Les voies de l'âme

Ce blog a pour objet d'amener à réfléchir sur le sens de la vie, sur notre évolution personnelle. C'est donc l'expression d'un chemin de vie à la fois philosophique et spirituel.

11 décembre 2010

Histoire du père Noel( suite du texte : Quel métier!, du 7 /12/2010)

J'ai été horrifié d'apprendre que le Père Noël soit maintenant obligé d'acheter un scooter pour se déplacer et de savoir qu'il était tant fatigué. J'ai donc pris ma voiture et suis monté à Paris pour le rencontrer.

J'ai dû demander aux passants où je pouvais le trouver et je suis arrivé dans ce magasin dont tu parlais Daniel. Entre deux poses photos, j'ai pu m'approcher pour lui parler quelques secondes car il ne s'occupait visiblement que des enfants et n'avait pas de temps pour des adultes comme moi.

noel2Il a fini par m'accorder une conversation. Je l'ai supplié de ne pas abandonner son traîneau et ses rennes, que c'était une tradition dans tous les pays et qu'en plus, il prenait un risque avec les routes glissantes. Je lui ai assuré qu'il y avait toujours autant de cheminées dans les maisons et qu'avec son scooter, c'était moins simple tout de même. On a fini par se donner rendez-vous le soir même pour partager un repas... malheureusement pas longtemps car les lettres lui arrivent en grand nombre et il doit satisfaire la demande. Nous nous sommes quittés hier après-midi.

Je suis passé par la Nationale 118. J'y suis encore, totalement bloqué par la neige. J'ai froid. J'ai appelé le Père Noël. Il va venir me chercher en traîneau et me ramener à mon bureau. C'est quand même grâce à toi Daniel si je l'ai rencontré.

Je l'avais bien vu une fois, à 12 ans, quand il est entré par la cheminée pour amener les cadeaux. Je me souviens, il m'avait apporté la panoplie de Zorro... que je lui avais commandé par lettre bien sûr.

 

Bon ! Prions pour qu'il parvienne à acheminer tout ce que les enfants ont commandé.
Je rappelle aux Parents d'ailleurs l'importance de ne pas hésiter à demander beaucoup.
Il n'y aura pas tout forcément mais si on ne demande rien, on n’a rien.
Allez ! Joyeux Noël à tous les enfants du monde qui écrivent au Père Noël... et à tous les autres aussi.

Alain

 

Le père Noel sur la N118 était aussi bloqué. J’étais à côté de lui, les rennes n'avaient pas suffisamment mangé pour faire décoller le traineau
Il devait faire une halte à Vélizy2,  histoire de remplir la hotte, les lutins s'étant mis en grève, un problème de retraite quelque chose comme ça  !!!
J'en ai profité pour donner ma petite liste bah oui ….Y a pas de petit profit ... !
Ce matin, il était encore las...de voir que cela ne bougeait pas ! Impossible de passé incognito, tout le monde était près du traineau ...Les autorités collectives ont décidé intervenir pour lui permettre de repartir.
Avec une sacoche remplie de lettre d'enfants sages pour que le soir de noël, les enfants soient émerveillés d'un "HO HO HO Joyeux !"
N'oublions pas le lait et les gâteaux...!

Sarah

Posté par DANIEL GENTY à 06:36 - Informations - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Histoire du père Noel( suite du texte : Quel métier!, du 7 /12/2010)

    Nationale 118

    Ma chère Sarah


    Alors la Nationale 118 est au milieu
    du Ciel, on savait pas, en plus avec le Père
    Noël et son traineau, ses Rennes et ses cadeaux!

    Je reviens avec le Père Noël, c'est
    sympa ! Vous croyez qu'il y a une retraite pour
    Mamydou? Vous vous trompez lourdement, pas de
    répit et ma fille, qui ne va pas bien, alors
    faites quelques prières pour elle...

    En plus je me fais agresser par un Catho, bon teint, qui ne supporte pas l'intrusion
    d'une femme dans un Domaine réservé à la gente
    masculine (en robes !!!) car si vous regardez
    bien, dès le départ le masculin assure sa Suprématie en réduisant la Réalité à la Trinité
    (pas de Femme ...) et la Mère divine alors ?

    PHILO






    LE FEMINISME UNE AUTRE SEGREGATION


    Avons nous perdu le pouvoir occulte et l’Essence de la féminité ?

    Les errements de la pensée contemporaine nous conduisent à d’effrayants paradoxes : les femmes rassemblées exigent la part illusoire d’un pouvoir masculin discutable; elles vont ainsi à l’encontre de leur véritable raison d’être en suscitant un nouvel antagonisme.

    La mère façonne l’homme de demain. Pour et par l’amour d’une femme, un homme peut construire un Empire.

    Mais les mouvements féminins ne sont peut-être que des moyens subconscients de justifier nos propres insuffisances.

    Il est légitime d’avoir la part qui revient à nos mérites, mais avec les hommes, au milieu des hommes.

    N’ajoutons pas une autre ségrégation au malaise de la Société. c’est d’Humanisme qu’il faut parler et non pas de Féminisme.

    La flamme qui jaillit entre un homme et une femme soucieux de leur seul bonheur, les consume et s’éteint. La cendre d’un amour égoïste a le goût amer du désespoir.

    Mais à l’époque où de scabreuses controverses déflorent les merveilleux mystères, où l’intelligence se met au service des plus vils instincts, peut-on encore parler d’amour?

    La déplorable inconséquence d’un soi-disant progrès a jugé désuet, démodé et utopique le rêve du poète: l’enfantement des oeuvres à la hauteur des Vertus complémentaires, la fusion de deux cœurs pour embraser la terre, l’Etre achevé, homme et femme, vibrant sur la résonance d’une note unique.




    Marie Jeanne E D E L
    Ecrivain Conférencière

    Posté par Mamydou, 11 décembre 2010 à 09:30 | | Répondre
  • La Mère Noël

    Ton message Sarah m'a inquiété quelque peu car lorsque le Père Noël m'a ramené à mon bureau, je savais qu'il devait repasser par la nationale 118 puisqu'il avait laissé son scooter. Je comprends mieux maintenant pourquoi tu l'as vu toi aussi bloqué.
    Je l'ai donc appelé à nouveau et je suis tombé sur sa messagerie. Il ne répond déjà plus ; il y a trop d'appels. Je lui ai adressé un SMS de soutien. Il a du le lire assez vite puisqu'il m'a rappelé presque aussitôt et là... surprise ! Il m'a proposé de m'emmener demain dimanche dans son royaume.. et en traîneau s'il vous plaît. Pffft !
    Je suis resté un peu bête dans un premier temps et je me suis souvenu que je devais aller voir une amie à l'hôpital, que j'étais invité à déjeuner par Bernard Lacombe et qu'à 17 heures, j'étais à Gerland pour le match contre Toulouse et que sans doute ensuite, j'irai dîner chez Bernard.
    Il m'a répondu que là où il m'emmènerait, le temps est suspendu, on ne mange pas, on ne dort pas, on ne fait pas de toilette, on ne va pas aux toilettes, on ne fait que s'activer en souriant et en chantant des chants de Noël, il n'y a pratiquement que des lutins et que c'est la Mère Noël qui dirige tout.
    Il m'a promis que lorsqu'il me ramènerait, c'est comme si je n'avais pas bougé depuis notre départ.
    Je fus si séduit que j'acceptai.
    Vivement demain !
    Je vous raconterai bien sûr... enfin sauf s'il me demande de garder le secret...
    Quelle joie !

    Posté par Alain Thomas, 11 décembre 2010 à 11:44 | | Répondre
  • Les lutins !

    Ah Alain, ne sais-tu pas qu'à l'heure actuelle le père nöel est très occupé... !

    Quelle gentillesse de sa part de t'avoir invité, tu vas pouvoir visiter l'atelier des lutins fabricant avec amour les petits jouets pour les enfants....

    Chaque objet est créée avec délicatesse et éditiqué pour oublier personne.

    Mais sais-tu que le meilleur moyen de l'appeler est le grelot magique mieux que le SMS...n'as-tu pas cet objet auprès de toi ?

    Il suffit de le secouer légèrement près de son oreille et le père noël arrive, t'emmene sur son traineau, tu fais vivre milles vies en une seconde.

    Le temps est suspendu durant un instant la féérie opère, le monde se présente à nous Maroc, Canada, les cariboux etc...il n'y a plus de temps..il y a LE temps.

    Puis direction le pôle Nord, une petite maison en bois nous attend couverte de neige décorée de guirlandes , de boules et des bonhommes de neige souhaitant la bienvenue en offrant de petits bâtons de sucre d'orge...

    La mère noël nous acceuille bras ouvert dans son costume tout vert ...bé oui, elle, c'est tout vert ...dans la maison brûle un feu dans la cheminée où sont accrochées des chaussettes avec le noms de chaque petit lutin..car eux aussi malgré leurs revendications ont droit à un noël...

    Des petits hommes en pain d'épices, des étoiles en pain d'épices, des brioches, des petits pains foisennent sur la table.

    Mère noël nous prépare un bon chocolat chaud avant de visiter la fabrique : là un atelier de poupée, là un atelier de soldat en bois, ici un tapis où chaque objet est assemblé puis déposé dans un carton, là un atelier de voiture téléguidée, de train télécommandé, etc..chaque lutin a une tâche bien défini, la fabrique tourne au ralenti mais le père noël compte bien augmenter les cotisations !

    Puis les rennes tous aussi beaux les uns que les autres Torrnade,Danseur,Furie,Fringuant,Comète,Cupidon, Eclair, Tonnerre...ceux qui grâce au foin enchanté vont pouvoir emmener le père noël durant son périple au bout du monde..

    Le gentil Rudolph est là unique avec son nez rouge un guide pour le Père noël en cas de mauvaise visibilité...

    Ce qui ne l'a pas empêché de se retrouver bloqué sur la N118 mais je te rappelle qu'ils n'avaient pas assez mangé !

    Mais le moment de repartir vient d'arriver, mon doigt effleure le nez du Rudolph et me voilà transporter chez moi ..

    Dans mes mains, des bâtons de sucre d'orge ..ce n'était pas un rêve...

    Posté par Sarah, 11 décembre 2010 à 14:23 | | Répondre
  • Mamydou

    Mes pensées vous accompagne et je souhaite un prompt rétablissement pour votre fille.

    Noël est le jour des miracles ..n'est-ce pas ?

    Posté par Sarah, 11 décembre 2010 à 14:25 | | Répondre
  • Nuit de mercredi à jeudi

    Le père Noël n'a pas oublié les grands la nuit de mercredi à jeudi à Velizy : il a offert à tous, bloqués au Centre commercial, de l'eau, des croissants et des clémentines !! Merci Papa Noël !

    Posté par Francine, 11 décembre 2010 à 21:35 | | Répondre
  • A Mamydou

    Une bonne mère souffre quand un de ses enfants ne va pas bien.
    Que pouvons-nous faire d'autre que de le confier à notre maman du Ciel.


    Je vous rejoins dans votre réflexion :
    C'est bien d'humanisme dont il s'agit.
    Depuis le début, l'Eglise n'a t'elle pas déformé
    le véritable rôle de la femme?
    Des machos, ces cathos en robes...
    Dés le départ le masculin assure sa Suprèmatie en réduisant la Réalité à la Trinité.

    Posté par Eve Lyne, 12 décembre 2010 à 03:07 | | Répondre
  • Homme et Femme en Union

    Les évangélistes ne vouent aucune grâces à Marie.

    Toute religion a ceci de sectaire qu'elle limite l'être à un mouvement séparé.
    Il en est de même pour la politique.
    L'église catholique est une grande secte, tout comme les autres.
    Ce n'est pas le nombre qui fait la différence, c'est la limitation qui engendre la discrimination puis l'exclusion.
    On a brûlé des femmes, on en brûle encore. On les voile, on les définit comme sous-êtres.

    Je rejoins avec beaucoup de joie les propos de Mamydou dans son texte :
    "Le féminisme est une autre ségrégation", une autre limitation.

    L'homme et la femme s'emboîtent pour former ce que l'on pourrait peut-être appeler l'être achevé.
    Je n'ai jamais compris que l'on puisse parler d'égalité entre des êtres qui n'ont pas la même forme et dont les fonctions du corps sont quelque peu différentes.

    Les couples ne font plus l'amour aujourd'hui, ils pratiquent l'onanisme à deux.

    La liberté individuelle est sacrée. Elle fait partie du chemin.
    Sur le chemin, il y a égalité totale. Les anges n'ont pas de sexe. Ils sont en nous, sans forme ni distinction.

    Homme et femme sont complémentaires. Ils avancent bouche à bouche et mains jointes en union. Ils s'emboitent pour perpétuer la vie. Ils n'ont rien de commun dans leur forme et leur fonctionnement. Ils sont inséparables car ils ne peuvent subsister l'un sans l'autre.
    C'est l'amour qui engendre leur union.

    Posté par Alain Thomas, 12 décembre 2010 à 07:50 | | Répondre
  • Douce Sarah

    Le Père Noël est arrivé à un moment où je ne m'y attendais pas.
    J'étais coincé dans les embouteillages lorqu'il me fit un signe du haut du ciel... presque imperceptible.
    Je me garai aussitôt et pris un petit chemin qui mène au sous-bois. Là, juste avant la clairière, j'aperçus le traîneau et le chef des rennes.
    Interdit, je m'avançai, conscient du phénomène. Je n'en crus pas mes yeux ; il me fit un clin d'oeil. Le Père Noël m'attendait comme une Mère devant son enfant. Je pris place à ses côtés, sans bouger mots.
    Le traîneau s'élança dans un silence neigeux. Je crus un instant que je rêvais mais non, j'étais bien là. Pourtant, le temps semblait suspendu. Je regardai autour de moi et n'entendis à l'instant que le son des grelots en forme de pluies d'étoiles scintillantes.
    L'espace semblait se rétrécir quand soudain, s'établit le spectacle d'une plateforme blanche, en plein ciel, au milieu des étoiles. Je restai interdit.
    Le traîneau glissa sur la neige dans un silence en sourdine.
    Je descendis du traîneau et passai devant le chef des rennes. Il me refit un clin d'oeil. En un instant bref, je crus pouvoir lui parler.
    J'arrivai dans le cercle, une sorte de mandala dans lequel surgissaient les lutins, les elfes et les fées, tous translucides, avec des ailes semblables au cristal. Je fus effaré par la magie du temps suspendu.
    Au centre du cercle, la Mère Noël dirigeait son atelier à l'aide de sa baguette. Tous s'affairaient autour des lettres des enfants du monde. L'harmonie ressemblait à une symphonie sans notes ni mots.
    Ce fut comme si je vivais un instant sans pensées, comme si le temps tournait autour de lui-même... un rassemblement sans commencement, un cercle infini de splendeur.
    Je n'osai intervenir, poussé par le mouvement ininterrompu du bonheur.
    Le travail devint une activité sans effort.
    Les confectionneurs créaient des oeuvres inlassables. Je contemplai. J'étais émerveillé. Je ressemblai à un enfant. Je fus stupéfait devant l'innocence. Je me sourcai du spectacle des activités incessantes. Je ne pus dissocier mon regard des mouvements. Je fus confondu. J'étais. J'avais l'impression d'ÊTRE... comme dans une fourmilière.
    Je me surpris à entrer dans la Danse, sous la houlette de la Mère Noël. Je fus submergé. Je n'eus plus le temps de m'apercevoir. J'étais subitement devenu DEDANS.
    Je m'activai à la tâche. J'enveloppai les cadeaux sans conscience, comme si la conscience avait disparu. Je fis l'oeuvre, sans la dissocier. Je compris que TOUT était possible. Ce fut merveilleux.
    Puis, le Père Noël me fit un signe.
    Je fus distrait.
    Je revins vers le traîneau et, passant devant le chef des rennes, lui fis un clin d'oeil. Il me sourit, un de ces sourires que l'on n'oublie pas. Je montai dans le traîneau, aux côtés du Père Noël.
    Pas un regard il me donna, juste un message de ses yeux. J'entrevis l'AMOUR, à un point que vous ne pouvez imaginer. Je fus transporté. Je voulus émettre un son, sans y parvenir. Je restai coi.
    Le traîneau s'emballa... Le chef des rennes prit son envol, droit devant.
    Alors que je crus qu'il allait descendre du Ciel, il monta. J'ai pensé un instant avoir froid. Je n'avais pas chaud. Je regardai les étoiles ; elles me regardaient aussi.

    JE COMPRIS TROP TARD QUE LE "JE" N'AVAIT PAS DE CONSISTANCE.

    Quand le traîneau glissa sur le chemin rocailleux, je repris conscience du temps. Ce fut un choc. Je me tournai vers le Père Noël avant de descendre. Son sourire fut si grand qu'il transperça mon coeur.
    Sans me retourner, je passai devant le chef des rennes. Je lui refis un clin d'oeil.
    Il me dit :
    "Ofrre aux êtres d'ici tout l'amour du monde ! Ne leur laisse aucun espoir de penser autrement ! Erre sur le chemin, sans attaches ni aversion ! Contemple la splendeur de cette planète ! Donne ton coeur ! Va au-delà de ta conscience pour qu'elle s'efface ! Regarde le Ciel tous les soirs où la lune se présente ! Inspire-toi de sa luminosité entre deux ! Que sa douceur infinie vous protège TOUS !

    Posté par Alain Thomas, 13 décembre 2010 à 23:36 | | Répondre
  • Tendre Alain

    Oui très beau texte.
    Le Père Noêl m'a dit aussi ceci "Ne dis jamais que tu donnes de l'amour, ne dis jamais ce que tu fais mais agit avec ton coeur.
    Fais de tes gestes un bonheur, apporte un sourire, apporte de la douceur dans chacune de tes actions, regarde un enfant et sourit avec lui, lui comprendra ton amour, prend dans tes bras ceux qui tu aimes et tout ceux qui croiseront ta route.
    Apporte cet amour dans toute sa simplicité, dans toute son humilité pour que l'espoir d'une renaissance, pussent s'entendre au confins du monde et de la galaxie pour que le message de Paix puisse à nouveau raissonner dans l'âme de chaque homme.
    Le plus miséreux des amours est le plus grand des amours car il n'est que dévotion.
    Il ne se clame pas, il s'accomplit.
    Va et agit ...vis selon le coeur des hommes et dans cet appel d'amour délivre la tendresse et la douceur.
    Que l'Amour vous inonde TOUS, vous protège à jamais et vous assure de ses bienfaits"

    Posté par Sarah, 14 décembre 2010 à 11:56 | | Répondre
  • Chère Sarah

    Oui Sarah... magnifique.
    Quel beau texte !

    Tu viens d'écrire ce que le Père Noël me signifiait, au travers de ses yeux, sans mots.
    Il ne suffit pas de dire mais d'agir... avec son coeur.
    Lorsque le temps est suspendu, l'être apporte son rayonnement, dans son gestuel, son sourire, sa douceur, son regard, sans condition.
    Il contemple. Il est attentif à tout ce qui se présente et sourit à la vie.
    Prendre un enfant par la main, serrer dans ses bras tous les êtres sans âge, dans la présence.
    Aller au centre du village pour y croiser les personnes, leur donner un sourire ; entrer dans les commerces et converser avec humour, échanger en quelques phrases qui ouvrent le coeur et prendre en considération tous ceux qui sont là ; veiller à leur confort d'être.

    Ah Sarah !

    Le Père Noël ne semble plus joignable à cette heure.
    Cependant, il est en chacun de nous, comme un rayonnement. Il s'active maintenant pour tous les enfants et particulièrement pour ceux qui n'ont pas encore écrit.

    C'est peut-être aussi sa mission de répondre à ceux qui n'écriront pas... à sa manière.

    Posté par Alain Thomas, 19 décembre 2010 à 18:38 | | Répondre
Nouveau commentaire