Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

05 avril 2011

Ephémères

 

nature_0410

Hanami aime s’exprimer à travers l’écriture. Elle vient de réaliser un recueil de textes libres et de poèmes où toute sa sensibilité et sa sincérité sont mises en valeur au fil des pages. Sans prétention mais avec cœur, Hanami délivre des messages de vie, petites bulles légères dans l’océan de l’éternité. Ce recueil intitulé « Ephémères » est surtout une invitation à réfléchir sur nous et sur ce qui nous entoure. A lire pour s’aérer l’âme…..En voici un extrait.

A la vie

Au Soleil, cet espoir inaccessible et secret pour savourer la joie.
A toutes les Etoiles, ces étincelles du cœur qui nous épanouissent au monde.
A la Lune, ce mystère infini qui nous renverse dans sa sensualité.
A la Terre, cette fontaine de clarté qui nous relie dans sa continuité.

A la Nature, silencieuse dans sa beauté ou irascible dans sa détresse.
Au Vent qui nous embrasse ou nous happe, de sa douceur ou de sa force, de son piquant, de son talent.
A  la Pluie qui nous plonge dans nos douleurs ou nous délivre de nos souffrances.
Au Temps qui enseigne et équilibre, qui se resserre ou s’étire sur nos destins entremêlés.

A l’Univers, l’intelligence de l’âme pour nous ouvrir au bonheur.
A la Vie qui nous sourit et qui nous prie de lui sourire.

Hanami : Ephémères aux éditions "Libre Label"

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Enseignement spirituel - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Ephémères

    La musique est un souffle

    La musique est une fleur d'eau. Elle embrasse la perception et submerge l'être, au clair de notes qui s'enroulent à tire d'aile. Soleil d'hiver, joie printanière. Elle s'évanouit et se confond à l'ivresse de l'étoilé infini.
    Ses légendes et ses clés, aériennes et cristallines, fines, s'élancent en timbres chauds qui vous aspirent, en explosion de souvenirs.
    La musique est ici et là, entière et fidèle. Elle est partout à la fois y compris dans nos silences.
    Elle nous libère de nos noeuds. Des murmures d'antan aux mutismes présents, elle parfume l'âme d'une fragrance éternelle. Et l'être s'exalte au-dessus du monde, vogue et se ballade, étourdi, pour en cueillir la beauté, insondable.
    Estampes et résonnances se taquinent puis s'harmonisent pour mourir au creux de soi.
    Le temps ondule et se transforme en un doux rayonnement.

    Hanami

    Hanami a un coeur d'enfant.
    Et l'enfant est universel.
    Quand un enfant grandit et garde son âme d'enfant, il devient ange.
    Parce qu'il est ange, il est authentique, sincère et parle avec son coeur.
    C'est un plaisir divin de lire Hanami, dans sa simplicité et sa profondeur.
    Je voudrais l'encourager à continuer, dans sa poèsie libérée, à exprimer l'amour au travers des choses simples de la vie et à nous faire partager des valeurs retrouvées.


    LENTEUR

    Nous sommes des particules dans l'Univers. Si petits. Fétus de paille. Fétus de feu.
    Réapprenons la lenteur. Comblés les allongés du geste. Chanceux les détendus de l'attitude. Hardis les insoumis à la vitesse. Radieux les enchantés aux sourires enchanteurs.
    Prendre le temps préserve l'équilibre. Le corps et l'esprit s'attachent l'un à l'autre, avec harmonie.
    L'immédiateté brise les rythmes, l'espérance, la satisfaction pleine et heureuse d'un véritable accomplissement. Il en est aussi pour un dessein, un but à atteindre, un souhait à réaliser.
    La lenteur est généreuse. Elle protège le temps, le défend et l'honore. Elle est une qualité dans ce monde sans cesse en course contre la montre.
    La lenteur est l'amoureuse espiègle de l'instant. Elle fait un pied de nez à feu de ce qui a été, et fait fi de ce qui sera, peut-être...

    Hanami

    Posté par Alain Thomas, 05 avril 2011 à 09:04 | | Répondre
  • Encourager les talents

    Le blog de Daniel est plein de talents !
    La preuve: J'Y SUIS ! (à part) quel talent, au fait?

    On a besoin des poètes pour rêver et puis les belles images qui passent par les mots...

    Hanami: Longue vie à ton recueil "Ephémères" !

    Posté par Eve Lyne, 05 avril 2011 à 11:38 | | Répondre
  • ça coule de source

    Très belles poésies, Hanami ! Toujours pleines de de douceur et de sensibilité à la nature qui nous entoure et que nous ressentons à l'intérieur de nous . Respect, harmonie, beauté ... On se laisse entraîner comme au fil d'une eau paisible et pure ...

    Posté par marie christine, 05 avril 2011 à 13:07 | | Répondre
  • Comme un parfum

    La poésie d'Hanami a un parfum d'authentique et moi rien ne me fascine plus que "Le Véritable".

    Posté par kea, 05 avril 2011 à 14:33 | | Répondre
  • A chacun son talent

    Le votre est grand, Eve Lyne. Il est fait d'impertinence, de dérision et de la vraie connaissance de la vie. Mais sans doute le plus grand, c'est d'aider les autres.

    Posté par Daniel, 05 avril 2011 à 15:54 | | Répondre
  • Ben oui Eve Lyne !

    C'est vrai ce qu'il dit Daniel, toi tu es l'oeil de Lynx qui a le talent de garder les pieds sur terre, de capter les messages derrière les mots, de comprendre immédiatement les situations et les émotions, et de recadrer avec dérision, sans avoir l'air d'y toucher, ceux qui s'égarent un peu trop dans l'abstraction mentale...
    Moi j'arrive avec mes gros sabots, je mets les pieds, splash, dans la boue, et toi tu essuies vite les éclaboussures !
    Tu vois, chacun son talent . On se complète tous .

    Posté par marie christine, 05 avril 2011 à 18:20 | | Répondre
  • Impertinente?!

    Comment ça! Daniel...
    Voulez-vous dire que je suis un grossier personnage???!!!

    Alain, là! j'ai mis du temps à comprendre:
    Attention à la saisie, m'as-tu avertie...
    Conseil du Alain...
    Fait chemin.
    Plutôt que de bondir...
    Mieux vaut réfffléchir!
    Surtout quand l'instinct et le coeur passe avant l'intellect.

    Toi, Marie...
    Tu m'obliges à faire des efforts, et moi, j'aime pas trop ça!

    Alors, je t'aie à l'oeil...
    C'est mieux que dans le nez...
    N'est-ce pas, Marie ?!

    Posté par Eve Lyne, 05 avril 2011 à 19:46 | | Répondre
  • Sans titre

    Merci à chacun pour ses commentaires et ses encouragements. Ils me vont droit au cœur...
    Merci à vous aussi Daniel, pour ce billet. De plus vous avez l’art de mettre en valeur vos publications. La photo est très belle !

    Eve Lyne, je confirme. Tu as beaucoup de talent ! Daniel et Marie-Christine ont raison.
    Tu as l’art de recadrer tout un chacun avec beaucoup de finesse et de subtilité. De plus te lire entre les lignes est un vrai régal, ce qui est excellent pour les neurones !
    Je rajouterai que tu me fais toujours autant rire ! Et ça vois-tu c’est d’autant plus extra !

    Posté par Hanami, 05 avril 2011 à 19:47 | | Répondre
  • Ouais !!!

    Et ben moi j'vous dis que c'est sur son balai et dans son grenier qu'elle a le plus de talent la Lyne.
    J'vais quand même vous raconter une anecdote, juste comme ça, pour que vous sachiez.
    Un jour, la Lyne, elle m'a emmené à Ars pour voir le p'tit Curé et j'suis tombé devant la Vierge.
    Comme elle ne me connaît pas à c'moment-là (la Lyne pas la Vierge), elle est surprise parce que j'reste un long moment face à elle (la Vierge pas la Lyne), les yeux dans les yeux et j'la contemple.
    C'qu'elle sait pas (la Lyne pas la Vierge), c'est que j'm'emplis d'sa grâce et d'sa lumière.
    Pendant c'temps là, elle attend (la Lyne pas la Vierge), bien sage et elle comprend qu'y faut pas m'déranger.
    Puis quand j'commence à bouger, elle m'invite un peu plus loin dans l'église et elle piaille, elle piaille au point qu'au bout d'un temps, le curé en service, y s'pointe et gentiment, y nous demande de fermer notre gueule.
    Moi l'gentil, j'la ferme mais elle, y faut presque que j'la retienne pour pas qu'elle lui mette son... enfin bon !
    Et vous savez où ça s'est terminé c't'histoire ?
    A la fête de la frite dans un p'tit village de campagne où nous avons dansé sur la musique de Jackson, ouais, Mickel.
    Et là, la Eve Lyne, elle dansait dans la lumière. Fallait la voir ! C'était quelque chose.


    DETAILS UTILES

    Plaisir futile ?
    Le matin, de très bonne heure... Le sommeil des uns et le réveil des autres. Ricochets et rituels matinaux. Une terrasse et un café noir. On y voit encore la nuit.
    Des volutes bleutées et le regard se promène. Les pensées se déchirent derrière le voile opaque d'un prétendu réel.
    Les routes sont désertes et inondées d'un soleil frais et farceur. La campagne est surprenante. Elle est authentique.
    La brume, indépendante et presque solitaire surplombe la rosée, les champs, le monde, et la fraîcheur printanière soulèvent les chants pétulants de mille et un oiseaux.
    Plaisir fugace !
    Quelques minutes. Une pause dans l'instant et un soupçon de son charme pour admirer... Ecouter. Mais qu'est-ce donc que le temps ? Il nous froisse et n'est pourtant qu'une mesure provisoire de nos illusions éphémères.
    Un souhait, un songe, un partage, une ouverture et le lâcher-prise. Et l'on s'octroie enfin le droit que chacun de nous a de contempler cette ultime sincérité que nous offre la nature.

    Hanami


    Que voulez-vous !
    Lorsqu'on est capable de s'octroyer le droit que chacun de nous a de comtempler cette ultime sincérité que nous offre la nature, tout est alors possible, notamment de découvrir sa véritable nature, en unité avec sa divinité et son pouvoir créatif illimité.
    Magnifique !

    Posté par Alain Thomas, 05 avril 2011 à 20:00 | | Répondre
  • Ouais, c'est çà...

    Alain...
    Nous ne composerons pas de vers, ensemble...
    Allez! prends mon bras...
    Allons prendre un verre, ensemble.

    Posté par Eve Lyne, 05 avril 2011 à 20:30 | | Répondre
  • Ouais ouais c'est ça

    Un whisky ? Pis tu m'raconteras hein !
    Sacrée Lyne !

    Posté par Alain Thomas, 05 avril 2011 à 20:41 | | Répondre
  • L'Avé Maria

    Bien sûr, Alain...
    Une histoire de fossé...
    Rien que pour toi.
    Tu te souviens ...?!

    Posté par Eve Lyne, 05 avril 2011 à 20:56 | | Répondre
  • De l'Amour pour la Planète

    Les enfants se tinrent la main et firent une ronde qui ceinturait la Terre. Ensemble, ils l'embrassèrent, liés les uns aux autres du bout de leurs doigts entrelacés. En choeur, ils soufflèrent de l'amour puis chantèrent un hymne à la liberté et au recueillement.
    Elle gonfla tant qu'on aurait cru qu'elle allait exploser. Le Soleil la regardait. Et dans le désordre, la Lune et Saturne badinaient. Mars et Neptune vibrionnaient. Jupiter, Pluton et Mercure s'étonnaient. Vénus et Uranus quand à eux s'esclaffaient et les étoiles rayonnaient dans l'obscurité silencieuse. La Terre devint le centre de l'Univers.

    Elle était si fatiguée mais ses enfants l'aimaient enfin, surtout les bambins et les anciens. Les adultes qui se disaient matures et qui n'avaient pas encore atteint l'âge de la sagesse commençaient à peine à comprendre. Dès lors, elle ressentit un amour immense et dégagea un profond soupir qui vint du fond de ses entrailles.
    Un soupir qui libéra des myriades et des myriades d'oiseaux. Ils s'envolèrent dans les airs.
    Un soupir qui déploya les pétales de multitudes de fleurs enluminées. Elles s'épanouirent sur tous les parterres et les lopins d'herbes qui la recouvraient.
    Les arbres s'élevèrent soulagés vers les cieux et les animaux caracolèrent et s'élancèrent au loin, à travers les champs, les collines et les océans. Des ballets aquatiques, des rondes tourbillonnantes, des farandoles ici et là, ailleurs et dans les coeurs.

    Le monde respirait enfin. Un petit bout de vie dans un bien grand Univers et qui avait un bien grand besoin de vivre.

    Hanami

    Posté par Alain Thomas, 10 avril 2011 à 15:16 | | Répondre
  • Un grand coeur

    En prose ou en poème, les textes d'Hanami nous réjouissent le coeur, et la vibration de ses mots nous relient à la Terre et à l'Univers.

    Posté par Francine, 11 avril 2011 à 12:09 | | Répondre
  • Partage

    Je ne sais jamais quoi dire quand il s'agit de compliments.
    Alors Francine je vous dis merci... Ce que vous écrivez me va droit au coeur.
    Je tiens aussi à te remercier Alain pour ce partage que tu offres à tous.

    Posté par Hanami, 11 avril 2011 à 13:30 | | Répondre
  • Merci à vous aussi Daniel ! Et même si je vous l'ai déjà dit !

    Posté par Hanami, 11 avril 2011 à 13:39 | | Répondre
  • SOUFFLE

    L'ivresse du vent
    Vent d'automne,
    Automne et estampes
    Estampes d'amour.

    Amour toujours
    Toujours le juste,
    Juste chuchoter
    Chuchotter pourquoi.

    Pourquoi le vide ?
    Vide ou plein ?
    Plein d'éclats
    Eclats de rimes.

    Rimes d'ailleurs,
    D'ailleurs cueillir
    Cueillir la vie,
    L'ivresse du vent.

    Hanami


    Magnifique de Sens,
    Sens de l'Être.
    Être profond,
    Profondeur du Coeur.

    Coeur de l'Amour
    Amour toujours
    Toujours le juste,
    Juste la lumière.

    Lumière du vide,
    Vide ou plein ?
    Plein de joie,
    Joie de l'ivresse.

    L'ivresse du vent
    Vent d'automne,
    Automne et estampes
    Estampes d'amour.

    Alain

    Posté par Alain Thomas, 16 avril 2011 à 21:46 | | Répondre
  • Echo

    Bel echo de vos deux poèmes Hanami et Alain. Ils se répondent l'un et l'autre dans une belle harmonie vibratoire.

    Posté par Francine, 17 avril 2011 à 10:50 | | Répondre
Nouveau commentaire