Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

29 mars 2011

Le bol de bois

 

Un vieil homme tout frêle va vivre avec son fils, sa bru et son petit-fils de quatre ans. La main du vieil homme tremblait, sa vue était embrouillée et sa démarche vacillante.

La famille mangeait ensemble à la table. Mais, le vieux grand-papa éprouvait de la difficulté à manger. Les petits pois glissaient de sa cuiller et tombaient sur le plancher.

bol_de_boisQuand il prenait son verre de lait, il le renversait sur la nappe. Le fils et son épouse étaient irrités par le gâchis. Le fils affirmait « On devrait faire quelque chose à propos de papa »

« J’en ai marre du lait renversé, du bruit qu’il fait en mangeant et de la nourriture sur le plancher. »

Alors, avec son épouse, il installait une table dans un coin de la cuisine. Là, le grand-père mangeait seul pendant que la famille prenait le repas. Étant donné que le vieil homme avait brisé de la vaisselle, sa nourriture était servie dans un bol de bois.

Quand la famille jetait un coup d’œil en direction de grand-papa,  il leur arrivait de voir une larme glisser sur la joue du vieil homme pendant qu’il était assis tout seul.

Malgré tout, ils continuaient à maugréer contre lui lorsqu’il échappait sa fourchette ou sa nourriture.

Le petit-fils observait tout en silence. Un soir, avant le souper, le papa remarquait son fils qui jouait avec des morceaux de bois qui jonchaient le plancher. Il lui demanda gentiment, « que fabriques-tu? » Tout aussi gentiment le petit garçon répondit, « Oh! Je fais un petit bol pour toi et maman pour que vous mangiez votre nourriture  lorsque je serai plus grand. »

Le petit garçon sourit et continua son travail.Ces mots eurent l’effet d’une bombe sur les parents qui devinrent silencieux. Des larmes commencèrent à ruisseler le long de leurs joues… Sans dire un mot, ils surent ce qu’ils devaient faire.

 

Voilà une belle histoire édifiante. Que c’est difficile d’éduquer ses enfants. On pense à leur inculquer des valeurs, des principes et on oublie bien souvent l’exemplarité de notre propre comportement. L’écart entre ce que l’on enseigne et ce que l’on fait réellement est bien souvent une réalité qui nous empêche d’être totalement crédible.

 

Posté par DANIEL GENTY à 07:00 - Bazar spirituel - Commentaires [20] - Permalien [#]


Commentaires sur Le bol de bois

  • un bol tibétain

    j'ai aimé ce texte qui illustre le manque de compassion et de patience que l'on éprouve souvent à l'égard de nos anciens... et en même temps le regard que porte nos enfants sur notre comportement.
    Mais ce qui m'a frappé tout de suite, c'est l'illustration que tu as mise et qui m'a tout de suite fait penser au bols tibétains... C'est pourquoi j'ai d'abord pensé que l'enfant fabriquait un bol pour lui-même, pour manger près de son grand père.
    Bien sûr, ce ne serait pas un bol chantant, comme ceux des tibétains, pourtant, bizarrement, il semble inviter à la méditation.

    Posté par Myrrha-El, 29 mars 2011 à 13:32 | | Répondre
  • Avoir un coeur d'enfant

    Voilà ce que j'appelle avoir l'attitude d'un enfant.
    C'est ce fameux regard sur les choses de la vie, totalment dénué d'intérêt égotique.
    Cela coule de Source en quelque sorte.
    Vous savez, je vois dans les hôpitaux comment cela se passe.
    On n'arrive jamais à se mettre à la place de l'autre.
    C'est pourtant ce que l'on devrait faire tout le temps.
    Pourquoi sont-ce les enfants qui nous montrent cela ?
    Parce qu'ils transposent. Ils aiment tellement leurs parents qu'ils ne veulent pas qu'ils leur arrivent du mal alors ils projettent par rapport à eux.
    L'enfant ne veut pas voir ses parents en difficulté. Il ferait n'importe quoi pour éviter ça.
    C'est ce monde là qui est intéressant, ce monde où chacun est pris en considération comme s'il était notre propre "soi".

    C'est pareil pour les animaux.
    Pourquoi faisons-nous subir aux animaux ce que nous n'aimerions pas subir. Ils nous aiment tant, ils sont si pacifiques et ils ont tellement d'amour en eux.
    Ils savent parfaitement quand vous leur donnez de belles pensées d'amour. Et ils vous le rendent bien.
    Les enfants, c'est comme les animaux. Ils ont une vision différente de la nôtre.
    Nous avons vraiment une vision défaillante, égoïste et c'est de pire en pire. Cela fait mal de voir l'homme arrivé dans cet état.
    Il faut que cela change. Il faut changer... maintenant.

    Posté par Alain Thomas, 29 mars 2011 à 18:46 | | Répondre
  • A la place de l'autre

    Tu as raison,Alain, on devrait se mettre à la place de l'autre afin de mieux connaître ses attentes mais souvent nous ne pensons qu'à nous. Mai attention se mettre à la place de l'autre ne consiste pas à lui dire ce qu'il doit faire: écouter mais ne pas se subsituer.

    Posté par Daniel, 30 mars 2011 à 09:33 | | Répondre
  • Elargir la conscience

    Se mettre réellement à la place de l'autre, c'est élargir sa conscience vers l'unité qui englobe tout, donc à la fois soi et l'autre, et ressentir, observer, écouter avec amour.

    Posté par Francine, 30 mars 2011 à 09:42 | | Répondre
  • A la place de l'autre

    Oui Daniel, se mettre à la place de l'autre c'est juste ressentir ce qu'il ressent, c'est tout.
    Et quand il souffre, alors on souffre avec et quand il est en joie, on ressent la joie avec lui, c'est tout.

    Posté par Alain Thomas, 30 mars 2011 à 10:58 | | Répondre
  • tout est possible

    C'est vrai, Alain, mais ce n'est pas tout . Il faut aller plus loin . Il faut transformer sa souffrance en joie, en certitude ou en espoir .

    Posté par marie christine, 30 mars 2011 à 11:16 | | Répondre
  • Houlà Marie !

    Tu sais Marie quand je vis des instants d'amour partagé ou quand je vis des instants de souffrance partagée, je t'avoue humblement que je ne sais pas les transformer.
    D'ailleurs, sur l'instant, je les vis tels qu'ils sont, sans à priori, dans l'instant. Je les partage, c'est tout.
    Après bien sûr, on en tire les enseignements en évitant de tomber dans les pièges des obscurcissements.
    De là à transformer souffrance en joie non, en certitude non plus et en espoir encore moins.

    Par contre, essayer de transformer souffrance ou bonheur en éveil, oui.
    Mais je ne sais pas le faire sur l'instant. Je ne peux le faire que bien après, une fois l'émotion dissoute, dans l'analyse profonde, dans la vision profonde de la méditation, de l'introspection et encore ...

    Posté par Alain Thomas, 30 mars 2011 à 11:46 | | Répondre
  • Alain

    Quand on a tous les jours affaire à des enfants placés en familles d'accueil (pas toujours accueillantes !), ou des enfants avec des parents qui se droguent, ou sont alcooliques, ou violents, ou débiles au point de remplir les biberons de vin, ou des familles éclatées, etc ..., tu comprendras qu'on ne peut pas se contenter de souffrir passivement avec eux .

    Posté par marie christine, 31 mars 2011 à 19:25 | | Répondre
  • Vocation

    Attends Marie !
    Là tu me parles de ton travail. D'ailleurs c'est un travail formidable dans le sens où tu peux effectivement oeuvrer et là-dessus je n'ai pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir que tu fais tout bien.
    Mais le contexte est bien spécifique.
    Tu vis là une sorte de "mission". Je dis mission car toutes tes collègues ne sont sûrement pas comme toi, même si je suis persuadé que pour la plupart, elles vont elles aussi au-delà de leur travail.
    Quand le travail devient une mission il y a vocation et c'est magnifique.
    Pourquoi est-ce magnifique ?
    Parce que l'être désigné pour accomplir a la capacité à la fois de répondre aux obligations de son métier et surtout de faire face à l'exigence de son devoir.
    C'est ici que le chemin spirituel prend tout son sens.
    Marie si tes enfants sont des enfants "spéciaux" alors je suis très heureux pour eux car je sais que ta main de fer est enveloppée d'un magnifique gant de velours directement lié au Coeur.

    Posté par Alain Thomas, 31 mars 2011 à 19:44 | | Répondre
  • Alain

    Non, mes enfants ne sont pas des enfants "spéciaux" . Ils font partie de la vie "normale", et je ne sais plus ce qu'est un enfant "normal" .
    Tous les cas de figure sont mélangés : enfants hyper-gâtés, enfants-rois, enfants mûris avant l'âge par les difficultés, enfants fragilisées émotivement par des angoisses surprotectrices, enfants rêveurs, enfants dominants, enfants arrogants, enfants hyper-sensibles, enfants au calme olympien, enfants pertubés nerveusement, enfants tendres, enfants généreux, enfants égoïstes, enfants pollués par toutes les images qu'ils voient ... Mais tous sûrs de leur destin ...
    Toute la société est là car les enfants absorbent et portent les vibrations des adultes qui les entourent et de ceux qui les influencent .
    Je ne sais pas si c'est une mission . Je pense que l'enseignement n'est pas un sacerdoce et ne doit pas être un sacrifice .
    Ou alors, toute profession est une mission, aucune n'est plus noble qu'une autre, aucune n'est le fruit du hasard . Chaque profession est le cadre dans lequel nous pouvons réaliser l'action qui nous convient le mieux, et qui diffère sans doute à chaque incarnation .
    Quelle que soit la profession, c'est la manière d'agir qui compte ; c'est l'esprit dans lequel on aborde toute activité et toute relation .
    J'ai la chance exceptionnelle de travailler dans un milieu où TOUTES mes collègues sont absolument dévouées à la cause, attentives, toujours désireuses de bien faire, d'améliorer les choses ; des collègues d'une tolérance rare avec qui le travail collectif se déroule harmonieusement, chacun respectant les idées de l'autre, chacun apportant sa pierre à l'édifice pour un enrichissement général des projets .
    J'ai souvent changé d'établissements, j'ai connu beaucoup de conflits et de laideurs (racisme, etc ...) et chaque jour qui passe j'éprouve une immense gratitude émerveillée pour ce qui m'est donné .

    Posté par marie christine, 01 avril 2011 à 13:07 | | Répondre
  • Marie

    Oui c'est la manière d'agir qui compte, c'est l'esprit dans lequel on aborde toute activité et toute relation.
    Il faut reconnaître tout de même que nous avons tous nos humeurs et nos moments incertains. Nous sommes plus fragiles à certains moments qu'à d'autres, sans que l'on sache vraiment pourquoi, sinon que notre karma nous rattrappe toujours...

    Mais c'est bien l'INTENTION qui compte car elle est porteuse de tout.
    Avec l'intention, nous faisons appel au divin qui est en nous. Nous le faisons surgir, simplement. Je veux parler de la BONNE INTENTION bien sûr et uniquement d'elle.
    C'est pourquoi Marie tu fais tout de même un métier très important.
    Tu dis que tu éprouves une immense gratitude émerveillée pour ce qui t'est donné.
    Et bien que toutes les grâces te soient offertes par le divin qui est en toi car c'est méritant d'écrire cela !
    C'est même magnifique et je redis une fois de plus que tes "petits" ont beaucoup de chance.
    Je souhaite vraiment que ton exemple et celui de tes collègues, puisque tu dis qu'elles sont TOUTES dévouées à la cause, puisse inverser la tendance inquiétante du malaise et de la violence qui s'amplifient comme un fléau gangréneux dans la jeunesse de notre société.
    Je sais que dans le même temps, un magnifique courant d'amour et de sagesse les traverse.
    Je ne voudrais pas faire de discrimination en disant que seule une partie de la jeunesse a accès à cette nouvelle énergie.
    Je crois que la nouvelle dimension qui est proposée à chacun ne fait pas dans la catégorie sociale mais qu'elle ouvre le coeur de chacun et qu'ensuite, le libre arbitre fait le reste.
    Ce sont des enseignants comme toi qui oeuvrent à ouvrir le coeur des enfants, à chaque instant, par votre esprit dispensateur.
    Dans l'enseignement aussi, existe un courant magnifique, annonciateur d'un changement de conscience.

    Posté par Alain Thomas, 02 avril 2011 à 11:47 | | Répondre
  • Alain

    Oui Alain, nous sommes humains et pas encore divins .
    Il peut même nous arriver, à l'occasion d'une grande révolte et d'une grande colère de voir des choses qu'on n'aurait pas vues dans notre habitude d'arrondir les angles . Ca paraît paradoxal mais c'est ainsi ...
    Cela m'est arrivé il n'y a pas longtemps avec les enfants : j'ai vu une inconscience qui n'était pas digne d'eux et de l'époque actuelle qu'ils ont et auront à vivre . Très gâtés (par nous aussi !) je les ai vus foufous, bêbêtes et trop égoïstes et, dans ma colère, je leur ai dit que dans la vie il fallait donner et recevoir, et que s'ils ne me donnaient pas leur attention, je ne leur donnerais pas non plus ce qu'ils attendent, ce qu'ils ont l'habitude de recevoir comme un dû . Ils m'ont regardée, étonnés, sans broncher . Résultat : le coup de tonnerre a secoué l'atmosphère et l'orage a apporté un nettoyage dans les esprits, un rebondissement, une sorte de bond en avant, un regain de sensibilité, de créativité, de sagesse, de responsabilité, une sorte d'éveil nouveau que je n'avais pas du tout prévu !
    Alain, je te dis que des forces invisibles nous manipulent et agissent "derrière notre dos" pour le plus grand bien de l'humanité . Il faut apprendre à ne plus se fier aux apparences et surtout à nos vieux schemas de raisonnement . Les choses ne sont jamais ce que l'on croit .
    Evidemment, ce n'est pas l'attitude idéale (de ma part) mais on fait pour le mieux avec son imperfection dans un monde imparfait . Et à chaque fois, fort de ses expériences, on devient un peu plus parfait .
    T'as vu, ils sont forts, là-haut ! Ils arrivent toujours à se débrouiller pour transformer le négatif en positif !

    Alain, j'aimerais partager avec toi ce texte d'un guide de lumière canalisé par Jean-Claude Genel :

    "S'incarner, c'est se préparer à ne plus revenir . C'est venir vivre un enseignement et comprendre . La compréhension débute souvent ainsi : une sorte de nostalgie, celle d'un monde perdu, un monde intérieur, un monde de conscience, un monde divin . Cela stimule l'individu qui se pose alors des questions . Et une vie ne suffit pas ! Il faut que la matière puisse réintégrer le mouvement éternel car dans l'évolution, depuis l'origine, les différents règnes se sont condensés et imbriqués, et l'homme, dans sa structure humaine, dans cette oeuvre divine, a "oublié" son origine, son identité divine . Alors, il a épaissi cette matière, il lui a donné toutes formes, a créé l'illusion et s'est enfermé dans cette illusion . Il a perdu l'essentiel .
    L'utilité de la réincarnation, c'est que l'âme se libère de la matière, le temps d'un passage dans l'au-delà, elle retrouvera cette vérité, en vivra la conscience . Elle souhaitera revenir pour exprimer les lois divines en utilisant encore une fois la matière dans l'expression humaine . Mais l'être, dans sa structure humaine, n'est qu'une expérience . Il doit, au fur et à mesure, apprendre à rencontrer son âme pour que cette structure devienne intelligente du monde invisible dont lui parle l'âme . Ses efforts, au fil des incarnations, l'aident à transformer la matière, à devenir plus simples, plus humbles . La matière devient divine, votre expression est beaucoup plus sacrée . Vous devenez davantage responsables, vous rendez la matière à son origine en l'aidant à perdre de sa consistance .
    Se réincarner, c'est permettre à la matière de comprendre l'éternité qu'elle possède . La matière est figée dans le temporel . Elle obéit aux lois temporelles alors qu'elle est faite de cette éternité depuis l'origine . L'âme, qui incarne l'éternité, réveille cela dans l'individu . Il arrivera un moment où chacun de vous saura vivre ce qui ne sera plus une expérience mais une vérité absolue ."

    Il dit aussi :

    "Mes enfants, vous avez des idées préconçues . Le karma n'est pas si important . Il agit dans les grandes lignes de l'incarnation et apporte les directives que l'être, avant de s'incarner, a choisies en rapport avec les lois divines . Le karma est la loi de cause à effet, l'action divine qui vient corriger afin que l'être comprenne et avance dans l'accomplissement de son évolution . "Effacer le karma" n'a pas de sens . C'est une loi positive qui invite au meilleur . Pourtant, trop souvent, vous prétendez qu'elle est négative . C'est faux, elle apporte la complémentarité et vous permet de rectifier . Vous vous éveillez et ainsi vous saisissez mieux l'intelligence qui vous donne vie .
    Sachez que le karma peut être virtuel . En effet, si un événement qui appartient au passé vous dérange, si vous ne l'avez toujours pas assimilé, vous pouvez y réfléchir pour en saisir les règles . De cette façon, virtuellement, les choses s'accomplissent . C'est un peu comme une ardoise magique sur laquelle est inscrite une trace karmique que vous pouvez effacer si vous comprenez l'événement par la réflexion . Le karma est virtuel car tout est vibration . Tout est possible par l'intelligence puisque l'intelligence est un acte divin .
    Quant au karma collectif, il est une action de loi collective . A l'échelle d'un pays, c'est le peuple tout entier qui souffre, au niveau social, par la guerre ou autre . Dans ce cas, le karma demande une réaction de l'ensemble même si au sein d'une collectivité l'aspect individuel demeure . Chacun réagit à la fois pour lui-même et l'ensemble en fonction de son évolution . Ainsi, dans sa réflexion personnelle, l'individu porte l'ensemble . Il y a là un échange, un partage sur le plan invisible qui passe par l'inconscient collectif ."

    "Du Ciel vers la Terre"
    Jean-Claude Genel

    Posté par marie christine, 02 avril 2011 à 16:51 | | Répondre
  • Chère Marie

    Marie tu as vécu une forte expérience avec tes "petits".
    Le temps s'accélère au point que nous n'avons pas idée. Les informations arrivent si vite.
    Notre génération est totalement bouleversée.
    Tu as su les surprendre. Ils ont été pour le moins "bousculés".

    Tu vas être la spectatrice d'un changement radical.
    Notre Terre Mère n'accepte plus et elle nous envoie des messages.
    Les eaux océanes sont maintenant polluées pour des temps indéterminés.
    Nous bénéficions pourtant de l'aide de nos frères. Ils s'activent.
    Nous n'avons pas compris que notre planète est un être vivant responsable.
    Nous avons préféré lui soustraire sa substance sacrée plutôt que de lui restituer notre reconnaissance..
    Nous avions la possibilité de l'honorer et nous avons préféré croire que nous pouvions extraire de sa richesse notre cupidité.
    Nous l'avons exploitée. Nous avons puisé son abondance sans nous soucier de sa réserve. Nous l'avons mise en danger en stockant l'énergie au fond d'elle-même, sans la prémunir des risques potentiels d'une telle réserve.
    Nous l'avons instrumentalisée alors que nous sommes ses enfants.
    Nous lui avons manqué de respect en la traumatisant. Nous n'avons pas su l'aimer comme les enfants aiment leur mère, alors qu'elle nous aime comme une mère aime ses enfants.
    Nous sommes les polissons de la classe de maternelle, dans l'inconscient collectif.
    Nous demandons pardon car il n'est jamais trop tard.
    Nous voudrions maintenant repousser de nos mains l'irradiation de l'océan au large de Tokyo. Nous savons que cette catastrophe humanitaire va avoir des conséquences irréversibles, alors que de nombreux "êtres" s'acharnent à réduire le taux de radioactivité.
    Nous avons construit des centrales nucléaires en vertu d'une indépendance..... d'une indépendance de quoi ?
    Nous sommes tributaires de la folie des hommes, au nom d'une indépendance... de quoi ?

    Je voudrais maintenant que les trois grands principes du chaos ordonné tombent...

    "S'incarner, c'est se préparer à ne plus revenir".
    Revenir, c'est une volonté d'idéal. C'est déployer ses bras dans les enfers et ramener les êtres pour qu'ils se préparent... à ne plus revenir.

    Il ne faut pas croire que l'on se réincarne librement. La plupart du temps, on se bouscule devant la matrice.
    Pour ceux qui choisissent de revenir alors ils sont nombrables.
    Ayons une pensée pour les autres... innombrables.

    Le karma est important. Il ne s'agit pas de l'effacer mais de le purifier.
    Il n'est pas plus négatif que positif. Il dépend avant tout de nos actes présents.

    "Tout est possible par l'intelligence puisque l'intelligence est un acte divin".
    L'intelligence n'est pas un acte mais un état. Elle est l'expression d'une ouverture spontanée du coeur, par la dissolution du mental et de ses concepts.
    Elle est simple, révélatrice du ciel au-delà des nuages des concepts et des voiles des obscurcissements.
    L'intelligence n'est pas un hasard et n'appartient à personne. Elle est le résultat de l'ouverture du coeur, pour le bien de tous les êtres, dans le coeur de l'esprit d'éveil. Elle est l'attention lumineuse, spontanée, l'écoute permanente de tout ce qui vit autour de nous.

    Posté par Alain Thomas, 02 avril 2011 à 22:30 | | Répondre
  • Union divine

    C'est un véritable cri du coeur que tu lances, Alain, un cri d'amour .
    Mais tu sembles penser que la Terre est faible . La Terre est notre Mère divine et elle est remplie d'une Force inouïe . Lui faire confiance est aussi un acte d'amour . La Terre-Mère, par l'énergie de notre confiance en Elle a un pouvoir extraordinaire, le pouvoir de s'auto-régénérer . Quand je vois la conscience générale grandir (grâce à la peur de la destruction !), j'ai la certitude de la victoire finale .

    Tu dis que l'intelligence n'est pas un acte mais un état . Je pense que c'est les deux . C'est d'abord un état d'attention, un effort de concentration, puis vient la connaissance, la vision et la compréhension des choses, de tous les mécanismes occultes qui s'enchaînent dans une logique divine .

    Nous regardons souvent la Terre-Mère comme nous voyons notre mère biologique : d'une façon émotionnelle .
    Beaucoup d'hommes méprisent la Terre parce qu'ils méprisent leur mère, et donc les femmes en général (même s'ils disent les aimer) .
    D'autres aiment et respectent leur mère, et ils respectent et aiment la Terre .
    D'autres la voient dominatrice et cherchent à la mater ou en ont peur .
    Mais il y a tout un inconscient collectif (un karma collectif à épurer) : toute l'humanité, hommes et femmes, ont de la femme l'image d'une vache à lait : celle qui donne sans compter, la pourvoyeuse infinie de nourriture et de bien-être, la prostituée universelle, celle dont on peut profiter à l'envi, le Corps toujours disponible, le Fruit toujours renouvelé, la Nature dont on se sert et que l'on jette à volonté, la Terre sacrée désacralisée par l'égoïsme et l'inconscience, l'Ame généreuse gaspillée par l'éternelle ingratitude .

    Mais quelques esprits mâles éveillés commencent à prendre conscience de leurs abus passés et à regarder autrement la Terre, qui est l'Ame, qui est la Femme profonde . Ils se retournent et VOIENT .
    Quelques femmes aussi voient la Vérité qui est en elles, la vraie Femme en elles, l'Ame pure, l'eau cristalline, l'Eau primordiale .
    C'est ainsi que par la reconnaissance mutuelle de quelques esprits et de quelques âmes éveillés dans le monde, le monde s'éveille peu à peu dans un mouvement collectif .
    Les hommes intègrent progressivement le féminin en eux et leur âme grandit . Tout comme les femmes laissent l'esprit se déverser en elles, pour venir illuminer leur âme et la révéler au monde .

    Et le monde deviendra intelligent .
    L'Esprit et l'Ame séparés sont dans un état de semi-intelligence .
    L'Esprit veille, sourit, éclaire de sa lumière mais éclaire quoi ?
    L'Ame ressent, voit et sait, mais, enfermée dans sa grotte hermétique, ses intuitions servent à quoi ?
    C'est seulement quand nous aurons ouvert la porte de notre conscience, de notre sensibilité de notre sagesse, de notre foi inconditionnelle, quand nous aurons soulevé le voile aveuglant de notre mental trop bavard, trop déviant,trop émotif, que l'union véritable pourra se réaliser .

    Et l'Ame jaillira, glorieuse, magnifique, étincelante, illuminée par le Soleil de l'Esprit, dans un accomplissement et un ravissement si longtemps espérés !

    Posté par marie christine, 03 avril 2011 à 10:04 | | Répondre
  • Le Soleil de l' Esprit

    Le monde deviendra intélligent.
    Tout au fond de la classe, Marie...
    Je me tiens au chaud, près du poêle...
    Et, j'écoute...
    C'est beau ce que tu dis!
    Pas vrai, Alain?
    On s'tiens à carreau...
    ça sent la taloche, dans le coin.

    Alors! "ON Y VA" ???!!!

    Posté par Eve Lyne, 03 avril 2011 à 10:57 | | Répondre
  • Emotion

    C'est beau... C'est magnifique !
    Tout est tellement magnifique !!

    Posté par Hanami, 03 avril 2011 à 11:37 | | Répondre
  • Ah, les filles ...

    Vous me donnez les larmes aux yeux !

    Pas de taloche, Eve Lyne ! Ca sera plutôt de l'auto-taloche, je crois ...

    D'accord, on y va !
    Le problème c'est qu'on y est déjà !

    Posté par marie christine, 03 avril 2011 à 12:13 | | Répondre
  • Alain, rapplique... Et vite !

    La maitresse est en pleine émotivité...
    Signe qu'il y a "relâche", enfin pour un instant...
    Ah?! On y est déjà...
    Dis, maitresse...
    Explique encore mieux, s'il vous plait...

    Posté par Eve Lyne, 03 avril 2011 à 12:29 | | Répondre
  • Eve Lyne t'en veux... en voilà !

    Je le dis et le répète, la Terre est un être vivant qui contient sa matière et qui a son âme.
    Elle est donc le fruit de la Création.
    Certes elle a le pouvoir de s'auto-régénérer mais nous aussi nous avons ce pouvoir.
    N'oublions pas que nous sommes ses enfants et elle est notre Mère. Elle fait donc partie de notre karma collectif.
    Si elle nous aime de son amour maternel, peut-être aussi qu'elle n'a pas toujours su nous orienter quand il le fallait.
    Je me fais là l'avocat du diable mais tout de même, notre Terre Mère, comme tout être vivant a une responsabilité envers ses enfants.
    Or, comme elle est issue de la Création, elle a connu la Naissance et comme tout ce qui naît, elle connaîtra la Mort... pour certainement renaître sous une autre forme.

    Alors quoi espérer ?
    Que cette civilisation s'éteigne pour que la Terre retrouve sa splendeur ou bien que nous parvenions avec elle à transformer notre esprit et changer de niveau de conscience ?
    Quoi qu'il arrive, personne ne sera épargné et personne ne sera perdu.
    Ah si ! Peut-être certains enfants seront perdus. On les appellera les enfants perdus et on les entourera d'amour dans notre nouvelle dimension... sourire...

    Je te rejoins Marie sans ambiguité sur la splendeur de la Femme.
    Vois-tu à mon sens depuis des millénaires, l'homme a tout gâché. Quand je pense qu'aujourd'hui, dans notre pays, aux élections cantonales, plus de quatre-vingt pour cent des hommes ont été élus. Je discutais avec Daniel au téléphone et nous remarquions que dans les activités artistiques, spirituelles, associatives, caritatives, les femmes sont largement majoritaires.
    Dans mes réunions hebdomadaires bouddhistes, je m'amuse toujours à compter le nombre d'hommes et de femmes et les femmes sont toujours majoritaires. Le Lama lui, est toujours un homme, quasiment. Pourquoi ?
    Pourquoi l'homme a-t-il encore le pouvoir alors que la femme a toute l'autorité, la sagesse, la créativité, la sensualité, la beauté ?... oh stop !
    Je ne dis pas qu'il faille éliminer l'homme, quoi que j'ai l'impression qu'avec Marie au pouvoir, nous devrions émigrer en vitesse... sourire... mais tout de même, il ne pense qu'à faire la guerre, tirer des profits, creuser le fossé entre les classes sociales, engendrer la misère au point de faire crever les enfants de faim.
    Regardez la Côte d'Ivoire, ils sont deux à vouloir partager le pouvoir. Comment est-ce possible d'engendrer autant de haine et de violence aussi bêtement ? L'exemple de la Côte d'Ivoire n'est-il pas le plus stupide que l'homme (je parle bien de l'homme), montre encore aujourd'hui, avec le ridicule qui lui sied, pendant que des hommes meurent en masse.
    Tiens ! Je conduisais hier en pleine nature et j'ai vu un canard faire la cour à une cane. Je me suis garé et j'ai observé. J'ai souri bien sûr mais quand même, faut arrêter quoi ! Je l'ai vu le mec, comment il s'y prend. Il bat des ailes et montre son semblant de pouvoir mais la cane, elle m'a fait rire. Elle savait déjà tout. Bon, quand il lui a mis le bec sur son cou, elle n'a pas résisté non plus. Bien ! Sans doute que Dame Mère y est pour quelque chose.
    Eh ! Dame Mère, s'il te plaît ! Change-moi ça ! Et vite !
    Enfin bref ça a pas duré longtemps hein ! Justement ça a été bref et fallait le voir le mec, il est passé à une autre sans problème hein ! Quelle ardeur ! Remarque, tant qu'il y a des cartouches mais tout de même, on pense qu'à soi là hein ! L'autre... bon !

    Tu as raison Marie, c'est le féminin qui réside en chacun des hommes qui peut sauver notre Monde.
    Si tu remarques bien sur ce blog, quels hommes s'expriment.
    Daniel ? Il n'y a pas plus raffiné et délicat que Daniel. C'est un homme qui aime les femmes certes, (et alors !), et quel esprit ouvert et universel !
    N'est-ce pas là un signe de grande Sagesse, toute féminine ?
    Et PLV, que dire de PLV ! D'un raffinement extrême doublé d'une délicatesse sans égale. Même s'il est un trublion digne des plus grands intrigants féminins de l'histoire... encore sourire... il possède cet aspect féminin que... j'affectionne. Oh ! Pas d'ambiguité hein !
    Je parlerai aussi de José. Il suffit de le regarder aux côtés de sa femme Denise pour comprendre qu'il est plein de tendresse... toute féminine. Il ne m'en voudra pas j'espère.
    Bon d'accord ! Je ne suis pas la femme parfaite mais tout de même, je suis tendre et généreux. Cela ne vous suffit pas pour déceler mon caractère féminin ?

    Quant à l'union de l'âme et de l'esprit... Je préfère dire l'union de l'homme-Dieu avec la Substance Universelle qui réside au fond de lui ; cela ne dépend pas que de nous malheureusement car notre libre arbitre en a pris un sacré coup. Nous devons le réveiller en éveillant les consciences de la jeunesse, qui est coupée en deux.
    Contradictoirement, d'un côté les ignorants qui continuent à oeuvrer dans l'inconscient collectif et de l'autre côté le courant courageux d'une jeunesse exemplaire qui veut soigner sa Mère, la dorloter comme une grand'mère fatiguée, lui redonner de la couleur, du baume à son coeur, la soutenir, oeuvrer pour qu'elle se régénère plus vite, pour qu'elle retrouve son énergie, pour qu'elle resplendisse devant l'amour de ses enfants et qu'enfin, elle cesse de faire ses crises de spasmophilie, qu'elle puisse boire son eau cristalline, se nourrir des meilleurs fruits, des meilleurs légumes, qu'elle continue à admirer ses plus belles créatures que sont les dauphins, les baleines ou les éléphants, ainsi que les ours blancs, enfin bref, qu'elle arrête de pleurer chaque fois que l'un de ses enfants humains brille par sa méchanceté, son intolérance, sa violence, son manque de respect, enfin bref tout l'aspect masculin qui commence à faire chier...

    Posté par Alain Thomas, 03 avril 2011 à 13:53 | | Répondre
  • la marmite

    Ah ben Alain, t'es magnifique ! Tu parles comme un soleil quand tu causes avec l'intelligence du coeur .
    Pour les hommes du blog, ce n'est bien sûr certainement pas un hasard (ni pour les femmes) .

    Pour la marie au pouvoir, je crois que tu as raison, il ne vaut mieux pas essayer, c'est pour ça que je circule en minuscules et que je fais profil bas . Je préfère garder le couvercle sur la marmite mais je ne peux pas l'empêcher de bouillir .Je vis les tourments de la Terre à l'intérieur et c'est parfois très éprouvant .
    D'une manière générale, les consciences s'éveillent et grandissent . Tout peut aller dans le bon sens avec le moins de dégâts possible .

    Posté par marie christine, 03 avril 2011 à 16:31 | | Répondre
Nouveau commentaire