, qu’il y a de la magie dans ses enseignements.
Le cauchemar continue : 5 ou 6 fanatiques, surtout des femmes, interviennent pour remercier Le Maître, lui demander de continuer à enseigner, dire que c’est un immense lama. Il fait même dire à l’une qu’elle est une idiote, ce qu’elle reconnaît sans hésiter.
On mange à 18h le déjeuner, bien sûr refroidi. Il fait nuit. Il pleut fort, ce n’est pas loin d’être de la neige. Je vois S. à l’entrée du « barn », avec son gamin de 7 ans qui l’attendait. La fille de M., une ado, attendait aussi sa mère depuis 13h30 ; elle est livide de froid, n’ayant pas osé aller boire un thé car, n’étant pas elle-même retraitante, elle n’a pas le droit de s’approcher des distributeurs situés près du temple. Je reconduis S. et son fils à Lodève sous des trombes d’eau, très prudemment car au moins 2 voitures de retraitants ont déjà fini dans le ravin depuis cet été. S. est sous le charme de SR et trouve que tout ce qu’il fait est très bien. Moi j’ai réalisé qu’il est fou, qu’il n’y a pas de sagesse dans sa folle sagesse.
Rentré dans ma petite location, je déchire sa photo et téléphone à ma famille pour annoncer un retour imminent.
C’était il y a 3 ans, jour pour jour.
Malgré tout, recontacté par des adeptes, je suis revenu à rigpa après quelques semaines et ai même tenté, sans succès, d’avoir un entretien personnel avec SR. Heureusement j’ai rencontré 6 mois plus tard un lama qui a toutes les qualités d’un maître authentique. Ce fut une aide précieuse pour tourner définitivement la page.
J’ai stagné sur le chemin pendant mes années SR. Je l’ai beaucoup payé au sens propre, et bien plus encore sur les plans familial et affectif. Mais c’est peu comparé à ces jeunes femmes subjuguées, à ceux qui ont détruit leur vie professionnelle et familiale, à ceux qui se sont suicidés comme D. ou comme N., à ceux qui sont rentrés chez eux gravement déstabilisés comme A. ou comme S. Mon seul regret est de n’avoir pas su ouvrir les yeux à certains amis rigpaïens qui sont restés très présents dans mon cœur, même si presque tous m’ont tourné le dos. »

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Expériences de vie - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Savoir tourner la page

  • Humm

    Très édifiant...
    "Les hommes se divisent en meneurs et en menés."
    Si ce n'était à en pleurer on en rirait.

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 09:54 | | Répondre
  • Edifiant

    Oui, Eve Lyne, c'est édifiant. La crédulité humaine fait parfois faire de ces choses ! Il y a les manipulateurs et les manipulés. C'est toujours la même chose.

    Posté par Daniel, 16 novembre 2011 à 10:09 | | Répondre
  • l'expérience

    Tout être humain ne porte-t-il pas en lui des tendances sado-masochistes ?
    Et certains vont parfois très loin, jusqu'au bout de l'expérience, pour s'en dégager .

    Posté par marie christine, 16 novembre 2011 à 10:33 | | Répondre
  • Humm

    Depuis quand les pervers sont des malades ? !
    Marie...
    Il te faut des lunettes !

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 10:46 | | Répondre
  • Humm

    Juste mon opinion :
    Marie, tu poses une question intéréssante.
    Je ne pense pas que l'être humain porte en lui, ces tendances.(Maladie)
    Dominés...Dominants....
    Presque sain, finalement.
    On est pas des saints...
    N'est-ce pas, PLV ? !

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 11:36 | | Répondre
  • Eve Lyne

    Jusqu'à nouvel ordre, à mon avis, les humains sont tous des malades tant qu'ils n'ont pas retrouvé leur véritable état divin .
    En attendant, faut faire avec .
    Tout malade cherche à se guérir . Si nous n'étions pas malades, nous ne serions pas en quête permanente d'autre chose : un malade est un insatisfait par définition .
    Nous portons le lourd héritage de toutes nos vies antérieures avec leur lot de cruautés et de bêtises, et nous sommes loin d'avoir tout épuré !
    Mais les plus malades de tous sont ceux qui ne se croient pas malades (pervers ou non); ou alors les hypocondriaques qui aiment faire étalage ...
    Au fond, nous sommes tous des saints . Mais il faut le trouver, le fond !!! (hi, hi)

    Posté par marie christine, 16 novembre 2011 à 12:47 | | Répondre
  • En cherchant bien ...

    On finit tout de même par trouver quelques saints.
    Et ça réconforte, croyez-moi !

    Posté par PLV, 16 novembre 2011 à 13:42 | | Répondre
  • Je ne suis pas d'accord avec Marie-Cristine (je mets ton prénom en entier pour te distinguer de Marie, une ancienne étudiante victime de SR qui peut lire ça) mais c'est peut-être elle qui a raison.
    Le Dalaï-lama, lorsqu'il était jeune souverain au Tibet, avant l'occupation définitive chinoise, aux alentours de 1961, avait vidé toutes les géôles tibétaines, estimant que l'être humain ne pouvait pas vivre prisonnier et qu'il devait en fait assumer ses actes dehors. Le karma est une notion très forte pour les tibétains. Ils vont jusqu'à penser que c'est la seule justice. C'est puissant car cela signifie en gros que l'homme se juge lui-même au fur et à mesure de ses actes, tout au long de sa vie. Et à sa mort, il renaît selon son karma. C'est cela la justice immanente car le divin est en chacun de nous.
    Aujourd'hui, le Dalaï-lama fait la même chose avec SR puisqu'il est parfaitement au courant de ses exactions ou abominations, comme tu voudras et il se déplace pour l'inauguration du temple de Lérab Ling en parfaite connaissance de cause. Des gens d'ailleurs qui sont concernés dans cette affaire ne parlent pas en d'autres termes que de "l'irresponsabilité du Dalaï-lama". Ils disent même que c'est une forme de complicité
    "criminelle" donc on peut aussi se poser la question.

    Ce qui me gêne tout de même c'est qu'à partir du moment où l'on en fait tout un plat et Dieu sait si j'ai écrit à ce sujet et je continue d'ailleurs aujourd'hui, pourquoi ne faisons-nous que blablater alors qu'il serait peut-être bon d'agir ?
    On parle tout de même au mieux de pratiques sexuelles dépravées et maintenant on avance la possibilité de suicides.
    Bon !
    Faites comme vous voulez !
    Marie-Christine a peut-être raison, il faut laisser faire les choses, laisser la possibilité à ce genre de personnage de continuer à faire du mal à de très jeunes personnes mais aussi à des êtres fragiles hommes ou femmes au risque que les abus sexuels perdurent et les suicides s'amoncellent.
    Marie-Cristine dira peut-être que de toute façon si c'est pas lui ce sera un autre, ce qui est sans doute vrai.
    Le monde, dans sa synchronicité a besoin de tout et son contraire. Tant que nous sommes dans la dualité, il n'y aura pas de victime sans bourreau et la liste n'est pas exhaustive.

    Posté par Alain Thomas, 16 novembre 2011 à 15:07 | | Répondre
  • Humm

    On peut se demander aussi, s'il est très sain de se retrouver en communauté.
    Marie crétine ô! pardon...
    Marie cristine, je crois qu'Alain n'a pas tort...
    Il est grand temps d'AGIR !
    ALORS, ON FAIT QUOI DANS LE CONCRET ? !

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 16:25 | | Répondre
  • La Lyne

    On se regroupe en association de victimes à travers le monde et le tour est joué.
    On demande aux anciens déçus de permettre à l'association de vivre en quémandant quelques fonds pour payer un avocat spécialisé.
    Quel avocat ne rêverait pas d'un dossier comme ça ? Même si en face, on sait qu'on s'attaque à une montagne.
    Mais tu sais bien qu'avec la foi, on soulève des montagnes.
    Ensuite on fait le boulot et on arrête les frais... pour les futures victimes.
    Peu importe qui gagne... on y va !

    Posté par Alain Thomas, 16 novembre 2011 à 16:41 | | Répondre
  • La foi qui soulève les montagnes !

    Alain, je suis très étonnée...
    Cette affaire remonte à 3 ans...
    Et ce personnage est toujours une vedette !
    En plus, c'est payant ces trucs là !
    Et toi, qu'est-ce que tu vas foutre dans un temple ? !
    C'est pas assez grand chez toi, pour ton temple intérieur, en lotus sur ton tapis.
    Bon, allez...
    J'retourne élever mon esprit.

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 17:08 | | Répondre
  • Nalain

    Ai-je dit qu'il fallait laisser faire ?

    Je dis que certains te cracheront à la figure si tu touches à un cheveu de leur idole . Ceux-là ont sans doute (pour une raison qui dépasse notre connaissance) le destin d'aller jusqu'au bout de leur expérience . Et ils le feront coûte que coûte .
    Les plus forts s'en sortent et progressent merveilleusement ; d'autres non .
    Il faut bien se rendre à l'évidence qu'on ne peut pas sauver tout le monde .
    Mais si on le peut, on a le devoir de le faire, bien sûr !

    Posté par marie christine, 16 novembre 2011 à 17:20 | | Répondre
  • Les filles

    La Lyne t'es bourrée ou quoi ? Ça fait 3 ans que j'ai pas mis les pieds là-bas et pour cause ! Je suis vacciné.

    La Marie, je me fous qu'on me crache à la figure. Comme tu dis, on a le devoir de le faire, BIEN SÛR !

    Posté par Alain Thomas, 16 novembre 2011 à 17:29 | | Répondre
  • Une pause humoristique

    http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=6637

    Posté par Alain Thomas, 16 novembre 2011 à 17:34 | | Répondre
  • Lucidité

    Excuse Alain !
    Dés que j'm'énerve, j'm'embrouille dans mes mots !

    C'est les SECTES qu'il faut combattre !
    Elles gagnent du terrain .

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 17:35 | | Répondre
  • SKIPPY le grand gourou

    Ah! vous voulez une pause...
    Allez: you tube !
    Alain, dis...
    Tu peux pas passer le lien ?

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 17:39 | | Répondre
  • Assez ! c'est assez !

    Alain...
    Arrête avec les banques !
    Tu vas finir par nous dégouter de l'argent !

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 17:52 | | Répondre
  • SR = ?

    = Sogyal Rimpoché
    Ah la la, pas facile tout ça !

    Posté par PLV, 16 novembre 2011 à 18:07 | | Répondre
  • Humm

    Eh bien, PLV ...
    Rien que de citer son nom :
    Ne donne t'on pas de la confiture au cochon ? !

    Posté par Eve Lyne, 16 novembre 2011 à 18:12 | | Répondre
  • halte là !

    T'énerve pas, Eve Lyne ! L'or et l'argent ne remplaceront jamais les capacités humaines . Ils n'auront plus de valeur en comparaison !

    Hé Alain, les crachats via internet, c'est pas ça qui va te mouiller !(hi, hi, ho, ho !)

    Posté par marie christine, 16 novembre 2011 à 18:29 | | Répondre
  • Les sectes ?

    Alors là la Lyne tu causes d'un débat qui m'touche tu vois ! J'suis sensible là.
    Dis-moi la Lyne, j'ai appris une chose lorsque je'm'suis penché sur la définition du mot "secte". Et quand j'ai compris vraiment son sens, j'ai cherché partout quelque chose qui ne soit pas une secte.
    Et ben j'te l'donne en mille :
    Je cherche encore et j'ai toujours pas trouvé.

    Posté par alain thomas, 16 novembre 2011 à 20:46 | | Répondre
  • Un dépotoir ?

    Cé koi ces vidéos débiles ?
    ça vous fait rire vous ?
    "léveil"
    "jonathan machin"
    On nous prend pour qui ?
    Non mais, des fois !
    Nous proposer des gags pareils ...
    J'en suis tout retourné.
    Daniel, au secours !

    ça fait peur ce témoignage de Luc : à peine croyable !

    Dans la vie, moi je tente de ne pas ressembler au cochon dont parle Eve Lyne la clairvoyante.
    Même si j'adore la ficonture.
    Quant à Marie-Christine, je constate qu'humour et gentillesse font toujours bon ménage.
    Merci pour ce que vous êtes.

    Posté par PLV, 16 novembre 2011 à 20:59 | | Répondre
  • Mon cher Alain,

    Tu nous diras le nom du dictionnaire que tu as utilisé pour chercher la définition d'une secte.
    De ta réaction, j'en suis tout retourné.
    Et du coup, je me retrouve à l'endroit : cé cool !

    Posté par PLV, 16 novembre 2011 à 21:04 | | Répondre
  • Mon cher PLV

    Le dictionnaire que j'ai utilisé est le PLV.
    Autrement dit le Petit Larousse Vertueux.

    Je suis content que tu te sois retrouvé à l'endroit pour une fois. Cé vrai cool.
    Trêve de plaisanteries, si tu souhaites vraiment que j'arrête de balancer des vidéos "débiles" de mon jeune ami canadien, pas de problèmes j'arrête. Je pense que Daniel sera d'accord avec ça.
    Quoique je ne suis pas certain finalement parce que si y en a un qui n'a pas l'esprit sectaire, si tu vois ce que je veux dire et qui en plus m'a dit un jour que je pouvais m'exprimer comme bon me semble parce qu'il trouvait que j'étais quelqu'un d'authentique c'est bien le Daniel tu sais... celui qui anime ce blog quoi !
    Mais je sais bien que tu plaisantes mon petit lapin vagabond.
    Bon, tu vois maintenant pourquoi je réponds à la Lyne quand elle parle des sectes hein ?
    Cé cool !

    Posté par alain thomas, 16 novembre 2011 à 23:05 | | Répondre
  • Triste triste triste

    Quelle triste histoire Daniel.
    Je me demande pourquoi des gens qui semblent sensés ont besoin de s'impliquer dans de telles situations. Il y a tant d'exemples où des personnes semblent avoir besoin qu'on leur dise quoi faire, qu'on les dirige, qu'on les maltraite même. C'est tellement bizarre! Peut-être s'agit-il de sadomasochisme comme dit Marie?
    Toutes les réponses ne se trouvent-elles pas en soi-même!
    C'est pourquoi Socrate a dit "Connais-toi toi-même!" Il n'a pas dit "demande à l'autre de te dire qui tu es!"
    Pour nous, on a tellement entendu le "Connais-toi toi-même" de Socrate que cette affirmation a pratiquement perdu toute signification et qu'on la répète comme des perroquets sans se demander ce que cela veut vraiment dire! mais à l'époque, ça a dû troubler assez les autorités en place car Socrate en a payé de sa vie. Il n'y a rien de banal là!

    Posté par kea, 16 novembre 2011 à 23:09 | | Répondre
  • Les meneurs, les menés...Et les autres

    Les sectes ont encore un bel avenir.
    Nous avons tous besoin d'étiquette sur le dos.
    Apprendre à n'être rien...
    Quel boulot les amis !

    Mais au fait, j'y pense tout d'un coup...
    Quand on est capable de reconnaitre un maître authentique, c'est qu'on a plus besoin de maître.

    Bon,ben moi...
    plus question d'alimenter ce sujet brulant, qui nous montre une fois encore à quel point nous avons encore du boulot !

    Kea, je te rejoins :
    "Connais-toi toi-même!"

    Posté par Eve Lyne, 17 novembre 2011 à 09:01 | | Répondre
  • Et pis ...

    A quand la fin des temples qui divisent les hommes...? !
    OUVRONS NOS MAISONS AUX PAUVRES DE CE MONDE !

    La seule véritable Eglise:
    Le coeur des hommes.

    Lucie.

    Posté par Eve Lyne, 17 novembre 2011 à 11:03 | | Répondre
  • Hello ! Marie ...

    Je sais que tu prends les pauvres.
    Prépare mon lit...
    J'ARRIVE !!!!!

    Posté par Eve Lyne, 17 novembre 2011 à 11:42 | | Répondre
  • gentillesse

    Rien de tel que la gentillesse !
    Je connais très bien la tienne aussi, PLV .
    Faut pas se fier aux apparences informatiques (hi, hi !)

    Ah, Kea, comme je suis d'accord avec toi !
    Je suis fan de Socrate, celui qui n'a jamais écrit un mot mais tellement fait et vécu ce qu'il disait !

    Eh ben Eve Lyne, je suis toujours prête à accueillir Lucie au bout du monde !
    On se lavera dans le ruisseau, on boira l'eau du puits et on mangera les fruits d'églantiers .

    Posté par marie christine, 17 novembre 2011 à 12:41 | | Répondre
  • Mais alors Marie,

    C'est le Jardin d'Eden chez toi ?

    Posté par PLV, 17 novembre 2011 à 14:00 | | Répondre
  • Un miroir pur

    Je trouve que Socrate a été un miroir pur pour les gens de son temps.
    Au contraire de tous les autres, il ne mentait pas.
    Ceux qui mentent sont aussi des miroirs mais des miroirs déformants.
    C'est pourquoi les despotes finissent tous dans la folie car ils n'ont pas de miroir devant eux, tous étant muselés par la peur. Ils renvoient donc au despote une image totalement erronée de lui-même.
    C'est ce qui est arrivé à l'horrible Staline, Mao, Pinochet, et tant d'autres.

    Posté par kea, 17 novembre 2011 à 15:25 | | Répondre
  • les Franchouillards

    Comme c'est bien dit, Kea !
    Il est dommage que ceux qui entourent les despotes leur renvoient une image si éloignée de la réalité : flatterie, obséquiosité, flagornerie . Tout le monde y trouve son compte, bien sûr (poste assuré) mais quel gâchis dans le cerveau !
    Comme tu dis : la folie guette, un jour ou l'autre ; ou une estime de soi terriblement écornée pour ceux qui ont perdu toute dignité .
    Impossible de vivre impunément dans le mensonge .
    En France, nous avons encore le syndrome de Louis XIV et sa cour : le faste, le tape-à-l'oeil, l'idolâtrie, le snobisme, l'ironie, le mépris, l'intimidation ... Des traits que l'on trouve beaucoup en politique, dans les medias, même dans les écoles, et surtout à Paris (pardon Daniel) .
    Heureusement, tous les Français ne restent pas enfermés ainsi dans ce schema d'éducation !
    Ils sont de plus en plus à comprendre que l'argent, le pouvoir ou la célébrité ne font pas le bonheur .

    VIVE SOCRATE !!!

    VIVE LE QUEBEC LIBRE !!!

    Posté par marie christine, 17 novembre 2011 à 18:40 | | Répondre
  • PLV

    Ben tu vois qu'il n'y a pas besoin de s'envoler très haut pour trouver le paradis !
    Il suffit de se le fabriquer . (ah, ah ! oh, oh !)
    Avec deux planches ou dans un palace, c'est pareil !!!

    Posté par marie christine, 17 novembre 2011 à 19:53 | | Répondre
  • secte

    comme je suis triste pour l'aventure de luc...
    mais il a ouvert les yeux.
    Les sectes sont des horreurs. Il y quelques années nous avions de voisins : 2 couples avec chacun 4 enfants.
    Ils se sont bien intégrés au village, d'ailleurs souvent ils chantaient chacun avec un instrument
    les papas étaient super ils chantaient des chansons de simon et garfunkel, bref tout le monde s'accordait à dire qu'ils étaient de véritables artistes, petits et grands.
    Ils faisaient des concerts gratuits dans notre petite mjc.

    Un hic aucuns enfants étaient scolarisés. On nous a signalé qu'une des mamans faisait la classe.

    Cela a duré quelques temps et un matin : déploiement de gendarmes devant la villa à 6h du matin, car de police, girophares, peur sur le village, on pensait que tout le monde était mort là- dedans!

    Avec stupeur nous apprenons qu'il s'agissait de la secte les enfants de Dieu...
    Quel traumatisme car jamais personne n'aurait pû imaginer ce qui se passait à l'intérieur de la maison.
    Comment penser que les pères si adorables avaient de relations sexuelles avec leurs enfants sous prétexte de purification et d'éducation...
    Que ces mêmes enfants étaient encouragés a ces pratiques incestueuses entre eux
    Quelle horreur ces sectes!

    J'en suis encore toute retournée en y pensant.
    Depuis nous avons compris beaucoup de choses à ce sujet. Comme dit Alain la part sombre de l'humain!
    Mais quels regrets de ne pas avoir pu faire quelque chose.

    Posté par sylviesissi, 17 novembre 2011 à 20:37 | | Répondre
  • Au-delà de l'aspect sectaire

    Ce que tu décris ici Sylvie va au-delà de l'aspect sectaire.
    On est là dans l'horreur.
    En partant du principe que cette histoire fait partie du plan divin et que nous évitons de tomber dans le jugement, alors nous disons que cette histoire est là pour réveiller nos consciences et nous éveiller.
    Ceci étant dit, avons-nous le devoir ou pas de faire quelque chose contre ça, une fois que l'histoire est découverte ?

    Posté par alain thomas, 17 novembre 2011 à 21:02 | | Répondre
  • alain

    tu as raison Alain mais quelle douleur de n'avoir rien vu.Je sais qu'à cette époque (année 80) le même jour des centaines de descentes de police ont eu
    lieu dans toute la france.
    Ces ''enfants de dieu" avaient l'air bien inoffensifs.. cette secte était formée de petits groupes familiaux où des personnes en recherche se perdaient...
    Depuis ce jour j'ai un dégout de ces manipulations de gens
    Que le chemin est compliqué afin de rencontrer le divin!

    Posté par sylviesissi, 18 novembre 2011 à 22:16 | | Répondre
  • Sylvie

    Oui, et je crois qu'il est de mon devoir de combattre ça.
    Je ne dis pas que c'est la voie de tout le monde. Chacun a sa propre voie et toutes les voies sont bonnes, même si elles sont mauvaises. Cela fait partie du plan.
    En ce qui me concerne, c'est ma voie de combattre ce genre de situations.

    Posté par alain thomas, 19 novembre 2011 à 00:04 | | Répondre
  • gourou

    un peu facile Alain de dire cela fait partie du plan.
    Cet après midi je suis devant mon écran TV et l'on parle du gourou Yves Gabriel qui a fait 30ans de manipulation sur des personnes

    Ce gourou s'appelle Gabriel Loison.
    Cet homme au grand charisme va des années durant
    organiser des stages de retour à la nature, de bien être du coté de Montpellier.
    Il appâte les adeptes en leur proposant une meilleure santé, qu'il connait la vérité...etc

    Une manipulation mentale de ses adeptes. Une amie
    d'une adepte explique que rapidement (à peine 6 mois) elle n'a plus reconnu sa copine! elle avait maigrie de 20kg (pratique du jeune)
    elle disait se nourrir de lumière...
    Tout le monde va dire que ces gens sont des faibles ou des crédules.

    Non, ce sont des chercheurs qui se sont laissés embarquer à cause de ce séducteur.
    Il parle bien et ses conférences sont bien ficelées!
    On atteint l'horreur quand une soeur raconte sa mésaventure! sous pretexte de soins il lui a
    demandé de se dévêtir!! toujours le même schéma.
    Viol.
    Heureusement que de nombreuses associations veillent...

    Posté par sylviesissi, 19 novembre 2011 à 18:31 | | Répondre
  • Sylvie

    On est dans un plan Sylvie de toute façon.
    Chaque chose, chaque événement fait partie d'un TOUT.
    Mais c'est nous qui créons ce Tout.
    Chaque chose à son contraire.
    Derrière chaque bourreau se cache une victime.
    Cela ne signifie pas qu'il faille ne rien faire.
    Accepter ne signifie surtout pas ne rien faire ou alors on n'a rien compris au sens du mot.
    Je dirais même que lorsqu'on a renoncé ou accepté, on est plus libre pour agir et on y va carrément, sans aucun problème, sans aucune gêne.

    Posté par alain thomas, 19 novembre 2011 à 19:09 | | Répondre
  • eh beh!

    Ce qui me sidère à la lecture de ce post, c'est le déni total règnant autour de toutes ces exactions.
    Pour ma part, je ne crois en aucun plan divin.
    Il y a la réalité, telle qu'elle est.
    Et notre volonté de la voir, ou de fermer les yeux.
    Si plan divin il y a, c'est qu'on a été conçus avec des yeux pour voir.
    Après, Dieu (ou qui vous voulez ou personne), nous laisse nous démerder comme des grands!
    Il n'y a pas de fatalité à laisser faire ou devenir victime de telles choses.
    Ce qui est atterrant c'est que cela puisse durer tant d'années sans que personne ne le dise, sans que cela soit dénoncé, sans que de tels comportements (qui n'ont pas dû se mettre en place du jour au lendemain), en arrivent à un tel point de dégradation de l'humain.
    Et c'est un symptôme actuel : pratiquant le zen, j'ai été exclu d'un groupe avec ma compagne car simplement on n'a pas voulu se soumettre aveuglément à une loi énoncée sans discussion.
    Le groupe était chez le responsable, et on a entendu de sa bouche "vous êtes ici chez moi, propriété privée, et j'accueille qui je veux".
    Par la suite on a appris comment il a briefé en notre absence les autres membres pour qu'ils acceptent ce genre de scène, sans rien dire...ce qui a formidablement marché, signe grave d'un esprit moutonnier qui identifie autoritarisme avec autorité spirituelle.
    Le tout avec la caution de celui qui est l'actuel président de l'union bouddhiste française.
    Une autre personne m'a raconté, trois ans au service sans jour de repos...pour finir dans une grave dépression. Réponse du maître : "va-t-en". Suivant, next, on est des objets remplaçables.
    Une autre encore, en bisbille avec la responsable de dojo. Cette dernière a enjoint aux autres pratiquants de ne pas rentrer en contact avec elle.
    Un autre, qui me dit qu'un de ces néo maîtres le convoque, et lui dit d'arrèter toute activité artistique.

    Il est grand temps que les maîtres d'aujourd'hui s'occupent d'abord de leur karma à eux, et n'oublient pas qu'une bonne thérapie est loin d'être signe que le maître déconne, mais au contraire qu'il fait son vrai boulot : se libérer de ses conditionnements.
    la magie elle est là : on enseigne ce qu'on est. Si les mots, les actes, et les pensées, ne sont pas alignés, on ne fait que transmettre son propre bordel.

    Posté par Laurent, 20 novembre 2011 à 21:18 | | Répondre
  • Normal

    Si les "bouddhistes" appliquaient tout simplement le conseil du Bouddha lui-même, ces situations n'existeraient pas. Le Bouddha dit: "Ne croyez pas quelque chose juste parce que c'est la rumeur, tout le monde le dit, c'est écrit dans un livre, ou parce que notre maître, le moine, l'a dit. Vérifiez si l'application de ce qu'on vous dit sera bénéfique ou pas, et si c'est bénéfique, faites-le, si ce ne l'est pas, ne le faites pas.

    Les "maîtres" comme moi qui avouent leur faiblesse, leur état d'imperfection, n'ont guère de succès, parce que ce après quoi les gens courent, c'est le fantasme de l'être parfait auquel s'identifier. c'est ce qui permet aux escrocs comme Sogyal de prospérer.

    Posté par Yudo, maître zen, 20 novembre 2011 à 21:48 | | Répondre
  • Laurent

    J'ai proposé en son temps de se regrouper en association de victimes et autres soutiens aux victimes.
    J'ai consulté un avocat qui m'a confirmé que c'était la seule solution mais que ce serait difficile de gagner.
    J'avais pensé à une cotisation pour pouvoir payer les frais de procédure. En association, c'est plus facile.
    Toutes les victimes savent et pas seulement.
    J'attends toujours qu'elles se manifestent mais sans elles rien n'est possible et je ne vais surtout pas les blâmer de ne pas vouloir aller plus loin.
    C'est comme ça.

    Posté par alain thomas, 20 novembre 2011 à 21:54 | | Répondre
  • Je ne crois pas que cela soit "comme ça".
    Il n'y a pas de fatalité.
    Suffit de lire par exemple un site comme "memoiretraumatique", qui décrit très bien tous les mécanismes en place :
    http://memoiretraumatique.org/memoire-traumatique-et-violences/violences-psychologiques.html
    Les victimes n'ont pas la force plus que la volonté d'aller plus loin.
    J'ai acheté une revue: le cercle psy.
    dedans il est question des personnes qui ont été abusées par leur thérapeute. Ca peut durer des années dans un déni complet, pas contre ils sont clairs: le thérapeute en tant que garant du cadre, est seul responsable d'une dérive.
    Or, dans le bouddhisme, il y a des cadre éthiques, édictés depuis des centaines d'années : les préceptes.
    Personne n'est censé y échapper, et dans le zen, lorsqu'on se fait introniser maître, on re re reçoit à nouveau les préceptes.
    La question de la folle sagesse est un fil de rasoir, et je ne nie pas sa possibilité. Mais elle est l'exception, elle est injustifiable.
    Celui qui va dire qu'il n'y a pas à être rationnel, que c'est magique, déjà là ça déconne grave.
    Le problème étant qu'une victime peut mettre des années avant de le reconnaître pour elle-même, devant se reconstruire, sortir de la honte, etc...
    Donc il n'y a pas qu'aux victimes d'agir : il faut exiger de la prévention, de l'éthique.
    Et il y a tant d'intérèts financiers, politiques, en jeu, que c'est pas gagné.
    Mais en tous cas faut pas compter sur les grands responsables pour ça.

    Posté par Laurent, 20 novembre 2011 à 22:06 | | Répondre
  • Yudo

    Je ne sais comment vous appeler alors ce sera Yudo, avec tout mon respect.
    Personne n'est dupe à Lérab Ling, il y a un consensus entre le "maître" et les anciens, pour des raisons que j'ignore en fait. Certains parlent de "folle sagesse" et d'autres y trouvent leur compte. Il y a beaucoup d'argent.
    C'est le marketing mis en place qui permet de renouveler la clientèle chaque année et apparemment, pour l'instant en tout cas, il y a plus d'arrivants que de départs. Mais pour combien de temps.
    Dans le milieu des "maîtres", tout le monde sait. Le Dalaï-lama lui-même ferme les yeux car il sait depuis longtemps (1994 exactement).

    Maintenant ce qui est intéressant dans votre intervention c'est :
    "Vérifiez si l'application de ce qu'on vous dit sera bénéfique ou pas, et si c'est bénéfique, faites-le, si ce ne l'est pas, ne le faites pas."

    Puisque rien ne se fait, sans doute est-ce bénéfique ainsi !

    Posté par alain thomas, 20 novembre 2011 à 22:11 | | Répondre
  • Laurent

    Je suis d'accord avec tout ce que vous dites Laurent mais que proposez-vous ?
    Vous devez savoir qu'un article explosif de six pages est paru dans le magazine Marianne, avec la photo de Sogyal, Carla Bruni et le Dalaï-lama. A ce jour, personne n'a bougé. Ni les politiques, la gauche notamment qui aurait pu saisir l'occasion, ni la Miviludes, ni personne.
    C'est ahurissant non !

    Posté par alain thomas, 20 novembre 2011 à 22:21 | | Répondre
    • En effet, Alain...
      C'est ahurissant !
      Les années passent et rien ne change.
      Etonnant non !

      Posté par Eve Lyne, 12 décembre 2016 à 04:21 | | Répondre
  • ce que je propose

    je sais très bien que cet article est sorti. Je l'ai mis en lien dans mon blog, et les réactions sont flagrantes : on n'accepte pas la critique du bouddhisme. http://faceaumur.over-blog.com
    J'ai vu quand on a été exclus du groupe où nous allions, comment on a été lâchés de toutes parts. Parce que ça aurait impliqué que des gens qui siègent entre eux au niveau de l'UBF et de l'AZI, entrent en discussion voire en désaccord, et laisser les gens à l'abandon et perdre deux pratiquants étant plus simple.
    Mail il faut dire que j'ai refusé de rentrer dans une relation où il nous était demandé une soumissions totale sans que cela soit formulé, mais c'était implicite.
    Simplement, il faut déjà libérer la parole; écouter ceux qui en parlent sans leur tourner le dos (j'ai pu voir combien cela dérangeait ceux avec qui j'ai pu pratiquer, car ce que je racontais fait écrouler toute l'image idéale qu'ils maintiennent, le mythe familial qu'ils font durer autour de leur maître, de leur famille), ne pas nier, et en parler, diffuser, comme Marianne à fait.
    Ce qui est à mon sens un grand pas de fait, mais d'autres à faire.
    On pourrait dire que notre histoire n'est rien face à celles qui ont lieu à Lérab Ling. Mais j'en souffre encore, car je l'ai vécu comme un déni total de mon existence. Une trahison totale des valeurs humaines dont j'investissais la pratique (et que j'investis toujours, mais plus avec ces gens-là, où avec une méfiance qui me pèse et que je ne contrôle pas).
    Voir que bouddhisme ne signifie pas absence de violence.
    Si la parole se libère, les responsables devront forcément rendre des comptes, en tout cas règler des choses.
    C'est parce que les pratiquants de taisent, ou fuient le bouddhisme en disant que c'est un truc pas pour eux, que rien ne change.
    Moi je pense que le dharma est un truc extraordinaire.
    Donc il nous appartient de ne pas laisser ceux qui sont censés le transmettre en faire un truc ordinaire, calqué autour de leur seul ego.
    Et pour ça il faut assumer notre propre maîtrise, pas la laisser à d'autres.
    Etre maître ce n'est pas s'asseoir plus haut que les autres : c'est aller avec eux et leur tendre la main.

    Posté par Laurent, 20 novembre 2011 à 22:35 | | Répondre
  • yudo et laurent

    bravo de parler.
    quel courage!!!

    je me souviens d'une réflexion lue sur le blog :

    "le monde est dangereux à vivre! non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."
    Albert Einstein

    Les adeptes victimes ont beaucoup de mal d'accepter la trahison subie (dépression) et puis souvent ne veulent plus entendre parler de ce qui a été leur calvaire.
    c'est normal, ils aspirent à vivre tranquilles et surtout à se reconstruire.
    Cela prend parfois des années, les maitres et gourous le savent très bien.
    et puis après la haine et l'attitude de vangeance fait plus de mal encore.
    d'où les difficultés à trouver des personnes pour aller en justice Alain.

    Pensées de paix et harmonie

    Posté par sylviesissi, 22 novembre 2011 à 12:56 | | Répondre
  • tout à fait.

    oui, c'est exactement la même souffrance que les femmes violées.
    et puis, peu, trop peu de personnes peuvent encore comprendre cela...deplus en plus peut-être maintenant, que la spiritualité devient plus acceptée comme recherche hors d'un contexte institutionnel catholique. Mais il y a encore du chemin à faire.
    Il y a une grande propension à reproduire un système clanique, hiérarchisé, avec un haut et un bas, un dehors et un dedans, quelque chose aux repères identifiables, un copier coller à tout ce dont nous venons, en se faisant croire que c'est autre chose, de mieux et plus pur.
    Donc il faut nommer les choses, pointer les contradictions.
    Les vrais maîtres savaient, et savent, les encaisser, les digérer, y répondre, ou mieux encore, ne rien dire s'ils n'ont rien à dire.
    Dans le zen ancien, c'était avec des baffes que les disciples sanctionnaient les maîtres qu'ils ne jugeaient pas à la hauteur. Il fallait oser franchir la frontière séparant du père tutélaire, spirituel, et le faire tomber à bas de son piédestal. Là ce n'était pas de la violence gratuite, mais une vraie confrontation murie par des années de pratique.
    Mais parfois ces mythes sont utilisés pour justifier moultes violences.
    Et là, il ne faut pas laisser faire : c'est aussi aider à préserver une pratique juste, éveillée.

    Posté par Laurent, 22 novembre 2011 à 21:29 | | Répondre
Nouveau commentaire