Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

21 janvier 2011

Ce jour est un jour tout neuf

matin


Il n’a jamais existé et il n’existera jamais plus.
Prenez donc ce jour
Et faites en une échelle
Pour accéder à
De plus hauts sommets.
Ne permettez pas que la tombée du jour
Vous trouve semblable
A ce que vous étiez à l’aube.

Faites de ce jour un jour unique, mémorable.
Enrichissez le et
Ce faisant, enrichissez vous ;
Ce jour est un don de Dieu.
Il n’est donc pas quelque chose
D’ordinaire, de fortuit
Quelque chose qui va de soi.
Il vous est spécialement offert.
Prenez le entre vos mains avec
Un sentiment de ferveur.

Swâmi Chidananda

Swami Chidananda est né en 1916 à Sridhar dans l'état de Mangalore (Inde). Après avoir fait ses études dans une école jésuite de Madras, il s'isole plusieurs années dans un ashram. C'est en 1943 qu'il rejoint l'ashram de Swami Sivanancla, à Rishikesh, dont il devient le disciple. En 1959, il part pour une première durée de 4 ans, enseigner en Amérique et en Europe. Il reviendra régulièrement en Occident témoigner de la profonde sagesse de la spiritualité de l'Inde. A la mort de Swami Sivananda, en 1963, il lui succède a la tête de l'ashram.

Swami Chidananda était un exemple de service désintéressé. Il a notamment soutenu la cause des colonies de lépreux à Rishikesh et dans les environs. Il a aussi été un précepteur idéal pour des milliers de chercheurs à travers le monde. Il a réussi à garder vivant l’esprit de l’ancienne tradition védantique et a attiré de nombreux chercheurs du monde entier à l’Ashram Sivananda, à Rishikesh. Swami Chidananda faisait souvent référence à Saint François d’Assise, qui l’inspirait beaucoup. Il est décédé en avril 2008.

 

Posté par DANIEL GENTY à 06:57 - Enseignement spirituel - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Ce jour est un jour tout neuf

    Question

    Pourquoi les saints finissent-ils très pauvres ?
    Ils font de si grandes choses!
    Bête... Comme question !

    Posté par Eve Lyne, 21 janvier 2011 à 12:29 | | Répondre
  • sages paroles

    Merci Daniel, pour ce partage .
    Il n'est pas superflu de lire ces paroles, dans un monde où l'on considère trop souvent que tout nous est du .(on rate un avion, on en fait tout un drame !) .
    Personnellement, je n'avais jamais envisagé la journée sous cet angle : ne plus être chaque soir ce que l'on a été le matin . Un magnifique programme !

    Posté par marie christine, 21 janvier 2011 à 12:33 | | Répondre
  • réponse

    Parce que le monde tourne à l'envers, Eve Lyne . Avec le renversement des pôles, tout se remettra dans l'ordre et l'argent sera dans les mains de ceux qui sont les plus aptes à l'utiliser à bon escient, en accord avec le plan divin .

    Posté par marie christine, 21 janvier 2011 à 12:39 | | Répondre
  • Le renversement

    Vas pas si vite, Marie...
    J'y comprends rien dans ce renversement des pôles...

    Donnes moi ton argent...
    Tu vas voir qu'avec moi, y va pas moisir sur des comptes pour fructifier... Hé! Hé!

    Posté par Eve Lyne, 21 janvier 2011 à 12:49 | | Répondre
  • Histoire pour rire

    L'autre jour, le pêcheur, il m'a fait bien rire...
    Tout de go, il m'a sorti:
    " Faut qu'on arrête de donner! on va finir par croire qu'on est riches ! "

    On a ri... Mais, c'est vrai... On a jamais manqué de rien.

    Posté par Eve Lyne, 21 janvier 2011 à 12:58 | | Répondre
  • les fruits et les pépins

    Si je te donne mon compte, je te donne mes dettes . Ben d'accord ! Je te fais confiance pour les faire fructifier ...hé, hé !
    Attention, je suis en année 8 . Va y avoir de la casse !

    Posté par marie christine, 21 janvier 2011 à 12:59 | | Répondre
  • Mon compte

    S'il te plait, Marie ...
    Etant du : 26 6 1953...
    Peux-tu me régler mon compte?

    Posté par Eve Lyne, 21 janvier 2011 à 14:25 | | Répondre
  • Ce qui n'est pas fortuit

    Ce jour m'est spécialement offert...

    Wow ça réveille de se faire dire cela au lever!
    Swâmi Chidananda me ramene à la Réalité vivement.
    Pas de temps à perdre, je m'en vais m'asseoir pour goûter à mon cadeau... qui se répétera encore combien de fois? je n'en sais rien!

    Posté par kea, 21 janvier 2011 à 15:34 | | Répondre
  • A Kea

    J'espère qu'un jour tu nous adressera, chère Kea, un texte sur le Québec et sur ta vie en pleine nature, au milieu des forêts et des lacs. Avec de belles photos....J'ai envie de rêver moi qui aime la nature et qui habite en banlieue parisienne au milieu des cités.

    Posté par Daniel, 21 janvier 2011 à 17:59 | | Répondre
  • Ça c'est sûr Daniel

    Oui, je vous ferai visiter Mont-Carmel, enfin le coin de Mt-Carmel où j'habiterai moi dans une couple de mois. Présentement je suis entre deux logis, un peu dans l'un et plus dans l'autre.

    Bon, dans environ deux mois alors pour ce qui est de la visite!

    Posté par kea, 21 janvier 2011 à 18:51 | | Répondre
  • compte rendu

    Je ne peux pas croire que tu ne saches pas faire des calculs, toi l'intelligente Eve Lyne !
    Tu es en année 9, comme Francine .
    Débloquer les blocages si j'ai bien compris ...
    Suffit d'enlever la cale, si t'es calée .

    Posté par marie christine, 21 janvier 2011 à 18:58 | | Répondre
  • Québec

    Oui Kéa, on aimerait bien que tu nous racontes ta vie !
    Connais-tu Karen Bishop ? Je crois qu'elle est canadienne .

    Posté par marie christine, 21 janvier 2011 à 19:06 | | Répondre
  • Entre deux logis

    C'est comme moi, Kéa...
    Présentement, je vis entre deux logis.
    C'est sans doute pour ça que je débloque, comme le dit si bien Marie.

    Merci d'avoir fait le compte pour moi...
    J'étais pas sûr.
    Donc, si j'ai bien compris Marie...
    Francine débloque aussi !!!

    Posté par Eve Lyne, 21 janvier 2011 à 19:57 | | Répondre
  • fine mouche

    Faut demander à Francine . Je ne me permettrais pas d'en juger à sa place !

    Posté par marie christine, 21 janvier 2011 à 21:09 | | Répondre
  • Ma vie

    C'est ça Marie-Christine, ma vie dans la nature québécoise, "au milieu des forêts et des lacs" comme l'a dit Daniel.
    J'ai fait une recherche rapide sur google et les propos de Karen Bishop m'intéressent. Toi est-ce que tu la connais depuis longtemps? et qu'en retires-tu?


    Selon ton raisonnement Eve lyne
    il y aura déblocage pour moi aussi
    surtout que je suis pareil à toi en année 9

    Posté par kea, 22 janvier 2011 à 02:22 | | Répondre
  • Débloquons ensemble !

    Libération pour de nouveaux horizons...
    Cette année 9 nous unie donc, chère Kéa...
    Mais, très attention...
    Daniel nous mets en garde...
    Ne rien entreprendre de nouveau en cette année 9.
    Le 9 n'a jamais été de bonne augure pour moi...
    Donc, on se tient à carreau...
    Si j'ai bien compris.
    Bonne nuit, Kéa...

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2011 à 03:31 | | Répondre
  • Aujourd'hui

    La définition d'hier, de demain n'est-ce pas aujourd'hui.
    Seulement aujourd'hui existe et encore c'est trop long. Moment après moment est la seule vie que nous ayons.
    Pourtant le leurre est bien enraciné. L'hier, le demain envahit trop souvent l'instant.
    C'est triste de remplacer quelque chose qui existe par quelque chose qui n'existe pas. La perte est grande d'oublier l'instant.

    Posté par maty, 22 janvier 2011 à 04:17 | | Répondre
  • L'instant présent

    Oh! oui, maty...
    Rien que l'instant présent...
    Ne pas perdre un instant...
    Est-ce pour celà que tôt matin...
    Bonne journée, maty !

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2011 à 05:02 | | Répondre
  • Juste pour savoir...

    Maty et mimi ne seraient-ils pas deux en un ???

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2011 à 05:08 | | Répondre
  • Question bête

    Je retire ma question...
    Maty ne peut pas être mimi.
    Donc, mimi ne peut pas être Maty.

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2011 à 05:43 | | Répondre
  • Coquine

    Mimi Maty, deux en un... Tu te foutrais pas de notre gueule par Zazard, l'Eve Lyne !
    Histoire de rire hein bien sûr.
    Mimi Maty, Mimi Maty...
    Je comprends maintenant pourqoui dans ton grenier, tu gardes tes toiles d'araignée. Tu peux pas les enlever pardi avec ta taille hein !
    Une chouette nommée Mimi Maty. Tu crois pas que tu pousses un peu la mémée là ?
    Ah tu dois te marrer dans ta peau de chouette, préparant ta soupe de grenouilles, les poils au menton et le nez qui n'en finit plus.
    Reste bien dans ton grenier va, ne sors pas ce matin, avec cette bise du Nord !
    T'es ben capable de prendre ton balai et déchirer la nuit de tes rires sarcastiques pour atteindre cette lune si grosse et si basse en ce moment.
    Bon, fais gaffe avec le pêcheur !
    S'il sait que Mimi Maty se ballade dans ton grenier, il est capable de la pêcher au lancer, dans ses parties de somnambule, quand il monte la nuit...

    Posté par Alain Thomas, 22 janvier 2011 à 05:56 | | Répondre
  • Sérieusement

    Alain, je ne sais pas qui est Maty
    Je ne sais pas qui est mimi
    Daniel te confirmeras que ce n'est pas moi !

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2011 à 06:05 | | Répondre
  • Et pis...

    Alain, ce n'est pas : Mimi, mais mimi

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2011 à 06:11 | | Répondre
  • Et pis...

    Ce n'est pas: Maty mais maty ...
    Si l'on s'en réfère à l'heure des posts...
    Ils ne peuvent être deux en un.

    Bon, moi j'y perd mon latin...
    Et pis la lune m'épie...

    Posté par Eve Lyne, 22 janvier 2011 à 06:29 | | Répondre
  • Marie Madeleine et la fillette

    Elle était venue en début de semaine de la part du notaire de Montmerle. Elle marchait difficilement avec sa canne et son âge quelque peu avancé. J'ai su par la suite qu'elle avait 76 ans.
    - Voilà Monsieur Thomas, Maître Richard me dit que je peux avoir toute confiance. Il s'agit de la petite maison que je loue à Montmerle à un monsieur qui voudrait la relier avec la sienne dont il est propriétaire.
    Il faudrait que vous passiez à la maison pour que je vous donne tout le dossier et que vous compreniez bien la situation.
    - Bien Madame, comment vous appelez-vous ?
    - Perraut, Marie-Madeleine Perraut.
    - Quel joli prénom et il vous va si bien si j'en juge au pétillement de votre regard Madame Marie-Madeleine.
    Elle sourit largement et nous prîmes rendez-vous.

    Ce vendredi matin, en ce jour nouveau, j'arrivai devant la maison de Marie-Madeleine. Le ciel était bleu-blanc et le soleil brillait. Il faisait si froid avec cette bise venue du nord. Elle m'avait dit que le grand portail serait ouvert, qu'il fallait entrer sans sonner.
    Ces moments de vie voyez-vous, où l'on quitte son mental comme on enlève un vêtement, où l'on sait que l'on va faire une rencontre merveilleuse et rendre service, sont tellement beaux qu'ils se pvivent sans conscience du temps qui passe.
    J'ouvre le grand portail, traverse la cour, frappe à la porte vitrée et voit arriver une femme plus jeune, bedonnante et au sourire accueillant.
    - Entrez Monsieur Thomas, on vous attendait. Vous me reconnaissez ?
    - Euh!... Non, je ne crois pas.
    - Ah ! Vous nous avez vendu notre maison il y a plusieurs années.
    - Ah oui, votre visage me revient en tête maintenant. Tout va bien ?
    - Oui venez, ma cousine vous attend.
    - Bonjour Madame Marie-Madeleine, comment allez-vous ce matin ?
    - L'arthrose Monsieur Thomas, cette foutue arthrose qui m'empêche de dormir.
    Elle avait les doigts déformés et son avant-bras gauche aussi. Je lui pris ses mains dans les miennes pour observer tous les aspects, lui fis tendre les bras pour vérifier s'il n'y avait pas de tremblement.
    - Aucun tremblement Madame Marie-Madeleine. Avec le prénom que vous avez, les douleurs vous maintiennent éveillée. Vous savez, je vois tellement de souffrance dans les hôpitaux et vous êtes chez vous, avec votre sourire bienveillant.
    - Merci Monsieur Thomas ! Je vous offre quelque chose ?
    - Un thé... avec du miel, fera l'affaire. Alors, que puis-je faire pour vous ?
    - Mon locataire veut acheter ma maison mais il me fait une proposition très basse. Je voudrais que vous alliez la visiter pour me donner une estimation.
    Après avoir examiné tous les documents adéquats, je sentis très vite que la proposition n'était pas très correcte.
    - Madame Marie-Madeleine, n'ayez plus de soucis ! Je m'occupe de tout. Il ne s'agit pas pour moi de proposer à votre locataire un prix élevé ou trop bas ; il s'agit d'établir un prix selon le marché actuel, sans quoi votre locataire pourrait bien se voir démuni à la fin de son bail... dans un an, si j'en crois les documents. Les coquins voyez-vous seront toujours des coquins, si personne ne le leur dit. Je vais le lui dire gentiment et vous n'avez plus à penser quoi que ce soit qui augmente votre inquiétude. Votre petite retraite n'est pas facile à assumer, alors on va tout faire pour l'agrémenter.
    Son visage s'éclaira au point qu'elle comprît d'un coup qu'elle pouvait s'abandonner.
    C'est dans ces instants-là que la magie s'opère. Un climat de confiance s'établit et c'est un bonheur. La flamme de ses yeux brilla intensément. Elle se leva, chercha encore des papiers, me remit tous ses originaux.
    En quelque sorte, elle s'abandonna complétement.
    - Marie-Madeleine... Vous permettez que je vous appelle par votre prénom ?
    - Oui oui bien sûr !
    - Marie-Madeleine, en cette froide matinée d'hiver où il fait si bon chez vous, votre thé parfumé au miel est délicieux. J'appelle votre locataire aujourd'hui et je prends rendez-vous avec lui. Ensuite, je passe vous voir et nous discuterons... autour d'un autre thé ?
    - Oui bien sûr avec plaisir.
    - Pour votre arthrose, je sais que c'est douloureux. Puissiez-vous au moins dormir comme il suffit et profiter des moments où vous ne ressentez pas trop la douleur, comme à l'instant, quand je vois votre beau sourire. Il est tellement de gens qui souffrent le martyre.
    - Oui mais vous savez, les genoux, l'épaule à gauche, le coude, ça fait beaucoup. Et ça progresse.
    - Allez bon courage Marie-Madeleine ! Merci pour le thé et à très bientôt !
    Sa jeune cousine m'accompagna à la porte et je pris congé. J'étais content. Je respirai à fond, eûs une pensée pour Frédérique et me dis que la vie donnait tellement d'opportunités à saisir, que l'amour de son prochain était tellement plus facile quand l'autre a le coeur ouvert et la flamme dans le regard.


    Cela me rappela un instant l'histoire de cette fillette pauvrement vêtue qui se détacha de la foule et demanda à parler à Marie, la Mère d'Emile. Marie prit les mains de la fillette dans les siennes et lui dit :
    - Chérie, que puis-je faire pour toi ?
    Marie découvrit bientôt que le frère de la fillette avait fait une chute et s'était probablement brisé la colonne vertébrale. La fillette supplia Marie de l'accompagner pour voir si elle pouvait améliorer l'état du garçonnet, qui souffrait beaucoup.
    A l'approche de la maison, la fillette bondit en avant pour annoncer l'arrivée de Marie. Elle habitait une cabane de boue particulièrement misérable.
    Marie dit alors :
    - Bien que ce soit un taudis, il y bat des coeurs chauds.
    Dans le coin le plus éloigné, sur un amas de paille moisie et de chiffons malodorants, gisait un garçonnet de cinq ans au plus, au visage contracté et d'une paleur de cire.
    La fillette s'agenouilla auprès de lui et lui prit le visage entre les mains, une main appuyée contre chaque joue. Elle lui dit qu'il allait être compétement guéri car la dame magnifique était déjà là. Marie dit :
    - Tu aimes beaucoup ton frère n'est-ce pas ?
    La fillette qui n'avait certainement pas plus de neuf ans répondit :
    - Oui, mais j'aime tout le monde.
    - Si tu aimes ton frère tant que cela, tu peux contribuer à le guérir.
    Elle lui fit remettre une main sur chacune des joues de son frère, puis se déplaça pour pouvoir mettre sa propre main sur le front du garçonnet. Presque aussitôt les gémissements cessèrent, le visage du garçonnet s'éclaira, son petit corps se détendit, un calme complet s'installa sur toute la scène, et l'enfant s'endormit tranquillement d'un sommeil naturel.
    La fillette se jeta subitement aux pieds de Marie, en saisit un dans chaque main, et baisa frénétiquement ses vêtements. Marie se baissa, releva d'une main le petit visage fervent et couvert de larmes, puis s'agenouilla, serra l'enfant dans ses bras, et lui baisa les yeux et la bouche.

    Marie dit à l'assemblée :
    - Cette fillette sera une grande bienfaitrice parmi ces gens, car elle possède le pouvoir de la détermination d'exécuter ce qu'elle entreprend.
    Quelqu'un demanda à Marie comment elle avait pu aider de la sorte la fillette et ses parents. Elle répondit :
    - Eh bien, ce fut grâce à l'attitude de la fillette. C'est à travers elle que nous avons pu aider toute la famille. Elle est l'organe d'équilibre de son groupe. C'est par elle que nous allons atteindre beaucoup d'autres gens d'ici.

    Posté par Alain Thomas, 22 janvier 2011 à 07:44 | | Répondre
  • Kéa

    Je ne connais pas à fond Karen Bishop, quelques écrits seulement . Je sais qu'elle est en plein dans les nouvelles énergies et je pense que ses sensations et ses prédictions sont toujours très justes .

    Posté par marie christine, 22 janvier 2011 à 09:48 | | Répondre
  • En ce jour tout neuf

    L’aube est un miracle… Il fait froid mais qu’importe.

    Une belle éclaircie à l’Est agrandit mon regard. Le manteau de la nuit se déchire et je me laisse envahir par cette clarté.
    Face à moi qui suis encore « moi », le pré, vaste et silencieux, me semble « indifférent ». C’est ce que je crois dans un premier temps… mais non… je ressens sa calme existence battre au rythme de la vie. Cette vie sur la droite, qui bat aussi, tout à côté, sur le sentier des marronniers encore endormi… Je n’entrevois que certaines formes. J’y entends au loin cependant crailler quelques corneilles.
    Je poursuis mon tour d’horizon et regarde les deux tilleuls argentés sur ma gauche. Je m’arrête sur eux quelques secondes. Quelques oiseaux y pépient discrètement. C’est un enchantement…
    Le halo lumineux continue de grandir. Il s’étend et s’élargit pour prendre le ciel qui se dégage au fur et à mesure, immense et sans nuage.
    Et tous les sons me parviennent, tous les regards, tous les mouvements éphémères me submergent et m’emplissent d’infini.

    Mon manteau fermé jusqu’aux oreilles, le froid est sec et pénétrant. Néanmoins je reste… car je sens au fond de moi l’Indéfinissable.
    J’inspire la froidure au plus profond. Elle entre en mon corps pour atteindre chacune de mes cellules. J’ouvre la bouche pour exhaler l’air avec lequel je joue quelques secondes comme lorsque j’étais enfant.
    Le temps et la distance n’existent pas. Les doutes, les confusions, les illusions se sont évanouies. Je n’ai plus de pensée. J’oublie tout, y compris le froid.

    Présence !

    Le silence par-delà les sons est grand, puissant et profond. Une résonance et un sourire.
    Et c’est alors que je prends véritablement conscience de ma place qui n’est pas une place. J’occupe l’espace illimité au même titre que l’arbre, l’oiseau ou Cosmo (le chat) qui vient me dire bonjour, le givre qui recouvre le pré, l’air que je respire… De même que la maison dans mon dos, ou encore l’avion que j’aperçois dans le ciel et dont j’entends le vrombissement lointain.
    Tout est confondu.
    Je me détache sans me détacher vraiment. Toute l’énergie qui découle de ce que je perçois se mêle à ma propre énergie et me remplit de douceur et de paix profonde. Je suis comme en apesanteur, sans appui précis, inséparable du Tout, indissociable. En harmonie… En Union parfaite…

    A tous, belle journée ensoleillée !

    Posté par Hanami, 22 janvier 2011 à 12:46 | | Répondre
  • Hanami

    "Le silence par-delà les sons..."

    Que c'est beau ça Hanami. Je l'entendais au réveil ce matin le Silence omniprésent, et je l'entends encore maintenant devant mon écran...

    "Je n'ai plus de pensées..."
    car le Silence me lave d'hier et m'ancre dans le présent.

    Posté par kea, 22 janvier 2011 à 14:13 | | Répondre
  • ....

    Bonjour Kéa, contente de vous connaitre !

    Notre Présence nous fait "entendre" le Silence et le Silence nous renvoie à notre Présence...

    Posté par Hanami, 22 janvier 2011 à 14:50 | | Répondre
  • Contente aussi Hanami

    Chaque carrefour de la Cité du Coeur
    est baigné de Silence.
    Heureux celui qui qui s'y promène!

    Posté par kea, 22 janvier 2011 à 16:08 | | Répondre
  • Evelyne

    Évelyne tu ne sais pas qui est Maty... Eh bien c'est moi et pas Mimi.
    Je vis au Québec et je crois bien que Mimi vit en France quand je lis son dernier commentaire.
    C'est bien hein! Une question de régler.

    Posté par maty, 22 janvier 2011 à 22:55 | | Répondre
  • Evelyne

    Ah oui j'oubliais la photo arrivera tôt ou tard.
    Comme ça tu pourras mettre un visage sur le nom et il n'y aura plus d'énigme à déchiffrer.

    Posté par maty, 22 janvier 2011 à 23:12 | | Répondre
  • Ouf !

    Merci maty de nous éclairer...
    J'ai bien pensé un instant qu'il y avait du Canada pour être aussi matinal...
    C'est chouette, d'avoir bientôt ta photo...
    Interventions brèves... Rares...
    Figures-toi que par chez nous, on a une Mimi Mathy
    ( Alias Joséphine Ange gardien ) humoriste et actrice francaise née à Lyon.

    Les posts d'hier ont été un concours de circonstances peu banal.

    Il reste l'énigme mimi...
    Là, je crains que le mystère reste entier...
    Le personnage peu bavard...

    Donc, je te dis bonne soirée, n'est-ce pas ?!

    Posté par Eve Lyne, 23 janvier 2011 à 03:53 | | Répondre
  • Salut Mimi

    Donne le bonjour pour moi à Eve Lyne s'il te plaît !
    Ah ! Fais gaffe ! Dans son grenier, les toiles d'araignée ne se touchent pas. On les respecte. Le chaudron est bien en place pour la préparation des soupes à la grimace.
    Il y a des balais partout surtout un qui balaye toute la journée pour que la poussière reste bien en place.
    Quand à la patronne, tu la verras tout de suite. Elle porte un chapeau de sorcière. Son nez s'allonge chaque fois qu'on se présente devant elle et les poils de son menton poussent à vue d'oeil.
    Sur la table, les grenouilles attendent qu'on les trempe vivantes dans la soupe, lorsque celle-ci est en ébullition.
    A cette heure-ci, la vieille chouette pousse des cris qui déchirent la nuit.
    Parfois, elle prend son balai et file à la vitesse de la lumière en direction de la lune. On la voit quand le ciel est dégagé et qu'elle se confond entre la terre et la lune.
    C'est une sacrée bonne femme l'Eve Lyne.
    Dès que le jour se lève, tous ses poils disparaissent, son nez se raccourcit, son menton prend une jolie forme, son chapeau traîne dans un coin et elle redevient une belle jeune femme (enfin...).
    C'est à ce moment-là qu'elle est dangereuse car elle se replonge dans le moule de la vie mondaine. Elle repense au pêcheur et elle se demande bien ce qu'elle va pouvoir lui dire pour qu'il grogne. Elle aime bien le faire grogner.


    Ah, maty !
    Content de savoir que Kéa n'est pas la seule canadienne.
    Je confirme que Mimi Mathi est une comédienne de petite taille née à Lyon et qui enchante les français dans un feuilleton télévisé d'une chaîne nationale, intitulé "Ange gardien".

    Posté par Alain Thomas, 23 janvier 2011 à 05:09 | | Répondre
  • La lune

    Oui, Alain...
    La lune est encore là!
    Pour finir, elle est usante...
    Dis moi, avec tous les maux qui sont ton lot...
    Je te trouve plutôt bien en forme de bon matin.

    Tu te fais des illusions, mimi ne t'adressera rien de plus qu'à moi...
    Cet être là, n'a qu'un seul déssein... "Corriger"

    Tant pis pour nous, n'est-ce pas ?!

    Posté par Eve Lyne, 23 janvier 2011 à 05:52 | | Répondre
  • Avoue pour voir

    Allez dis-le !
    mimi et Eve Lyne, c'est bonnet blanc et blanc bonnet hein ?

    Pour les maux, c'est comme mes mots. Je suis content de savoir d'où ils viennent et là, je remercie Marie parce qu'elle me fait gagner du temps.

    C'est incroyable que le temps passe aussi vite ces derniers temps (hi hi).
    Ce n'est donc pas une sensation mais une vérité. Les journées de 24 heures ne durent que 16 heures et c'est tellement vrai. Bon, un détail.

    Posté par Alain Thomas, 23 janvier 2011 à 06:01 | | Répondre
  • Confidence

    Puisqu'on est seuls, ce matin, Alain...
    J'ai comme une mauvaise impression...
    Je crois que mimi m'aime pas bien!
    Je sais, tu vas dire: projection !
    Et moi, je vais dire: objection !

    Posté par Eve Lyne, 23 janvier 2011 à 06:12 | | Répondre
  • Incorrigible

    Tu aimes bien te dédoubler, depuis toujours n'est-ce pas ?
    C'est un besoin irrésistible.
    Alors ne change rien si tu aimes cela, à condition que ce soit un jeu et que cela ne devienne pas une séparation car quand tu dis "je crois que mimi m'aime pas bien", j'espère que c'est un jeu où ton humour prend le dessus.

    Au sujet de l'humour, t'es en tête de la famille etça, cela me plaît beaucoup.
    Tendresse

    Posté par Alain Thomas, 23 janvier 2011 à 06:39 | | Répondre
  • Juste pour savoir

    Il me plairait d'en savoir plus de mimi...
    Encore une fois, Alain...
    Je ne suis pas mimi !!!

    mimi :
    " Auriez vous l'obligeance, je vous prie...
    de confirmer que je ne suis pas vous !

    Bien chaleureusement."

    Posté par Eve Lyne, 23 janvier 2011 à 06:52 | | Répondre
  • mimi

    mimi est mimi.
    mimi n'est pas Eve lyne

    Posté par mimi, 23 janvier 2011 à 07:04 | | Répondre
  • Lumière

    Merci mimi...
    Puis je vous adresser un mimi?!

    Posté par Eve Lyne, 23 janvier 2011 à 07:15 | | Répondre
  • Vous êtes incroyables

    Vous aimez jouer.
    C'est un jeu toutefois bizarre.
    Un peu comme celui de Marie avec son espace point.

    Ce qui me dérange maintenant vraiment, c'est que tous ceux qui utilisent les pseudos, qui jouent, qui se persuadent d'une ponctuation dont ils seraient les seuls détenteurs n'arrivent pas à lâcher prise de cela.

    Inquiétant tout de même !

    Posté par Alain Thomas, 23 janvier 2011 à 07:19 | | Répondre
  • le Alain

    Il cherche la bagarre, le Alain !
    Il ne peut pas s'en empêcher, le Alain !
    C'est plus fort que lui, le Alain !

    Posté par marie christine, 23 janvier 2011 à 10:30 | | Répondre
  • Bonjour Marie

    Non, je n'avais plus ton numéro de téléphone alors je ne savais pas comment pouvoir communiquer avec toi .
    Voilà maintenant c'est fait .
    Je suis bien content parce que tu m'as appris des choses très intéressantes cette nuit et j'avoue que cela a transformé mes interrogations en quiétude .
    Je me suis fait à l'idée que pour rentrer dans la cinquième dimension, ce qui semblerait être mon cas (en toute modestie), compte tenu de tous les symptômes qui m'habitent et qui sont tels que les décrit SINQUIN, il fallait réaliser le sens de l'espace entre la lettre et le point .
    C'est mathématique autant que spirituel . C'est le point de fusion entre la science et la spiritualité . La science découvre la spiritualité dans des expérience concordantes et expriment cette fusion par des symboles précis .
    C'est l'espace (ouverture) qui va prédominer dans cette nouvelle ère . Et dans l'espace, nous trouvons l'esprit et sa capacité infinie d'amour, de lumière et de sagesse réunis .
    Alors merci Marie, parce qu'ensemble, maintenant, dans ce symbole originel d'ouverture, nous allons pénétrer les visions profondes de la paix et dissiper tous les voiles des vues erronées .

    Posté par Alain Thomas, 23 janvier 2011 à 10:45 | | Répondre
  • espace-point

    Hou là, là ! Je n'avais jamais réalisé que ce détail de ponctuation avait un sens aussi symbolique pour toi !
    Je ne comprends pas bien le raisonnement mais peu importe ! Je suis heureuse que nous ayons enfin trouvé un ESPACE d'entente et un POINT de ralliement !

    Posté par marie christine, 23 janvier 2011 à 10:59 | | Répondre
  • Chère Marie

    De tout coeur avec toi Marie, dans l'espace infini de la Réalité et du Renouveau .

    Ta maman parle d'amour universel au moment du grand passage. Cela doit signifier qu'elle a déjà eu un aperçu de la lumière et de son sens.
    C'est une bénédiction pour elle.
    Je souhaite que cette étape importante de ta vie soit un barreau très solide sur l'échelle de ton chemin, à mon sens très beau.

    Posté par Alain Thomas, 23 janvier 2011 à 12:22 | | Répondre
  • le processus

    Merci pour ces belles paroles, Alain .
    Ma mère parlant d'amour de cette manière, sur son lit de mort, comme elle ne l'a jamais fait avant, ça me remplit de sérénité sur son sort .
    Je sais qu'elle est prise en charge par la Mère divine . Je l'avais demandé et je continue à le demander régulièrement, surtout quand je sens une faiblesse réapparaître (je sais quand elle a peur : mes muscles se mettent à trembler) .
    Pour l'instant, tout se déroule le mieux possible .

    Posté par marie christine, 23 janvier 2011 à 15:59 | | Répondre
  • Mimi Mathi

    J'ai déjà vu à la télé "Joséphine ange gardien", Maintenant que je sais qu'elle se nomme Mimi Mathi je comprends mieux les jeux de mots entre
    vous deux Évelyne et Alain.
    C'est vrai mes commentaires sont brefs et rares...

    Posté par maty, 23 janvier 2011 à 20:51 | | Répondre
Nouveau commentaire