vieille dameJ’étais au marché avec ma femme et nous nous dirigions vers l’étale de notre épicier italien (excellent jambon, un gorgonzola bien crémeux, des tagliatelles aux œufs et des petits vins de pays qui ont du caractère, hum de quoi se régaler). Devant nous, face à la caisse, une vielle dame toute courbée, son vélo collé contre elle, était en train de payer. Ses mains tremblaient et elle cherchait de l’argent dans plusieurs porte monnaie. Ma femme lui demanda si elle avait besoin d’aide et la vieille dame lui répondit « Non, je dois me débrouiller toute seule, mes enfants sont loin de moi. Je vis seule. J’ai plusieurs porte monnaie afin de reconnaître les pièces. Celui-ci contient des pièces de un et deux euros, l’autre des pièces de 50 centimes, enfin le dernier des petites pièces. Comme cela je peux payer plus facilement.

Ma femme lui demanda «  Vous faites encore du vélo ? » « Non »  lui répondit elle « J’ai arrêté d’en faire l’année dernière. Vous savez j’ai 89 ans et si mon vélo est près de moi, c’est pour m’aider à marcher, je m’appuie sur le guidon et je suis moins fatiguée ». Elle paya, puis s’en alla. Je la regardais partir et pensait que la vieillesse était un moment difficile de la vie.

Daniel