Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

18 octobre 2011

Il s'en passe des choses à Lerab Ling !

 

sogyal_rinpocheSur mon ancien blog « Les trois mondes », j’avais suscité, sans en avoir l’intention, un vaste mouvement de contestation concernant la personnalité de Sogyal Rinpoché. J’avais diffusé à l’époque un court extrait de son livre « Le livre tibétain de la vie et de la mort » qui m’avait séduit. Cela me valut 500 post assez virulents sur le personnage. Certains allaient très loin sur les attitudes et la façon de faire de Sogyal Rinpoche. Etant tout à fait neutre, j’en conclus qu’il y avait anguille sous roche. Le temps passa et je fus assez étonné que personne, compte tenu de ce qui avait été dit, ne monta au créneau ouvertement.

Cependant durant l’été, je fus contacté par une journaliste du magazine « Marianne » qui était décidé à faire un reportage sur Sogyal Rinpoche. Elle–même venait d’effectuer une retraite de 8 jours à Lerab Ling, le centre où enseigne Sogyal Rinpoche. Ce qu’elle vit et vécut pendant ces 8 jours l’étonna sur plus d’un point. Elle décida donc de pénétrer un peu plus au cœur du sujet en essayant de recueillir des témoignages. D’où son contact avec moi afin que je puisse l’aider à avoir des entretiens. Je lui donnais alors la possibilité d’entrer en relation avec plusieurs personnes dont Alain qui semblait avoir certaines connaissances sur le sujet.

Le reportage vient de sortir dans le N° 756 de Marianne (semaine du 15 au 21 octobre 2011). Bien sûr ce reportage, qui remplit 6 pages du magazine, risque de ne pas donner une bonne image du bouddhisme mais il est aussi salutaire car il me semble important de dénoncer toutes les  graves dérives qui existent dans un monde qui se prétend spirituel. Garder toute sa lucidité, tout son libre arbitre, ne pas tomber sous la coupe psychologique d’un soi disant maître, n’empêche nullement d’avoir une démarche et un engagement emprunt de spiritualité. Il faut savoir rester totalement libre et avancer aussi par soi-même.

Daniel


Commentaires sur Il s'en passe des choses à Lerab Ling !

    Evidemment

    je n'étais pas à l'époque de cet édito Daniel aussi fervente de venir sur votre blog donc je ne sais pas ce qui a été dit positivement ou négativement.

    ce que je sais de mon expérience de Sathya Saï Baba décédé l'an dernier me semble-t-il c'est que mon adhérance à cette forme de philosophie m'a beaucoup aidé à un moment ou j'allais mal après le fiston.

    des bien pensant m'ont beaucoup critiqué et comme ces biens pensants avaient besoin de moi je suis partie ensuite j'ai appris que c'était une secte peut être en tout les cas moi je me suis retrouvée et il m'arrive encore de chanter les mantras et de faire des OM cela me fait du bien.

    et ma philosophie bouddhiste est intacte - il fut un temps ou je ne voulais pas contrarier certaines personnes - maintenant pour rien au monde même réflexion je n'enlèverais mon Bouddha.

    donc merci pour cet info je vais acheter Marianne et lire ce qu'il est dit sur ce Monsieur.

    bonne journée à toutes et bisous à Câlin.

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 18 octobre 2011 à 10:57 | | Répondre
  • idée

    je vais acheter le magasine et me faire mon idée. Merci ami d'être parmi ceux qui "bougent".

    Posté par Ariaga, 18 octobre 2011 à 17:46 | | Répondre
  • hé bé !!

    j'ai acheté Marianne Daniel je suis écoeurée - je ne sais pas si Sathya aurait fait de même certes oui tout ces grands gourous se prennent pour l'éveillé même mais combien devraient justement prendre en compte qu'il était avant tout un ascète.

    je ne savais pas qu'il y avait eu autant d'interventions à ce sujet il se peut que son livre soit extra on a connu des écrivains avec une plume embelli mais une vie d'enfer.

    vous êtes cité sur Marianne et même Carla Bruni Sarkozy qu'est ce qu'elle a l'air cruche sur cette photo en tout les cas merci pour cette info.

    néanmoins je reste dans ma philosophie (bouddhiste hindouiste) moi je suis végétarienne et manger du boeuf comme ce gourou en mangeait c'est comme si je mangeais mon signe astro chinois (beurk) mais attention je n'impose pas mon mode alimentaire aux autres.

    je laisse Ariage se faire une idée sur cet article cela noirci le nom des Rinpoché - dommage

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 18 octobre 2011 à 19:42 | | Répondre
  • alors là ..

    j'en reste baba sans jeu de mot Daniel, après autant de réaction sur un certain billet en 2007, là 2 réactions - est ce heureux pour vous bon signe ??

    je vous dis donc à demain et douce nuit

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 18 octobre 2011 à 23:10 | | Répondre
  • Pour une certaine Vérité

    Le Dalaï-lama nous a expliqués lors d’un enseignement que lorsque l’on se retrouve face à une situation qui pose problème, il est préférable d’étudier cette situation dans tous les angles possibles avant de choisir la solution qui semble la plus plausible.
    J’ai trouvé cet enseignement plein de sagesse.
    Aujourd’hui encore, je m’en souviens… comme si c’était hier…
    Peut-être que face au problème récurrent que lui a posé Sogyal Rinpoché (SR), le Dalaï-lama a choisi une solution que l’on ne soupçonne même pas.
    Je peux vous dire que lorsque je suivais SR comme étant mon maître, je n’avais aucune idée de ce qu’il se passait. Outre le fait que je n’avais qu’une expérience limitée, je buvais le Dharma (enseignement du Bouddha) sans me rendre compte au début que SR disait toujours la même chose.
    Je crois maintenant que cela fait aussi partie d’une certaine stratégie que de laisser l’étudiant illuminé sur sa faim. En fait, l’étudiant vient acheter du rêve, tout comme ces jeunes filles qui se sont laissées séduire et sont tombées sous le charme du maître, comme des poissons dans un filet de pêche.
    Quand je lis et relis l’article, je sais que son auteur l’a volontairement minoré, sinon la petite Mimi aurait déjà reçu une plainte en diffamation.
    Le parallèle avec l’affaire DSK est assez étonnant.
    Je connais les témoignages réels des filles parce que lorsque j’ai appris en juillet 2007 (4 ans après mon entrée à Rigpa), grâce à l’ancien blog de Daniel (Les Trois Mondes) ce qu’il s’est réellement passé, je n’ai pas supporté que la Vérité n’éclate pas.
    Vous savez, il faut de tout pour faire un monde. Je suis un emmerdeur assoiffé de justice et surtout, s’il y a une victime d’un prédateur, je n’ai de cesse de le poursuivre. Il y a trois ans, j’ai fait mettre en prison pour six ans un homme récidiviste qui avait abusé d’un garçon légèrement handicapé mental et qui depuis, vient me voir chaque jour à mon bureau. Il est comme un fils. Je ne suis pas fier de cette histoire parce que je pense souvent à cet homme enfermé et cela ne me satisfait pas.
    A l’époque des faits à Lérabling, j’ai vu un avocat et j’ai proposé sur le blog de Daniel et aussi par mails avec certaines personnes, de mettre en place une association de victimes de SR pour qu’elles se sentent plus fortes et solidaires et qu’elles soient prises en charge. Cela n’a pas marché et on m’a traité de fou.
    Quand on sait ce que SR peut faire, on ne peut pas accepter cela, au nom de la Vérité et au nom de la Femme.
    Je comprends que les femmes n’osent pas dire les choses parce que d’une part, elles se sont faites piéger - d’une certaine manière elles ont librement consenti - et d’autre part, cela ne servirait pas à grand-chose parce qu’en France, un dossier comme cela est vide juridiquement… regardez Tristane Banon.
    Ce qui me peine est que leur vie n’est plus la même et que l’abus de pouvoir, dans un cas comme ça, devrait faire jurisprudence.
    En fait, dans cet article, il n’y a rien… ou presque. Parce que les faits pour lesquels cet article a été écrit ne sont pas explicités. Si vous saviez…
    Peut-être est-ce la raison pour laquelle à cet instant aucune réaction n’est arrivée sur le bureau du rédacteur en chef de Marianne.
    Il faut du sang et du vrai sexe pour que cela marche. Pourtant, il y a une photo de Carla Bruni (Marianne est plutôt à gauche), aux côtés du Dalaï-lama et de SR mais non, ça n’intéresse personne.
    Regardez aujourd’hui ! Un israélien a été libéré contre un nombre incalculable de palestiniens. Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a dit qu’un israélien valait huit mille palestiniens. Toute la journée, à la télé comme à la radio, on vous a rabâché l’histoire de cet homme, enfin libéré par le Hamas. Cela me rappelle l’affaire des deux otages français de FR3 qui sont restés en captivité pendant cinq cents jours et qui sont revenus en pleine forme de leur mission professionnelle pour laquelle ils sont bien payés. Pour qui nous prend-on ?... Pour les moutons que nous sommes.
    J’ai une pensée pour chacun des palestiniens restés prisonniers de la machine israélienne.
    Et j’ai une pensée pour tous les enfants qui meurent de faim toutes les secondes qui passent. Et j’ai une pensée pour toutes les femmes qui sont maltraitées partout dans le monde.
    Ce qui me fait le plus mal au travers de cette histoire, c’est qu’apparemment SR continue impunément à abuser de son pouvoir au nom de la « folle sagesse ». C’est dommageable. C’est une imposture.
    Ce qui me navre au-delà de tout ça est que l’image du bouddhisme et surtout du Dharma est corrompue parce qu’ici, dans cet article, l’auteur n’a pas voulu faire de concession… comme si on assimilait tous les prêtres pédophiles de la religion catholique à l’ensemble de l’église. Non bien sûr.
    Le Dharma est un véritable joyau indestructible, comme le message du Christ. Ces hommes (Bouddha et Jésus), si l’on en croit Spalding dans « La Vie des Maîtres » sont des âmes qui oeuvrent ensemble pour le bien de toute l’humanité… et plus encore.
    Alors pourquoi ? Pourquoi le Dalaï-lama a-t-il cautionné par son silence SR ? Pourquoi est-ce la solution du silence qui lui a paru la plus plausible ? Il est vrai qu’à l’époque où l’affaire Janice Doé a éclaté aux Etats-Unis, il avait bien fait comprendre que si une personne avait de bonnes raisons de se plaindre d’exactions commises par SR, il ne fallait pas qu’elle hésite à le faire, dans les plus brefs délais et devant les autorités compétentes. Comment un homme, qui a vidé les geôles tibétaines avant l’arrivée des chinois en 1959 peut-il adhérer au concept de l’emprisonnement ? En outre, il n’est plus dans un territoire où il a autorité. Cependant, certaines personnes me disent que son silence pesant fait de lui un irresponsable, pour ne pas dire un coupable.
    A moins qu’un maître tibétain, même laïc, ça vaille huit mille jeunes femmes fragiles. Dans ce cas-là…

    Posté par alain thomas, 19 octobre 2011 à 00:41 | | Répondre
  • à Alain

    Ce que tu poses comme questionnement au sujet du Dalai Lama est troublant.
    Moi tout ce que je connais de Sogyal vient de témoignages comme le tien. Alors, tu es mieux placé que moi pour en savoir le long et le large.
    D'un autre côté, les Maîtres authentiques ne sont pas moins vilipendés que les faux. La preuve : Jésus a été crucifié et je me suis toujours demandé pourquoi une foule qui l'avait accueilli en libérateur à un moment donné l'a tant haï par la suite, jusqu'à vouloir sa crucifixion à tout prix. C'est bien cette même foule qui a préféré sauver Barabas au lieu de Jésus ! Pourquoi ? Sans doute parce qu'une grande campagne de salissage avait eu lieu entre temps et que seulement une poignée de personnes n'en ont pas été dupes.

    Posté par kea, 19 octobre 2011 à 02:45 | | Répondre
  • rectification

    Ce qui ne veut pas dire que Sogyal Rimpoché ne soit pas celui qu'on dit qu'il est : un abuseur.

    Posté par kea, 19 octobre 2011 à 02:48 | | Répondre
  • Chère Kéa

    Cela peut paraître paradoxal mais il n'y a pas de jugement dans mes propos, surtout pas envers le Dalaï-lama et non plus envers SR.
    Je me place au niveau des victimes et je ressens leur souffrance.
    Ensuite, j'écoute ce que tous les gens me disent, aussi bien ceux qui admirent SR ou qui comprennent sa "folle sagesse" que ceux qui le détestent.
    Je ne déteste personne.
    J'ai beaucoup de respect pour le Dalaï-lama mais je comprends lorsque de jeunes personnes qui découvrent la vie s'offusquent de son silence.
    En parlant de son silence, je leur ouvre la porte pour qu'ils réfléchissent à ce que le Dalaï-lama endure et accepte aussi.
    Là où je ne doute pas, c'est de sa compassion illimitée pour tout être vivant qui souffre.
    C'est pourquoi il peut arriver aussi que nous ayons des pensées furtives de compassion pour ceux qui alourdissent leur karma.
    Ce n'est pas facile de comprendre le vrai sens de la vie.
    Cependant, on ne peut pas empêcher une certaine jeunesse détentrice de l'avenir qu'on lui a laissé de vouloir changer ce monde malade au nom de la Vérité et de la Justice, pour le droit des êtres ordinaires à vivre dans la dignité.

    Posté par Alain Thomas, 19 octobre 2011 à 11:02 | | Répondre
  • bref !!

    un jour lumière sera faite - pour Jésus je suis comme Kéa - pourquoi après tant de souffrance il devient quelqu'un que l'on pris.

    quand à ce Monsieur Rinpoché cela fait comme Sathya beaucoup d'encre - donc ou est la vérité - Alain n'a pas tort finalement.

    bonne journée

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 19 octobre 2011 à 11:11 | | Répondre
  • Cher Alain

    Je n'ai pas considéré tes propos comme des jugements et j'ai été contente de lire ce que tu as écrit. Nous sommes en droit de nous questionner aussi bien en ce qui concerne l'attitude du Dalai Lama que de toute autre personne.
    La difficulté je trouve c'est de se positionner d'après ce que les gens disent, pour ou contre, car ce sont les interprétations de chacun, et celles-ci peuvent être motivées par des intérêts personnels.
    Je préfère l'attitude d'Andrée qui, malgré la critique des bien pensants, a su pour elle même ce qui lui avait fait du bien.
    On reconnaît un arbre à ses fruits et non à ce que les gens en disent.
    Pour se débarrasser de l'encombrant Socrate on a dit qu'il corrompait la jeunesse, et les gens étant incapables de ressentir pour eux-mêmes y ont cru. On a menacé Martin Luther King d'une vaste campagne visant sa sexualité, avant de décider de l'assassiner tout simplement. Et combien d'autres exemples on pourrait citer ? Gandhi et ainsi de suite...
    Alors, je reste consciente que ceux qui veulent vraiment le bien de l'humanité seront autant détestés et salis et sans doute encore plus que les faux, car plus dangereux pour l'establishment.

    Ceci dit il n'est pas question de se laisser berner sans rien dire.

    Par exemple :

    Il y a eu chez-nous au Québec des fuites au sujet de certains dossiers concernant la construction
    qui ont déclenché une grande réaction de la part de la population
    qui réclame vivement une enquête publique à ce sujet.
    Évidemment notre Premier Ministre veut éviter à tout prix cette enquête
    car il est évident qu'il trempe jusqu'au cou dans la collusion avec la Mafia
    qui s'est emparée avec le temps de toute cette industrie.

    Mais là je ne crois pas qu'il s'en tirera...
    heureusement tout le peuple est debout...
    pour une fois !
    Pourquoi attendre d'en arriver à ce point avant de se lever ?

    Ce qui se passe ici, ça se passe partout, et pire
    et nous, nous en sommes responsables lorsque nous ne disons rien.
    Je trouve qu'il en va de l'avenir de nos enfants et petits enfants.
    On peut à tout le moins essayer... par amour pour eux.

    Posté par kea, 19 octobre 2011 à 16:00 | | Répondre
  • Chère Kéa

    Oui.
    Mais pour autant Kéa, il n'y a rien qui ne soit pas une parcelle du Tout. Chaque particule a son chemin et pour grandir, elles ont toutes besoin les unes des autres.
    Imagine que tout soit beau dans le meilleur des mondes ! Compte tenu de notre niveau de dualité actuelle, ce n'est pas possible. Nous avons besoin de difficultés pour rester debouts sur notre fil, sinon nous tombons. C'est une des règles du jeu.
    Ce que je veux dire, c'est que sur le rasoir, il faut savoir marcher sur le coupant, car de chaque côté se trouvent les extrêmes.
    Le coupant est la voie du milieu, car pour ne pas se couper, il faut une grande attention, une grande vigilance, un grand équilibre, une grande concentration, une grande patience, une grande compréhension et une grande connaissance.
    Quel que soit l'extrême vers lequel on tend, nous dirons droite ou gauche, ce que d'autres appellent bien ou mal ou encore d'autres positif ou négatif, c'est un extrême.
    En clair, le monde des Dieux n'est pas mieux ou moins bien que le monde des enfers. Ce sont deux extrêmes.
    Cela signifie aussi que dans les extrêmes, lorsqu'on y va dans certaines situations, il faut y aller avec le Coeur et rien qu'avec le Coeur.
    Bisous.

    Posté par Alain Thomas, 19 octobre 2011 à 16:52 | | Répondre
  • Avec le coeur

    Oui, c'est ça que je voulais dire Alain, avec les yeux du Coeur pouvons nous voir vraiment.
    Il y a les extrêmes qui participent du monde de la dualité et il y a aussi le monde de la non-dualité qui nous est accessible par le coeur et c'est grâce aux grands maîtres que nous savons que ce monde existe et que nous en sommes les héritiers. Savoir que ce monde existe n'est pas suffisant, il faut aussi en connaître la porte d'entrée.

    Posté par kea, 19 octobre 2011 à 17:02 | | Répondre
  • A Alain

    C'est une belle réponse , Alain !

    Posté par Daniel, 19 octobre 2011 à 17:13 | | Répondre
  • Lecture

    J'ai lu l'article, cher Daniel, et cela ne m'a pas donné envie d'aller faire une retraite spirituelle dans les Cévennes. Je crois que je vais rester assise à la maison sur mon coussin ... Mais il ne s'agit que de la lecture d'un magasine assez polémique il on ne peut, en aucun cas, porter un jugement sur une pratique à partir de données aussi unilatérales. Amitiés.

    Posté par Ariaga, 19 octobre 2011 à 17:14 | | Répondre
  • A Ariaga

    Oui vous avez raison. Prudence...Il ne faut pas faire d'amalgame entre le bouddhisme et un être qui ne se comporte pas bien.
    Les témoignages que j'avais recueillis à l'époque étaient très durs et nombreux et évoquaient des pratiques condamnables. La leçon à tirer de tout cela, c'est d'avoir la sagesse de garder sa liberté sans tomber dans une aliénation psychologique qui peut faire beaucoup de dégâts.
    le chemin qui mène à l'éveil est souvent semé d'embuches( peut être est ce nécessaire?)

    Posté par Daniel, 19 octobre 2011 à 17:50 | | Répondre
  • les yeux du coeur

    Je comprends ce que tu veux dire Kea .
    Il me paraît extrêmement difficile de rester centré dans le coeur quand on est tombé dans l'extrême puisque, par définition, on est décentré .
    Les extrêmes provoquent l'aveuglement et la dureté du coeur .
    Il me semble que ce n'est qu'une fois revenus à la sagesse et la modération (un processus parfois long et difficile) qu'on peut véritablement se sentir dans l'amour .
    C'est pourquoi, il vaut mieux porter toute son attention sur le maintien constant de l'équilibre plutôt que de passer son temps à laisser faire et réparer inlassablement les dégâts .

    Posté par marie christine, 19 octobre 2011 à 17:51 | | Répondre
  • Les embuches ?

    Quand on les traverse, on râle bien.
    Mais si on s'en sort, on s'en trouve grandi.
    C'est réconfortant, non ?

    Posté par PLV, 19 octobre 2011 à 18:07 | | Répondre
  • Transcender les extrêmes

    Kéa
    Les grands maîtres ne sont pas plus grands que toi. C'est leur message qui compte et non leur personnalité car ce sont des êtres comme toi et moi... la preuve.
    Comme dans toute communauté, il y a des êtres authentiques à partir du coeur et d'autres qui le sont moins. Les maîtres n'ont pas le monopole du coeur.
    Le message ne vient pas de l'extérieur par le maître, il arrive à l'intérieur par l'expérimentation. C'est uniquement par nos expériences que nous avançons. Tout message qui n'est pas compris avec le coeur et qui n'est pas suivi d'une expérimentation ne sert pas à grand chose.

    Ariaga
    C'est très intéressant ce que vous dites parce que l'article a été minoré alors que votre regard très juste voit l'unilatéralité des écrits et vous avez raison. Elodie (l'auteur) a été presque obligée de pousser à l'extrême ce qu'elle a elle-même expérimenté en une semaine (c'est court) parce qu'elle était limitée dans son obligation à ne pas révéler des faits pourtant réels mais non avérés juridiquement. Cela explique son agressivité. Cela fausse un peu les choses.
    Cela démontre en tout cas que le système judiciaire des hommes reste un système humain. Il est incomplet et ne rend pas toujours la justice. Voilà aussi pourquoi il esxiste une justice immanente, celle du karma par exemple ou encore, celle du semeur ou la loi de cause à effet.
    Si SR n'est pas jugé par les hommes, il se jugera lui-même face à son passage par la porte de la mort.

    Marie
    Je ne suis pas d'accord. Il ne faut surtout pas rejeter les extrêmes. C'est par eux que nous créons. Paradoxalement, c'est peut-être là que se trouve l'étincelle divine. C'est ce que nous en faisons qui compte. Si nous allons dans les extrêmes avec le coeur (éthique) et la paix, nous expérimentons et créons. Chaque situation est une source d'évolution si nous l'abordons avec le Nouveau... même si elle est difficile.
    Il n'y a rien à rejeter.
    Il y a tout à accepter.

    Daniel
    Merci mon grand

    Posté par Alain Thomas, 19 octobre 2011 à 18:28 | | Répondre
  • L'extérieur

    Je comprends ce que tu veux dire Alain. Il y a aussi que si un enfant a grandi dans un milieu ou il n'a été en contact qu'avec des animaux, il n'agira pas en humain mais marchera à quatre pattes comme il l'a vu faire et n'apprendra pas non plus à parler mais à hurler possiblement. Alors il y a bien en petit peu des modèles extérieurs dans notre apprentissage.

    Posté par kea, 19 octobre 2011 à 19:34 | | Répondre
  • à tous

    Merci à tous pour les commentaires qui mènent à la réflexion.

    Posté par kea, 19 octobre 2011 à 19:35 | | Répondre
  • Alain

    Il arrive un moment où l'on ne sombre plus dans les extrêmes .
    Ca s'appelle la maturité spirituelle .
    Il y a un temps pour tout ...
    Les temps actuels sont sérieux : on nous demande de quitter nos comportements irresponsables et infantiles pour atteindre enfin un minimum de sagesse .
    Que la Lumière soit avec nous tous !

    Posté par marie christine, 19 octobre 2011 à 19:45 | | Répondre
  • Marie

    Je ne crois pas Marie.

    "Dans ce moment de l'histoire, on ne doit rien prendre au sérieux. Encore moins nous-mêmes.
    Parce qu'au moment où nous faisons cela, notre voyage et notre évolution spirituelle s'arrêtent.
    L'ère du loup solitaire est finie. Rassemblons-nous !
    Banissons le combat du monde de nos attitudes et vocabulaires.
    Tout ce que nous faisons aujourd'hui doit être fait de manière sacrée et célébrée.
    Nous sommes Celui... qu'on a attendu."

    On ne sombre pas dans les extrêmes, on y entre avec le coeur, pour le bien de ceux qui se trouvent là.
    Les temps actuels sont difficiles mais personne n'exige rien car nous ne sommes pas séparés. Il n'y a pas de baton ni de carotte.
    J'espère que tu vas bien Marie !

    Posté par alain thomas, 19 octobre 2011 à 21:57 | | Répondre
  • au-delà des mots

    Paix en ton coeur, Alain .

    Posté par marie christine, 20 octobre 2011 à 12:38 | | Répondre
  • Marie

    Merci.
    Paix en ton coeur aussi

    Posté par Alain Thomas, 20 octobre 2011 à 14:07 | | Répondre
  • ne nous trompons pas d'adversaireun peu de réalisme

    Je suis vraiment reconnaissante à Daniel Genty d'avoir fait circuler l'information. A la suite de tout ce buzz sur Rigpa et Sogyal Rinpoche, j'ai fait des recherches et viens de trouver un article plein de sagesse. J'en retiens trois choses:

    - on pense aux prédateurs avant de penser aux victimes
    - ne haïssons pas Sogyal Rinpoche s'il est malade
    - discuter du prédateur nous occupe, mais ne nous rapproche pas de la réalisation

    L'article est public et consiste en une question et sa réponse. https://sites.google.com/a/dharmix.com/www/vue---les-gourous .


    Question : Je vais être très directe, mais ne vous sentez pas obligé de répondre. Voilà : il est fait allusion dans votre correspondance d'une retraite de trois ans et d'un gourou. Un certain nombre de recoupements m'incitent à penser qu'il pourrait s'agir de Sogyal Rinpoché à propos duquel des rumeurs circulent. Je voudrais savoir s'il s'agit bien de Sogyal Rinpoché, si vous en avez été le disciple, si vous pouvez m'en dire deux mots, si vous avez fait une retraite de trois ans sous sa direction, ce que vous en pensez, et si vous pensez que les rumeurs à son sujet ont un fondement, car j'envisageais de m'inscrire dans son groupe Rigpa.

    Réponse : Vos déductions sont exactes, mais ce n'est pas le plus important. l'important est de se connaître soi-même et de comprendre pourquoi vous souhaitez vous en remettre à une autorité. Les maîtres se disent indispensables, mais le Bouddha nous enjoint d'être notre propre lumière. Tout dépend de ce que vous recherchez: soit le confort douillet d'un maître et d'une sangha pour vous épauler dans cette vie difficile, soit la réalisation. Le véritable chercheur ne s'en remet à personne. Il cherche, libre et opiniâtre. La réponse ne vient ni d'un gourou, ni d'un entraînement. Elle survient naturellement, simplement et automatiquement quand on ne l'entrave plus d'aucune autorité, d'aucun a priori, d'aucun préjugé, d'aucun dogme ni d'aucune tradition, aussi millénaire soit-elle. La libération ne s'achète pas, elle ne se copie pas, elle ne s'apprend pas. Elle est en nous : ne la bloquons pas par notre timidité, notre vanité, nos angoisses ou nos ambitions spirituelles.

    S'il est dans vos intentions de rejoindre une sangha, vous devez être mis en garde: non seulement le "maître" ne vous sortira pas du samsara, mais attendez-vous à des dérives. Elles sont systématiques dans une relation de supérieur à inférieur, de maître à disciple. C'est une affaire d'égo. Les hommes sont ainsi faits. Pour répondre précisément à votre question sur ma retraite de trois ans, je vous confierais simplement que j'ai dû la quitter prématurément à la suite de problèmes de mœurs impliquant le gourou. Je l'ai poursuivie un peu plus loin en solitaire, à quelques kilomètres de Lerab Ling.

    Pour autant il n'y a pas de raison de sombrer dans la négativité à l'encontre de Sogyal ou de qui que ce soit. On peut même faire preuve d'une certaine compassion pour quelqu'un qui n'a pas eu la jeunesse facile (plusieurs familles adoptives, adolescence chaotique). Il y avait un créneau à saisir en Europe: son charisme, son appétit de pouvoir et son extraordinaire capacité à manipuler ont fait le reste. Des hommes comme lui, il y en a plein la planète. On pourrait davantage en vouloir à ceux de son entourage immédiat qui savent et le maintiennent au pouvoir pour des motifs carriéristes, politiques ou financiers. On peut aussi s'interroger sur la cécité du disciple de base qui, aveuglé par ses objectifs spirituels, refuse de voir l'évidence. Pensez toujours au risque sectaire où l'on ne distingue plus la "folle sagesse" de la déviance manifeste. Il est possible de dénoncer un gourou sans pour autant le haïr. Un malade peut et doit être traité avec compassion. On peut adorer son discours sans pour autant accepter ses perversions ... Et dans un dernier sursaut de compassion, on peut aussi prendre en considération l'épreuve des jeunes victimes abusées, trahies et brisées par un homme qui utilise son prestige et s'approprie les enseignements pour séduire.

    Le plus important est ceci : le bouddhisme n'est pas l'Esprit du Bouddha. L'esprit de Bouddha ne diffère pas de celui de Lao Tseu ou de Jésus. Le bouddhisme est une adaptation par l'homme ordinaire, à l'usage de l'homme ordinaire. L'homme ordinaire travaille uniquement pour son égo, même dans ses activités spirituelles ou caritatives. Le bouddhisme est une reformulation de l'Esprit de Bouddha au bénéfice de l'égo. Il ne faut donc rien attendre du bouddhisme ou des maîtres en terme de réalisation spirituelle. "Soyez votre propre lumière".

    La réalisation est sans concession, sans arrangement, sans combine, sans politique. L'esprit de Bouddha ne s'adresse pas aux cœurs tendres. La tendresse vient après, et celle-là est authentique. La réalisation d'un seul vaut mieux que le petit confort spirituel de millions d'adeptes. Sans témoin, plus de transmission.
    Tout dépend donc de ce que l'on recherche. En terme de bonheur provisoire, votre inscription à Rigpa peut être une bonne décision. Mais en terme de réalisation c'est une autre affaire.

    Posté par Françoise, 22 octobre 2011 à 14:00 | | Répondre
  • Ouh la la, cè pa koul !

    Françoise, vous nous écrivez un article bien long.
    Sans doute intéressant.
    Mais moi (encore un défaut) je suis un peu flemme pour lire de grands textes sur un écran.
    Alors, je lis en diagonale.
    Alors, je glane des mots.
    Alors, je ne pige pas vraiment le sens de la pensée de l'auteur.
    Des mots ne me parlent pas du tout, car ils sont absents de mon système de valeur :
    Gourou, prédateur, victime, rigpa, sangha, Bouddha, ...
    Pardonnez-moi, je suis si naïf !
    La réponse que vous transcrivez dit : "Soyez votre propre lumière !"
    Oui, tenons en éveil cet "enfant de lumière" qui roupille au fond de nous ... Moi je pense qu'il s'agit de mon âme tout simplement.
    Mais il est des mots qui fleurent trop le catho, alors on les remplace par du style "new age".
    C'est beaucoup mieux, disent certains.
    Il est fort celui qui est sa propre lumière.
    Et il doit avoir un sacré Ego ...
    Doux Jésus (comme on disait au XIXème siècle) ah oui, faut vous dire aussi que j'ai un côté "rétro" (viseur) ... vous savez, celui qui regarde en arrière ... mais sans pour autant crier que c'était bien mieux hier ... Doux Jésus, de grâce, éclairez nos consciences SVP !
    Ste Rita, PPN !

    Posté par PLV, 22 octobre 2011 à 16:13 | | Répondre
  • Wouai, ya l'heure ki tourne ...

    Et tu as du boulot au jardin.
    En plus, il fait soleil.
    Remue-toi, que diable !
    Ah oui, l'ordi, ça c'est facile, bien assis, au chaud, au milieu d'une bande de potes et de potiches (oh pardon Mesdames !)
    Vraiment, j'en loupe pas une ...
    Allez, courage et à plus.

    Posté par PLV, 22 octobre 2011 à 16:17 | | Répondre
  • A Françoise

    Votre réponse et l'article que vous proposez sont plein de sagesse.
    J'aime beaucoup ce passage:Le véritable chercheur ne s'en remet à personne. Il cherche, libre et opiniâtre. La réponse ne vient ni d'un gourou, ni d'un entraînement. Elle survient naturellement, simplement et automatiquement quand on ne l'entrave plus d'aucune autorité, d'aucun a priori, d'aucun préjugé, d'aucun dogme ni d'aucune tradition, aussi millénaire soit-elle. La libération ne s'achète pas, elle ne se copie pas, elle ne s'apprend pas. Elle est en nous : ne la bloquons pas par notre timidité, notre vanité, nos angoisses ou nos ambitions spirituelles.

    Il est l'expression de ma démarche personnelle.
    Il vaut mieux toujours savoir où on met les pieds.
    Prudence, discernement, modération.....

    D'ici quelque temps, si vous n'y voyez pas d'inconvénients, je diffuserais cet extrait d'article sur mon blog parce qu'il me paraît important.
    Merci à vous.

    Posté par Daniel, 22 octobre 2011 à 16:35 | | Répondre
  • entièrement OK

    Daniel je suis OK pour que ce texte de Françoise circule - oui il est plein de sagesse et il remet certaines pendules à l'heure.

    et dire que moi avec mes petites réunions et méditations chantés avec Sathya je culpabilisais au moment ou j'étais mal on m'a redonner confiance on m'a remise sur le chemin en me faisait comprendre que le fiston n'était pas mort d'une mort physique certes mais qu'il était et serait toujours en moi.

    Sathya est en photo là ou je vous écris je lui parle car je suis reconnaissante de cette période et j'ai pardonné à ceux qui m'ont fait partir de cet endroit ou je se sentais revivre je n'ais pas été loin, pas besoin d'aller en Inde il est venu dédicacer son livre à Paris il y a de cela 20 ans maintenant la vue de cette homme m'a remplie le coeur d'amour.

    il a fait de belles chose pour son pays - hôpitaux - écoles - dispensaire et j'en passe bibliothèque aussi à Putta Party Inde il a relevé le seuil de pauvreté des Hindous et il n'a jamais obligés qui que cela soit à des parties "fines" il se peut qu'il y ait eu des dérives mais comme toujours les disciples en veulent + alors Françoise BRAVO et merci pour le lien intéressant.

    bonne soirée et bon dimanche

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 22 octobre 2011 à 17:10 | | Répondre
  • A Françoise

    Merci pour ce témoignage authentique d'un ancien étudiant instructeur de SR.
    Si l'on clique sur le lien, on apprend beaucoup de choses très intéressantes, notamment sur le libre arbitre.
    A méditer...

    Posté par alain thomas, 22 octobre 2011 à 17:47 | | Répondre
  • Juste en passant

    "Heureux les pauvres en esprit."

    Lucie.

    Posté par Eve Lyne, 22 octobre 2011 à 17:48 | | Répondre
  • la sagesse même !

    Magnifique texte transmis par Françoise !

    PLV, file au jardin !

    Finalement, c'est Lucie qui a le dernier mot . "Heureux les pauvres en esprit !" : ceux qui sentent au lieu de vouloir et de penser . Infaillible !

    Posté par marie christine, 22 octobre 2011 à 18:43 | | Répondre
  • Françoise à Daniel Genty

    Cher Daniel,

    Je n'ai évidemment pas d'opposition à ce que vous fassiez circuler l'article puisqu'il n'est pas de moi et qu'il est public. Je dirais même que ce serait bien, car votre notoriété (vous êtes cité dans le n° 756 de Marianne), la pondération et l'impartialité de vos commentaires vous rend audible et crédible.

    Le bouddhisme vous en sera reconnaissant.

    Bien cordialement,
    Françoise H.

    Posté par Françoise, 23 octobre 2011 à 16:49 | | Répondre
  • vérité unique

    Je dirais même que, à part quelques termes spécifiques du bouddhisme, le texte porte un message universellement prôné par toutes les obédiences dans leur partie la plus pure.
    Cet épisode vient prouver une fois de plus que les religions sont le fait des hommes puisque chacune a ses déviances et ses abus .
    Après quelques déboires et quelques naïvetés, on finit par se rendre compte que l'on est enseigné directement par la Source elle-même, de l'intérieur et de l'extérieur (qui, en réalité, ne font qu'un).

    Posté par marie christine, 23 octobre 2011 à 17:56 | | Répondre
  • A Marie Christine

    J'adhère totalement à tes propos. Quand on voit comment certains se sont comportés au sein de l'église catholique......Comme tu le dis les religions sont faites par les hommes. Dieu est au dessus de tout ça.

    Posté par Daniel, 23 octobre 2011 à 18:17 | | Répondre
  • Osmose

    J'acquiesce !

    Marie, Daniel... Cinq sur cinq !

    Posté par Eve Lyne, 23 octobre 2011 à 18:37 | | Répondre
  • arrangements

    Tout d'abord merci françoise pour ce texte et merci Daniel de nous donner la possibilité de découvrir diffèrents points de vue.

    Toutes religions "arrangent" à leur façon les textes et evenements. N'oublions jamais que ce sont les hommes qui ont fait les interprètations soit pour servir une politique de l'époque soit les ambitions démesurées du clergé
    (voir le comportement du vatican et sa fortune)

    Une toute petite anecdocte récente:

    Rentrée hier de Turquie j'ai visité à Myra des tombeaux et un theatre greco-romain. L'êvèque de Myhre ça vous dit?
    Biensûr! St Nicolas dont le tombeau se trouve à Demre.
    Dans cette très ancienne église ( au milieu
    des minarets) j'admire des très belles peintures en très bon état (christ en croix, apôtres...).

    Un vent mystique me balaie et mon imagination travaille: vision de notre Saint homme,qui a berçé notre enfance, avec mitre, crosse et beaux habits.

    Horreur! notre bon vieux St Nicolas est représenté en ...père noel!!!
    Sa statue le montre entouré d'enfants mais habillé en père noel. En pays musulman (qui se dit laic) l'habit d'évêque aurait fait tâche.
    Bel arrangement. Surtout sa lègende .
    Pas de gros pavé je la passe sous silence
    n'ayant pas la plume de notre cher Alain mdr

    La pensée boudhiste me convient très bien, mais excusez moi quand on représente les bouddhas ventrus voire obèses, les gourous abuseurs ça me gêne!
    La vierge rose bonbon alors qu'elle était plutot foncée de peau...

    Vous me direz que ce n'est pas les représentants ou les gourous qui font l'esprit d'une religion mais les arrangements sont parfois tragico-comiques

    mille pensées d'hamonie et de joie à tous

    Posté par sylviesissi, 23 octobre 2011 à 19:36 | | Répondre
  • Bouddha obèse

    chère Sylviesissi,

    le bouddha ventru et obèse comme vous le citez est le bouddha de Chine rien à voir avec Sakyamuni qui lui était une ascète et sa représentation et soit une main en l'air l'autre vers la terre c'est le bouddha cosmique et celui ou est la mains posées l'une sur l'autre est le bouddha méditation n'hésitez pas à me reprendre.

    j'ai les deux et j'ai même un bouddha ventru et
    obèse chinois les autres viennent de l'Inde et le
    bouddha ventru vient de Hong-Kong que Marché du Jade
    cadeau d'une amie aujourd'hui disparue dans le tsunami du Japon j'y tiens même obèse.

    bonne soirée à toutes et tous

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 23 octobre 2011 à 19:59 | | Répondre
  • la bonne chair

    Un gourou obèse, ça me paraît déjà un signe louche ...
    Jésus obèse, ça donnerait quoi ?
    Ah, PLV, reste au jardin et ferme tes chastes oreilles . On blasphème !

    Posté par marie christine, 23 octobre 2011 à 20:17 | | Répondre
  • Marie

    j'ai cité Sylviesissi car normalement les chinois l’appelle le Bouddha ventru ou le rigolard et il y en a .. obèse ça c'est affaire de goût sans jeu de mot.
    donc notre pauvre Jésus il était loin d'être ventru ou obèse - je ne vois pas de mal à mon commentaire en réponse à Sylviesissi merci

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 23 octobre 2011 à 20:26 | | Répondre
  • Ouais, c'est comme moi

    Les ventrus qui prèchent...
    Bon !
    On fini pas la journée à déblatérer sur son prochain.
    Quoique...

    Ca, c'est pas Lucie.

    Posté par Eve Lyne, 23 octobre 2011 à 20:28 | | Répondre
  • Andrée

    Absolument aucune animosité à votre égard, Andrée !
    Je rebondissais plutôt sur le sujet de l'obésité d'un Maître ou d'un gourou et le commentaire de Sylviesissi qui m'a beaucoup amusée .
    Décidément, la communication à distance est toujours truffée de malentendus !
    Je reprendrais les paroles d'Hanami : il y a des choix à faire à chaque instant de notre vie pour la rendre supportable (voire agréable) ou insupportable . Ca dépend uniquement de nous .

    Posté par marie christine, 23 octobre 2011 à 21:17 | | Répondre
  • précision

    Quand je disais "on blasphème", ça voulait dire "JE blasphème" . Et surtout, c'était de l'humour !
    J'imaginais un Jésus, genre Gargantua, transportant sa grosse bedaine à travers la Palestine et se goinfrant à la table de la Cène au milieu des apôtres sifflant le vin à volonté .
    MDR ! Tellement c'est inconcevable ...

    Posté par marie christine, 23 octobre 2011 à 21:50 | | Répondre
  • Marie

    Ah !! les mots ... je précisais le ventru et Sakyamuni c'est tout - donc pas lézard Marie on reste cool c'était une précision point final.

    bisous Marie

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 23 octobre 2011 à 22:59 | | Répondre
  • représentation

    merci de votre précision Andrée. moi aussi j'ai un boudha ventru et je préfére largement la main de boudha comme tu le dis plus près de l'esprit cosmique. Loin de moi les mauvaises pensées sur les gros.
    Je ne suis pas maigre mon plus! mdr!!

    Marie nous sommes en accord car il est vrai que cela choque : un peuple qui a du mal a se nourrir et un gros prêcheur...(cela fait penser au moine gourmand)

    "Faites ce que je dis et non ce que je fais"
    voilà résumé la chose.

    tu sais Eve une p'tite histoire:
    Ma fille ainée a passé toute sa scolarité en collège privé tenu par des soeurs.
    Il y avait les toutes maigres qui étaient vraiment aigries et detestables et ...les super bedonnantes plus placides. Ces dernières compensaient leur mal être par la nourriture!

    elle est depuis dégoutée de la religion.


    Ne pas juger, en fait dans certains pays les boudhas gros doivent certainement représentater la plénitude , la sérénité. Les coloris aussi
    pour nous c'est trop rouge vif, trop doré.

    Les filles bonne journée à touti

    Posté par sylviesissi, 24 octobre 2011 à 09:56 | | Répondre
  • oups! Andrée excusez moi:
    une fois "vous" une fois "tu"

    Posté par sylviesissi, 24 octobre 2011 à 09:58 | | Répondre
  • pas grave !!

    Sylviesissi pas grave je préfère le "tu" au "vous"
    moi je suis "grosse" enfin je suis grande et charpentée donc on accuse le coup - mais néanmoins si j'aime mon ventru - je préfère Sakyamuni et la main de Bouddha si fine - la représentation des bouddhas Hindous sont fins presque féminins d'une beauté sans pareil (affaire de goût)
    Bonne semaine les petits loups

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 24 octobre 2011 à 10:17 | | Répondre
  • les images

    Je n'ai rien contre le Bouddha ventru, je lui trouve même un air sympathique, contrairement à l'aspect libidineux du gourou cité plus haut .
    On ne sait pas non plus comment était Jésus .
    La représentation qu'on en a n'est autre que celle des peintres et des sculpteurs qui ne l'ont pas connu . Il semblerait que la religion catholique se soit entendue une fois pour toutes sur une certaine image . Est-elle la vraie ? Ce n'est pas vraiment un soucis ...
    Les représentations sont toujours symboliques de la manière dont on perçoit les idoles et de l'idéal qu'on cherche à atteindre .
    Comme tu le dis si bien, Sylviesissi, le Bouddha ventru représente la plénitude, la sérénité . Le Bouddha aux yeux clos : l'intériorisation . Le Christ osseux sur sa croix accentue l'idée du martyre et du sacrifice . Les dieux hindous féminisés : la réconciliation entre le masculine le féminin de l'être, détachée de la sexualité primaire . Les statuettes africaines aux mamelles importantes : sans doute la reconnaissance de la terre-mère nourricière . Etc ...
    C'est le rôle de l'artiste de représenter matériellement ses propres perceptions ou celles d'un groupe ethnique ou religieux .
    Je ne suis pas maigre non plus . Ce n'est pas une tare . Il faut se nourrir pour garder toutes ses forces !
    Bisous à toi Andrée (ah, je te tutoie aussi) .

    Posté par marie christine, 24 octobre 2011 à 11:10 | | Répondre
  • Marie

    tu peux le "tu" je préfère bisous

    Posté par Andrée SCHNEIDER, 24 octobre 2011 à 11:20 | | Répondre
  • le christ

    les artistes des différents pays adaptent les représentations selon la mode, les époques et les gens.
    En descendant vers Compostelle le christ devenait de plus en plus brun.

    Même très très bronzé hi!hi
    Dans nos régions on avait presque oublié qu'il était palestinien.
    et heureusement qu'il n'a pas été guillautiné ou tête tranchée car je vous laisse imaginer ce que nous porterions autour du cou!!!!

    Posté par sylviesissi, 24 octobre 2011 à 11:48 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire