Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

30 mars 2011

Le calme de l'esprit

la_paix

 

Prenez les choses en douceur, mai intérieurement avec plénitude et ouverture d’esprit. Ne laissez pas passer un instant sans être tout à fait conscient de ce qui se passe en vous et autour de vous. Etre sensible, c’est cela. Mais il faut être également sensible à tout : ne pas accepter la beauté et rejeter la laideur, car une telle attitude ne peut créer que des conflits. Si vous vous observez, vous verrez que l’esprit ne cesse pas de juger : ceci est bien, cela est mal ; ceci est blanc, cela est noir. On juge, on compare, on pèse et calcule. L’esprit sans cesse s’agite : peut-il regarder, observer, sans juger ni calculer ? Percevez sans qualifier : voyez si votre esprit  est capable. Comment l’esprit peut-il lutter entre le laid et le beau, s’attachant à l’un et rejetant l’autre ? Un tel conflit rend l’esprit insensible et intolérant. Il est  difficile de se tenir sur une ligne de partage, on est nécessairement d’un côté ou de l’autre : l’esprit, quoiqu’il en ait, ne peut s’affranchir des opposés, car c’est lui qui crée le beau et le laid, le bon et le mauvais. Tout ce qu’il faut faire, dès lors, c’est d’être paisible, ne pas choisir, car choisir c’est être repris dans le filet des contradictions. Le calme, la paix de l’esprit est l’affranchissement de toutes les dualités.

Krishnamurti

Posté par DANIEL GENTY à 07:02 - Enseignement spirituel - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Le calme de l'esprit

  • La pratique d'un état d'esprit

    La pratique que nous propose ici Krishnamurti est celle de samatha qui est l'état où l'esprit repose dans l'unicité de concentration sur un seul objet ; ainsi, peu de pensées s'élèvent et l'esprit devient très stable, très ferme. Il repose dans la paix.
    Le terme tibétain traduisant samatha est shi-né, littéralement "rester dans la paix".
    Samatha, c'est donc "reposer dans la paix".
    Simplement maintenir l'esprit dans l'unicité de concentration n'est pas la méditation de samatha parce que, dans le véritable samatha, l'objet de concentration doit être positif. Un objet négatif serait de nature par exemple à faire s'élever dans l'esprit de l'attachement, de l'agressivité ou de l'ignorance, le rendant ainsi incapable de demeurer calmement concentré sur l'objet choisi. Demeurer sur un objet positif permet à l'esprit de reposer dans la paix.
    Samatha se pratique pour empêcher la montée des pensées, si nombreuses. On pourrait se demander si samatha n'est pas un état sans pensées, en quelque sorte inerte comme une pierre. C'est une idée fausse : dans la méditation de samatha, l'esprit est très calme, très stable et aussi très clair, ce qui lui permet de distinguer et différencier tous les phénomènes et de tout voir très distinctement. Cette clarté s'appelle vipassana, la "vision pénétrante", et se développe grâce à samatha.

    Si l'esprit a de multiples pensées, on ne peut se concentrer sur l'objet de l'attention. La distraction apportée par les pensées empêche l'esprit de se concentrer. S'il peut se concentrer sans distraction sur un unique objet de méditation, l'état de samatha est atteint. Alors vipassana possède la clarté de compréhension dans laquelle tout est perçu clairement et distinctement ; le relatif est perçu comme relatif, l'absolu comme absolu. la vraie nature des choses est donc vue telle qu'elle est, et c'est ce qu'on entend par vipassana.

    Dans le véritable samatha, l'esprit est capable de reposer dans l'esprit. Il devient si détendu qu'il repose en lui-même, juste tel qu'il est naturellement, non distrait par les pensées.
    "Distrait" signifie "emporté". Dans ce contexte, le mot distrait a la connotation d'être emporté sans contrôle par le fort courant d'une rivière. De même, notre esprit ne peut demeurer tranquille et est tout simplement emporté. Si l'esprit repose dans l'esprit, il est juste là où il est et devient stable, paisible, détendu.
    "Samatha est l'esprit concentré sur un point", dit le sutra du Nuage de joyaux, et le commentaire de Vasubandhu, un grand maître indien de l'Abhidharma (IVème siècle), explique que vipassana est la "discrimination des phénomènes" : toutes choses apparaissent avec grande clarté et distinctes les unes des autres. Voilà la nature de vipassana.
    Ici, le mot "discrimination" n'a pas un sens de séparation mais de clarté, de Vision juste.

    Avec samatha et vipassana s'établit un véritable état de méditation où l'esprit repose dans l'esprit et est capable de distinguer tous les phénomènes. Sans samatha et vipassana, il n'y a pas de véritable samadhi ou un état profond de méditation.

    Krishnamurti nous dit qu'il est difficile de se tenir sur une ligne de partage, qu'on est nécessairement d’un côté ou de l’autre : l’esprit ne peut s’affranchir des opposés car c’est lui qui crée le beau et le laid, le bon et le mauvais. Tout ce qu'il faut faire c'est ne pas choisir, car choisir c’est être repris dans le filet des contradictions. Le calme, la paix de l’esprit est l’affranchissement de toutes les dualités.

    Oui, seule la méditation du calme mental peut aider notre esprit à ne pas juger et ainsi éviter d'être pris inexorablement dans le filet des contradictions.
    Cependant, l'homme est ainsi fait qu'il ne sait pas faire autrement que comparer, donc juger.
    Il est donc nécessaire tout d'abord qu'il soit conscient de son état perpétuel de jugement et des contradictions inexorables qui en découlent.
    Ainsi, il apprendra par la méditation à laisser passer les pensées sans les "saisir".
    Il doit aussi être indulgent avec lui-même et ne pas "se juger" non plus. Car se juger revient à discriminer, séparer. Il ne peut rien contre l'émergence des pensées. Il doit juste les accepter telles qu'elles sont, c'est-à-dire comme illusoires, sans existence propre.
    Si l'homme a comme aspiration l'amour et l'esprit d'éveil, il transformera progressivement son esprit dans une attitude plus juste.
    Dans la pratique du calme mental, il s'affranchira des dualités et épousera le monde dans sa globalité, sans discrimination.
    Mais il devra être conscient que chaque fois qu'il sera confronté aux activités mondaines, il sera entraîné dans l'engrenage des poisons mentaux, tels que l'attachement, l'agressivité ou l'ignorance.

    A moins qu'il soit un grand méditant... et donc un grand maître.

    Posté par Alain Thomas, 30 mars 2011 à 09:23 | | Répondre
  • la vraie vie

    Une vigilance à pratiquer à chaque instant de sa vie pour être vraiment efficace .
    Sinon ce n'est que de la poudre aux yeux pour se donner bonne conscience .

    Posté par marie christine, 30 mars 2011 à 09:33 | | Répondre
  • La difficulté est immense

    Oui Marie c'est pour ça que l'homme n'est pas capable de réaliser la vraie vie...

    A moins qu'il soit un grand méditant... et donc un grand maître.

    Ceci dit, la volonté de chacun à pratiquer dans cette tendance n'est pas non plus de la poudre aux yeux pour se donner bonne conscience.
    Sinon, il ne sert à rien de vouloir s'améliorer. Mieux vaut arrêter tout de suite avant même de commencer.
    Le chemin est long, très long et pour beaucoup, la difficulté est immense. J'en sais quelque chose.

    Posté par Alain Thomas, 30 mars 2011 à 11:03 | | Répondre
  • c'est comme on veut

    Bien sûr que le chemin est long et difficile ! Notre venue sur terre n'est pas le club Med, pas encore . Ceux qui se sont incarnés en cette époque cruciale l'ont fait en connaissance de cause, même s'ils ont été frappés d'amnésie (comme à chaque fois) à la naissance .
    On a le choix entre deux possibilités :
    1) Soit on décide avec conviction et détermination de se connaître soi-même dans tous les recoins, sans indulgence et sans culpabilité non plus, en prêtant attention à tous nos mouvements intérieurs (pensées, sentiments, émotions ...), en faisant le tri dans ce foutoir et choisissant d'avancer sérieusement .
    Et pour cela, bien sûr que la méditation apporte une aide précieuse .

    2) Soit on médite à la façon catho : on se laisse aller à toutes les pensées, tous les désirs, tous les abus, puis on va à confesse chaque samedi, on communie le dimanche, on est purgé et c'est reparti !
    Et hop, la valse à trois temps recommence : démission, confession, rédemption .
    INDEFINIMENT .

    Si on aime vivre dans l'illusion, moi je n'ai rien contre .
    Chacun fait comme il veut .
    C'est le libre-arbitre .

    Posté par marie christine, 30 mars 2011 à 11:33 | | Répondre
  • Ca a le mérite d'être clair et sans concessions

    Ce n'est pas tout à fait aussi simple Marie, si tu me permets d'ajouter quelques remarques importantes.

    Tout d'abord, nous ne sommes pas tous des êtres réincarnés volontairement.
    Pour la plupart, on n'a pas le choix. Je dirais même plus que pour le plus grand nombre, on se bouscule au portillon (devant la matrice si je puis dire), parce qu'il y a foule dans certains lieux difficiles, comme dans les pays affamés, les guettos, les favellas, etc...).
    Pour d'autres, ils ont un peu plus de facilité à se faufiler vers une matrice d'un monde supérieur.

    Maintenant pour ceux qui choisissent en connaissance de cause, même si certains sont amnésiques dès la naissance... ou à peu près, ce sont des êtres qui ont déjà atteint un niveau de conscience supérieur. Ceux-là peuvent effectivement à tout moment retomber dans les pièges du monde illusoire. C'est bien leur libre arbitre qui fera la différence.

    Mais il y a une loi infaille dite loi de rétribution, lié au karma, qu'il soit individuel ou qu'il soit collectif.
    Et là, nous avons beau avoir les meilleures intentions du monde, on ne pourra jamais éviter de voir apparaître dans notre condition présente les signes de nos actes passés et en subir les conséquences. Car une graine semée il y a plusieurs vies peut voir son fruit arrivé à maturation dans cette vie-même, sans que l'on puisse faire autrement que d'en être le spectateur, bien malgré soi.
    Alors bien sûr, notre volonté d'idéal fera la différence au moint sur un point :
    Sommes-nous conscients de ce qui nous arrive ou sommes-nous inconscients ?
    Il est préférable d'être conscient, même si c'est très douloureux et parfois décourageant d'être le spectateur de ses propres humeurs incontrôlables.

    Posté par Alain Thomas, 30 mars 2011 à 12:03 | | Répondre
  • Ah les années 50 !

    Malgré toute l'amitié que je vous porte, permettez-moi de vous dire chère Marie-Christine, que vous avez une curieuse conception de la religion catholique ! Et des sacrements qu'elle dispense.
    Vous me rappelez l'ambiance des années 50.
    Je ne me reconnais pas du tout dans ce pas de valse que vous décrivez ! Dommage ...
    Votre beau chemin de vie ne vous aurait donc jamais fait rencontrer de bons pasteurs ?

    Voici que vous nous proposez une réflexion sur le sacrement de confession.
    Je vais vous surprendre, mais si vous saviez comme je l'aime ce moment de remise au point.
    Je n'ai pas dit de remise au pas !
    C'est un temps d'humilité et de vérité.
    Là, je ne me dissimule plus. Sauf si je suis un menteur ou un dissimulateur.
    Rappelez-vous cette Parole :
    "Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les maintiendrez, ils leur seront maintenus."
    Extraordinaire non ?
    Quel pouvoir ! Ou quel blasphème ?
    Un homme aurait-il osé prononcer un telle affirmation ?
    D'ailleurs Celui qui a osé, Il a traversé un passage clouté si je puis dire.
    Vous appelez ça : "Vivre dans l'illusion."
    Moi je trouve ça plutôt réel.
    Mystérieux oui, mais ça m'implique au plus profond de mon être.
    Tout dépend de mon analyse de la notion de culpabilité.
    N'avez-vous pas regardé hier soir mardi sur France 2 : "Les yeux d'Olivier" ?
    J'ai été bouleversé par le court mais intense témoignage des parents de ce jeune-homme assassiné (par erreur) dernièrement en Corse.
    Ils pardonnent (les larmes aux yeux) à ce vigile qui a tiré une balle en plein coeur de leur fils.

    M'accepter faible, pour continuer la route avec courage et espérance. Car je ne suis pas seul.
    Me sentant au creux de la main de mon Créateur, tout docile à son amour et à son pardon (eh oui, parce que j'en ai fait des conneries dans ma vie !)
    Avec mon inévitable souffrance.
    Puisque ma conscience et ma sensibilité sont bien ancrées au fond de mon cerveau.

    Amen.

    Posté par PLV, 30 mars 2011 à 12:51 | | Répondre
  • Les yeux d'olivier

    http://www.pluzz.fr/dans-les-yeux-d-olivier.html

    Posté par Sarah, 30 mars 2011 à 13:02 | | Répondre
  • Alain

    Tout est vrai dans ce que tu dis .
    Il faut prendre ce qui surgit comme une grâce divine : la révélation de ce que l'on a encore en soi et l'occasion inespérée de le nettoyer .

    Posté par marie christine, 30 mars 2011 à 13:33 | | Répondre
  • PLV

    Oui en effet, je schématise .
    Mais sommes-nous encore si loin des années cinquante ?
    "Le pardon fait du bien à celui qui pardonne", ai-je lu quelque part .
    Quand à se faire pardonner, je n'ai jamais senti Dieu fonctionner de la sorte sinon dans les écrits religieux émanant des hommes et de toutes les peurs qui les caractérisent .
    Dieu n'est pas larmoyant, Il est beaucoup pragmatique qu'on ne le pense .
    Il encourage nos efforts pour nous perfectionner, accompagne nos progrès avec bienveillance, élargit peu à peu notre champ de vision et illumine pas à pas notre connaissance et notre compréhension du monde et de nous-mêmes .
    Ce qui l'intéresse, c'est nos progrès . Il n'émet pas de jugements . Il nous connaît par coeur ! Il sait parfaitement nos difficultés, nos potentiels, nos forces, nos faiblesses, nos luttes, notre aspiration ... . Sa gratitude est infinie devant notre bonne volonté et il est toujours là près de nous, attentif à nous guider chaque fois que nous faisons appel à lui .
    Si vous introduisez des notions de morale là-dedans, vous faussez tout le processus .
    Un père va-t-il accuser son petit enfant qui apprend à marcher de tituber et de tomber, et l'obliger à demander pardon, ou lui pardonner d'être tombé ?

    PS : Ma télé m'a lâchée il y a quelques jours, je vis donc de plus en plus dans le recueillement .

    Posté par marie christine, 30 mars 2011 à 13:57 | | Répondre
  • Un enseignement majeur et bouleversant

    Le témoignage des parents de Martin est bouleversant d'amour, de foi, de modernité.
    Il entre dans cette nouvelle dimension qui est proposée à la conscience de l'homme en ces temps primordiaux.
    Leur fils était un jeune homme sans histoire, gentil et ouvert.
    le vigile, Dominique a tiré une balle en plein coeur, ne sachant pas ce qu'il faisait.
    Ils considèrent Marin comme un martyre, au milieu de ce combat entre le bien et le mal.

    Ils ont ensemble décidé de pardonner et le père de Martin affirme que ce n'est pas lui qui pardonne à Dominique mais le Christ qui s'exprime en lui au travers de son alliance avec Dieu.
    Il dit que sa compassion qui naît du Christ ne lui appartient pas et que le Pardon s'impose en immédiateté.
    Pardon et Libération sont indissociables.
    Lorsque l'on pardonne, on libère l'autre au même moment, dans la Voie universelle.
    La mère de Martin affirme que son fils a déjà pardonné à Dominique dans sa propre libération.

    Bien sûr que ce n'est pas bien de tuer ainsi mais dans le pardon immédiat, il y a aussi la volonté d'aider l'autre à se libérer.
    En clair, cela signifie que l'on utilise l'acte meurtrier pour le transformer ensuite en chemin vers un éveil immédiat.
    C'est là tout le Mystère de la Foi.
    Pour les parents de Martin, leur fils est libéré et leur appel au Pardon dans la prière est un voeu de libération pour Dominique.
    C'est splendide.
    Ici, on souffre avec et on participe.

    Enfin, les parents de Martin ne demandent pas justice pour punir, mais une justice compréhensive, qui devra tenir compte du fait que si Dominique se veut dès ce jour être un artisan de la non violence en Corse, là où il a produit son meurtre, alors ils demandent à la justice de libérer Dominique et ils disent cela avec un large sourire qui en dit long sur la Foi et l'Amour qui se dégagent avec tant de force de leur attitude positive.

    Ce sont ces êtres-là qui font que notre Terre Mère regorge d'enfants sages, pleins de belles intentions, pacifiques, créateurs, bienveillants, écologiques, abondants en Coeur.

    Alors sommes-nous capables si une telle épreuve nous arrive de pardonner ainsi à l'assassin de notre enfant ?
    Voilà une question essentielle à mes yeux sur l'idée de ce que l'on peut se faire de ce que sont la dualité, la non dualité, la séparation, l'Unité, l'interdépendance, l'interaction, le karma individuel, collectif...

    Posté par Alain Thomas, 30 mars 2011 à 14:58 | | Répondre
  • Le mystère de la foi

    Bonne initiative que de nous offrir cet excellent reportage, Sarah...
    Intéressant, toutes ces manières de vivre sa foi.
    Bon, ben... Tout ça me coupe le sifflet...
    J'men vas monter en ma chapelle, égrener un chapelet à Lourdes.
    Marie, monte avec moi! et que ça saute!
    PLV: Pour vos conneries... Un chapelet et agenouillé!

    Moi: Pénitence pour les pècheurs!

    Daniel et Alain: On respire à fond et en lotus, vite!

    Posté par Eve Lyne, 30 mars 2011 à 15:16 | | Répondre
  • sacrifice

    Tant que durera la barbarie et l'insensibilité dans ce monde, nous aurons malheureusement besoin d'exemples comme celui-là pour frapper les esprits et apprendre la compassion .
    Des âmes viennent régulièrement se sacrifier pour hâter le retour à l'homme "civilisé" .
    Plus l'humanité évoluera en spiritualité (donc en sagesse) moins nous aurons à connaître d'actes extrêmes .

    Posté par marie christine, 30 mars 2011 à 15:53 | | Répondre
  • Contrition !

    "La foi ne se pratique pas, la religion se pratique, la foi se vit".

    Voilà en une phrase ce pasteur a résumé l'amour que nous ressentons pour telle ou telle religion parce qu'elle fait appel à notre foi. A ce appel qui fait que la pratique n'est que la reconnaissance de cette existence.

    Cela signifie vivre dans cette foi et non pas la vivre seulement lors d'une messe ou d'une confession, lors d'une prière chez soi, lors d'une contrition etc...Cela signifie en adéquation avec son message non pas partiellement mais totalement.

    C'est vrai que lorsqu'on regarde ce reportage on ressent beaucoup de sérénité de la part de ceux qui ont choisi cette voie et qui vivent avec elle...comme ce couple qui a vécu la mort d'un enfant c'est une grande interrogation que nous avons là.

    Ce couple de corse a su pardonner à l'auteur du crime d'un pardon instantanné telque voulu dans les évanglises (Mt 18, 23-35) poignant, boulversant, douloureux.

    S'inscrivant dans la foi chrétienne en faisant alliance avec Dieu.Cette compassion c'est comme le pardon du Christ qui doit aller au monde.
    Pardon et libération sont le même mot en Grec lorsqu'on pardonne on se libère car la haine est un poison ainsi on se libère et on libère l'autre.

    Il est vrai que c'est très difficile de savoir si oui ou non nous serions capable d'un tel acte de pardon si la situation se présentait ou serions-nous plus dans l'option "oeil pour oeil, dent pour dent"...difficile à dire !

    Ce témoignage montre le ton de ce reportage de la rencontre de la foi et de la vie avec, des sacrifices, don que l'être doit faire pour accéder à cette "plénitude".

    En même temps, je rejoins Me Gilbert Collart sur les raisons du déclin de la religion chrétienne à l'heure où nous sommes tous à la recherche de la spiritualité c'est que son message semble décalé par rapport aux attentes du 21ème siècle avec un bémol je m'aperçois au fil de mes pérégrinations que ce décalage s'amenuisse tout simplement parce que les générations changent que l'Eglise est obligée de s'adapter au monde qu'il l'entoure et surtout aujourd'hui elle a un carte à jouer dans le cadre de l'environnement, du respect de l'homme, de son évolution spirituelle.

    Ce changement se voit par les textes d'homélies ou autres publiés qui nous questionnement non pas en remise en question mais dans une démarche spirituelle et intellectuelle...si elle sait continuer dans cette vaine alors la tendance peut s'inverser.

    Le Don de soi, l'amour de son prochain c'est en filigrame ce que nous dit ce reportage mais que le chemin sera long.

    Posté par Sarah, 30 mars 2011 à 17:05 | | Répondre
  • Sarah

    D'abord merci d'avoir fait le lien.
    Merci à PLV

    "La foi ne se pratique pas, la religion se pratique, la foi se vit".

    Ceci n'est pas un syllogisme.
    Il n'est donc pas necessaire de pratiquer une religion pour vivre la Foi.

    La religion a été, à mon sens et pas qu'au mien, inventée par l'homme.
    La Foi elle, est inséparable de la Substance Universelle d'où nous émanons et qui réside en chacun de nous.
    C'est donc à nous et à nous seuls de vivre notre Foi tel que nous la percevons, la ressentons et la concevons dans notre coeur et notre mental, sachant qu'elle réside, même dans l'athéisme ou le nihilisme, le théisme et le monothéisme, l'éternalisme ou dans le bouddhisme.

    Posté par Alain Thomas, 30 mars 2011 à 19:45 | | Répondre
  • Alain

    Oui Alain c'est ce que j'ai écrit pas en utilisant tes mots c'est un fait.

    La Religion a été créée par l'homme pour organiser la civilisation selon un code éthique et moral comme le code Hammurabi qui est le plus ancien code babylonien d'inspiration religieuse organisant de manière juridique et politique la société babylonienne.

    Ce premier code démontre la volonté des peuples à vouloir s'organiser. La notion spirituelle permet de donner une autre dimension à cette organsition qui n'est plus d'inspiration humaine mais Divine.

    Ainsi l'homme dans son dévéloppement va intégrer dans la notion communautaire une notion morale lui permettant de vivre en communauté, de manière solidaire selon des dogmes, des règles de vie religieuses tel que les dix commandements de Moïse ; de créer l'alliance entre les hommes et Dieu s'unisant ainsi à la fois à l'Univers mais aussi au Dessein de l'homme...(Urbi et Orbi !)

    Posté par Sarah, 30 mars 2011 à 21:31 | | Répondre
  • La morale ...

    Marie-Christine, vous parlez des notions de morale.
    Et voici qu'il m'est donné ce jour de lire ce qui suit :
    Le théologien Xavier Thévenot (décédé en 2004) aimait définir la morale comme "ce à quoi le genre humain s'oblige quand il veut donner un sens à sa vie."

    Il ajoute : "Il existe de fausses résolutions. Celles qui sont prises sous l'effet mortifère d'un attachement légaliste aux exigences éthiques de l'Ecriture. Elles sont le fruit d'une illusion fondamentale : croire que le salut surgit de la fidélité scrupuleuse à la loi et doit être conquis par nos propres forces."

    Vous évoquiez aussi l'illusion, je crois, Marie-Christine ?
    Comme quoi, les grands esprits ...

    Posté par PLV, 31 mars 2011 à 22:45 | | Répondre
  • Libre à chacun ...

    Ce qui est écrit ci-dessus est une opinion personnelle. Je vous la partage.
    Loin de moi l'idée d'imposer quoi que ce soit.

    Posté par PLV, 31 mars 2011 à 22:50 | | Répondre
  • PLV

    Merci de nous transmettre ces paroles du théologien . Je voudrais dire que je ne récuse pas la morale .
    Comme le dit Sarah plus haut, la morale a été (et est encore) une nécessité pour maintenir une cohésion sociale avec des règles et des lois afin que la nature encore sauvage de beaucoup d'êtres humains soit canalisée, freinée, et qu'elle prenne conscience d'elle-même .
    La honte, la culpabilité, la peur de la sanction sont malheureusement encore souvent utiles quand l'inconscience est trop grande .
    Ensuite, quand l'homme évolue, il intègre ces règles de bonne conduite et de respect de l'autre, il les fait siennes, elles deviennent partie intégrante de sa nature . Il n'a plus à obéir à des lois extérieures puisqu'elles sont devenues des principes de vie, des lois intérieures . Il devient un homme éthique .
    Et plus il avance en spiritualité, plus il découvre d'autres lois, des lois supérieures aux lois humaines : des lois cosmiques, universelles, des lois divines, qui peuvent à première vue parfois sembler aller à l'encontre des lois humaines . Ainsi par exemple la loi du karma est une loi de causes à effets qui ne fait pas entrer la morale dans son principe .
    Je suis persuadée que Dieu, qui est tout Amour, ne peut absolument pas punir . Chaque fois que nous punissons un enfant, nous ne sommes pas dans la bonne attitude . C'est un héritage éducatif que nous répétons de génération en génération et qui nous vient de la religion .
    Nous sommes les enfants de Dieu et il ne nous a pas créées pour nous punir mais pour nous faire progresser, apprendre à Le connaître mieux, à nous connaître mieux, à L'aimer plus, à nous aimer plus . Et quand nous sommes trop paresseux, trop satisfaits de notre état d'imperfection, nous subissons les conséquences de nos inconsciences, mais ce ne sont pas des punitions .
    Nous sommes faits d'énergie, tout est énergie . L'amour est une énergie, tout comme la haine . Et les énergies interagissent selon la manière dont on les nourrit ou les reçoit .
    Dieu ne fait que nous envoyer des énergies d'amour, de courage, de force, de bienveillance ... sans calcul . Il est une source inépuisable .
    Nous prenons ou nous ne prenons pas .
    Si nous ne prenons pas, nous nous plaçons immédiatement nous-mêmes hors de Sa protection absolue et nous souffrons .
    Ce n'est pas toujours facile d'aller vers la lumière, et encore moins d'y rester en permanence ! Nous ne tenons qu'à un fil : celui de la foi .
    Et la foi peut se vivre partout, dans une église aussi bien qu'au milieu du désert puisqu'elle est en nous .
    Il y a bien sûr des gens sincères dans toutes les religions . Il suffit d'avoir connu l'abbé Pierre !

    Posté par marie christine, 01 avril 2011 à 18:27 | | Répondre
  • marie

    ...et soeur Emmanuelle et Mère Thérésa que de merveilleux exemples de sagesse !
    Ces personnes ne pratiquaient pas la "religion" ils vivaient leur foi. La foi soulèvent des montagnes dit-on.
    Notre rôle est d'avancer vers la lumière, mais je pense que nous sommes si différents: certains sont plus actifs que d'autres
    on dirait des missions bien diffèrentes ici-bas.
    Les diffèrentes aides que nous apportons autant physiques que spirituelles à notre prochain nous grandissent et notre âme est remplie de joie.

    Notre chemin est plus facile alors!
    Notre époque est dure mais on recolte ce qui a été semé. Indifférence, intolérence , violences gendarmons nous dans les moindres pensées, pensons amour et nous en recevrons de la douceur
    La recette est si simple!
    au quotidien on peste , on râle à la moindre bricole.
    Voyez comme c'est pas facile à appliquer!
    Je hurlerais chaque fois que les gens prononcent
    ces paroles: "une bonne guerre et tout sera en ordre"
    Comment peut on souhaiter des choses pareilles?
    Quelles pensées parasites!
    Courage! nos pensées d'amour unies sont des remparts contre la douleur sur terre.

    Posté par sylviesissi57, 01 avril 2011 à 23:47 | | Répondre
  • sylviesissi

    Comme tes paroles sont vraies !
    Si on savait les efforts sur-humains que fait notre Terre-Mère pour ne pas exploser par l'inconscience, l'ingratitude et l'égoïsme des hommes, on tomberait immédiatement à genoux devant tant de grâce divine déployée !

    Posté par marie christine, 02 avril 2011 à 08:21 | | Répondre
  • et encore ...

    Et on arrêterait l'hémorragie de la masturbation émotionnelle à courte vue qui lui fait tant de mal !

    Posté par marie christine, 02 avril 2011 à 08:23 | | Répondre
  • Le calme de l'esprit...

    Marie-Christine et Sylviesissi, je suis tellement d’accord avec vous. Alors j’ai envie de rajouter…

    Le calme de l’esprit…
    C’est aussi ce regard paisible que l’on pose sur ce qui nous entoure, laissant ainsi la douceur nous envahir et envahir le monde.
    C’est la beauté d’un geste et la lenteur d’un mouvement…
    C’est la qualité de l’écoute et la quiétude d’un échange…
    C’est ce profond retour sur soi faisant disparaître l’égo.
    C’est notre Présence confondue dans le Tout.

    Le calme de l’esprit c’est le sourire infini que l’on partage dans la joie…
    C’est ce geste d’amour et de tendresse d’une mère pour son enfant.
    C’est la main tendue avec compassion vers celui qui a besoin d’aide.
    C’est la main d’autrui que l’on accepte alors que l’on est dans la difficulté.
    C’est le pardon que l’on offre à l’autre en regard des ses propres fautes, tout comme celui que l’on accorde alors que l’on a été blessé.
    Ce sont nos mains jointes en prière, avec le cœur confondu, pour remercier le Monde, lui dire bonjour et l’apprécier dans sa gloire d’être et sa beauté.
    C’est la confiance que l’on a en soi, même si souvent il nous arrive de douter de nous-mêmes.
    Le calme de l’esprit c’est tout cela mais c’est encore…

    Cette contemplation que l’on offre à l’oiseau dans le ciel...
    Cette écoute attentive au son des cloches d’une église…
    C’est la beauté éphémère d’une rose et son parfum délicat embaumant une pièce.
    Et le goût du sel semé aux quatre vents de l’océan.
    C’est la naissance de l’aube et de tous les êtres, issue de l’énergie de l’amour pour la vie.
    C’est l’explosion du crépuscule dans son embrasement de couleurs pour signifier la fin du jour, car tout est éphémère.
    C’est le scintillement des myriades d’étoiles dans un ciel dégagé, infini, et la splendide rondeur de la Lune dans son charme éternel.
    C’est l’éclat du Soleil qui nous inonde de sa lumière et permet ainsi à toute vie de croître.

    Le calme de l’esprit c’est quand assis sur un banc, nous profitons de l’ombre d’un arbre pour apprécier la fraîcheur de l’été.
    C’est le souffle du vent qui nous caresse le visage, faisant voler nos cheveux dans l’éclat du temps.
    C’est la fusion de notre être alors qu’en forêt nous nous promenons et ne faisons plus qu’un avec elle.
    C’est cette lumière magnifique en montagne, quand au sommet, notre regard embrasse l’horizon et nous ramène à notre petitesse d’homme.

    Le calme de l’esprit…
    C’est notre Silence apaisant face au monde en tourment. Ce Silence qui nous ouvre à la quiétude, la plénitude et la paix intérieure… Notre force.
    C’est notre évolution lente mais constante pour sentir et aimer l’Univers.

    Posté par Hanami, 02 avril 2011 à 08:59 | | Répondre
  • Le calme de l'esprit...

    C'est l'écureuil, dans son inquiétude dissoute par la main de l'enfant, ouverte sur une noisette.
    C'est l'onde en surface d'un lac, un jour sans vent où seuls quelques insectes viennent se confondre.
    C'est les vagues de l'océan qui s'échouent sur le sable de la plage et se retirent après la délivrance.
    C'est le regard de l'amour, partagé en grâce où les mots sont absents.
    C'est le coeur de l'amant, battu en chamade par l'émotion naissante.
    C'est la marche silencieuse, au bord de la rivière, près du petit pont, au-dessous duquel frétillent de petits vairons en suspension.
    C'est l'émergence d'une fleur jaune, dans le matin frais du printemps jeune, comme une offrande à notre réveil.
    C'est le crépuscule rougi du coucher de soleil, annonciateur du vent passion et des amours en nuitée.
    C'est le gout du lait de la mère pour le nourrisson, substance filtrée de l'expression d'amour coulant de ses yeux.
    C'est le Divin en nous, donnant à nos gestes sacrés l'ampleur de nos talents créateurs, en arts multiples.
    C'est la rose fraiche devant laquelle on s'émerveille, pour sa beauté incomparable.
    C'est le ciel bleu blanc, lumineux de chaleur douce où tout se manifeste par le pouvoir de la pensée.
    C'est la méditation où tout s'évanouit en formes évanescentes et en lumière d'amour.
    C'est le coeur de l'esprit d'éveil où l'autre prend toute la place parce qu'il est là devant nous et que par sa seule présence, on s'oublie soi-même.

    Posté par Alain Thomas, 02 avril 2011 à 11:21 | | Répondre
  • visiblement ...

    C'est le Romantisme divin et la Poésie retrouvée !!!

    Posté par marie christine, 02 avril 2011 à 15:17 | | Répondre
  • A tous

    Le printemps vous inspire. En deux jours vous avez écrit des belles choses, profondes. Toutes ces vibrations vont s'envoler dans le ciel et se répandre sur le monde, apportant un peu d'apaisement...Vos commentaires sont très inspirants.

    Posté par Daniel, 02 avril 2011 à 18:14 | | Répondre
Nouveau commentaire