Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

13 septembre 2011

Ne pas juger !

Le jugement dernier

Le jugement dernier de Claude Théberge

 

« Le jugement est un refuge qui permet de critiquer l’autre sans forcément se remettre en cause soi même. »

Daniel

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Bazar spirituel - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Ne pas juger !

  • Discernement

    Ne pas juger...
    Cela signifie t'il qu'il faille tout accepter ?
    Certains humains sont très doués pour monter les uns contre les autres.
    Faire battre les montagnes.

    Ah! qu'il est difficile de vivre les uns avec les autres.

    La tièdeur serait-elle la voie ?

    Posté par Eve Lyne, 13 septembre 2011 à 09:41 | | Répondre
  • Un ordre ?

    Un conseil ?
    Ou un commandement ?
    Ne juge pas !
    Ne vole pas !
    Ne tue pas !
    Par souci de bonheur, l'homme a rejeté la morale.
    Par souci de liberté, l'homme a rejeté Dieu.
    Et pour finir, le ministre de l'éducation nationale va nous remettre au goût du jour quelques maximes repêchées in extrémis au fond de la corbeille.
    Et voilà notre bon Daniel qui se rapproche à petit pas du Deutéronome.
    Vous voyez qu'il avance notre monde ...
    Bientôt, y en a un qui va nous trouver une solution à la faillite de la Grèce.
    Allez, bon courage.

    Posté par PLV, 13 septembre 2011 à 13:44 | | Répondre
  • Se remettre en cause soi-même!

    Oui il est difficile de vivre les uns avec les autres et...
    à bien y penser, c'est heureux qu'il en est ainsi !
    Sinon, pourquoi nous remettrions nous en question s'il fallait expérimenter l'unité tout en étant confortables dans le monde de la dualité?

    Posté par kea, 13 septembre 2011 à 15:17 | | Répondre
  • Bonne nouvelle

    Je l'ai trouvée la solution à la dette PLV !
    Effacer toutes les dettes illégales...
    comme par exemple celles contractées pour sauver
    les banques
    dettes qu'il nous faut maintenant rembourser...
    avec intérêts SVP!

    Posté par kea, 13 septembre 2011 à 16:16 | | Répondre
  • Et si on rêvait un peu ...

    Que nos élus se comportent en bons pères de famille ? Pour DSK ça va être dur (façon de parler ...)
    Qu'ils soient soucieux de l'usage de cet argent commun qui n'est pas le leur (ne pas confondre mon portefeuille avec celui de l'Etat ...)
    Qu'ils le gèrent avec prudence et parcimonie (Larousse affirme que ce mot apporte une connotation de mesquinerie ...)
    Que nos banquiers et grands dirigeants économiques parviennent à faire cohabiter humanité et efficacité ...
    Quel rêveur ce PLV !

    Posté par PLV, 13 septembre 2011 à 21:02 | | Répondre
  • Tu sais quoi PLV

    Ce n'est peut-être pas irréalisable ce que tu dis!
    Si les élus pouvaient compter sur nous pour les appuyer dans leur résistance lorsque assaillis de toute part par le lobbying des multinationales, peut-être en seraient-ils heureux.
    Mais puisque nous ne disons rien il n'ont pas de pouvoir pour changer les choses. Sans notre voix qui s'élève pour dire ce que nous voulons, les politiciens ne peuvent rien.

    Posté par kea, 13 septembre 2011 à 23:35 | | Répondre
  • Rêver, le nez en l'air...

    Contagion !

    Ah! non...
    Cessez de parler d'argent, les amis.
    Pourquoi vous "miner" l'esprit ?!

    "L'important,ce n'est pas d'avoir de l'argent, mais que les autres en aient."

    Tiens! mais... cé qui, qu'à dit ça ?

    Posté par Eve Lyne, 14 septembre 2011 à 05:37 | | Répondre
  • Choix

    Je choisis de m’ouvrir cet espace lumineux et généreux pour d’autres perspectives aussi lumineuses et bienfaitrices ou je m’enfonce dans le sombre côté de mon mental contradicteur ?
    Je choisis de me poser dans le calme et le silence ou je persiste à me laisser envahir par mes pensées turbulentes et bavardes ?
    Je choisis d’agir en écoutant ma petite voix intérieure qui me guide avec certitude ou je préfère poursuivre, aveugle, en étant convaincu que tout vient de l’extérieur ?
    Je choisis de contempler la grâce en la fleur épanouie par le soleil ou je fronce les sourcils au détour de mes pensées qui m’emprisonnent en vue de satisfaire mon égo qui s’érige en maître tyrannique ?
    Je choisis les solutions toutes simples et énergisantes que m’offre la nature en son entier ou je persiste à croire que j’en suis séparée ?
    Je choisis le regard de l’autre dans sa bonté, sa douceur, l’écoute de son cœur et du mien ou je me ferme et je m’enferme toujours plus dans la rigidité mes pensées ?
    Je choisis de m’ouvrir au Monde, à la Vie, ou je me cloisonne...

    Je choisis.

    Posté par Hanami, 14 septembre 2011 à 08:02 | | Répondre
  • Je choisis

    Merci Hanami pour ces choix éclairés !
    Dans ma vie, je fais les mêmes que toi.
    Ce qui m'importe vraiment c'est de ressentir, de goûter l'Infini qui m'habite.
    Je sais aussi qu'il me faut prendre soin de l'extérieur. Il me faut entretenir mon corps, ma maison, mon auto! Pourquoi en serait-il autrement du monde entier? C'est à nous d'en faire l'endroit dont nous avons besoin pour avoir le loisir de profiter de l'immensité qui nous habite. Pour moi, l'un ne va pas sans l'autre.
    Si je laisse quelqu'un me mentir sans vergogne sans rien dire, je lui nuis énormément aussi bien qu'à moi-même!
    Non, il faut vraiment remettre les choses en place dans notre monde ! personne ne le fera à notre place.
    Je sais bien que ma contribution est minuscule, mais si on essaie pas, aors on peut s'attendre à pire.

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 14:20 | | Répondre
  • Eve Lyne

    "L'important,ce n'est pas d'avoir de l'argent, mais que les autres en aient."

    Je ne sais pas non plus qui l'a dit, mais je trouve que ça a plein d'allure.
    Si tous prenaient cela comme devise, comment pourrait-il y avoir des démunis dans le monde?

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 14:25 | | Répondre
  • Un monde global, une responsabilité globale

    "L’une des attitudes et des qualités que nous devons développer le plus, c’est le sentiment de responsabilité globale. La paix dans le monde ne naît pas de quelques prières, nous devons agir, chacun d’entre nous doit agir, nous devons tous faire quelque chose et agir avec persévérance pour changer notre attitude." Dalai Lama

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 14:33 | | Répondre
  • Changer d'attitude

    D'une attitude rétrécie à mon petit monde
    m'ouvrir à un sentiment de responsabilité globale.

    Wow! merci au Dalai Lama de nous faire partager son degré de conscience !

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 14:39 | | Répondre
  • Inquiétant

    Comment ça, Kéa...?!
    Moi! Point d'allure !
    Bon, j'ai dû mal entendre.

    Quelque chose m'échappe...
    Quel est donc cet engouement pour des êtres qui ne font que dire des choses simples, aux foules d'humains.
    Le monde va t'il si mal que l'on ai besoin d'être stimuler pour se conduire en humain tout simplement.

    Posté par Eve Lyne, 14 septembre 2011 à 16:03 | | Répondre
  • Chère Eve Lyne

    Ah la dyslexie !
    tant de malentendus elle cause!

    Il faut lire PLEIN ma belle !

    Etre stimulés pour se conduire en humain ???
    Malheureusement il semble que oui
    ce qui ne devrait pas avoir raison d'être
    car a-t-on jamais vu un babouin ne pas agir en babouin?
    Des humains inhumains par contre ?
    hélas !!!
    C'est pourquoi on compte à ce jour au moins un million de morts des suites des guerres d'Irak, Afghanistan, Libye, etc.
    Et nous ? n'avons nous vraiment rien à voir là dedans ?

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 16:24 | | Répondre
  • Choisir

    Juger c'est choisir et enlever toute possibilité de créer du nouveau.

    Posté par Ariaga, 14 septembre 2011 à 17:43 | | Répondre
  • Limitation

    Attention ! Kéa...
    Ma patience n'est pas sans borne.
    Voilà que tu me traite de dyslexique, maintenant !

    Bon, on en était où ? déjà !

    Avec Ariaga, faut faire très vite...
    Elle ne fait que passer avec son sac à dos.
    Comme je ne suis pas certaine d'avoir compris sa pensée, je dirais à vol d'oiseau:
    "Un constat n'est pas un jugement."
    Donc, pas de blocage...
    On avance.

    Posté par Eve Lyne, 14 septembre 2011 à 18:14 | | Répondre
  • Ben voyons donc Eve Lyne !

    je t'aime!...
    MALGRÉ ta dyslexie !

    Ça va comme ça ?

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 18:23 | | Répondre
  • Dieu du Ciel !

    Kéa...
    Aimons-nous, donc!

    Posté par Eve Lyne, 14 septembre 2011 à 18:28 | | Répondre
  • Choisir... est-ce juger?

    Quelqu'un peut répondre ?
    Alain peut-être ?
    ou encore PLV ?

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 18:30 | | Répondre
  • Bien Eve Lyne!

    Si seulement tous aimaient comme nous
    Dieu du Ciel que ça irait bien dans l'monde !

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 18:34 | | Répondre
  • Marie ! Au secours !

    Dis-donc, Marie...
    T'es tomber dans le puit aux encombrants ?
    Dépèches-toi de rappliquer...
    Y'a la Kéa qui me traite de dyslexique... MOI !

    Posté par Eve Lyne, 14 septembre 2011 à 18:35 | | Répondre
  • Marie ! Au secours !

    La crise nerveuse n'est pas loin...
    Dyslexique...
    Hystérique...

    Posté par Eve Lyne, 14 septembre 2011 à 18:41 | | Répondre
  • Kéa

    Tu es si loin...
    Et pourtant si près.
    Magnifique !

    Posté par Eve Lyne, 14 septembre 2011 à 18:47 | | Répondre
  • A Hanami

    Votre texte "Je choisis me plait beaucoup". Je le diffuserais prochainement.
    Nous sommes toujours confrontés à des choix. Encore faut-il choisir le bon? Mais qu'est ce qu'un bon choix?

    Posté par Daniel, 14 septembre 2011 à 18:58 | | Répondre
  • A kea

    Choisir, ne pas choisir.Ariagia dit une chose juste mais Hanami aussi. Il n'y a pas de vérité. Mais où est donc la vérité?

    Posté par Daniel, 14 septembre 2011 à 19:11 | | Répondre
  • A kea

    Choisir, ne pas choisir. C'est bien ce que dit Ariaga, mais Hanami aussi. Ou est la vérité ? Il ne doit y pas en avoir à mon avis.
    Vaste débat !

    Posté par Daniel, 14 septembre 2011 à 19:15 | | Répondre
  • C'est qui ça A Kea ?

    Un autre dyslexique je suppose !

    Bon, au moins y'a Eve Lyne qui revient à la raison !

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 19:16 | | Répondre
  • appel au secours ?

    Juger est un acte mental . Choisir est un acte mental .
    Combat-on le mental par le mental ? Je ne sais pas .
    Devenir ce qu'on aimerait être, la parcelle de Dieu, dans toute sa beauté .
    Simple exigeance du coeur .

    Non, Eve Lyne, tu n'es pas dix lexiques ! (un seul suffit) .

    Posté par marie christine, 14 septembre 2011 à 20:16 | | Répondre
  • Ouf !

    Me voici rassurée, Marie...
    Je file dormir en paix.
    Que le Ciel nous accompagne.

    Posté par Eve Lyne, 14 septembre 2011 à 20:25 | | Répondre
  • Marie

    "La parcelle de Dieu dans toute sa beauté", il me semble que nous le sommes déjà Marie, à différents niveaux de réalisation d'accord, mais un niveau vaut-il mieux qu'un autre? ça c'est pas sûr!

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 22:34 | | Répondre
  • Elle était fraîche ...

    ... l'eau de ton puits, Marie-Christine, tu te rappelles ?
    Moi je n'ai pas vu les encombrants dont parle Eve Lyne.
    Bah oui, c'est vrai, on avait oublié de les inviter !
    Puisque Kéa m'appelle à répondre, fallait bien que je fasse une tite pirouette ...

    Posté par PLV, 14 septembre 2011 à 22:37 | | Répondre
  • Quelle heure est-il ?

    Dans ton pays Kéa ...
    Fais de beaux rêves !
    Ici, il se fait tard, et les yeux picotent.

    Posté par PLV, 14 septembre 2011 à 22:41 | | Répondre
  • Cher PLV

    tes pirouettes me fascineront toujours!

    Posté par kea, 14 septembre 2011 à 22:48 | | Répondre
  • Heureusement que ...

    ... tu as le sens de l'humour ma chère Kéa !
    Car ça n'est pas donné à tout le monde ici bas.
    Bonne journée à tous.

    Posté par PLV, 15 septembre 2011 à 12:38 | | Répondre
  • Et l'heure ?

    Mais au fait ...
    Tu n'as pas répondu à ma question ?

    Posté par PLV, 15 septembre 2011 à 12:39 | | Répondre
  • ???

    Alors on fait quoi ?
    Juger, choisir, ressentir, mentaliser, aimer, agir, rejeter… se questionner… interpréter… parce que c’est ce que nous faisons tous, nous interprétons. Et ce que j’écris par la suite n’est qu’une interprétation, la mienne.

    Toutes nos pensées, nos actes, nos réflexions, nos questionnements se basent sur le choix.
    La Vie elle-même est un choix. On choisit de vivre. On choisit notre monde, d’un point de vue individuel tout d’abord, collectif ensuite. C’est nous tous qui créons notre monde, de par nos choix de vie, de pensées, d’actions et réactions.
    Nous avons un mental et un cœur tout comme deux hémisphères cérébraux.
    Le choix c’est peut-être la recherche de l’équilibre entre le cœur et la raison ?

    Nous vivons dans ce monde aujourd’hui, un monde de dualités et si nous y sommes ce n’est pas un hasard. On l’a voulu. Aujourd’hui, plus qu’hier nous avons des choix à faire, des choix importants, intenses qui nous mèneront là où l’on veut qu’ils nous mènent.
    Maintenant je ne sais s’il y a de bons ou de mauvais choix. Quand on fait un choix au départ on ne sait s’il sera bon ou mauvais. On ne sait rien à l’avance parce que c’est ainsi. Deux routes s’offrent à nous, laquelle choisir ? Et pourtant il nous faut choisir ! Mais il peut arriver bien sûr que l’on se trompe, si l’on estime que l’on s’est trompé.
    Et là encore nous avons le choix entre accepter ou refuser de s’être trompé. Tout va dépendre donc de la manière dont on va appréhender cette nouvelle situation.
    Et nous voilà encore face à des choix !
    J’accepte, par exemple en ne rien assumant, ou j’accepte en tentant de comprendre tous les éléments de manière à en tirer le maximum d’aspects positifs selon mes propres critères. Quant au fait de refuser, je combats jusqu’à m’épuiser nerveusement, toujours en exemple, ou je refuse dans le calme et la quiétude en sachant que de toutes façons chaque acte, chaque pensée est un choix qui m’amène quelque part.
    Tout est choix !
    En fait le choix précède l’expérience. Le choix c’est la décision de vivre une expérience. Il va nous permettre de comprendre après coup, et de grandir par le biais de la dite expérience. Voilà pourquoi nous ne pouvons pas dire que le choix est bon ou pas. Mais l’expérience, la notre, celle qui nous est propre va définir notre vie à un moment précis. Qu’elle soit bonne ou mauvaise, c’est encore une fois propre à chacun.

    Quand je parlais de choix dans mon premier commentaire, il s’agissait de choix privilégiant l’ouverture. Si le choix individuel est « intelligent », s’il vient du cœur, la réaction à ce choix le sera aussi. Si la qualité du discours et des actes est en adéquation, en cohérence, en réciprocité avec la qualité du discours et des actes d’autrui, alors la situation dans son ensemble le sera aussi.
    Pourquoi parler de mentaliser et imaginer aussi qu’il n’y a aucun ressenti. J’avoue que j’ai du mal à comprendre.
    Cette ouverture bien sûr se rapporte à soi dans son rapport au monde, son ressenti de même que dans sa relation aux autres qui gravitent autour.
    Je veux le Nouveau, il me faut donc choisir entre abandonner ou persister dans mes vieux schémas et ce n’est pas quelque chose de forcément évident à réaliser.
    Alors je m’observe puis je choisis de m’ouvrir, en conscience. Mon comportement fluctue ainsi en fonction de ma propre expérience qui obligatoirement a une influence sur autrui tout comme autrui a une influence sur moi. Nous sommes tous dans le relationnel lequel va dépendre de tous nos choix au sens large.
    Ainsi je choisis de ne pas juger telle personne (car il est bien question de juger dans le billet de Daniel) parce que mon choix privilégie l’empathie. C’est un état Kéa, un ressenti et non pas une recherche intellectuelle, psychologique ou autre. N’importe quelle personne souhaiterait que l’on fasse preuve d’empathie pour elle le jour où elle en a besoin.
    Pour changer de registre, je choisis le courage (ce n’est pas toujours facile mais c’est réalisable) plutôt que de me laisser aller à la peur parce que je sais tout au fond de moi que la peur est très mauvaise conseillère.
    Je choisis l’amour aussi plutôt que la haine car tous nous avons de l’amour en nous. Sa petite flamme brille en chacun et parfois il suffit de s’éclairer soi pour entraîner les autres à faire de même, et ainsi de suite…
    Je choisis la paix à la guerre parce que la paix c’est la lumière et l’harmonie.
    Je choisis de me taire (comme hier par exemple suite à quelques commentaires…) ou de parler (aujourd’hui) parce que c’est un choix qui m’est personnel et que mon cœur me l’a dicté ainsi.
    Je choisis aussi de faire le calme en moi plutôt que de m’emporter et dégager ainsi de mauvaises vibrations qui ne feront qu’empirer une situation donnée, pour les autres et moi-même, et ce à tous les niveaux du corps et de l’esprit.
    Je choisis ce qui me convient au mieux pour mon bien-être mais en respectant l’autre.
    Je choisis de respecter l’autre si je veux que l’on me respecte.
    Je choisis de remettre en place celui ou celle qui dépasse les bornes, selon ma propre échelle de valeur c’est certain, tout comme je choisis de réfléchir aux reproches d’autrui ou de me « corriger » si moi aussi je dépasse les bornes selon ses critères.
    Je choisis d’écouter l’autre alors qu’il a menti par exemple et de le lui dire parce que oui cela nuit à tout le monde, mais je choisis aussi de ne pas le juger. Par contre je choisis de le lui expliquer, intelligemment. A lui ensuite de faire ses propres choix, en fonction de ce qu’il a entendu, écouter, retenu parce qu’il en avait envie ou pas.
    Je choisis de me remettre en cause autant que faire se peut, plutôt que de me laisser aller dans la rigidité de mes pensées, qui je le sais m’embarque parfois et m’éloigne de ce que je souhaite ou ressens au fond de moi, en mon cœur.
    Je choisis donc l’ouverture de ma conscience, toujours plus, parce qu’à mon niveau je le ressens ainsi. J’écoute mon cœur en le privilégiant autant que possible.

    Maintenant, jamais personne ne peut se mettre à la place de personne. Là aussi nous faisons le choix de le comprendre ou non.
    Chacun a un point de vue qui lui est propre car chacun est différent dans ses propres choix et ses expériences passées et présentes. En fait rien n’est comparable ou à comparer avec rien, ni avec personne.
    Le choix ne veut pas dire mentaliser, uniquement. Il ne signifie pas que l’on ne ressent rien !
    Le mental et le cœur s’entremêlent constamment, personne ne peut l’éviter, à moins d’être un Maître ou un Sage mais le choix est toujours là, présent.
    L’instant à lui seul répond à un choix, celui de le vivre pleinement ou de le laisser être envahit par d’éventuelles et nombreuses pensées perturbatrices.

    Toutes les attitudes que nous avons, toutes les pensées, tous les mots aussi, ont une répercussion inévitable sur le monde. L’Univers nous renvoie au centuple ce que nous lui envoyons. Si nous envoyons de l’amour nous recevrons de l’amour. Si nous envoyons de la haine, nous récolterons de la haine.
    La conscience, la responsabilité individuelle et globale sont présentes, à ce niveau précisément et en tout premier lieu, dans le ressenti de l’instant qu’il nous est donné de choisir, et non dans le défoulement psychologique et désordonné parce que tout va de travers.
    On a tellement l’habitude de croire que tout vient de l’extérieur qu’on en arrive à croire que toutes les solutions sont aussi à l’extérieur. Elles le sont oui, dans une certaine mesure, mais à la base, elles sont en nous et nous allons les créer en fonction de nos attitudes et nos pensées, nos actes. Et alors que nous ne trouvons pas de solutions à nos problèmes qui pour la plupart sont de l’ordre du relationnel, nous jugeons les autres, les condamnons, parfois à tort. On a trop tendance à attendre des autres alors que tout est en nous. La relation aux autres est également dans le choix. Le monde va mal aussi parce qu’il est issu de nos choix quoique l’on pense, et nous sommes tous concernés puisque nous le vivons ce monde.
    Pour finir parce que tout de même j’ai été bien longue, je dirai que selon nos propres choix, c’est la somme des consciences individuelles qui forme la conscience globale tout comme la somme des responsabilités individuelles constitue la responsabilité globale !

    J’ai écris ce long commentaire cet après-midi avant de faire une course. J’avais la boule au ventre non pas parce que j'avais peur mais parce que je me disais « A quoi bon l’envoyer, nous sommes tous enfermés dans nos interprétations, quelles qu’elles soient (sans jugement) ». Je reviens donc, me branche sur un blog et Ô miracle je trouve cet article que voici :
    Encore une fois, tout est possible !
    Je vous en souhaite une très bonne lecture !

    http://dav2012.over-blog.com/article-l-univers-et-l-homme-selon-grabovoi-84352115.html

    Posté par hanami, 15 septembre 2011 à 19:16 | | Répondre
  • Kéa

    Je reste persuadée que la conscience, son ouverture, se connecte automatiquement à d’autres consciences similaires, qui sont sur la même fréquence, et qui touche plus de monde qu’on ne se l’imagine. D’où l’importance de notre état d’esprit lui-même, qui s’aligne sur d’autres état d’esprit similaires. Et plus nous serons nombreux à penser, à agir positivement, consciemment, dans l’ouverture, alors mieux le monde se portera. C’est ici que se situe la conscience collective.
    Il n’est pas question de ne pas agir Kéa, il est question de se changer d’abord soi-même pour transformer ce qu’il y a autour de nous et l’effet boule de neige opère. Car quoique l’on puisse penser, nous sommes tous concernés jusque dans les plus petits détails.
    Si nous ne changeons pas intérieurement, profondément et que nous ne basculons pas sur un autre mode de pensée, et les uns et les autres, individuellement puis collectivement, alors oui nous risquons d’aller à l’encontre de ce que chacun aspire au plus profond de lui, la paix, l’équité, l’harmonie.
    Il faut la vivre cette paix, la visualiser, la faire vibrer. Elle est communicative. C’est la loi du nombre qui l’emporte et l’Univers saura nous la renvoyer.

    Si chacun écoute son cœur, chacun est à même de pouvoir ressentir l’Infini, jusque dans la moindre et plus petite de ses cellules. L’Infini est dans le ciel, dans nos yeux, nos pensées, notre cœur, notre corps. L’Infini est dans nos rêves aussi. Il est en nous jusqu’au plus profond. Il est aussi dans la plus petite des cellules de n’importe quel être vivant, de la pierre au pied de l’arbre, au plus petit insecte, tiens la coccinelle par exemple (bon je sais il y a plus petit encore !... sourire…), jusqu’au moindre grain de sable, le plus minuscule qui soit.
    Et nous avons aussi, en nous, la paix infinie, le calme infini, l’intelligence infinie… celle de l’univers, la tolérance, la juste attitude. Il suffit d’y croire jusqu’au fond de soi, d’écouter, de se calmer, de ressentir la paix et tout le reste suit, même s’il nous arrive de vivre des périodes difficiles, conflictuelles, où tout va de travers. Ces périodes justement apparaissent pour nous faire réagir, oui, mais réagir en sachant toujours que tout est éphémère et que l’harmonie existe, pour tous. Mais cela n’est possible que si chacun parvient à rester centrer sur la Lumière. C’est encore un choix.
    Aujourd’hui nous vivons une époque importante, charnière, qui touche toute la Planète, voire bien au-delà, qui touche tous les domaines et tous les êtres. Nous avons des choix à faire, des choix authentiques, alors faisons les ces choix… Avec l’Intelligence du cœur, la Sagesse.
    C’est maintenant !

    Tu sais Kéa, je lis tous tes posts et je sais combien tu es attachée à la Paix.
    Je crois profondément tout comme toi en la Paix, en celle du Cœur et des hommes et je la veux cette Paix jusqu’au fond de mon âme. Mais je reste convaincue que dans un premier temps tout passe par soi et d’abord par soi. Quand on est en paix avec soi, on est en paix avec autrui. Autrui le ressent et le transmet à son tour, parfois même sans le savoir…

    Pour toi, une citation sur la Paix de Jean Paul II,
    « Il n’y a pas de paix sans un amour passionné de la paix. Il n’y a pas de paix sans une volonté farouche de réaliser la paix. La paix attend ses prophètes. […] La paix attend ses bâtisseurs. […] La paix est un chantier ouvert à tous et pas seulement aux spécialistes, savants et stratèges. La paix est une responsabilité universelle : elle passe par mille petits actes de la vie quotidienne. Par leur manière journalière de vivre avec les autres, les hommes font leur choix pour ou contre la paix. »
    Jean-Paul II

    Bises à toi Kéa et à vous tous

    Posté par hanami, 15 septembre 2011 à 19:24 | | Répondre
  • Référence

    Ciel !
    Le monde va si mal...
    Pourquoi tant de références !

    AMEN.

    Posté par Eve Lyne, 15 septembre 2011 à 21:14 | | Répondre
  • Hanami

    Merci sincèrement de ce que tu m'écris Hanami,

    Je n'ai pas encore eu assez de temps pour lire ton commentaire que tu qualifies de long, mais je suis heureuse que tu aies pris le temps de l'écrire, car oui chacun a ses propres interprétations mais en ce qui me concerne en tous cas, je ne les veux pas rigides, elles évolues parce que lorsque je lis ce que tu écris, toi ou quelqu'un d'autre, j'essaie d'écouter avec tout mon être et ressentir ce qui remontent et ainsi il y a continuellement une évolution dans ma façon de voir les situations.

    Évidemment lorsque j'essaie d'expliquer la notion que j'ai de responsabilité pour ce qui se passe dans le monde je suis maladroite. Mais c'est quelque chose qui vient de profond en moi et qui n'est pas encore complètement clair, c'est pourquoi j'ai de la difficulté à l'exprimer, parce que c'est encore informe. Mais je le ressens vivement. Quand j'entends parler de bombes au napalm qui tombent sur la tête des gens, c'est difficile, très difficile de me dire que je ne peux rien faire. Je pense que si nous sommes capables de bien dormir tout en sachant des choses comme ça, c'est parce qu'on s'est habitués à ça et qu'on est devenus prsque insensibles.
    Pour moi c'est comme si tu voyais ton enfant se noyer, il ne serait pas question à ce moment-là de dire que l'Infini va s'en occuper. Non, aucune barrière ne sera assez haute pour nous décourager. Il me semble que ce devrait être comme ça lorsqu'on sait que des gens sont en train de mourir de faim en Somalie, et complètement pour rien en plus, car la nourriture est là.

    D'accord, il n'est pas question de se jeter dans le mêlée et de se battre comme des tigres, mais seulement d'accepter ma responsabilité et de le dire que je ne suis pas d'accord. Tu sais ceux qui gouvernent ne peuvent rien faire sans notre appui ou à tout le moins sans notre silence. Et nous restons silencieux! Alors le pouvoir qui nous appartient en propre ils se l'accaparent et sèment une telle désolation dans le monde.
    Pour moi il s'agit seulement de reprendre le pouvoir qui nous appartient et de ne plus le laisser comme ça dans les mains de ceux qui, parce qu'ils l'ont usurpé, ne le respectent pas.

    Oui, c'est vrai Hanami, je vis pour ressentir la Paix qui vibre en moi, c'est ma passion. Je l'aime de l'amour le plus profond.

    Posté par kea, 15 septembre 2011 à 23:23 | | Répondre
  • Kéa

    Je n'ai rien à rajouter si ce n'est que je te rejoins sur bien des points, si ce n'est sur tous.
    Merci à toi Kéa pour ta simplicité d'être et pour ton authenticité...

    Posté par hanami, 16 septembre 2011 à 14:21 | | Répondre
  • A Hanami et Kea

    Voilà un bel échange et constructif. Il suffit de parler avec son coeur( et c'est pas donné à tout le monde). Une belle leçon de communication !

    Posté par Daniel, 16 septembre 2011 à 15:37 | | Répondre
  • On avance !

    ...comme dirait Eve Lyne

    Merci à toi Hanami
    et à toi Daniel.

    Posté par kea, 16 septembre 2011 à 16:21 | | Répondre
  • Merci Daniel.
    Oui Kéa c'est vrai... on avance... comme dirait Eve Lyne... sourire...
    Belle nuit à tous

    Posté par hanami, 16 septembre 2011 à 23:04 | | Répondre
Nouveau commentaire