Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

18 août 2011

Paris au mois d’août

Je m’arrange toujours pour être présent en région parisienne au mois d’août. La vie bascule dans une autre dimension que j’apprécie beaucoup. Paris change d’âme et se laisse imprégner par la douceur de l’été, une certaine indolence qui s’installe dans les rues de la capitale. Finies les mines tristes dans le métro, les gens pressés qui partent travailler ou se rendent à un rendez vous. Les travailleurs sont partis en vacances et ont laissé place nette aux touristes et visiteurs venus des quatre coins du monde.

Les rues se faufilent sous le soleil et toutes les places font la fête. La circulation devient plus fluide et on peut poser son regard  sur toutes les merveilles dont regorge la ville sans entendre un coup de klaxon violent vous imposer d’avancer plus vite. La Seine s’écoule langoureusement, laissant filer les bateaux mouches sous les ponts. Le soleil caresse les vieux toits en zinc et les bouquinistes ouvrent leurs étals chargés de livres et de vieux souvenirs. La Tour Eiffel s’offre, les jambes écartées, aux appareils photos, alors que Notre Dame n’en peut plus d’accueillir les flots de visiteurs qui disparaissent à l’intérieur de la nef, comme avalés par une bouche béante.

Alors je flâne, imprégné de cette ambiance de vacances. Je prends mon temps, je m’assois à une terrasse de café, regarde les femmes passer dans leur robe légère. Je suis comme un touriste qui s’émerveille. Oui vraiment Paris est une ville magnifique. Chaque quartier a sa propre ambiance, chaque coin de rue réserve une surprise. St Germain, Bastille, Montmartre……

Hier, nous étions, ma femme, une amie et moi, partis nous promener dans quelques galeries et passages parisiens. Certaines sont magnifiques avec leur verrière de l’ancien temps : galeries du Palais Royal, galerie Vivienne, passage Choiseul, passage Verdeau. Principalement construites au XIXe, elles permettaient d’abriter par mauvais temps les riches parisiens qui flânaient parmi les échoppes commerçantes. Peu de monde, une atmosphère un tantinet désuète, des boutiques parfois étonnantes…….

 

 IMG_0370

Place du Palais Royal

IMG_0376

La galerie Vivienne

IMG_0381

Une vue originale du Sacré Coeur

IMG_0383

La verrière du Passage des Princes

IMG_0392

C'est l'heure de la sieste au square de la tour St Jacques

IMG_0396

Les bouquinistes

IMG_0402

Paris plage: du sable, des parasols, mais aussi beaucoup de monde !

Posté par DANIEL GENTY à 08:00 - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Paris au mois d’août

  • Banlieue

    L'atmosphère du RER est intenable avec la chaleur, je préfère rester proche de la nature. Hier avec une copine passionnée de dessin et peinture comme moi, nous avons fait une virée vers Bullion, Bonnelles, La Celle-les-Bordes, Clairefontaine, pour nous entraîner aux croquis rapides. Les rares boutiques et cafés étaient tous fermés, peu de voitures, très peu de piétons, centre équestre presque vide avec quelques rares chevaux qui piaffaient d'impatience, et quelques ramasseurs de champignons dans les bois.

    Posté par Francine, 18 août 2011 à 15:00 | | Répondre
  • Nostalgie ?

    Paris au mois d'aout !
    Les années 75... Il me semble.
    Trop jeune, pas assez vieille pour apprécier:
    Le louvre...
    Montmartre...(Ah! si, une sorte de guinguette du genre Tahiti... Hi! Hi!
    Tout celà est si loin...
    Montparnasse, c'était les jeunes années de la Tour.
    La coupole en ce temps là...
    Tiens! j'y retournerai bien.
    Simone de Beauvoir...A l'époque, on clopait...
    Bastille... Mon coeur y est resté!
    Juste au dessus du "Bal à Jo".
    Bon, j'arrête là !
    Défois que je renonce à mon week end en pleine cambrousse ...
    Bouffer des légumes bouillis...
    Dormir au milieu des rats...
    Allez, les amis...
    Les vacances, quel travail!
    Epuisée, mais contente, je suis.

    Ah! ....
    Les amis, quel fardeau !





    Ah, les amis quel fardeau

    Posté par Eve Lyne, 18 août 2011 à 18:32 | | Répondre
  • Ah ! j'oubliais...

    Et dire que pendant ce temps là...
    Y'en a qui croient que l'on s'amuse !
    Allez, bon vent! et portez vous bien...
    Pendant qu'il est encore temps.

    Posté par Eve Lyne, 18 août 2011 à 19:13 | | Répondre
  • Travail au mois d'août

    Et oui ça existe.
    Même s'il est fait librement, le souci est là et surtout la présence.
    Que voulez-vous, on est secrétaire, comptable, hôtesse, commercial, patron et pis on fait les courses, le jardin, on arrose les fleurs, on donne à manger au chat, on écoute au passage les infos, heureusement y a une femme qui vient une fois par mois repasser mes chemises, il faut faire la cuisine, avec un jardin, les tomates c'est du boulot, les courgettes, les carottes rouges, les herbes, les sauces, les salades et pis après on s'fait engueuler par la Lyne parce qu'en plus il faudrait faire six heures de route le week-end en pleine canicule avec ma vieille bagnole, tout ça pour lui faire palisir, même qu'on s'fait pratiquement insulter.
    Alors y-en a marre, j'vous dis, j'veux la paix, la paix ...
    Vive la solitude et la méditation !

    Posté par alain thomas, 18 août 2011 à 21:05 | | Répondre
  • A chacun son truc

    Finalement à chacun son truc. Pour les uns , la campagne, pour les autres le dessin, la méditation, la solitude.....L’essentiel, c'est d'être bien.

    Posté par Daniel, 19 août 2011 à 14:03 | | Répondre
  • des vacances sporadiques

    Pourquoi Alain tu ne peux pas repasser tes chemises toi-même ? après tout... les tomates et les p'tits pois, ça pousse tout seul il me semble !

    Moi j'suis rarement à la maison ces temps-ci et lundi nous partons dans le Bas St-Laurent... là où je suis née. Une belle rencontre de famille est prévue à Matane on the beach.

    Posté par kea, 20 août 2011 à 19:25 | | Répondre
  • Kéa

    Je peux les repasser mais je suis vraiment pas doué.
    Mais bon, c'est une idée.
    Au point où j'en suis.
    Maintenant Kéa tu sais, il y a une façon de vivre très sympa, qui pourrait bientôt arriver. Tu veux savoir ?

    http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=2327

    Posté par alain thomas, 20 août 2011 à 22:57 | | Répondre
  • pas doué pas doué !!!

    être doué est pour beaucoup une question de pratique Alain ! Par contre chacun choisit de pratiquer ce qu'il veut !

    Voici la traduction en français (traduction par l'ordi, ce qui donne parfois des phrases bizares) d'une vidéo qui rejoint celle dont tu donnes le lien plus haut.

    J'ai commencé à étudier le cerveau parce que j'ai un frère à qui on a diagnostiqué une maladie du cerveau : la schizophrénie. En tant que soeur puis plus tard en tant que scientifique, je voulais comprendre pourquoi je peux prendre mes rêves, faire un lien avec ma réalité, puis les exaucer. Que se passe-t-il dans le cerveau de mon frère et sa schizophrénie pour qu'il n'arrive pas à lier ses rêves à une réalité commune et partagée, et que ses rêves deviennent plutôt des illusions ?
    J'ai donc consacré ma carrière à la recherche des maladies mentales graves. J'ai déménagé de mon domicile en Indiana pour aller à Boston où j'ai travaillé en psychiatrie à Harvard. "Quelles sont les différences biologiques entre les cerveaux de personnes diagnostiquées comme normaux, comparés aux cerveaux de personnes diagnostiquées schizophrènes, ou souffrant de troubles schizo-affectifs ou bipolaires ?
    Nous avons donc essentiellement connecté le micro-circuit du cerveau : quelles cellules communiquent entre elles, avec quels produits chimiques, et enfin dans quelles proportions ? Ma vie avait un sens grâce à ce genre de recherche que j'effectuais pendant la journée. Par contre, les soirs et les week-ends, je voyageais en tant que militante de NAMI, l'Alliance nationale des malaies mentales. Cependant, le 10 décembre, 1996, je me suis reveillée en découvrant que je souffrais également de troubles du cerveau. Un vaisseau sanguin a éclaté du côté gauche de mon cerveau et en quatre heures, j'ai senti les facultés de mon cerveau se détériorer complètement ne pouvant plus traiter aucune information. Le matin même de l'hémorrhagie je ne pouvais plus marcher, ni parler, ni lire, écrire ou me rappeler de quoi que ce soit de ma vie. Je suis simplement redevenue un bébé dans le corps d'une femme.
    Si vous avez déjà vu un cerveau humain, il est évident que les deux hémisphères sont complètement séparés l'un de l'autre. Je vous ai ramené un véritable cerveau. Voici donc un vrai cerveau humain.
    Voici le lobe frontal du cerveau, le lobe pariétal avec la colonne vertébrale qui pend, et voici comment il serait positionné dans ma tête. Et lorsque vous regardez le cerveau, il est évident que les deux cortex cérébraux sont complètement séparés l'un de l'autre. Pour ceux d'entre vous qui connaissent les ordinateurs, notre hémisphère droit fonctionne comme un processeur parallèle, alors que notre hémisphère gauche fonctionne comme un processeur périodique. Les deux hémisphères communiquent entre eux par le biais du corps calleux, constitué de quelques 300 millions de fibres axonales. Sinon, à part ça, les deux hémisphères sont tout à fait séparés. Puisqu'ils traitent l'information différemment, nos hémisphères pensent à des choses différentes, se préoccupent de choses différentes, et, si j'ose dire, ont des personalités très différentes.
    Excusez-moi. Merci. C'était un plaisir. (Assistant : Ca l'a été.)
    Notre hémisphère droit concerne le moment présent. C'est tout ce quil se passe "ici et maintenant." Notre hémisphère droit réfléchit en images et apprend de façon dynamique grâce aux mouvements de notre corps. L'information se répartit simultanément sous forme d'énergie, dans tous nos systèmes sensoriels puis il explose en un montage énorme représentant ce moment précis, l’odeur et le goût de ce moment précis, comment on le ressent et quel son il a. Je suis une source d'énergie, connectée à l'énergie autour de moi grâce à la conscience de mon hémisphère droit. Nous sommes des sources d'énergie, connectées les unes aux autres par la conscience de notre hémisphère droit et nous formons une grande famille. Et ici, maintenant, nous sommes frères et soeurs sur cette planète, ici pour faire de ce monde un endroit meilleur. A ce moment même, nous sommes parfaits, entiers et beaux.
    Mon hémisphère gauche -- notre hémisphère gauche -- est tout à fait différent. Notre hémisphère gauche réfléchit de façon linéaire et méthodique. Notre hémisphère gauche c'est tout notre passé et tout notre futur. Notre hémisphère gauche est conçu pour traiter cet énorme montage du moment présent pour en faire ressortir les détails, les détails et encore les détails de ces détails. Il procède ensuite à une catégorisation et organise l'information, l'associe avec tout ce que nous avons appris dans le passé, et projette toutes nos possibilités dans le futur. De plus, notre hémisphère gauche réfléchit en communiquant. C'est ce bavardage constant du cerveau qui me connecte moi et mon monde intérieur avec mon monde extérieur. C'est cette petite voix qui me dit : "Hé, n'oublie pas de prendre des bananes en rentrant à la maison. Il me les faut demain matin."
    C'est cette intelligence calculatrice qui me rappelle que je dois faire ma lessive. Mais, encore plus important peut-être, c'est cette petite voix qui me dit, "Je suis. Je suis." Et aussitôt que mon hémisphère gauche me dit "Je suis," je deviens distincte. Je deviens une personne à part, détachée du flux d'énergie qui m'entoure et indépendante de vous. C'était cette zone de mon cerveau que j'avais perdu le matin de mon attaque.
    Ce matin-là, je me suis réveillée avec une douleur lancinante derrière mon oeil gauche. C'etait le genre de douleur -- caustique -- que vous ressentez lorsque vous mordez dans une glace. Et cela m'a saisie -- puis ça c'est calmé. Puis ça m'a resaisie -- puis ça c'est calmé. C'était assez inhabituel pour moi de ressentir de la douleur, alors je me suis dit, OK, je vais faire comme d'habitude.
    Je me suis donc levée et j'ai sauté sur mon exerciseur elliptique, une machine qui fait travailler tout le corps. Je me lance à fond sur cette chose, puis je réalise que mes mains ressemblent à des pattes primitives aggripant les barres. Je me suis dit, "C'est très étrange." Puis j'ai regardé mon corps et j'ai pensé, "Ouais, Je ressemble à une chose bizarre. "C'était comme si ma conscience avait quitté ma perception normale de la réalité dans laquelle je suis la personne sur la machine en train de vivre cette expérience, pour aller vers un espace ésotérique à partir duquel je m'observe vivant cette expérience.
    C'était une sensation très étrange, et ma migraine s'accentuait. Je suis donc descendue de la machine, et je marche dans le salon, puis je réalise qu'à l'intérieur de mon corps tout est au ralenti. Chaque pas est lourd et très calculé. Il n'y a aucune fluidité de mouvement, et il y a ce resserrement dans la zone de perceptions, je me concentre donc sur les systèmes internes. Je suis debout dans la salle de bains, et je m'apprête à rentrer dans la douche, et je pouvais entendre le dialogue dans mon corps. J'ai entendu une petite voix qui disait,"OK. Vous les muscles, vous devez vous contracter. Vous les muscles, relaxez-vous."
    Puis, j'ai perdu mon équilibre et me suis retrouvée contre le mur, Je baisse les yeux et regarde mon bras et je réalise que je ne peux plus délimiter le contour de mon corps. Je ne peux plus déterminer où je commence et où je finis puisque les atomes et les molécules de mon bras se mélangent aux atomes et molécules du mur. Je ne pouvais ressentir que cette énergie -- énergie.
    Et je me demande. "Qu'est-ce qui m'arrive ?" Qu'est-ce qui se passe ?". Et à ce moment, le brouhaha de mon cerveau -- le bavardage de mon cerveau de l'hémisphère gauche -- a brutalement stoppé. Comme si quelqu'un avait pris une télécommande et avait appuyé sur le bouton "mute". Silence total. Et au départ j'étais surprise de me trouver à l'intérieur d'une tête silencieuse. Mais j'ai été immédiatement fascinée par la splendeur de l'énergie qui m'entourait. Et puisque je ne pouvais plus délimiter le contour de mon corps, je me sentais énorme et dilatée. Je me suis sentie entière avec toute cette énergie autour, et c'était magnifique.
    Puis, tout d'un coup mon hémisphère gauche revient en ligne, et me dit. "Hé ! On a un problème ! On a un problème ! On doit trouver de l'aide." Et je répète,"Ahh ! J'ai un problème. J'ai un problème. "Alors, c'est, "OK. OK. J'ai un problème !"
    Puis je suis immédiatement revenue à un état inconscient -- et je fais allusion à cet espace de “La La Land” avec beaucoup de tendresse. Mais c'était superbe là-bas. Imaginez ce que vous ressentez lorsque vous êtes totalement déconnecté du bavardage de votre cerveau qui vous connecte au monde externe.
    Alors je suis ici dans cet espace, et mon travail -- et tout stress lié à mon travail -- avait disparu. Je me sentais plus légère dans mon corps, et imaginez : tous les liens dans le monde externe et toute cause de stress liée à l’un d'eux -- avait disparu. J'éprouvais une sensation de sérénité. Et imaginez ce que ça ferait de perdre 37 ans de passé émotionnel ! (Rires.) Oh ! J'étais euphorique. Euphorique. C'était superbe.
    Puis, mon hémisphère gauche se connecte à nouveau et dit, "Hé ! Il faut faire attention. Il faut trouver de l'aide." Et je me dis, "Il faut que je trouve de l'aide. Il faut que je me concentre." Alors, je sors de la douche et machinalement je m'habille et je marche dans mon appartement, en pensant, "Il faut que j'aille au travail. Il faut que j'aille au travail. Est-ce que je peux conduire ? Est-ce que je peux conduire ?"
    Et à ce moment même, mon bras droit s'est totalement paralysé. Puis j'ai réalisé, "Oh mince ! Je fait une attaque ! Je fais une attaque !"
    Et tout ce que me dit mon cerveau, c'est "Wow ! C'est super ! (Rires) C'est super !" Combien de spécialistes du cerveau ont l'opportunité d'étudier leur propre cerveau de fond en comble ?" (Rires)
    Puis une idée me traverse l'esprit. "Mais je suis une femme très occupée !" (Rires) "Je n'ai pas le temps de faire une attaque !"
    Alors, je me dis, "OK, je ne peux pas stopper une attaque. je vais donc laisser passer une semaine ou deux et puis je reprendrai ma routine. OK. Il faut que j'appelle de l'aide. Il faut que j'appelle au travail." Je ne me rappelais plus de mon numéro professionnel, et je me suis souvenue que dans mon bureau, j'ai une carte de visite avec le numéro. Je vais donc dans mon bureau, je sors un tas de cartes de visite épais de 5 cm. Et en regardant la carte du dessus je pouvais clairement voir à quoi ressemblait ma carte de visite, mais je n'arrivais pas à voir si c'était ma carte ou pas. Tout ce que je pouvais voir c'était des pixels. Et les pixels des mots se mélangeaient aux pixels de l'arrière-plan et aux pixels des symboles, je n'y arrivais pas. Puis j'ai attendu ce que je considère comme une vague de lucidité. Et à ce moment, je pourrai me reconnecter à la réalité et j'ai réalisé que ce n'est pas la carte...ce n'est pas la carte...ce n'est pas la carte. J'ai mis 45 minutes à chercher dans le paquet de cartes de visite. Pendant ce temps, pendant 45 minutes, l'hémorrhagie se propage dans mon hémisphère gauche. Je ne comprends pas les numéros. Je ne comprends pas le téléphone, mais c'est le seul moyen d'y arriver. J'ai donc pris le clavier téléphonique et je l'ai placé devant moi. Je prends la carte de visite, Je l'ai placée ici, et je fais concorder les gribouillis sur la carte aux gribouillis sur le clavier téléphonique. Puis je me suis laissée vaguer dans le monde de La La Land, puis une fois revenue, je ne me rappelais pas si j'avais déjà composé ces numéros. J'ai donc dû manier mon bras paralysé comme un moignon et faire les numéros au fur et à mesure et je les ai composés pour que je revienne à la réalité et pour pouvoir me dire, "Oui, j'ai déjà composé ce numéro."
    Enfin, le numéro est entièrement composé et j'écoute au téléphone. Mon collègue prend le téléphone et me dit, "Ouh ouh ouh ouh." (Rires) Et je me dis, "Oh ça alors, on dirait un Golden Retriever !"
    Et je lui dis -- je lui dis clairement : "C'est Jill ! J'ai besoin d'aide !" Et ce qui sort de ma bouche est, "Ouh ouh ouh ouh ouh." Je réfléchis, "Oh mince, on dirait un Golden Retriever." Mais je ne pouvais pas savoir -- Je ne savais pas que je ne pouvais pas parler ou comprendre le langage avant d'avoir essayé. Il comprend enfin que j'ai besoin d'aide et il m’envoie de l'aide.
    Et un peu plus tard, je suis dans une ambulance pour aller d'un hôpital de Boston a l'hôpital Général du Massachussetts. Je m'enroule en une petite boule comme un foetus. Et tout comme un ballon avec un dernier filet d'air, juste à l'extrémité de ce ballon, j'ai senti mon énergie s'en aller -- J'ai senti mon esprit s’abandonner.
    Et à ce moment là, j'ai su que je n'étais plus maître de ma vie. Et que soit les docteurs sauvent mon corps et me donnent une deuxième chance de vivre, ou bien alors c'était peut-être le moment de ma transition.
    Lorsque je me suis réveillée plus tard cet après-midi, j'étais surprise en réalisant que j'étais toujours en vie. Lorsque j'ai senti mon esprit partir, j'ai dit adieu à ma vie. Et mon esprit était suspendu entre deux réalités très opposées. La stimulation qui s'infiltrait dans mon système sensoriel était d'une douleur atroce. La lumière me brûlait le cerveau comme une trainée de poudre, et les sons étaient si forts et chaotiques que je ne pouvais même pas distinguer une voix dans le bruit ambiant. Je voulais juste m'échapper parce que je ne pouvais même pas me positionner dans l'espace, je me sentais énorme et dilatée, tout comme un génie qui venait de sortir de sa bouteille. Et mon esprit s'envola, libre, comme une baleine glissant sur la mer de l'euphorie silencieuse. Le Nirvana. J'ai trouvé le Nirvana. Et je me rappelle avoir pensé que je ne pourrai plus jamais glisser mon énormité dans ce tout petit corps.
    Mais j'ai réalisé, "Je suis toujours en vie ! Je suis toujours en vie, et j'ai trouvé le Nirvana. Et si j'ai trouvé le Nirvana et que je suis encore en vie, alors toutes les personnes qui sont en vie peuvent trouver le Nirvana." Et j'ai imaginé un monde rempli de belles, paisibles, compatissantes, et aimantes personnes qui savaient qu'elles pouvaient atteindre cet espace à tout moment, et qu'elles pouvaient choisir exprès, de passer à droite de leur hémisphères gauches et trouver cette paix. Puis je réalisais quel superbe cadeau cette expérience m'avait fait quelle introspection cela pouvait être, de savoir comment nous vivons nos vies. Et cela me motiva pour guérir.
    Deux semaines et demi après l'hémorrhagie, les chirurgiens m'ont opéré et ont enlevé un caillot de sang de la taille d'une balle de golf qui se trouvait sur les zones du langage. Et je suis là avec ma maman, un ange dans ma vie. J'ai mis huit ans pour récupérer complètement.
    Alors, qui sommes-nous ? Nous sommes la force de vie de l'univers, dotés d'une dextérité manuelle et de deux esprits cognitifs. Nous avons le pouvoir de choisir, à tout moment, qui et comment nous souhaitons être dans le monde. Ici, maintenant, je peux rentrer dans le conscient de mon hémisphère droit, où nous sommes. Je suis la force de vie de l'univers. Je suis la force de vie de 50 millions de superbes génies moléculaires qui font de moi une entité. Ou bien je peux choisir de rentrer dans le conscient de mon hémisphère gauche, où je deviens une seule personne, un corps solide. Indépendante du flux, indépendante de vous. Je m'appelle Dr Jill Bolte Taylor : intellectuelle, neuroanatomiste. Ce sont les "nous" à l'intérieur. Lequel choisissez-vous ? Lequel choisissez-vous? Et quand ? Je suppose que plus nous passons de temps à choisir d'utiliser le circuit de notre paix interne de notre hémisphère droit, plus nous pourrons projetter la paix dans le monde, et notre planète sera d'autant plus paisible.

    Dr Jill Bolte Taylor

    http://www.youtube.com/watch?v=UyyjU8fzEYU

    Posté par kea, 21 août 2011 à 15:56 | | Répondre
  • Ben lors ...

    Nalain !
    T'as pas voulu faire "palisir" à la Lyne ?
    Pourtant, un bon bol d'air, à la cambrousse ...

    Posté par PLV, 22 août 2011 à 00:20 | | Répondre
  • Au secours, les amis...!

    En quittant Skippy le grand gourou, pour rejoindre la communauté des "Perdus" ou j'aspirais m'élever à la lumière, je me suis perdue.
    Je ne progresse pas, je dégraisse à vue d'oeil...
    Il faut mériter pitance.
    Le travail est à l'infini.
    Epuisant! Epuisée !!

    Des champs de maïs à perte de vue...
    Des vaches, des ânes...

    Pas âme qui vive à moins de deux kms...
    Les chauves-souris dansent...
    Les campagnols creusent des labyrinthes...

    Il faut que je vous laisse...
    Rattraper le temps perdu.
    (Juste quelques lignes en cachette, pour vous dire mon désarroi)

    Adieu mes amis ! Adieu.

    Posté par Eve Lyne, 22 août 2011 à 14:51 | | Répondre
  • Pas douée non plus...

    ... mais pas pour tout.
    Tu vois Kéa, cette vidéo, je l'ai fait passer sur le blog il y a longtemps mais j'ai préféré (parce que je peux aussi être doué) mettre les sous-titres en français.
    Je rigole bien sûr.
    En tout cas, c'est vachement sympa d'avoir pris la peine d'écrire la traduction en français.
    Mais pour ceux qui préfèrent le "live", cette femme décrit de façon très théâtrale son expérience vivante, incroyable, sublime, quia changé sa vie pour ne pas dire ses vies, du jour au lendemain.
    C'est un peu comme une révélation ou ctte foi mystique qui devient "certitude", sauf que là, y a du concret.

    Dis Kéa, si tu passes en France, tu me repasserais mes chemises, pour vopir ?...

    http://www.dailymotion.com/video/x8agq2_jill-bolte-taylor-soustitre-francai_tech

    Posté par Alain Thomas, 22 août 2011 à 14:53 | | Répondre
  • La lumière est en toi

    Eve Lyne, reviens avec nous, inutile de chercher la lumière avec un gourou, elle est en toi !

    Posté par Francine, 22 août 2011 à 15:08 | | Répondre
  • Les chemises ...

    pour "vopir" ou pour vomir ?

    Posté par PLV, 22 août 2011 à 15:55 | | Répondre
  • Le bas St Laurent

    C'est comment le bas St Laurent, Kea? Avec de grandes forêts? Et quel temps fait-il?
    Ici à Paris nous venons d'avoir une forte vague de chaleur. Les orages sont attendus pour cette nuit.

    Posté par Daniel, 22 août 2011 à 18:43 | | Répondre
  • Oui Daniel des forêts des montagnes et des couchers de soleil grandioses sur le fleuve. De petites aglomérations aussi... touchantes de fraicheur... et de l'espace à l'infini.
    Pour la température, jusqu'à date nous avons eu dans les 30 degrés pas mal tout l'été. Un bel été en fait ! enfin... peut-être pas pour ceux qui habitent les grandes villes !

    Changement de sujet, je viens juste de voir notre premier ministre Stephen Harper à la télé nous débiter des foutaises, du genre "nous sommes allés en Libye afin de libérer le peuple libyen du joug de Kadafi". Tout le monde écoute ça et personne n'a l'idée de répliquer "mais c'est absolument faux". Pourtant tous savent que c'est un prétexte. Non c'est plutôt "merci beaucoup de nous emplir comme des valises", cela nous donne une bonne excuse à nous aussi!

    Posté par kea, 22 août 2011 à 20:16 | | Répondre
  • Les chemises

    Oublie ça Alain... les chemises !

    Au sujet de la vidéo, je ne savais pas qu'on pouvait avoir les sous-titres français. C'est bien car tous pourront profiter de cet incroyable témoignage.
    Je ne sais pas si tu as aussi vu les 12 épisodes du Dr Jill avec Oprah Winfrey. À ne pas manquer!

    Ma réflexion après avoir vu la vidéo du Dr Jill c'est qu'à la naissance nous habitons le cerveau droit (cela me semble une évidence à voir les yeux des enfants) mais au fur à mesure que nous accumulons de l'information dans le cerveau gauche et que nous y passons de plus en plus de temps nous y restions piégés finalement, au point de perdre accès au cerveau droit. La vie nous semble alors terne et de plus en plus difficile. Normal on est la moitié de soi, cerchant désespérément à l'extérieur ce qui pourrait bien remplacer la moitiée que nous avons perdue.
    Certaine personnes comme Dr Jill ou Eckart Tolle pour une raison ou une autre ont subitement retrouvé l'accès au cerveau droit, mais moi c'est par la méditation que lentement j'y reviens. Il y a une toute petite porte à franchir avant d'y accéder, tout en bas, qui relie les deux cerveaux. Celle-là n'est pas facile à franchir!

    Posté par kea, 22 août 2011 à 22:21 | | Répondre
  • Non duelle est la Voie

    Kéa je te reçois 5 sur 5 sur ce que tu dis, sauf pour les chemises mais je suis d'accord, on va oublier ça.

    Quand on regarde ce qu'est un cerveau physiquement, on voit comme on est coupé en deux et qu'il faudrait d'abord comprendre l'importance d'établir ce pont entre ces deux aspects de notre esprit.
    C'est un jeu cruel auquel on participe car il n'est pas simple à comprendre.
    Je pense tout de même que nous sommes de plus en plus éloignés de cette terrible tragédie qu'est la croyance en une réalité qui soit matérielle, tangible et extérieure. Les annés 60 et 70 nous ont propulsé sur un chemin complétement à l'opposé de ce qu'est la Voie.
    Particulièrement nous, les Occidentaux et paradoxalement, beaucoup d'êtres sont en train d'évoluer spirituellement en Occident en ce moment même.
    Il aura fallu que nous tombions dans l'absurdité et l'aveuglement pour que nos enfants réalisent notre ignorance et commencent à rétablir la Pensée et à comprendre son Pouvoir.
    Oui, l'enfant naît avec le Droit, sans la conceptualisation, avec l'émerveillement.
    Ensuite, il a son propre karma mais surtout, le pauvre, il a le monde extérieur qui le trompe d'emblée et particulièrement ses parents, même s'ils ne sont pas forcément d'accord avec le système dans lequel ils évoluent mais ils sont eux-mêmes englués. C'est terrible.
    Tu vois Kéa, tous les jours je me fais la réflexion que je n'y arrive pas, qu'il faudrait que je me tire loin et que je m'isole parce que je suis conditionné et que c'est très difficile de ne pas l'être.
    Et en même temps, ce n'est pas non plus la solution de se barrer.
    La solution, elle est unique pour chacun. Elle dépend de chacun mais la Voie, tu l'as montrée en disant que ce serait bien d'essayer (par exemple par la méditation), de nous reconnecter avec notre cerveau droit, notre vraie nature immuable, non séparée du reste, non duelle.
    Ça, c'est important de le garder en mémoire.

    Allez bises la Kéa.
    T'inquiète, je sais les repasser les chemises mais je suis maniaque. C'est con hein !

    Posté par alain thomas, 23 août 2011 à 14:15 | | Répondre
  • Merci Alain

    Oui, je te reçois 5 sur 5 aussi
    et j'ajouterais que pour moi, le moyen qui fait ouvrir la petite porte m'importe peu, s'il fallait me tenir sur la tête pour qu'elle s'ouvre, pas de problème, du moment qu'elle s'ouvre.

    Posté par kea, 23 août 2011 à 14:31 | | Répondre
  • Merci Francine !

    Il me semblait bien que j'étais une lumière...
    Mais, je n'en étais pas vraiment sûre.
    Gratitude à toi.

    Posté par Eve Lyne, 23 août 2011 à 14:38 | | Répondre
  • Eve Lyne

    Moi qui te connais bien, je sais que tu es une femme mariée et respectable . J'ai du mal à te voir calomniée .
    Je connais aussi PLV comme l'homme d'une seule femme, la sienne .
    Que se passe-t-il ?
    Il ne faut pas salir ce qui est pur .
    Pas de bassesses . Le monde nouveau ne l'admet plus .
    Oublions l'impur et repartons sur de bonnes bases .
    La beauté des sentiments est toujours possible . J'y crois . Il suffit d'en faire l'expérience .

    Posté par Eve Lyne, 23 août 2011 à 20:20 | | Répondre
  • Eve Lyne

    Pas grave, c'est moi qui ai écrit le post plus haut . Toi et moi, on fait un .

    Posté par marie christine, 23 août 2011 à 20:22 | | Répondre
  • Repartir sur de bonnes bases

    Voilà une bonne idée, pleine de sagesse à laquelle j'adhère totalement.
    Ce sera l'occasion de ne plus utiliser mon blog pour évoquer des choses qui peuvent être désagréables ce qui n'est pas le but recherché.....
    On peut, peut être, régler des problèmes personnels sans passer par mon blog.

    Posté par Daniel, 23 août 2011 à 20:29 | | Répondre
  • A Kéa

    Il ne faut jamais croire les politiques. Ils ne disent jamais la vérité. Ils sont trop occupés à défendre leur propre statut.
    Heureusement le peuple veille de plus en plus !
    Je crois que beaucoup de choses commencent à changer.

    Posté par Daniel, 23 août 2011 à 21:34 | | Répondre
  • Une belle maxime :

    "Si tu veux combattre la tyrannie,
    alors ne mens pas, et ne vole pas."

    Thomas Mazaryk
    1er président de Tchécoslovaquie

    Posté par PLV, 23 août 2011 à 22:27 | | Répondre
  • A Kéa

    Le pire c'est les médias.
    Il faudrait avoir le courage de se couper de la télé et de la radio et même de la presse écrite tu vois, parce que ces gens-là, c'est culs et chemises (tiens encore les chemises) avec les politiques.
    Mais quand tu sais que les banquiers tiennent tout, et encore ce n'est sûrement pas sur le blog de Daniel que je vais révéler certines choses...
    Je vois que tu sais ce qu'il se passe exactement en Lybie et cela paraît incroyable hein ! J'ai honte d'être français tu sais !
    Pendant que les hélicoptères français de l'OTAN tirent à vue sur le peuple de Tripoli, les milices d'Al Qaïda et les mercenaires payés par l'OTAN progressent dans la capitale en tirant sur tout ce qui bouge.
    Les journalistes qui voudraient décrire ce qu'ils voient sont menacés de mort par d'autres journalistes qui sont de faux journalistes avec de fausses cartes.
    Nous ne sommes pas certains de les revoir vivants. Pour l'instant, quatre ambassades étrangères dont la Russie sont prêtes à les accueillir et les protéger mais ils ne peuvent pas bouger de leur hôtel.
    80% de la population de Tripoli est derrière son chef, certes un dictateur à sa manière mais quand on sait tout ce qu'il a fait pour son peuple (un logement et une voiture par famille, l'école gratuite et une bourse énorme pour ceux qui veulent faire leurs études dans les grandes universités occidentales, les soins gratuits comme les hôpitaux...) et quand on sait qu'il y a six mois, il était félicité par le FMI parce que sa gestion du pays était la meilleure du continent africain avec un taux d'endettement à faire pâlir la France, on peut quand même se demander ce qu'il a fait pour mériter ça.
    Ah oui j'oubliais. La Lybie est le troisième pays producteuir de pétrole au monde.
    Il est vrai que Kadhafi a insisté lourdement pour régner sur toutes les tribus de son pays. La Lybie est un pays de clans et à l'Est, du côté de Benghazi, il est détesté et c'est compréhensible car il favorise son clan au mépris des autres.
    En fait, la révolte part de Benghazi où de nombreux mercenaires sont arrivés il y a six mois pour aider ces quelques rebelles minoritaires à prendre le pouvoir par la force.
    C'est comme si, dans un match de football, on mettait 80 joueurs d'un côté et deux enfants de l'autre, avec douze arbitres en noir qui sifflent des fautes à tour de bras contre les enfants.
    J'ai vraiment honte d'être français en ce moment.

    Allez Kéa, t'en fais pas.
    Au fait, tu l'as ressenti toi le tremblement de terre ?

    Posté par alain thomas, 23 août 2011 à 23:04 | | Répondre
  • A PLV

    Dis PLV, excuse-moi, j'ai du faire une mauvaise manip. Pour rigoler, je croyais t'avoir envoyé un message un peu provoc tu vois, sur le week-end passé.
    Alors je vais pas le refaire ce serait trop long.
    Dis, ça a été avec toutes ces filles pour un seul homme ?

    Posté par alain thomas, 23 août 2011 à 23:07 | | Répondre
  • Prends soin de nous !

    L'amitié est un précieux cadeau.
    Selon moi, ce n'est pas avec de la provoc qu'on la fait grandir.
    Moi, je suis fier d'être français !
    Tout dépend des filtres que l'on porte devant nos yeux.
    Va donc visiter une chapelle romane en Dordogne :
    Tayac,
    Urval,
    St Léon sur Vézère,
    ou Sergeac.
    Les murs en pierre ocre et les toits de lauzes.
    Ce sont de vraies splendeurs.
    Si tu n'y ressens pas une profonde émotion, alors là, j'y comprends plus rien !
    Le monde nous sourit.
    On finira bien par juguler "Mammon".
    C'est tout un état d'esprit.
    On évoque une règle d'or pour limiter les déficits. Mais on oublie la règle d'or de la mesure, du "juste milieu".
    Maîtrise de soi,
    Considération d'autrui,
    Et capacité à s'amender en cas de débordement,
    Quoi qu'il en coûte à nos intérêts !

    Posté par PLV, 24 août 2011 à 00:14 | | Répondre
  • Holà Messire !

    Je vois que les absents ont toujours tort.
    Je les connais un peu les chapelles dont tu parles. J'en ai une du 12ème siècle dans mon village et je ne vois pas bien ce que cela vient faire ici.
    Non, je parlais à Kéa et non à toi de nos hélico qui sont en train de tuer des lybiens innocents et qui sont pilotés par nos frères militaires, c'est tout. Je ne pense pas que tu sois fier de ça, enfin j'espère en tout cas. Mais la France a déjà connu ses heures de gloire. Il est vrai que c'est dans ces moments-là que ça se passe.
    Que vient faire l'amitié là-dedans ?
    Je parle d'un sujet sérieux et non pas d'une broutille de gamins de l'école primaire mon gars.
    Faudrait pas tout mélanger !

    Posté par alain thomas, 24 août 2011 à 00:57 | | Répondre
  • Gloups !

    La beauté de l'âme (et donc des chapelles romanes) semble parfois inaccessible.
    Ainsi, je devine qu'il serait plus sage que je ravale ma salive et que je me taise.
    Quel dommage !

    Posté par PLV, 24 août 2011 à 12:23 | | Répondre
  • Pas de censure

    Juste le respect total de la liberté de l'autre ou encore le respect de la liberté totale de l'autre.
    Je ne vois pas pourquoi tu ne t'exprimerais pas.
    Je n'aimerais pas que l'on m'empêche de m'exprimer ou que l'on supprime un de mes posts mais je n'en ferai pas non plus une affaire.
    Disons que j'en prendrais acte, sans aucune animosité.
    En tout cas, je ne comprends pas trop ce que tu écris là, juste plus haut.
    Tu n'es pas très clair mais ça, je le savais déjà un petit peu.
    Il n'empêche que je t'apprécie vraiment alors il n'y a pas de "lézard", comme disaient mes copains de classe.

    Posté par alain thomas, 24 août 2011 à 14:11 | | Répondre
  • Photos

    Elles sont super les photos et, moi aussi, dans un passé assez lointain, j'ai aimé Paris au mois d'Aout. Maintenant je préfère, en toutes saisons la Bretagne car je déteste la chaleur. À propos de chaleur, il fait chaud sur ton blog ! amitiés.

    Posté par Ariaga, 24 août 2011 à 19:05 | | Répondre
  • A Ariaga

    Oui il fait chaud sur mon blog. Certains transpirent beaucoup. Mais l'été se termine. Espérons que les esprit vont se calmer.
    Ah la Bretagne! L'air y est vif, les senteurs iodées et les toits tout gris. Quelle chance tu as !

    Posté par Daniel, 24 août 2011 à 20:11 | | Répondre
  • Trop mimi !

    Elle est trop mignonne Ariaga.
    Elle a remarqué que l'être humain était compliqué.
    Moi le premier d'ailleurs.
    Ce blog d'échange spirituel et philosophique a vraiment besoin d'une colonne vertébrale.
    Or ce guide a choisi de prendre des vacances.
    Et c'est la débandade.
    "Des vrais gamins de l'école primaire."
    Allez Messieurs-Dames, tous à vos claviers pour élever le débat. On a vraiment besoin de vous.
    Daniel nous promet du nouveau pour la rentrée (qui sera chaude).

    Posté par PLV, 24 août 2011 à 23:26 | | Répondre
  • Bravo, mon ami...

    J'acquiesce!
    La lumière...
    Quel travail!

    Posté par Eve-Lyne, 25 août 2011 à 14:03 | | Répondre
  • Eh bien, PLV

    Que la rentrée soit chaude de tendresse,
    D'un Dieu de vie et d'allégresse,
    Que la rentrée soit chaude d'amitié,
    De transparente simplicité .

    Que la rentrée soit douce de partages
    Et de confiance sans nuages,
    Que la rentrée soit douce dans nos coeurs,
    Sans peines, sans doutes et sans aigreurs .


    Que la rentrée soit de bonne volonté
    Dans les nombreuses difficultés,
    Que la rentrée soit paix de l'âme
    Et éternelle notre flamme .

    Posté par marie christine, 25 août 2011 à 15:17 | | Répondre
  • La transe...Parence

    Ah! Marie...
    Te v'la enfin!
    La transparence, Dieu que c'est pûr !
    Seulement voilà...
    Pourvu que dans la transparence, on implique que soi!
    Ah ! Mon Dieu...
    Coupe moi la langue...
    Donne moi ta lumière.

    Posté par Eve Lyne, 25 août 2011 à 15:26 | | Répondre
  • parler vrai

    Te couper la langue ?
    Que ferions-nous d'une Eve Lyne sans son franc parler ?
    Bon, je sais que tu n'aimes pas le mot transparence . C'est impossible, je te l'accorde .
    Parlons plutôt de loyauté et de sincérité ...

    Il me semble avoir vu quelque part à peu près ceci :
    "La vraie amitié, ce n'est pas dire à l'autre ce qu'il a envie d'entendre mais ce qu'il a BESOIN d'entendre " .
    C'est vrai, sinon c'est de la lâcheté, de l'indifférence ou de la manipulation ...

    Hein, PLV ! Quelquefois, je n'y vais pas avec le dos de la cuillère avec toi ! Ben ma foi ....
    Heureusement que tu es bonne pâte et que tu profites toujours des occasions pour réfléchir sans gémir ... Bravo ! Admiration !

    Posté par marie christine, 25 août 2011 à 16:23 | | Répondre
  • Parole...Parole...

    Marie, je te suis...
    L'homme qui a faim, ne se nourrit pas de paroles.
    Marie, peux-tu comprendre que je suis affamée ?
    Le temps presse...

    Posté par Eve Lyne, 25 août 2011 à 17:48 | | Répondre
  • Proie ou prédateur ?

    Tiens donc !
    Que l'on me prouve qu'il existe une autre alternative. Hi! Hi! Hi!

    Posté par Eve Lyne, 25 août 2011 à 17:58 | | Répondre
  • preuves ...

    Voyons, voyons ...!
    Dans l'amour vrai, il n'y a ni proies ni prédateurs .
    Dans les sentiments vrais, il n'y a pas d'image à donner .
    Dans la conscience vraie, il n'y a que la simplicité de ce que l'on est .
    Dans l'être vrai, il n'y a que soi à offrir .
    Rien à prendre, rien à posséder, rien à se faire voler, rien ni personne à tromper ...

    Comment peut-on être autre chose que ce que l'on est ? Même si on ne s'aime pas .
    Il n'y a pas de honte à être ce que l'on est . On est comme on est né . On est comme Dieu nous a fait . On ne peut donc que Lui rendre grâce d'être une parcelle de Lui .
    Dieu nous a donné l'imperfection pour nous procurer la joie de rechercher Sa perfection .
    Grandissime !

    Posté par marie christine, 25 août 2011 à 18:22 | | Répondre
  • Exception

    Marie, Dieu t'as protégé.
    Tu es une exception.
    Moi, je n'ai pas eu cette grâce.
    Dieu m'a permis d'évoluer en eaux troubles...
    Sans doute, là, était mon chemin...
    Finalement, Dieu, sait ce qu'il nous faut.

    Posté par Eve Lyne, 25 août 2011 à 19:25 | | Répondre
  • Je t'aime, tu m'aime...

    On arrête avec ce langage...
    J'ai failli mis perdre.
    J'ai cru un moment qu'il fallait des mots !

    Tous les êtres que j'ai aimé, jamais je ne leur ai dit: je t'aime!

    J'ai fait ce qu'il fallait en mon âme et conscience.
    Tout le reste n'est que : Carnaval !
    Ca, c'est du curé d'ARS.

    Posté par Eve Lyne, 25 août 2011 à 19:34 | | Répondre
  • la tête dans les étoiles

    Carnaval de l'amour *****
    ********le mot amour à toutes les sauces******
    facile !!!!********
    Mais où est l'amour ?*******
    *******dans les mots ou dans le coeur ? *********
    Ah, ah, ah !
    Vive le curé d'Ars !********
    **** Quelle exception suis-je ?*******
    Qu'est-ce que l'amour ?
    Qui le sait au juste ? ********
    ******** Moi je ne sais pas mais je m'en porte bien ********
    Bénie sois-tu, Eve Lyne !********
    Il faut de tout pour faire un monde . Ou plutôt il y a de tout dans ce monde ....*****
    Pour moi l'amour se résume à l'extrême tolérance . C'est déjà beaucoup et rare . **********
    Y a tant de gens qui aiment, qui le disent, le crient sur les toits, et abandonnent .*******
    La constance !!!!!!! C'est énorme !!!!!!
    Pas d'exagérations, pas de paillettes de clown*************
    ********de la sincérité, du respect**********
    *****La personne humaine est un cadeau*******
    Précieux !!!!*********

    Posté par marie christine, 25 août 2011 à 20:53 | | Répondre
  • Les chemises (bis)

    Rah la la, mais elles sont déchaînées les filles ce soir !
    Elles ont suivi mon conseil au pied de la lettre : "Tous à vos claviers !"
    Et moi qui pensais ne pas être entendu ...
    Bon, comme y faut bien revenir à la dure réalité du labeur quotidien, je signale à tous (et surtout à notre Alain) qu'hier soir, j'ai repassé 5 chemises, et ... qu'il m'en reste encore 4 autres toutes froissées qui attendent sagement leur tour.
    Je vois d'ici la tête de ce pauvre Daniel, lui qui imaginait son blog comme un tremplin vers la perfection. Et les blogueurs qui dissertent sur les bienfaits du repassage ...
    Comme quoi, les voies d'internet sont bien imprévisibles.

    Posté par PLV, 26 août 2011 à 22:54 | | Répondre
  • juste 90 secondes

    Jill Taylor dit que la colère ça ne dure que 90 secondes!!!
    Je ne savais pas trop quoi penser de cette affirmation...
    j'ai eu la chance de l'expérimenter ce matin.
    Hé oui! c'est vrai! 90 secondes... c'est tout!
    Par contre on peut choisir de faire durer le mauvais feeling en le ressassant à l'infini si c'est ce que l'on veut!
    cultiver le ressentiment... quelle belle façon de passer le temps!

    Mais la réaction chimique dans le corps : 90 secondes point final.
    Bonne nouvelle non?

    C'est grâce à mon copain que j'ai compris cela ce matin. Nous étions un peu sur les nerfs à cause de la chaleur dans l'auto et d'une question de fenêtre fermée ou ouverte... ou de clim! Ça ne prend pas grand chose n'est-ce-pas?

    Dis Alain est-ce que tu les a trouvées sur youtube les entrevues de Jill Taylor et Oprah?

    Posté par kea, 27 août 2011 à 01:49 | | Répondre
  • broutilles

    Pas de colère du tout, c'est encore mieux, surtout pour des fenêtres ouvertes ou fermées (hi, hi !) .
    Dans la vie il n'y a que des malentendus, des difficultés à comprendre ou à accepter le point de vue de l'autre . Mais c'est tout à fait remédiable avec un peu de bonne volonté .

    Hé, PLV, Daniel n'est pas un saint non plus . Faudrait pas trop idéaliser !
    En tout cas, il n'a pas de problème de chemises, je pense . Demande-lui s'il en a emporté à Trouville .
    Tout ça, c'est des conventions centenaires qui pourrissent la vie des garçons . Les filles en ont aussi .
    Faut changer le monde, c'est urgent .
    Et le monde, il est surtout dans la tête .

    Ah, ah, ah, ah !
    Dans mon jardin,
    En pyjama,
    Y a que les nains,
    Les acacias
    Et les lutins
    Qui me voient .
    En tout cas, il n'a pa

    Posté par marie christine, 27 août 2011 à 09:31 | | Répondre
  • La colère

    Kéa, c'est très intéressant votre réflexion sur les méfaits de la colère. Je crois que ce défaut (être colérique) est atavique. Sans pour autant croire à la réincarnation des âmes, certains de nos caractères sont comme imprimés dans nos gènes. C'est ainsi : la grande chaîne de la vie ! Les chiens ne font pas des chats, comme on dit. Mon arrière-grand-père, puis mon père étaient enclins à la colère. Alors moi, je tente de me corriger, pour approcher l'ataraxie. Moins on en a et plus on l'étale (la culture, ou la confiture, c'est comme on veut ...)
    Mais sur ce blog, ce n'est pas tellement de la colère que j'ai ressentie. C'est plutôt beaucoup d'incompréhension. Les mots (surtout dans l'écrit) ont plusieurs aspects. Vous le savez tous. Et on les reçoit plus ou moins violemment. Ils touchent le point le plus sensible de mon être. Mon talon d'Achille. Pourquoi ? Voilà un bon sujet à creuser ... Quelques-uns vont évoquer aussi l'intolérance. Moi, je trouve que ce mot est teinté d'un certain jugement de valeur. Je te tolère, mais je ne t'aime pas ! Ma religion me propose d'aimer tous les hommes. Alors, naïvement, j'essaie. Mais je culpabilise, car je ne peux m'empêcher d'avoir mes "préférés". Que voulez-vous, nul n'est pafait ! Et j'ai encore quelques années devant moi pour me bonifier.

    Posté par PLV, 27 août 2011 à 09:58 | | Répondre
  • De l'orage ...

    Eh Marie, fermez votre fenêtre, y'a le tonnerre qui gronde ... Hi hi hi !

    Posté par PLV, 27 août 2011 à 10:00 | | Répondre
  • Et la suite Marie ?

    Bah, il était pourtant bien parti ton poème sur les lutins. "... il n'a pa ..." Nous, on veut connaître la suite !
    Allez, au boulot, t'iras au marché plus tard ...

    Posté par PLV, 27 août 2011 à 10:04 | | Répondre
  • Une faute de frappe !

    Nul n'est parfait ! Bien sûr.
    Et non pas : "Nul n'est pas fait !"
    MDR : Mort De Rire !

    Posté par PLV, 27 août 2011 à 10:07 | | Répondre
1  2    Dernier »
Nouveau commentaire